L'ivresse de la jeunesse

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mar 24 Déc - 23:26

Ce bruit. Pour moi, c’est synonyme de sécurité, c’est pouvoir se fondre comme une ombre dans la foule. La nuit la taverne d’Amakna est pleine de ce bruit. Même la pluie ou la neige ou encore la guerre ne peuvent l’empêcher de se remplir chaque fois que le soleil se couche.
En parlant de remplir, ma chope était vide. Je fis un signe à la serveuse et lui commandai une autre bière.

-Hey, rouquine !

Et voilà, les ennuis commençaient. Un roublard apparemment éméché s’approcha du bar  et s’assis juste à côté de moi. Il ressemblait à un mercenaire, loin d’être un vétéran couvert de cicatrices, juste un profiteur qui se faisait payer pour tuer des bandits dans leurs sommeils… Et il sentait fort, si seulement les bains pouvaient être un peu plus connus. Je n’avais pas envie de lui parler, il ne m’inspirait pas confiance avec ses yeux fous.

-C’est rare de voir une aussi jolie créature par ici, dit-il. Tu viens souvent dans le coin ?
-Ça m’étonne que tu arrives encore à voir quelque chose. Je ne ressemble pas à un harem de chevelures écarlates dans ton esprit ?

Il sembla surpris de ma réponse, mais bon, ce n’est pas comme si je voulais me faire aimer. Je me retournais vers le bar et je vis la serveuse complétement affolée. Avant que je ne puisse réagir, je sentis comme du métal froid contre mon dos. Sûrement son pistolet.

-J’ai pas l’habitude qu’on me repousse, rouquine, dit-il en approchant sa bouche de mon oreille. Tu sais au moins qui je suis ?
-Non, juste un ivrogne de plus dans une taverne apparemment.
-Je suis Labom, dit-il sans tenir compte de ma réponse. Je suis le plus grand de tous les truands d’Amakna ! Et maintenant tu vas me suivre rouquine, j’ai bien envie de faire plus ample connaissances avec toi.

L’air lubrique qu’il pris a ses mots me donna un haut le cœur. Je me levai.
Il avait bu. Il allait faire une erreur et je n’allais pas le rater.
Et exactement comme je l’avais prévu, il relâcha son attention un court instant lorsque je me baissais pour ramasser mon sac. D’un geste vif et précis, je lui plantai une dague dans chaque main et je me jetai sur lui pour le mettre au sol. Ah, cette grimace mêlant douleur et surprise me dégoutera toujours autant.

-Tyra Hawke, lui dis-je en guise de présentation. Enchantée, sire Labom, mais je crois que notre entrevue s’arrête ici. Adieu.

Je lui insérai une balise entre les dents et, dans un bond m’écartant de lui, je tirai une fléche dedans. La mâchoire sanguinolente du roublard atterrit en plein sur le bar. J’attrapai ma chope, la vidai, jetai quelques pièces a la barmaid et je courus au dehors.
Je filais le plus vite que je pouvais vers les prairies sauvages. J’ouvris mon sac prés d’un lac, jetai mes habits à l’intérieur et je plongeai dans l’eau. Je sentis un frisson de plaisir me parcourir tandis que la fraicheur de l’eau se glissait sur mon corps. Je me laissais aller et je me mis à pleurer nerveusement.
Je levai les yeux au ciel et je me dis :
-À quoi ça sert de laver la saleté du monde si c’est pour devenir sale soi-même ?
Je ferai mieux de me laver…


L’incident de la taverne avait fait beaucoup de bruit. J’appris vite que la garde me rechercherait.
J’avais embarqué pour le premier bateau pour Sufokia. Même recouvert d’une cape à capuchon, les marins ne peuvent refuser un voyageur qui paye.

Le voyage se déroulais sans encombres. Je montrai ostensiblement les fourreaux de mes dagues, si bien que les marins n’osèrent pas s’approcher de moi. Mais je n’étais pas la seule à voyager, un vieux marchand s’approcha et s’accouda à la rambarde ou je m’étais posté.

-Qu’il est rare de voir une si jeune personne voyager sans compagnie. Seriez-vous une aventurière ?

Il avait une voix apaisante. Je me retournai vers lui et j’hochai la tête en signe d’approbation. Le vieux bonhomme sourit et ramena son regard au loin.

-J’étais aventurier avant, mais j’ai trouvé l’amour et je suis resté prés d’elle. Nous ne sommes pas fait pour rester seuls.

J’avais l’impression que ces mots étaient importants, comme si toute la sagesse du vieil homme était contenue dans cette phrase. Mais je pensais que tout cela n’était pas pour moi. Je songeai à ma mère et ma sœur. Je ne les avais pas prévenu de tous les récents événements, de peur que lorsque la garde ne les considérent comme des complices.
Le vieux sortit de sa rêverie et me regarda droit dans les yeux. J’eus la désagréable sensation qu’il lisait chacune de mes pensées.

-Dites-moi, jeune fille, vous ne chercheriez pas du travail, me dit-il ? Vous semblez avoir le profil adéquat en prime.
-Quel genre de travail, lui demandai-je hésitante ?
-De la chasse, mais rassurez vous, vous ne serez pas seule. J’avais l’intention d’engager des experts, une guilde de chasseurs renommée. Mais je pense pouvoir prendre la liberté d’engager une prestataire de plus.
-C’est une proposition intéressante. J’accepte.

Je n’avais pas eut besoin de beaucoup réfléchir, ce travail me permettait de passer le temps jusqu’à ce que la garde abandonne les recherches. Et je sentais que je pouvais faire confiance à ce vieil homme.
Peu à peu, la côte du rivage steamulant se dessina à l’horizon. Le capitaine sortit de sa cabine et se dirigea vers le marchand. La discussion m’échappa, j’étais trop occupée à regarder l’île. Je ressentais une certaine excitation chaque fois que je m’approchais d’une nouvelle terre.
Je repris mes esprits lorsque le bateau fut à quai. J’aidai le vieil homme à descendre ses bagages puis, nous nous dirigeâmes vers la station de dragodindes. Une fois les montures chargées, nous chevauchâmes jusqu’à la jungle.
Je sentis l’odeur du feu bien avant de le voir. Nous mirent les dragodindes au pas à l’approche du camp. J’aperçus enfin le feu et les trois hommes autour. J’entendis alors le chant discret d’une femme provenant probablement d’une des tentes alentour.
Le marchand mis pied à terre et les chasseurs se levèrent. Un osamodas, un eniripsa et…
Un crâ. Je sentis mon cœur s’accélérer à sa simple vue. Chacun de ses déplacements avaient une grâce presque féline. Je tentai de descendre de ma monture mais je manquai de tomber, ce qui aurait pu être ridicule si une sadida ne m’avait pas rattrapée. Je lui souris pour la remercier, incapable de dire un mot.
La suite resta vague dans ma mémoire. Je me rappelais juste des noms et de la mission. L’eniripsa s’appelait Vitali, l’osamodas Xosof, la sadida Sylvia, le marchand Leorio et enfin le crâ, le chef de la guilde, Aerandir.
Le vieil homme voulait organiser une exposition à Amakna sur la route croustillante et il avait besoin de chasseurs pour capturer certaines créatures à présenter aux habitants. Les chasseurs acceptèrent.
La nuit tomba très vite et je sentis soudainement le poids de la nuit blanche précédente sur mes paupières. Sylvia le remarqua et me proposa de partager sa tente avec elle. Avant que je ne puisse répondre, elle m’attrapa le bras et me tira vers la tente. Elle me poussa sur un lit de feuilles, très confortable au passage, et me jeta une couverture dessus.
Le temps que j’enlève la couverture de devant mon visage, je la vis se glissais nue dans son lit. Je ne pus m’empêcher de rougir et je ne réussi à me déshabiller que lorsque je fus sure qu’elle dormait.
Une fois en sous-vêtements, je sentis la douceur de la couverture. Ce simple contact à la fois agréable et apaisant eut raison de moi et je m’endormis presque instantanément.


Je sentais du sang couler sur mon corps et des mains me maintenir. J’ouvris les yeux et je le vis. Sa langue pendait dans le vide mais j’avais l’impression qu’il souriait. Un sourire narquois, malsain, sans dents et avec la moitié du visage en moins. Il attrapa son pistolet et l’approcha lentement de ma tête. J’essayai de bouger mais mes membres étaient tellement lourds que ce fut sans effet. Je clignai des yeux un instant et je vis avec effroi le canon de son pistolet devant mon œil. Il tira.

Je me réveillai en sursaut couverte de sueur et haletante. J’avais l’impression qu’il régnait une chaleur étouffante sous la tente. Je me levai discrètement, non sans jeter un œil à la sadida ce qui ne manqua pas d’ajouter une teinte rouge sur mes joues. Comment pouvait elle être impudique à ce point ?
Je sortis de la tente. Le soleil venait tout juste de se lever. Je me rappelai une crique que j’avais vue pendant le voyage en dragodindes non loin d’ici, un endroit parfait pour prendre un bain. Au pire Sufokia n’était jamais très peuplée, et les kokokos dormaient encore. J’enlevai le peu de vêtements que j’avais sur moi avec une vague impression de déjà vu.
Puis je me glissai dans l’eau. La cascade présente était idéale pour se rincer. L’eau était claire. Je pris un moment pour regarder mon corps. Mes cicatrices brunies par le soleil, mes longues jambes douloureuses après la cavalcade de la veille, mes seins que je trouvais trop petits, mes fesses trop plates et ma crinière rousse. Mon pied touche un kralamour et je le sentis m’étreindre comme pour me faire un câlin, puis il s’enfuit.
Cette rencontre fort déconcertante me rappela que je ne serais pas seule éternellement et que je ne préférais pas rencontrer des inconnus totalement dénudée. Je me rinçai à la cascade puis je sortis de l’eau pour m’habiller. Je vis une serviette accrochée à une branche de l’arbre ou j’avais laissé mes habits. D’un côté cela tombait bien, je n’en avais pas pris, mais cela voulais dire que quelqu’un m’avais vu.
Cette nouvelle était vraiment dérangeante mais cette personne avait eu le tact de me laisse un peu d’intimité car, j’avais beau regarder partout autour de moi lorsque je me séchais, je ne voyais personne. Une fois séche, je filai à la tente pour récupérer mon sac et pouvoir m’habiller. Sylvia dormait toujours, ça ne pouvait pas être elle.
Je voulais en avoir le cœur net, donc, habillée et armée, je partis faire le tour des environs. La fraicheur du matin commençait a s’estomper laissant place à un chaleur grandissante. Je mis la capuche de ma cape pour me protéger du soleil.
J’entendis le sifflement caractéristique d’une fléche non loin de moi. Je pris mon arc, les oreilles et les yeux aux aguets, et je me dirigeai descretement vers la source du bruit. Entre deux arbres, j’aperçut Aerandir dans une clairière, apparement en train de s’entraîner. Je restai un moment à le regarder, comme hypnotisée. Ses gestes étaient si vifs et précis.

-Tyra, dit-il tout en continuant de tirer, pourquoi ne viens tu pas plus prés ? Pas besoin de te cacher.

Je rougis sous ma capuche et je le rejoignis, un peu penaude.

-Excuse moi pour tout à l’heure, enchaîna t-il, je ne pensais pas te voir dans cette tenue.
C’était donc lui ! Je remerciais la capuche de me cacher le visage, je ne voulais pas qu’il me voye rouge comme une pivoine. Il eut l’air un peu gêné et repris ses tirs.

-C’est pas grave, lui dis je, j’aurais dû faire plus attention.
-Cela n’était néanmoins pas très gentleman de ma part. Que dirais tu que je t’explique comment nous capturons les bétes ? Pour me faire pardonner.

Il rangea son arc et nous nous dirigeâmes à l’ombre des palmitos. La guilde était spécialisée dans la capture. Sylvia et Vitali s’associaient pour faire un genre d’anesthésiant, Aerandir l’administrait à l’aide de flèches à faible perforation et Xosof s’occupait de la mise en captivité et des soins aux créatures. Cette technique semblait efficace mais comportait des lacunes en cas de monstres en groupes, d’où l’intérêt d’un second tireur.
Je buvais chacune de ses paroles et j’étais tellement absorbée par ce qu’il disait que je ne remarquai pas Sylvia assise sur les branches d’un arbre non loin.

-Bon c’est pas tout mais, le p’tit déj’ est prêt, dit elle.

Sa voix me fit sursauter, ce qui ne manqua pas de faire rire les deux chasseurs. Je finis par rire assez nerveusement pour cacher ma gène. Aerandir se leva, ramassa ses affaires et me tendis la main. Je l’attrapai et nous partîmes en direction du camp. Sylvia me jeta des regards curieux et quelques sourires espiègles tout au long du court trajet.
À quoi pouvait elle bien penser ?


Dernière édition par Tyra Hawke le Mar 18 Mar - 14:18, édité 2 fois
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mer 25 Déc - 0:23

Une autre histoire ? Yay ! En plus celle de Tyra ? Mais quel bonheur !

Histoire intéressante, personnages attachants et superbe style d'écriture. C'est du bon boulot rien a redire chef ^^

J'attends avec hâte la suite. Ayant enfin un adversaire de valeur je vais me dépasser pour produire des histoires impeccables :p
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mer 25 Déc - 0:30

-La technique la plus efficace pour administrer le poison est de lacérer ta cible. Il faut tirer sur le bord de la bête pour que la pointe tranche. Cela permet d’inoculer la substance sans blesser gravement la créature.

Il banda son arc et décocha une série de fléche sur un arbre. Il enleva l’écorce sans planter une seule fléche dans le bois. J’applaudis devant cette prouesse. Cela le gêna apparemment car il se gratta la tête sans pouvoir me regarder dans les yeux.

-A ton tour, finit-il enfin par me dire

Je pris mon arc et j’essayai tant bien que mal de faire comme lui. J’avais beau retenir mon souffle et me concentrer cela n’était pas fructueux. Certes il n’y avait plus d’écorce mais la moitié de mes flèches étaient plantées dans le bois ou n’avait pas atteint la cible. Cet échec entama grandement ma motivation.

-Plutôt pas mal pour un premier essai. Je n’en attendais pas moins d’une disciple de Crâ. Cet exercice est dur, mais très efficace. Il peut néanmoins arriver que la cible soit en mouvement une fois en situation, ce qui est nettement plus difficile. Mais je pense que tu seras à la hauteur avec un peu d’entraînement.

J’hochai la tête et pris en cible un nouvel arbre. Cette fois si je pris mon temps et le résultat fut légèrement meilleur.

La nuit tombait, l’entraînement avait duré toute l’après-midi. Ce n’était pas si fatiguant mais moralement assez démotivant. Heureusement qu’Aerandir était la pour minimiser mes échecs.

-Allez, il va être temps de manger, dit-il en posant une main apaisante sur mon épaule.

Nous nous dirigeâmes vers le camp. Nous discutâmes de tout et de rien sur le trajet. Je me sentais bien à côté de lui, rassurée et surtout reconnue pour moi-même et non comme un bout de viande, comme la plupart des soiffards de la taverne voyaient une femme. De plus, j’étais de moins en moins gênée en sa présence. J’eut le plaisir de le voir sourire sur tout le chemin. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire aussi à vrai dire. Nous arrivâmes finalement au camp.
Sylvia chantonnait tout en cuisinant tandis que Xosof nourrissait les dragodindes. Seul Vitali sembla remarquer notre arrivée. Il fit signe à Aerandir de venir.
Je me dis que je ferais mieux de les laisser et je rejoignis Sylvia. J’avais appris à la connaître et je la trouvais formidable, quoique un peu tête en l’air. Elle me vit et elle sourit.

-Alors, ça c’est bien passé, dit elle ?
-Bof… j’ai encore beaucoup de travail avant d’atteindre son niveau.
-Il ne le montre pas mais il a beaucoup d’espoir en toi. Il n’est pas très communicatif quand ça parle de sentiments à vrai dire.
-Comment ça ? dis je en rougissant.

Elle fût étonnée de ma remarque. Elle n’avait pas imaginé que ce qui était aussi évident pour elle ne l’était pas du tout pour moi.

-Tu crois que je n’ai pas vu votre petit manégé ? Ça crève les yeux pourtant. Tu veux un conseil, fonce ! Si tu ne fais pas le premier pas, lui ne le fera jamais. Et sache que tu pourrais avoir presque qui tu veux avec une bouille pareille. Il suffirait juste que tu t’en donnes les moyens. D’autant qu’il faut le dire tu as quelques arguments qui ne laissent pas indifférent.
-Quels arguments ?
-Ça, je te laisse le découvrir, dit-elle en tirant la langue, espiègle.

J’avais une vague idée de se donc elle voulais parler et cela se fit sentir sur mes pommettes. Je n’avais pas envie de mettre ce genre d’atouts en valeur, je voulais le séduire par ce que j’étais comme il l’avait si facilement fait pour moi. Tous autres moyens m’auraient parut malsains.

Les jours s’enchaînaient et se ressemblaient. Je faisais des progrès, je réussissais chaque nouveau défi qu’Aerandir me lançait, et il y avait également du changement dans le regard qu’il portait sur moi. . Il ne me parlait plus comme une simple éleve, il me parlait comme à une associée de sa guilde. Je redoublais encore mes efforts pour ne pas les décevoir. Je me sentais bien dans cette idylle. Quoiqu’un peu incomplète, j’espérais que le temps s’arrête
Un soir, lors du repas, il se leva et s’approcha du feu. Il nous regarda tour à tour puis il s’éclaircit la voix.

-Bon, les vacances sont finies, on a du boulot. On part demain matin à l’aube pour prendre le premier bateau vers Kelba. On va commencer par les corbacs. Profitez bien, c’est la dernière soirée à la belle étoile que l’on va passer au chaud.
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Shiki Van Shërza le Mer 25 Déc - 1:09

Sympa comme nouvelle, j'aime bien en apprendre plus sur les personnages comme ça, surtout quand c'est Tyra ! :p
Et non, je n'ai pas de problème avec le fait que Tyra ai eu d'autres relations amoureuses avant Shiki. Pas du tout. Du tout.
Bref... Faut que j’arrête avec mes conneries x)
Hâte de voir la suite en tout cas ! ^^ (ou pas... :p)
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Imalthée le Mer 25 Déc - 15:48

Super intéressant :3 ! J'ai hâte de lire la suite, et de voir les réactions de Shiki par rapport à l'évolution de la relation amoureuse... Very Happy (pas taper siou plait)
avatar
Imalthée
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 170
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 18
Localisation : En train de glander quelque part... Sûrement ici!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Shiki Van Shërza le Mer 25 Déc - 18:26

Imalthée a écrit:Super intéressant :3 ! J'ai hâte de lire la suite, et de voir les réactions de Shiki par rapport à l'évolution de la relation amoureuse... Very Happy(pas taper siou plait)
TAPER ! '-'
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Imalthée le Mer 25 Déc - 19:34

*sors un drapeau blanc* Je disais ça avec innocence !
avatar
Imalthée
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 170
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 18
Localisation : En train de glander quelque part... Sûrement ici!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Shiki Van Shërza le Mer 25 Déc - 20:10

Ne t’inquiète pas, j'ai pas l'intention de te frapper, je m'attendais à une remarque comme la tienne à la base, alors.. x)
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mar 7 Jan - 15:29

La mission sur Kelba se déroula sans accrocs, nous fîmes même un passage au magasin de Kabroc. Le marchand nous parla d'un éleveur de familier qui était actuellement sur le marché de Kelba. Cela eut l'air d'intéresser Xosof, ce qui n'était pas étonnant pour un disciple d'Osamodas. Nous sortîmes du magasin, suivis d'une Sylvia trainant d'énormes sacs de vêtements, pour le moins bizare venant d'une personne qui en porte généralement peu.
Le marché était plutôt peuplé malgrés le fait que le lieu soit au milieu de nul part. Il y avait de tout, du vendeur de poisons au guérisseur et du forgeron au haut-couturier. Nous vîmes enfin l'éleveur, un vieux Sadida portant des vêtement de paysan. Xosof se précipita vers l'étal du vendeur. Je le suivis, curieuse. Ce qui se passe ne fut pas étonnant, le marchant n'eut même pas besoin de vanter les mérites de ses familiers, Xosof les acheta tous, sauf un. A vrai dire il était déçu de ne pas pouvoir prendre ce petit marcassinet mais il n'avait plus les moyens.
Aerandir éclata de rire, alla voir le marchand et, en échange d'une bourse de kamas, emporta la béte sous le bras.

-Voilà, Xoxo, ils sont tous libérés de leurs cages.

L'Osamodas esquissa un sourire et nous partîmes du marché en direction du bateau.
Prochaine destination : Katrepat.
Les chauffe-souries devraient être du même acabit que les corbacs.

Le voyage fut assez court en réalité, les îles étant plutôt proches. J'étais dans la soute, en train d'observer les corbacs en cage, avec tous les animaux quand j'entendis un marins crier : "Terre en vue"
Je déposai le marcassinet qui s'était endormi sur mes genoux et je remontai à l'air libre.
Le soleil était en train de se coucher. La vue de l'orbe incandescent s'enfonçant lentement dans la mer derrière le mont Zinit me coupa le souffle. La noirceur de cette montagne déchirée prenant le dessus sur l'astre de lumière me sembla un fort mauvais présage. J'avais un douloureux préssentiment.
Aerandir posa sa main sur mon épaule et me sortit de ma rêverie.

-Nous allons passer la nuit à terre. La taverne du bourg nous offrira plus de confort que ces cabines étriquées.

Xosof fit mine de descendre dans la soute pour libérer ses familiers.

-Non, mon cher. Ils devront rester sur le bateau, cela risque d'être compliqué de les emmener avec toi en ville. Nous les retrouveront une fois notre travail ici terminé.

Xosof acquiesça, mais il parut un peu triste de ne pas pouvoir prendre ses bétes. Il descendit néanmoins pour les caliner.

La vie dans le bourg semblait agréable, la protection du comte Wagnar rassurait les habitants et tout le monde marchait tranquillement dans la rue avec un sourire au lévres. Ceux qui nous virent nous saluèrent chaleureusement et nous indiquèrent l'auberge suite à la demande de Vitali.
Le grand bâtiment éclairé parraissait se mouvoir comme un être vivant à cause de l'animation et du brouhaha qui sortait par les fenêtre. Mais c'était une fois dedans que cela se ressentait le mieux.
Ce bruit... Je me sentis peu à peu comme chez moi au fur et à mesure que les discussions et les éclats de rire s'insinuaient dans meso reilles. Je fit un signe à l'aubergiste et il s'approcha.

-Il vous reste des chambres, lui demandai-je?
-Il me reste 2 chambres de libres, de trois lits chacunes.
-Nous les prenons, dit Aerandir.

Il me sourit en me tapant gentillement sur l'épaule.

-Quartier libre jusqu'à minuit mes amis, reprit-il à l'intention des chasseurs et moi-même tout en payant l'aubergiste. Pas trop de folie, on est la pour le boulot, n'oubliez pas.

Il commanda dans la foulée 5 chopes de bière et éclata d'un rire franc. Nous trinquâmes.
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mar 7 Jan - 15:46

Et bien que d'écrivant dîtes moi...et des bons en plus ^^. Il va falloir que je m'y remette également ! Très jolie texte Tyra encore une fois. Peu de chose à redire tu maïtrise tes temps et tu fais peu de fautes un très bon travail.

Hâte de voir la suite :p
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Ven 14 Mar - 15:49

Minuit était passé depuis longtemps, mais personne ne voulait partir se coucher. Nous écoutions tous les histoires de Vitali. L'alcool semblait lui avoir délié la langue car il ne pouvait plus s'arrêter. j'en appris des vertes et des pas mûres sur les déboires de cette joyeuse compagnie. J'avais la tête légére mais il me semblait ressentir tous les mouvements de la terre. Et j'avais chaud... Terriblement chaud. Je songeai un instant à retirer un peu plus de vêtements mais j'avais atteint la limite de la descence.

Je me levai donc et je leur fis signe que j'allai prendre l'air. Ce fut une veritable épreuve de se déplacer. C'était comme parcourir le pont d'un bateau en pleine tempête de roulis. La porte qui me semblait si loin me rappella sa présence par une douleur au genou. Je l'ouvris et je fus saisi par la fraicheur revigorante de l'extérieur.

Je me retrouvai sur un grand balcon, qui devait être trés agréable au soleil. J'avisai un banc face au château eyt je m'y assis, non sans risquer de chuter à chaque pas me séparant de lui au préalable. Je jettai un oeil au ciel. Le temps était clair, si bien que la pleine lune était totalement visible. Elle était d'un bleu profond et déconcertant. Cela m'absorba tellement que je n'entendis pas la porte s'ouvrir dérrière moi. Une vieille xélorette s'assit à côté de moi.

-Le temps passe, feu-follet, dit elle au bout de quelques minutes. Le temps passe et l'heure approche à grand pas.
-Quelle heure, demandai-je?
-L'heure où la noirceur du monstre avale l'orbe blanche, ta lumière. Mais la nuit viens et la lune bleue, l'astre des femmes, te fera renaître, jeune flamme.

Ce charabia me rappella ce coucher de soleil. Je me retournai pour m'apercevoir qu'elle avait disparut. Je pris le temps de me perdre dans mes pensées. Et surtout de décuver.

Aerandir me sortit de mes reflexions par un simple contact de sa main sur mon épaule. Je me tournai vers lui et, sans savoir expliquer pourquoi, je me jettai sur lui pour l'embrasser.
Il parut tellement surpris que je me reculai, me préparant à m'excuser. Il ne m'en laissa pas le temps car il me prit dans ses bras et m'embrassa langoureusement. Cela m'électrisa et je sautai dans ses bras, le faisant tomber. Je me confondis en excuses maladroites et bégayées. Il éclata de rire et retenta un baiser, auquel je répondis avec joie.

Au bout d'un moment, nous nous levâmes et nous nous dirigeâmes vers l'intérieur. Nous passâmes devant nos compagnons d'où Sylvia me lança un clin d'oeil entendu. Je le suivis vers les escalier puis à l'étage. Il ouvra la pote de la chambre et entra. Je franchis le pallier et je claquai la porte derrière moi. Il me regarda, et je sentais tous son désir pour moi. Arrivait-il à sentir le mien pour lui? Je m'approchait doucement de lui en laissant glisser mon haut le long de mes épaules. Le petit tintement lorsque mon holster tomba au sol avec mon boléro agit comme un signal. Je le poussai sur le lit et je sautai sur lui. La surprise que je voyais dans son regard, celle-là, je l'adorais.
Il m'embrassa et je laissai mes sens contrôler mon corps.


Dans mon sommeil, je sentis quelque chose d'humide sur mon visage. J'ouvris les yeux en sursaut et vis un groin tout rose me renifler. Le marcassinet m'avait suivi. Il sentait la noisette. Je me levai, m'habillai et le pris dans mes bras. Ce fût le moment où Aerandir se mit à ronfler. Cela me fit rire.
Je m'assis au bord de la fenête, tenant un marcassinet dans mes bras. La lune avait disparu dans les nuages et le soleil commençait à illuminer le ciel. Je me sentais bien. J'avais enfin vaincu mes appréhensions, et je m'étais jeté à l'eau. Le résultat était dans le lit, à ronfler comme un phorreur.

-Un jour peut-être, je lui dirais que je l'aime, Noisette. Un jour, mais pas aujourd'hui.
Le marcassinet me regarda de son regard hébété et se blottit contre ma poitrine.
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Ven 14 Mar - 16:26

Dans les nouvelles ce que je préfère c'est le traitement apporte aux personnage et tu y parviens bien
De plus tu réunis les codes de base du drame et je sens le point tournant de ton histoire arrive ^^
Hâte de voir la suite
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Shiki Van Shërza le Ven 14 Mar - 17:58

-Shiki : Jemenfichejemenfichejemenfichejemenfiche... (ect...)
-Lyna : Ignorez-la, elle sais plus ce qu'elle dit après ce passage.
-Stella : Hey, mais ça devient intéressant en fait cette histoire ! Very Happy

Bref, mit à part cette réaction totalement random de mes perso (j'avais envie de faire ça pour une fois), sympa cette petite suite (tain, il c'est enfin passer quelque chose entre Tyra et Aerandir, c'est pas trop tôt ! xD), et oui, comme le dit Birth, le traitement apporter aux personnages est bien fait, et je doit dire que les paroles de la Xélor m'intriguent. '-'
Continu comme ça, et j'ai hâte de voir la suite ! ^^


Dernière édition par Shiki Misaki le Ven 14 Mar - 18:01, édité 1 fois (Raison : On dit "cette" Stella, pas "cet" ! '-')
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mar 18 Mar - 12:08

-Terre en  vue.

A vrai dire, je voyais déja la cimes des arbres depuis un moment. Mais entre la place dans les bras d'Aerandir sur la proue et celle dans les bourrasques sur le nid de pie, je n'aurais échangé pour rien au monde.
C'était la derniére étape avant la fini de la mission, mais aussi la plus dure. Apparement les mulous résistent bien aux poisons et ne se déplace jamais seul, ce qui allait rendre la capture difficile. Aerandir s'approcha du pont et éleva la voix:

-Camarades, aujourd'hui est le jour où nos capacités seront mises à l'épreuve. Si cela tourne mal, n'hésitez pas à mettre hors de combat ces mulous par tous les moyens. Ils sont trop dangeureux pour que l'on les laisses s'en prendre à nous. Mais je préfére ne pas en arriver là.

Nous accostâmes et tous le monde commença les préparatifs. Sylvia et Vitali travaillaient sur les alambics tandis que Xosof, aidé de son Craqueleur, chargeait les cages vides sur une charette. Je me suis dis que c'étais le bon moment pour aiguiser mes dagues. Tandis que je m'atelais à la meuleuse, Aerandir s'assit prés de moi.

-Tu resteras toujours un mystére pour moi, ma chère et tendre. Tu es la seul crâ qui vérifie plus ses dagues que son arc.
-Un héritage de mon père iop j'imagine, répondis-je.
-D'où le côté un peu brutal et spontané, dit-il avec un sourire. Au moins, tu n'as pas hérité de la bravache et du manque de finesse.

Il dépose un baiser sur ma tête avant de repartir se préparer.


Nous tournions depuis presque une heures dans la forêt, quand Xosof nous fit signe:
-Là, regardez. Ils sont 5 et ont l'air de se reposer.

Cela avait tout l'air dêtre des cibles faciles. Nous nous mîmes en position et, au signal, les fléches plurent sur les canidés, seul un en réchappa tandis que les autres tombaient lourdement au sol aprés quelques pas. Le mulou se rapprocha à une vitesse stupéfiante. Avant qu'Aerandir ne puisse bander de nouveau son arc, le mulou lui asséna un coup de patte qui propulsa le crâ contre un arbre. Sans réflechir, je pris mes dagues et je tranchai les tendons au niveau des pattes arrières. Le mulou se retourna vers moi, tous crocs dehors, et je n'eut d'autres choix que de lui planter une dague dans le crâne.

J'entendis l'os craquer ainsi qu'un léger tintement de métal. Le mulou tomba à mes pieds. Je rejoignis en courant Aerandir, suivi de prêt par Vitali et Sylvia. Il avait l'air mal en point avec une large blessure sur le torse causée par les griffes. D'aprés Vitali, ce n'étais rien de grave, il était juste sonné. Je le laissais entre les mains expertes de mes amis, me sentant impuissante, mais soulagé du verdict. J'aidais alors Xosof et son Craqueleur à mettre les mulous en cage. Nous ne voulions pas que l'incident ne se répéte si un mulou venait à se réveiller.

Une fois les bétes en cage, j'allai vers la dépouille pour récupérer ma dague, que je trouvai brisée. Tant pis, j'en ahceterai une nouvelle une fois rentré à Amakna.

Le voyage fut trés long, le vent ne soufflait plus depuis 2 jours. Aerandir se remettait facilement de sa blessure mais le moral été bas. Si le vent ne revenait pas d'ici le lendemain, il fallait tuer certaines bêtes en soute pour pouvoir manger.
Ce matin, je me réveillai nauséeuse. Je n'avais jamais eut le mal de mer, mais je n'étais jamais reset plus d'une demi-journée en bateau. Je courus sur le pont pour vomir par dessus le bastingage. Sylvia était là, elle s'approcha de moi.

-Ca va aller, le vent devrait revenir dans la journée, on sera à Amakna ce soir.

J'acquiesçai avec un sourire, mais j'avais une sensation étrange.


Dernière édition par Tyra Hawke le Mar 18 Mar - 14:00, édité 1 fois
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mar 18 Mar - 13:55

Arf...je suis plus mitigé sur cette partie ^^

Le fond est bon et on commence à entrevoir le drame...je pense que la fin sera plus qu'intéressante. Sur la forme quelques erreurs que je ne voyais pas dans les anciennes parties. Des fautes de temps (par inadvertance) on voit quelques fois le présent utilisé la ou le passé et l’imparfait domine ta nouvelle. Quelques fautes mais on en fait tous ^^. Tu es atteint par la même maladie que moi, l'impatience de vouloir partager tes écris au détriment de la relecture (je fais ca tout le temps :p)

Mais ce ne sont la que de petites fautes sur la forme....le fond lui consolide une histoire dont les fondations étaient déjà ma foi fort belles ! ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mar 18 Mar - 14:31

La fin arrive bientot :p Et j'espére que ça va surprendre tout le monde
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mar 18 Mar - 14:58

Hey hésite pas a commenter mon dernier travail aussi :'(
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mer 19 Mar - 13:32

La route croustillante était étrangement animée. Il faut dire que la place habituellement couverte d'étals d'artisans c'était transformée en véritable zoo.

-Approchez, citoyens d'Amakna! Venez voir les créatures du monde des douzes! Approchez!

Le vieux Leorio, perché sur une table, s'époumonait dans un porte-voix. J'observais la scéne avec un sourire de satisfaction. Cette expédition de 8 mois portait enfin ses fruits. Un sentiment de fierté me gagna.
Je vis Aerandir venir vers moi. Il semblait tout autant heureux que moi de la fin de ce voyage. Lorsqu'il fut à quelques pas, je vis qu'il cachait un paquet dans son dos. Il m'embrassa et me le tendit. Je l'ouvris. C'était une magnifique épée longue, d'un métal noir et brillant.

-Je me suis dis qu'elle serait plus appropriée que des dagues.

Je l'embrassai de nouveau pour le remercier de se superbe cadeau.
Une garde vint vers nous.

-Tyra, enfin te voilà de retour, dit elle.
-Maman!

Je me jetai dans ses bras, la serrant tellement fort.

-Tu ne me présente pas ton ami, dit elle?
-Maman, je te présente Aerandir.
-Enchantée dame Nora, votre fille ne tarit pas d'éloge sur vous.
-Il est plutôt mignon, dit Nora avec un sourire, tu l'inviteras à diner à la maison, Tyra.

Je rougis.

-Bien les jeunes, je reprend ma ronde. Faites pas trop de bétises.

Les autres chasseurs nous rejoignirent, et nous fîmes le tour de l'exposition.
La nuit vint trés vite. Nous décidâmes de passer une dernière soirée à la taverne. Xosof dit qu'il ferait d'abord un tour des différentes cages pour vérifier l'état de santé des bêtes. Le contact des animaux devait lui manquer aprés qu'il ait laissé ses familiers au chenil.

La taverne, n'était pas trés animée, mais cela ne me déplaisait pas. Vitali nous dit qu'il allait voyager pour tenter de découvrir de nouvelles plantes, cela eut l'air d'emballer Sylvia, si bien qu'ils décidèrent de voyager ensemble. Aerandir parla de notre projet de créer un QG pour la guilde, et ainsi former de nouveaux chasseurs.
La discussion allait bon train, quand Vitali fixa la fenêtre d'un air interloqué.

-C'est étrange, dit il, j'aurais juré qu'il n'y avait pas de lune cette nuit.

Nous nous regardâmes. Les mulous...
L'instant d'après nous sortions de la taverne en courant. Xosof était étendu, inerte sous le pied de Leorio.

-Vous n'étiez pas sensé être là, vous déviez partir.
-Qu'as tu fais vieux fou, sécria Aerandir ?!

Le vieil homme posa son regard sur nous.

-Je suis le messager du chaos. Celui qui détruit les fondations gangrenées de l'ancien monde pour offrir les ténebres. Vous ne pouvez pas lutter, subissez le reigne d'Ogrest.

Une muloune apparut à côté de lui et fit apparaitre une lune. Les hurlements des mulous sonnèrent tout autour de nous. Ce malade avait ouvert toutes les cages. Vitali fut le premier à subir. Ce fut comme si des cornes de phorreur lui était apparu dans la poitrine. Et le sang qui coulait à flot de sa bouche ne présageait rien de bon.
J'attrapait mon arc. Aerandir tira sur le vieil homme qui s'enfuit. Je vis l'homme que j'aimais partir à sa suite tandis que Sylvia et moi combattions les créatures libérés. Le combat était âpre, elles étaient en surnombre. Mais nous les tuions une à une. Je ne voulais pas mourir, je voulais que le cauchemard cesse. C'était trop improbable.
Les flammes des lampadaires s'éteignaient. Sylvia fit pousser un arbre à travers les dalles de la place et se tourna vers moi:

-Mets y le feu, sinon on est foutu.

Rien de plus facile, je tirai une fléche emflammée sur l'arbre qui s'embrasa aussitôt. Etrange qu'un arbre aussi vigoureux l'instant d'avant puisse paraître si mort...
Avec effroi, je me retournai vers Sylvia pour la voir adosser à un mur. Sa tête avait une orientation étrange. Les mulous m'encerclèrent. Ils étaient trop proches pour que mon arc soit utile. Je pris mon épée, et m'écriai:

-Approchez, sacs à puces, j'vais vous découper!

La lune vola en éclat. Une clameur venant d'une armée humaine fit fuir les mulous tandis que la garde arrivait.
Ma mère vint vers moi et me pris dans ses bras.

-Tyra ! Est ce que ça va?
-Je n'ai rien maman.

Elle jeta un regard circulaire, qui s'assombrissait à chaque fois qu'elle voyait un corps. Elle me demanda :

-Où est Aerandir?

Sans prendre le temps de lui répondre je partis dans la rue qu'il avait emprunté quelques minutes plus tôt. Plus j'avançais, plus j'entendais les bruits d'un combat, le tintement de l'acier, le vombrissement des fléches.
Je les vis enfin, comme deux ombres dansantes devant une maison en flamme. Ils ne virent.

-Tyra, fuit, cria Aerandir!
-Pas sans toi, lui répondis-je.

Leorio fonça sur moi, une grande hache entre les mains. L'espace d'un instant, je revis les corps de mes amis et je sentis monter en moi la rage de vaincre. Je voulais qu'il meure.
Je me mis en position, prête à le recevoir, mais il s'arrêta. Il se tourna vers Aerandir, et je vis que le cultiste avait reçu une fléche dans la cuisse. Il pris une dague à sa ceinture et la lança sur mon homme. Le crâ la reçu en plein ventre et se plia sous la douleur. Il avait trop de blessures pour tenir plus longtemps debout.
Je ne sentis plus mon corps, mes sesn cédant un à un au vide. Seul ma vue resta, tandis que je vis Leorio s'approcher. Ses jambes ne bougeaient pas pourtant. Etais-je en train de courir vers lui? Il eut un regard surpris quand mon épée traversa son bras, qui se détacha de son corps. L'ouïe me revint, et j'entendis son cri et sa hache tomber au sol. L'odeur du sang arriva à mes narines.
Je lui donnai un coup de pied pour le faire chuter et je me jetai sur lui en lachant mon épée. Je pris ma dague et je lui plantait dans son visage, une fois, deux fois...
Sa tête n'étais qu'un amas de chair sanguinolente lorsque ma dague me glissa des mains. Je pris alors conscience des blessures que j'avais reçues. Quand? Surement en me battant avec les bêtes.
J'entendis un gémissement et je courrus vers Aerandir. Il était pâle, et ses habits ruisselaient d'un sang noir.

-Mon amour, dit-il d'une voix faible. La dague était empoisonnée, il ne me reste plus trés longtemps. Ces derniers mois ont été les plus beaux de ma vie.
-Non, ne me laisse pas!
-Je n'ai plus la force, j'ai trop lutter pour avoir une chance de te parler une dernière fois.
-Je...Je t'aime!

Je sentis des larmes couler sur mes joues. Je l'embrassai, espérant lui donner assez de force pour vivre. Il essuya mes larmes avec son pouce.

-Un si beau visage ne mérite pas de pleurer.

La maison en flamme à quelques mètres s'écroula, plongeant la place dnas le noir.


Noir, c'est tout ce que je vis jusqu'à ce que les torches m'aveuglèrent. On me tira, et je n'avais plus l'envie de lutter. Les hommes m'emmenèrent. Je ne sais pas ce qu'ils voulaient, mais je n'avais plus aucune force, la douleur de mes blessures me terrassait, celle au ventre devait être trés sérieuse.
Nous arrivions à la place principale lorsque je vis ma mère étendu au sol. Je me dégageais avec l'énergie du désespoir et je courrus à elle. Elle réspirait. Mais la flaque de sang dans laquelle nous nous trouvions me terrorisa. Les soigneurs la soulevèrent et je vis que la flaque ne venait pas d'elle. Elle venait de moi. J'étais donc un cadavre en sursis?

-Emmenez-la! cria un homme derrière moi. Elle a perdu les eaux!

Ce n'étais donc pas du sang? Je m'évanouis.

"Il est l'heure. L'heure où la noirceur du monstre avale l'orbe blanche, ta lumière. Mais la nuit viens et la lune bleue, l'astre des femmes, te fera renaître, jeune flamme."


----------------

Au milieu d'une chambre d'orphelinat, une jeune fille rousse ferme un livre.

-Alors tu es ma maman? demanda une petite fille assise non-loin.
-Non, répondit la rousse. Je suis ta tante. Ta mère est bien trop instable pour le moment. Mais ne t'inquiète pas, tu la verras.
-Et mamie?
-Ses blessures l'ont laissé dans une chaise, elle ne peut plus utiliser ses jambes. Mais elle est toujours en vie.

La petite fille prend une moue triste.

-Ta mère a récupéré les animaux de Xosof au chenil, elle a repris les travaux de Sylvia et Vitali en essayant de recenser toutes les espèces végétales. Mais elle est sans cesse obsédé par les mulous et le culte d'Ogrest...
-Comment ils s'appellent mes parents?
-Tyra Hawke et Aerandir Nayamir, ma petite Sylvia.

----------------

Au milieu de la taverne du Feubuk, à une table, est assise une jeune femme. Elle boit sa bière et repose brutalement sa chope parmis la dizaine d'autres sur la table. Elle écoute autour d'elle. Son regard tombe sur un sacrieur blond et un iop aux cheveux roses.

-Elles en mettent du temps les filles, dit le iop. Si ça continue on va rater le bateau.
-T'inquiète pas Ihephe, repond le sacrieur, les mulous peuvent attendre un peu.

La jeune crâ se lève et s'approche des deux hommes.

-Vous allez au royaume Sadida?
-Oui, dit le iop. Pourquoi?
-Je pourrais me joindre à vous? J'ai quelques affaires à régler là bas.
-Dans ce cas, bienvenue dans notre compagnie, dit le sacrieur. Je m'appelle Birth, enchanté.
-Moi, c'est Tyra.

Une autre crâ vient vers les aventuriers.

-Tiens Shiki, dit Ihephe, c'est pas trop tôt.
-Parfait, on va pouvoir y aller alors, dit Birth.

Tyra se retourne et la voie. La silhouette se déssine devant la fenêtre, découpée par la lumière bleue de la lune.


Dernière édition par Tyra Hawke le Mer 19 Mar - 13:56, édité 2 fois
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mer 19 Mar - 13:43

gggggggggGRAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!!!

Une histoire qui se termine a toujours autant de saveurs, surtout quand elle laisse des questions sans réponses ! Bien écrit, bien amené et bien finis telle est ton histoire Tyra.

Gros fan de la fin avec son arrivée dans le groupe. Tyra ayant déjà eu un enfant ca c'est la méga surprise et ca étoffe le Background. Rien à redire c'est une belle histoire et la voilà finie.

Merci de nous avoir transportés le long d'un périple, j'ai aimé cet histoire et je ne peux guère dire plus ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mer 19 Mar - 13:53

Et maintenant j'hésite à la mettre sur le forum officiel...
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mer 19 Mar - 13:56

Vas y c'est toujours sympa ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Tyra Hawke le Mer 19 Mar - 14:32

http://www.wakfu.com/fr/forum/137-histoires-jeu-role/353144-bg-tyra-ivresse-jeunesse
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 24
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Shiki Van Shërza le Mer 19 Mar - 15:29

Ouah, alors ça pour une surprise, c'est une surprise ! Surprised
Très sympa en tout cas comme nouvelle, et je rejoint l'avis de Birth sur la majorité de ce qu'il a dit ! ^^

Bon... On dirais que c'est a mon tour d'écrire maintenant !
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Birth le Mer 19 Mar - 15:57

Hay m'oublie pas j'ai encore des écrits à vous livrer aha ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Shiki Van Shërza le Mer 19 Mar - 16:58

Je sais, mais je disait ça car je suis actuellement le seul à n'avoir encore rien écrit ! '-'

H.S :
D'ailleurs, je prépare actuellement deux nouvelles, la première intitulé simplement "Stella" (pas la peine de vous dire de quoi ça va parler) et une seconde qui arrivera après, et que pour le moment je nomme "Unhappy Refrain", mais dont je ne révèlerais rien pour le moment.


Dernière édition par Shiki Misaki le Mer 19 Mar - 17:04, édité 1 fois
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ivresse de la jeunesse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum