Le prince, le pauvre et le voleur.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Sam 7 Fév - 2:14

"Et après Brakmar, c'est Amakna...."
Lenz n'aimait décidément pas l'Histoire. Ça ne servirait pas à ce que lui, forge la sienne! C'est vrai, quoi. Il mènerait son armée contre les oppresseurs, et se libérerait lui-même de ses chaines dorées. De ces accoutrements lourds et ridicules. Et de cette couronne voyante.

Et de ces jugements populaires ridicules, aussi.
Au lieu d'écouter les disputes de ces paysans, dont l'un aurait volé le blé pour nourrir sa tofoune, et l'autre aurait pris la tofoune pour l'engraisser et le vendre, il avait juste envie de retourner sur l'herbe douce.

"Je serais pas un héros en jugeant juste ces disputes idiotes."
"Tu n'as pas le choix, Lenz. Un jour, tu devra le faire toi-même. Alors, apprend."

Lenz soupira, agacé. Heureusement, ils arrivaient dans les derniers jugements. Le suivant était un paysan, trainant une petite silhouette en capuche.

« Gouverneur, ce jeune étranger a voulu voler à l’étalage, s’est enfuis, a renversé un chariot peins dans sa fuite, et a salit une semaine de bonne farine. Je demande trois semaines de travail gratuit pour la réparation. »

Lenz fronça les sourcils. Visiblement accroché à sa capuche, le coupable refusait de se montrer. Mais Lenz n’avait jamais vu des bras à la peau aussi blanche, et comprenait que l’homme en ai déduit qu’il était un étranger à l’île. Surement un clandestin venu avec une cargaison de commerce. Clair, il en avait déjà vu, mais blanc, jamais.
Le va-nu-pied portait bien son nom, ses pieds minuscules étaient gris poussières, et enfarinés. Lenz ne lui donnait pas plus d’une dizaine d’année, à ses minuscules proportions. Une seule de ses mains rentrait dans ses poings sans problème, et il se tenait courbé en avant. Et tellement maigrichon qu’il semblait tenir sur des bout de bois de bouleau.

« Il mourrait sous le soleil et le labeur. Il ne peut pas vous rembourser ainsi. »
« Père, vous n’avez qu’à rembourser ce monsieur pour ses pertes, et l’enfant travaillera ici comme domestique jusqu’au remboursement. »

Le père souria, fier que son fils s’interesse enfin aux tâches qui lui reviendraient un jour. Lenz, poussé par la curiosité, sauta de son trône miniature. D’un pas vif, il vint droit sur l’étranger blanc. Celui-ci voulu reculer, mais le paysan n’avait pas laché son bras. Lenz s’adressa à la capuche.

« Je suis sûr que tu as fuis la guerre, hein ? Tu cache des cicatrices ? Montres moi ça ! »

Impatient, le blond agrippa un pan de la capuche crasseuse. Reculant un peu trop, l’etoffe fragile se déchira en un bruit sinistre. Le paysan, agacé de la résistance, rabati le reste par-dessus la tête du fautif, puis le lâcha en hurlant.

« Ha, un Blanc Maudit ! »

Une bonne partie du peuple frémit et recula, d’autres partirent carrément par la porte. Lenz, lui, détaillait l’enfant. Comme il l’avait déjà vu, sa peau était entièrement blanche. Mais en plus de ça, il avait les cheveux blancs comme un vieillard, et des yeux rouges comme les baies de houx. Il était effectivement tout maigre, sûrement la raison de desespoir qui l’a poussé au vol à l’étalage, et il lui arrivait à peine au ventre en taille.
Il entendis son père parler, alors qu’il observait les guenilles vertes sales qui habillaient le gosse.

« Un enfant Albinos. Hé bien diantre, ce n’est pas courant. »


Lenz se rappelait vaguement en avoir entendu parler dans des histoire. Des trucs de shushus qui se manifestaient sous une forme dénaturée, voulant tellement claircir leur peau noire pour se fondre chez les humains qu’ils en devenaient blanc, et gardaient leurs yeux rouges maléfiques.
En l’occurrence, l’albinos avait plutôt l’air apatique que maléfique.
Il avait même pas l’air effrayé. Plutôt… résigné.
Lenz se dirigea droit sur lui, et lui tira le bras sans vergogne, sous l’œil exaspéré de son père : il fallait toujours qu’il trouve une idée pour fuir certaines de ses obligations…

« Aller hop, tu sera mon nouveau valet de chambre ! »
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Tyra Hawke le Lun 9 Fév - 14:57

Hum... Birth en "gamin hyperactif"... Nice ça colle parfaitement à l'idée dont j'me faisais de son enfance Smile

Toujours rien à dire, un style qui a fait ses preuves. Et que j'aime Smile Une suite de prévue?
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 23
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Lun 9 Fév - 18:10

Yep! Mais j'attend les episodes 5 et 6 du BG de Lenz avant! ^^
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Ven 6 Mar - 10:53

1- Coeur de pierre

Étendu dans l'herbe, Lenz roula sur le ventre et poussa un geos soupire, sa couronne princière roulant dans le prés. Finalement, rien se passait comme prévu.

- Encore en train de te plaindre, gosse de riche?
- Ta gueule, va-nu-pieds.

Le jeune voleur roux pris ses aises à coté de son camarade. Ils s'étaient rencontrés de manière fortuite, il y a un long moment, et leurs piques était leur moyen de se montrer de l'affection.

- Alors, ces deux premiers jours avec l' étranger? Ça roule ou ça pète?
- Ce qui signifie?

Parfois, leur différence de langage les éloignaient....

- Bah, ca fonctionne bien ou pas?
- Ben, il m'énerve!

Le voleur haussa un sourcil. Il pensait que ce prince allait être content d'avoir un jouet, lui qui s'embète tout le temps dans l'enceinte du palais, mais il avait plutôt un air frustré.

- Il comprend pas la notion de jeu, il montre aucune émotion, il est plus plat qu'un épapagneul devant un champs de blé, et il respecte l'étiquette à la lettre! Pire qu'un domestique!
- Et il vous ammène des ennuis, l'albinos?
- Il s'appel Albynn. Et c'est des fadaises, ça. Y s'est rien passé.
- Ouai. Pour le moment.
- Pessimiste.
- Pas de fumée sans feu.

Lenz gromella. Il pensait pouvoir supporter la vie de prince avec un ami du peuple à ses cotés, mais le concerné n'arrivait même pas à sourire. Sa compagnie en était déprimante.

- J'sais c'qui l'déverrouillerait ton pote! V'là don' c'que tu peux lui planquer...

Lenz pouffa de rire. Ça allait forcement marcher, ça!


Dernière édition par Albynn le Sam 21 Mar - 0:08, édité 1 fois
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Mama Koi le Lun 9 Mar - 21:11

C'est quoi ce racisme envers les pales hein?
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Sam 21 Mar - 0:09

Ben, c'est le bg de mon perso, inspiré de la maltraitance des albinos africains.
Paragraphe 1 terminé et édité!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Sam 21 Mar - 0:23

2-Crime de lèse majesté

La préparation et l'apprentissage lui avait couté un peu de temps. Mais cette nuit, Lenz était certain de briser la carapace du coeur de l'eni.
Le plan de Jolian était tout bète. Pour briser un coeur de pierre, il faut une émotion forte, et celle que connaissait le mieux le voleur, c'est la peur. La peur qui donne des ailes au fuyard, la peur qui pousse une mère à soulever des poids inhumains pour sauver leurs enfants, la peur qui peut clouer des hommes et des femmes, prostrés à genoux devant les hommes du pouvoir.
Ho que oui, il la connaissait.
Lenz, lui, ne l'avait vue que par les livres. Et bien des personnes avaient étés illogiques, tenaillés par la peur.
Jolian l'avait entrainé, durant quelques jours, à se déplacer sans bruit. Il n'avait pas forcé le jeune seigneur à la perfection, car un palais aussi tranquile pousse tout le monde à dormir sur ses deux oreilles. Sa maitrise incomplète suffirait largement.
Lenz lui même trouvait la tâche plutôt excitante. Déjà, car ca sortait de son train-train quotidien. Ensuite, il y avait l'angoisse de se faire prendre. Non pas qu'il y risquait quoi que ce soit, même pas les foudres de son père, mais devoir reporter l'affaire le frustrerait encore plus. Sans compter que son père pourrait décider de mettre des gardes de nuit les fois suivantes.

À pas lents et feutrés, il progressait dans le couloir. Jolian lui avait conseillé d'être pied nu, ou au pire, en bas de soie pour éviter de faire du bruit. "Si vos douillets pieds royaux vous l'permettent! "
Piqué dans sa rebellion, il y était allé pieds nus. D'un autre coté, le sol couverts de tapisseries l'aidait bien. Il sentait enfin ses pieds libres, sans les sangles de cuir qui lui mordaient la chaire. Si seulement il pouvait se libérer lui aussi de ses chaines royales dorées, comme ses pieds de ses courroies de cuir...
Il stoppa ses pas devant la porte miteuse des serviteurs. Il s'agissait de pousser la porte sans la faire grincer. "Le mieux, c'est de la faire soulever de ses gonds." Il avait précisé, sous le regard interrogateur de Lenz: "La soulever pour qu'elle frotte pas sur ses appuis, quoi!"
Lenz s'était entrainé tout seul sur sa propre porte, faute de pouvoir ammener son ami voleur pour superviser le travail.
Fébrile, il entendit à peine un grincement. Vite, il rentra, et écrasa du jus de grenade sur sa figure en étalant bien. Le liquide rouge lui chatouilla le nez. Puis il s'enveloppa du drap troué récupéré aux réserve: rien n'est jamais gâché au chateau. Il aurait probablement finis en chiffons, ou en robes de ménages. Il trouva rapidement une silhouette malingre, sous ses draps, à la lueur du croissant de lune. Faisant frotter légèrement le tissu sur le sol, et sa lampe prête, il s'approcha du lit, s'assurant de faire de légères secousses pour réveiller le concerné. Et une fois arrivé vers l'oreiller, il sortit sa lampe et entonna un fort:

- Houuuuu! Je s-

Il n'eut pas le temps de finir sa tirade de frayeur. Un chandelier surprise le percuttqn violemment et l'envoya rouler au sol. Les lampes à huiles furent vite sorties, les servitzurs en chemise de nuit vinrent secmasser autour du chantier.
Le plus proche de Lenz hurla:

-Par les Douze, le prince est mort!

Simultanément, les regards se braquèrent sur l'albinos. Il portait un chandelier à la main, mais pas par le pied. Pied sur lequel se trouvait une tâche rouge. Les servitzurs se massèrent droit sur lui en même temps que le serviteur ailé se changeait à nouveau en fuyard.

- Attrapez-le, ou c'est votre tête qui paiera la mort royale!


Dernière édition par Albynn le Sam 21 Mar - 22:59, édité 1 fois
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Lashet le Sam 21 Mar - 13:26

Oh mon dieu! Il vont l'attraper! D: Non plus sérieusement,encore super! J'adore l'ambiance,l'écriture et c'est compréhensible! Continue comme ça bybynn c'est super! Very Happy
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Mama Koi le Sam 21 Mar - 13:40

Boom headshot! Et bien je connais un Albynn qui va payer les pots cassés^^!
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Sam 21 Mar - 14:38

Ca arrivera plus aujourd'hui, mais à l'époque, Alb avait l'habitude de passer de ville en ville en vivant et se nourrissant dehors. Par self defense, il ne dormais donc jamais profondement, pour pouvoir réagir et fuir.
Exactement ce qui vient de se passer x)
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Birth le Mar 12 Mai - 10:16

J'adore ce texte, l'idée de la rencontre d'Albynn et de Lenz à cette époque est vraiment fun x)

C'est bien foutu et on sent les liens pouvant se tisser entre les deux, en plus les situations deviennent coquasses...Lenz est déjà à terre et moi...j'attends la suite :3
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Sam 23 Mai - 12:41

*pouic* La vala ta suite, môsieur!


3-Briser la glace

Lenz avait un horrible mal de crâne en se réveillant. Pas étonnant quand on se prend un pied de chandelier dans la tête à la vitesse d'une dragodinde au galop...

-Sapristi, qu'est ce qu'il s'est passé...?

Il avait un bandage sacrément épais sur la tête, et bien sûr, on l'avait mis dans son lit. Il essayait de se remettre les idées en place quand la surveillante se mit à crier vers le couloir:

-Le Prince s'est réveillé! Vite, informez sa majesté!

Lenz en avait ras la topinambour. On le prenait encore pour un machin fragile. Il n'est pas un vase, sapristi! Tout les rois se blessent à la guerre, et on en fait pas tant un fromage, dans les bouquins! On les voit même en héros! Ha, si ça pouvait être son cas... Être un héros.
Et pire encore, il avait encore raté son coup. Pour être autant aux aguets ainsi, il s'était trompé sur son compte. Timide... Mon oeil. C'était juste un psychopathe. Il allait en avoir le coeur net.
Il vira sa couette, déterminé à montrer qu'il est fort, et se mit sur ses deux jambes.

-Ne vous fatiguez pas, je vais le voir de moi-même séance tenante.

-Voyons, Prince, vous devez rester couché!

Il s'éloigna en ignorant ses maux de tête, ainsi que la pauvre servante.



Dans la salle des plaintes, le roi faisait encore et encore passer les plaintes des petites gens. Jusqu'a ce que tout le monde sursaute au claquage de porte de son fils, visiblement remonté.

-Ha, fils. Tu arrives à point nommé pour tes cours pratique de Justice.

-Je m'en moque, de mes cours. Qu'avez vous fait de mon agresseur? Vous l'avez tué?

Il n'était pas rare qu'un esclave jugé dangereux soit executé après une bévue. La populace présente frisonnait. Etant donné la colère du jeune Prince, il vallait mieux pour lui que le coupable soit déjà mort.

-Etant donné que c'est ton premier esclave personnel, je te laisse le soin de le punir par toi-même. Il est dans le cachot de l'aile ouest, à coté de la salle à torture.

Ni une ni deux, le jeune homme s'en retourna sur ses pas. Le roi soupira, espérant qu'un jour, son fils ai la bonne volonté d'apprendre. Le reste de la salle, elle, tremblait encore devant l'aura de colère pourtant déjà partie. Pourvu que le jeune prince ne devienne pas un tyran...


Cerné par sa colère noire, Lenz dévalait les longueures de couloirs. Les serviteurs, effrayé par son état, lui laissaient le passage sans lui accorder un mot. Tant mieux, il n'avait pas de temps à perdre. Il se fit accompagner du garde des cachots jusqu'à la cellule de l'eniripsa, lui demanda l'emplacement des "outils", et le congédia. Le garde n'en fût que trop content, et pris la poudre d'escampette. Il espérait juste ne pas être de corvée de nettoyage pour disséminer le massacre, après.
A priori, le va-nu-pied n'avait pas trop morflé. Un bleu ou deux, des marques de griffures sur la joue, et c'est tout. Probablement n'avait-il pas jugé utile de se débattre devant le surnombre de servants. En revanche, il avait eu droit à la totale des attaches: chaines aux pieds, et les attaches murales aux mains. Lenz soupira, s'en allant chercher quelque chose dans la salle voisine.
L'eniripsa leva à peine le regard sur lui alors qu'il poussait la porte de cellule en trainant le fouet derrière lui.

-Bien. Tu as fais une erreur, et tu vas recevoir ta punition. Je peux être clément si tu t'excuse.

Le concerné ne bougea pas d'un cheveux. Lenz en avait ras la chique. Il pensait qu'il était juste timide, mais non. Ce gamin devait être hautain. Ca explique qu'il ne parle àpersonne, ne sourit pas, et ai refusé ses amitiés. Il n'était pas maladroit, mais égoiste. Dans le cas contraire, il devrait être mort de peur et le supplier au lieu de garder sa fierté. Le prince leva son arme, et le claquement résonna dans tout le couloir des cachots. Là où il avait frappé le mur, un peu de poussière chuta sur le prisonnier. Le pirnce craqua, lâchant son arme et empoigna son esclave:

-Bon sang, mais t'es un monstre ou quoi? Tu es censé être mort de peur et crier grâce, au lieu de garder ta fierté! Je voulais qu'on soit amis, moi! Pourquoi tu le veux pas? Tu te crois tellement au dessus des autres, c'est ça?

-Amis...?

L'eni avait relevé les yeux sur lui, et pour la première fois depuis son arrivée, le prince lisait quelque chose dans ses yeux: de l'incompréhension. Pour la première fois, il lui semblait humain, et même gamin.

-Bien sûr! Je t'ai emmené faire des jeux, on s'est promenés, je t'ai invité à manger, et tu n'as jamais ouvert la bouche!

-Je ne sais pas en quoi ça consiste...

-De quoi?

-Être "amis".

Gros silence. Le prince n'avait jamais pensé à ce problème. Pour lui, la notion d'ami est aussi fondamentale que manger et dormir.

-Si c'est pour ça que tu ne te lie à personne, pourquoi n'est tu pas en train de hurler grâce alors que j'avais manifestement l'intention de te battre? C'est totalement injuste, tu n'as fais que te défendre!

-C'est la règle. J'ai levé la main sur un prince, alors que c'est interdit. J'ai enfreint la loi, et je dois en subir la punition.

-Et tu n'as aucun sentiment d'injustice pour ça?

Silence. Lenz s'accroupis, décidé à profiter de la lancée.

-Tu ne trouve pas ça injuste?

-J'ai bloqué mes sentiments quand j'ai fuis mon village...

Le prince cligna des yeux. Impossible, on peut pas bloquer ses sentiments comme ça. Il faudrait être inhumain! Pourtant, ça expliquerait tout. Sans sentiments, il se contente d'obéir aux lois, justes ou non. Se sachant coupable de l'avoir frappé, il ne s'est donc pas vraiment débattu, et il ne crie pas grâce. Il obéit à tout les ordres comme un chienchien, non pas pour avoir la paix, mais parce que c'est la loi qui dicte son comportement. Mais, s'il les as bloqué, c'est qu'il en a eu, et qu'il pouvait en réavoir. Une lueur d'espoir.
Le prince alla décrocher les clefs de la porte, et vint défaire les chaines.

-Hé ben Albynn, dorénavant on est amis, et je compte bien te voir à nouveau rire et pleurer un jour!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Birth le Dim 24 Mai - 11:26

C'est trognon !

T'arrives toujours a bien cerner mes persos beuboune...ce Lenz là correspond bien à celui qu'il était Very Happy

J'adore et nl'histoire entre les deux s'annonce passionnante !

(:3)
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Mer 27 Mai - 13:26

4-trio

Personne n'avait rien dis lorsque le prince était revenu, esclave sur les talons, visiblement sans avoir rien. Quelques uns chuchottaient qu'il cachait les séquelles sous ses vêtements, d'autres qu'il l'avait torturé à coups de poison. Lenz trouvait ça insupportable. Il est un héros, pas un monstre!
L'air de chienchien battu de son nouvel ami ne l'aidait pas beaucoup. Il tentait donc de lui apprendre à avoir un port fier. Enfin, à au moins se tenir droit, quoi.
Ryfus avait cédé au caprice de son maitre en le laissant assister aux leçons. Mais là où Lenz pensait pouvoir en profiter pour chahuter comme sur un banc d'école du peuple, il se retrouvait lui aussi à apprendre des choses. En effet, l'eniripsa voulait comprendre le fondements de ce qu'il avait pû voir en voyageant, et ses questions profitaient aussi à Lenz, qui apprenait sans faire attention.
Voir l'exterieur était un rêve pour lui. Un jour, ce serait lui qui ferait l'Histoire!
Mais pas tout de suite.


Profitant d'un moment de répis, Lenz s'en alla voir son pote Jolian. Mais cette fois, il avait entrainé sa nouvelle ombre avec lui: Albynn.
Mis face à face, Lenz leur donnait un air ressemblant: rachitique à cause de la vie de la rue, vétus de bric et de broc, et une lueur ténue dans les yeux qui laissait paraitre la dureté de la vie extérieur.
Albynn s'inclina brutalement:

-Enchanté de faire votre connaissance, monsieur.

Jolian haussa un sourcil, et mit une tape sur l'épaule de Lenz en s'esclaffant:

-Hé, t'as entendu! Il m'appel "monsieur" comme si j'étais un de tes coincé de la cours! Bouaha!

Lenz, lui, ne riait pas. C'est vrai que l'eni était encore trop formel, mais il vallait mieux appeler un type de la rue "monsieur" que de tutoyer un des nobles de sa cours. Cette cours si ennuyeuse et désespérante.
Il tapotta la tête blanche:

-C'est bon, Alb, c'est un ami donc tu peux le tutoyer.

-Ha? Bon. Enchanté de te rencontrer, monsieur.

Jolian roula sur le sol sans aucune retenue, mort de rire. Lenz, lui, se frappa le front. Pas simple d'apprendre les codes d'amitier à quelqu'un qui se cantonne au pied de la lettre et aux codes de société... Il poussa Jolian du pied.

-Arretes de te moquer, il apprend! Aide moi plutôt, espèce de sale voleur!

-J'volerais pas tes responsabilités, fils de bourge!

-Vous battez pas!

Lenz et Jolian cessèrent leur face à face, et tournèrent simultanément le regard vers le troisième compère. Compère qui avait l'air inquiet.

-Hein?

Lenz ne comprenait pas trop de quoi il s'inquiétait. Jolian, en revanche, se remit à rouler de rire.

-Vous étiez en train de vous insulter...

Lenz se frotta la figure. Ho, oui, il y aurait beaucoup, beaucoup à faire...
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Birth le Jeu 28 Mai - 9:09

Le trio est terrible ! Et le Byboune trop formel est si génial x')

J'veux ma suite ô ma pitite scribouilleuse :p
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Lashet le Jeu 28 Mai - 11:40

Ouiii! Plus de albyyyn! On veut la suiiiite! e_e
Ps:C'est super bien écrit,j'adore!
Pps:LA SUIIIIITE!
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Mar 16 Juin - 11:05

Bah, sans sentiments, il pouvait que se fier aux codes sociaux et aux lois de nations!
Mais contente que ca te plaise!

5-Pierre fendue

Albynn était debout, les bras écartés. A force, il avait mal aux bras. Lorenzo, lui, avait la tête dans les armoires royales. Il s'était obstiné à apprendre à son nouvel ami à avoir un port fier, mais il avait toujours l'air d'un souillon, sans bon vêtements.

-Ha, essayons ça.

La tâche n'était pas aisée. L'eni était bien plus jeune, donc plus petit que lui. Et il restait bien plus maigre malgré qu'il l'ai fait participer aux repas royaux, au grand dam des serviteurs.
Ensuite, il y avait sa couleur. Blanc comme il était, les vêtements sombre contrastaient bien trop avec sa peau pour être harmonieux, et les clairs, pas assez. Il fallait un juste milieux. Comme un bleu marine, un rouge carmin ou du vert émeraude.

- Ha, voilà. Enfile ça.

Il lui lança un vêtement. L'eni le reçut en pleine figure. Dubitatif, il entreprit de l'enfiler pendant que Lenz regardait par la fenêtre. Qu'est ce qui l'empechait de partir de cette cage dorée, au fond? La peur, surement. La peur et l'apprehension d'un monde inconnu. Un monde dur, et sans pitié pour ceux qui n'y sont pas préparés, comme lui.

-J'ai fini.

Lorenzo Dogail se retourna, puis s'écroula de rire.
Il avait offert à l'eni sa tenue de parade de jeunesse. Un bel ensemble rouge et or, paré d'épaulettes tressées et d'un pantalon noir et bordeau.
Le problème, c'est que l'eni n'avait aucune convention d'habillage. Il l'avait boutonné la veste vers la gauche, comme pour les femmes. Les épauletyrs non ajustées se cassaient la figure sur le bord des ses épaules frêles, la ceinture était hors des passants et trop serrée. La chemise n'était pas rentrée, et le pourpoint pas accroché. Lorenzo eut du mal à se contenir le temps de rectifoer tout ça. Il dût ajudter les épaulettes plusieurs fois, la carrure du nouveau porteur different radicalement de la sienne.
Il fut unpeu deçu de ne plus trouver mayière à rire. Il plongea une nouvelle fois dans l' armoire, prenant une boite à chapeau.

-Tiens, essaye.

Le concerné ouvrit la boite et pros son contenu, la posa sur une chaise dorée voisine, et posa la coiffe haute sur sa tête.
Lorenzo ne fut pas déçu et repartit dans un fou rire: le chapeau trop large venait de lui glisser sur les yeux, butant sur son nez.
Celui-ci remonta le chapeau:

-Je crois que ce chapeau ne me va pas, Lorenzo...
-Lenz! Je t'ai dis de m'appeler Lenz, le corrigea le concerné en se relevant. C'était juste pour rigoler, tu as pas besoin de le porter.
-Mais, "Lenz" n'est pas ton prénom. C'est "Lorenzo".
-C'est un surnom!
-Un sur-nom? Un nom par dessus le nom?

Lorenzo se retenu, il commençait à avoir un serieux mal de ventre à force de se gondoler de rire.

-Un surnom, ça sert à désigner un proche, avec de l'affection.  Assez souvent, c'est une diminution du prénom, ou un nom en rapport avec sa vie. Par exemple, toi, ça peut être Alb. Jolian, je le surnomme parfois "sale voleur".
-Mais, c'est une insulte, ça, non?
-Non, parce qu'on est amis et qu'on sait que ca n'a pas de but péjoratif. Venant de quelqu'un d'inconnu ou d'une connaissance en colère, ça serait une insulte. C'est plus une gentille moquerie.
-Ha? Bon.

Lorenzo n'attendis pas plus pour embarquer l'eni, direction la ville.

À la cabane habituelle, ils retrouvèrent Jolian. Celui ci leur présenta deux capuches crasseuses, avant de s'exclamer devant la nouvelle allure de l'eniripsa.

-Hé ben dis donc, tête de chaux, c'est du changement, ça!
-Merci, sale voleur.

Un instant de silence s'installant avant que Jolian éclate de rire, gratifiant le jeunot d'une tape dans le dos.

-Mais c'est qu'il apprend à causer, le petit!
-Au lieu de le charrier, pourquoi tu as eu besoin de nous?

Le voleur se reprit.

-Un de mes protégés s'est fait chopper par une bande rivale en allant chipper sur leur territoire. Les autres ont trop peur de leur influence pour m'aider, et vu que vivez pas dans ces bas-fond, vous vous en foutez. Suffit de les distraire et je leur marave la tronche par surprise.
-Ca me va.


Deux capuches et deux voleurs courraient comme le vent dans les rues. Pas le moment de parler remerciements, ils avaient besoin de tout leur souffle pour courir. Pour Jolian et son acolyte, c'était la routine. Pour Lorenzo, c'était une sensation nouvelle. L'adrénaline de la course, du danger, une ville à la fois si proche et lointaine. Jamais il n'avait parcouru la capitale ainsi. Chaque recoin inutile se changeait en potentielle cachette, les fentres et les étalages étaient des obstacles à franchir, parfois à lancer. C'était comme un jeu, un jeu dangereux. Quand à l'eniripsa, c'était la réouverture du passé: la fuite à tout prix.

-Prochaine gauche, dit Jolian, économisant son souffle.

Il rentrèrent dans la ruelle sombre et sale. Derrière, les courseurs finirent par s'arreter à l'entrée. Jolian fit signe de s'arreter, haletant. Lorenzo le questionna entre deux souffles.

-Pourquoi ils rentrent pas?
-On est dans la zone d'un clan allier plus puissant. S'ils nous cassent la gueule là, ils viendront la leur casser.
-Punaise, on dirait de la politique, ton truc...
-Salut Jojo.

Une voix claire sortait de l'ombre. Sur un tonneau, une jeune fille aux vêtement bleus rafistolé leur indiqua le fond de la ruelle. Elle avait de longs cheveux blonds poussièreux, et des candales de cuir.

-Tu connais le chemin pour parler au boss. Il voudra surement piger pourquoi t'ammène ces bouseux chez nous.
-Toujours aussi sympa, Kaya.
-Silence et bouge toi. Et c'est qui, ces deux là? Y'a pas eu d'nouveaux d'puis la famine. T'enrole des étrangers?

Lorenzo haussa un sourcil. Les femmes n'étaient donc pas toutes les petites choses fragiles et dorlotées du palais. Celle-ci avait bien l'air d'en avoir vue des vertes et des pas mûres, et son caractère autoritaire vallait autant que celui de Jolian. Ce dernier fit un vague geste de main.

-T'occupe, c'est juste deux bourges qu'aprennent la vie. Aller, hop les gars.

Ils avançèrent dons vers l'impasse. Jolian, lui, expliquait ce qu'auraient à faire ses deux amis.

-Bon, vous causez pas et vous répondez pas aux provoc'. Immaginez qu'vous êtes deux statues et ça ira. Pigé?

Il se retourna vers ses prédécesseurs, et haussa un sourcil.

-Rho, mais pioute. Va chercher ton pote, le bourge.

Lorenzo se retourna, et constata que le troisième compère ne suivait effectivement plus. Il était resté quelques kamêtres en arrière, devant la surveillante de la ruelle. Le prince avala la distance et posa lourdement sa main sur l'épaule de l'eni.

-Bah alors, vieux, tu révasse?

Le concerné tourna la tête, puis cligna des yeux.

-Heu, quoi?

Sans attendre, le prince le tira par le bras, passant devant. Et tant mieux, car l'eni ne fixait qu'une chose: la silhouette, assise sur son tonneau, qui s'éloignait.


Dernière édition par Albynn le Ven 19 Juin - 10:56, édité 1 fois
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Lashet le Mer 17 Juin - 0:48

Oooh le albynn qui se fait habiller! C'est trop mimi! LA SUIIIIITE!
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Ven 19 Juin - 10:57

Hop, edité.
ON COMMENTE PAS QUAND Y A DES "[...]" A LA FIN! Rontudju!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Sam 20 Juin - 13:23

6-La Cours

Et encore une fête. Lorenzo en avait ras-le-bol. C'était agaçant, comme retrouvailles. Il devait encore supporter les blablas de ses semblables. Le jeune noble qui lui le noyait de parole be l'intéressait que pour savoir si sa couche dr graisse lui permettait de flotter sur la mer.

-Je concède que la marquise avait ses raisons, mais tout de même, cela est inconsidéré que de ridquer autant en envoyant un bateau vers le continent...

Le fameux bateau de la marquise. Un navire qui n'accostait qu'une fois par mois, ramennant des centaines d'objets inconnus. On ne parlait que de ça, souvent en critique. Ces mêmes personnes étaient les premières à sauter sur les rares marchandises. Le navire ne devrait d'ailleurs pas tarder.

"Une belle bande d'hypocrite", se disait le prince en allant vers la fenêtre. L'eniripsa était appuyé sur le balcon, absent. Lorenzo lui tapa l'épaule, ignorant le gros bedonnant qui l'avait suivit.

-Ca fait des jours que tu révasse. Ça va pas?
-Votre majesté, vous ne pouvez vous pereyyre de parler en égal à un serviteur! Je suis votre ami, et je vous met en gardes sur les répercussion que....
-Je vous congédie, mon ami. Il est de mon propre devoir de souverain de veiller au bon services de mes serviteurs.

Malgré le costume resplandissant que Lorenzo lui avait donné, personne au palais n'ignorait que l'eniripsa était un esclave. Le joufflu s'en alla parler avec un autre bourgeois, heureux que le prince l'ait appelé son "ami".

"Pire que les chienchiens", se disait Lorenzo. "On leur donne des miettes de pains moisi, et ils remuent la queue..."
-Ca fait trois jours que t'es bloqué ainsi. Qu'est ce qu'il y a?
-Je sais pas, je pense à la fille, Kaya...

Lorenzo souria à pleines dents.

-Houuuu, toi, tu as le béguin!
-Le béguin?
-Tu es amoureux!
-Ha?

Il s'attendait à une protestation ou un déni, mais il avait plutot l'air interloqué.

-Et qu'est ce que je dois faire, alors?
-Tu dois lui faire la cours, la séduire! Envoie lui des cadeaux!
-Mais, je n'ai rien que je puisse donner...
-Détend toi, je vais t'aider.

Kaya battaot des pieds sur son tonneau. La vie de la rue n'était pas des plus drole. Hélas, c'était le destin des abandonnés. Un petit garçon de course du clan attira son intention.

-Tiens Kaya, un colis du palais, t'as de la veine!

Et il lui tendit un enorme bouquet de fleur exotique. Kaya sourit, heureuse.


Dernière édition par Albynn le Jeu 2 Juil - 22:08, édité 1 fois
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Lashet le Dim 21 Juin - 2:52

Oooh! Albynn amoureux! c'est trop mignon! LA SUIIITE! (C tro bien)
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Mer 24 Juin - 6:23

7-Prendre son élan

Lorenzo était impatient. Il avait bien cours, ce matin, mais c'étaot le cours de marchandage. En exterieur.

-Aller, dépêche toi! criait le prince en secouant Albynn.

Le concerné cligna des yeux, peu habitué à cette situation inversée.

-Pourquoi est tu si pressé....?
-Le bateau de la marquise est de retour!

Le fameux bateau qui allait sur le continent. Le cours de marchandage consistait à accompagner Ryfus sur place et d'observer ses techniques d'achats et de négociations. Ça, Lorenzo s'en contrefichait royalement.
En revanche, il adorait peofiter de la distraction de Ryfus pour aller et venir dans la zone. Voir les déchargements, et choisir au nom de son père ce qu'il trouvait intéressant. Aujourd'hui, il fut interloqué par des caisses remplis de trucs jaunes.

-Dites voir mon brave! Que contiennent ces caisses?
-Un curieux fruit exotiqie. Selon les indigènes, il s'agit de bananagrume.

Lorenzo regarda Albynn. Celui-ci s'était rappeoché des caisses, contemplant des espèces de demi cercles jaunes.

-Drole de tête. C'est commestible, ce machin?
-Ho, votre majesté!

Sortit du bateau tel un diablotin de sa boite, le capitaine marchand s'inclina bassesment devant son souverain. Il était habillé de sa tenue de capitaine, et de riches bottes noires luisantes.
Il frappa dans ses mains, appelant un marin aux bras libres.

-Offrez donc à notre prince un échantillon de ces dernières denrées!

Le marin se dépécha de rammener une bananagrume sur un plateau. Sans faire de chichi, Lorenzo saisit le fruit, et mordit à pleine dents dedans. Il grimaça, le gout le faisait grincer des dents. Il jetta le fruit par dessus son épaule, trop rapide pour les gesticulations de son interlocutzur.

-Non non, majesté! Il faut l'éplucher!
-Haaaa.

Lorenzo se retourna. Si la peau n'était pas commestible, le fruit serait encore mangeable, même une fois jeté au sol. Mais il ne retrouva pas son fruit jeté par terre. Un peu en arrière, Albynn avait rattrapé le fruit et l'avait épluché. Le prince avait l'impression que son ami avait des manches jaunes, la peau du fruit recourbé lui recouvrant les mains. Il le regarda mordre dans le fruit, puis sursauta au bruit d'un essaim approchant. Mais il eu beau chercher, le bruit assourdissant ne semblait pas se déplacer comme un essaim. Il ne semblait même pas se déplacer du tout.
Puis son regard tomba sur une petite trainée noire derrière l'eni: il battait des ailes sans décoller, mais surtout, il souriait.
Lorenzo en fut abasourdit. Puis il se tourna brutalement vers le Capitaine marchand, parlant d'un ton qui ne laissait aucune contestation.

-Je vous achète vos caisses, vos graines et vos arbres de babagrume!
-Bananagrume, votre majesté!
-Peu importe, je prend tout.



Albynn était plutot content. Assis sur des caisses, Lorenzo lui avait ammené d'autres fruit. Le prince avait été presque choqué de voir que son ami blanc savait sourire d'ailleurs. Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'il mangeait des fruits.

-Qu'est ce que tu aime, dans ce fruit?

Décrire ce qu'on aime, surtout un gout ou un odorat, est toujours difficil. C'est pour cette raison que la réponse rapide de l'eniripsa le laissa pantoi.

-On dirait la douceur et la sévérité d'une femme...

Lorenzo pouffa. Effectivement, c'était original, comme description, mais après tout, pourquoi pas.
Le concerné, après réflexion, sauta brutalement au sol.

-Hey, où vas-tu?
-Envoyer un cadeau!


Kaya bailla. Elle en avait assez d'être la bonniche de garde, mais en tant que fille, elle courrait moins vite, et n'était pas assez forte pour se battre en cas échauffourées. Ho, dans la drague et la discrétion, elle était la meilleure, mais ce genre d'opportunité n'arrive pas souvent. Donc, étant la moins utile en ce moment, elle était de garde chaque jours. Et cela n'avait rien de drole.
Elle soupira. Elle aspirait tant à avoir une vraie vie. Un mari qui lui ferait des compliments, une maison, des enfants gérés par une nounou...

-Hey, Kaya!

La concernée cligna des yeux. C'était encore Jeannot, le coursier. Il lui tendait un paquet.

-Tiens, encore du palais!

Un rayon de soleil dans cette vie si injuste. Un admirateur aux bonnes intentions. Kaya sourit, l'odeur inconnue et sucrée lui ouvrant l'appétit. Dans le paquet, un drole de fruit jaune, et deux feuilles. Un morceau de peau avait été retiré du fruit, montrant l'interieur. Probablement fallait-il finir de l'ouvrir.
Elle ria un peu de son correspondant ingénu. Du papier, alors qu'elle est incapable de lire! Quelle drole d'idée.
Mais en mangeant, elle fû surprise de trouver deux dessins à peine sec. Un gros coeur rouge, et un portrait d'elle plutôt flatteur, bien que maladroit.
La déclaration et le gout doux du fruit lui arracha une larme.  Son rêve pouvait être réalité, finalement.


Dernière édition par Albynn le Jeu 2 Juil - 22:08, édité 3 fois
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Lashet le Jeu 25 Juin - 12:19

Oooh! Trop meugnon! D'ou l'amour d'albynn pour les banangrumes! LA SUIIITE!!
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Albynn le Mer 1 Juil - 15:13

Albynn a écrit:Hop, edité.
ON COMMENTE PAS QUAND Y A DES "[...]" A LA FIN! Rontudju!

Crétin.
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Lashet le Mer 1 Juil - 16:57

Ah ui. N'empêche que C'EST TROP MEUGNON! LA SUIITE!
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prince, le pauvre et le voleur.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum