Wake me Up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Wake me Up

Message par Birth le Lun 16 Fév - 13:39

Un bail que je l'ai écris celle-là...et j'avais oublié de la poster. Une petite fic hors histoire officielle de Get Free pour expliquer l'importance qu'à la guilde pour Birth !

Je poste peu ici ces derniers temps, trop occupé sur le BG de Birth publié sur le Forum offi (Le lien est juste en dessous). Toujours fana de retour et on se revoit bien vite les zamis !

http://forum.wakfu.com/fr/137-histoires-jeu-role/373724-bg-vie-revolte


Musique conseillée pour cette nouvelle : Wake me Up cover de 2Cellos :p








« Je reste… »

Les mots du Sacrieur faisant passer un vent de surprise et d’incompréhension sur le visage de ces hommes. Tout Get Free était réunie devant l’énorme Zeppelin amarré à la majestueuse terrasse du palais. Le soleil mourrait au loin derrière les collines, projetant sa lumière orangée sur les murs des diverses bâtisses de la ville. Yslelonia, la ville aux couchés de soleil, l’île n’avait jamais aussi bien portée son nom que ce jour-là. On l’appelait ainsi car ses murs, faits d’une étrange pierre blanche qui ne se trouvait que dans ces sols, reflétaient parfaitement la lumière orange. Ici chaque couché de soleil était synonyme de spectacle de lumière magnifique. Le palais du gouverneur, imposant bâtiment aux allures royales, voyaient ainsi ses murs s’illuminer en cet instant. La petite troupe se trouvait au plus haut point de l’île, la terrasse d’amarrage. Cette longue platebande de pierre était solidement attachée aux plus grandes hauteurs du palais, et une large porte de verre posée dans les murs menaient à la somptueuse salle de réception. De nombreux vitraux faisant le tour de cette salle circulaire, projetant des mosaïques de couleurs sur son sol carrelé d’une fine couche d’or.

Birth se tenait là, dans l’encadrement de la porte de verre, les mains dans les poches. Ses yeux étaient braqués sur ses hommes tandis qu’un air sérieux, que l’on savait utilisé que dans les moments graves, était figé sur son visage. Ses mots avaient causé le silence et le soufflement du vent, venant faire se mouvoir les cheveux blonds coupés à mi- longueur du grand Sacrieur,  devenait en cet instant le seul son qui se propageait. Ce fut Albynn qui le premier prit la parole. Le jeune Eniripsa albinos sortit du rang formé de faisant l’imposant appareil volant et hurla pour palier au hurlement du vent :

« Tu restes Birth ? Mais…mais pourquoi ? On a besoin de toi ! Tu restes le chef de Get Free ! Tu comptes nous abandonner ? »

Un sourire se dessina sur le visage du Sacrieur, tandis qui déclara d’une voix forte et assurée :

« Je reste…un temps. Cette île a besoin d’être gouvernée quelques temps par un Dogaïl. Une fois que j’aurais tout remis en ordre j’organiserais des élections et on nommera un nouveau gouverneur. C’est l’affaire de trois mois grand maximum…mais pas question de stopper les opérations de Get Free à cause de ça. Frérot…occupe-toi de la guilde pendant cette période. Vous avez des gens à libérer et Get Free doit continuer d’avancer ! »

Le jeune Albynn soupira, le Sacrieur ne les abandonnait donc pas. Il acquiesça doucement et se plaça de nouveau dans le rang. Tous comprenaient la décision du Sacrieur, après ce qu’ils venaient de traverser sa semblait logique. Quand, quelque jour auparavant, Birth avait reçu une lettre provenant de son île natale et faisant état d’une guerre civile ayant éclatée là-bas…il avait de suite réuni la guilde entière. Après une préparation rapide ils étaient montés dans le Liberty et s’étaient dirigés vers Ysmelonia, Birth ne tenant pas en place. Cette île, son père l’avait dirigé pendant plus d’une vingtaine d’années…Birth avait grandi dessus, il avait côtoyé les gens la peuplant, et ne comptait pas les laisser plongés en pleine guerre.

Get Free avait donc débarquée, au milieu des tirs des rebelles et des miliciens du pauvre tyran ayant pris le contrôle de l’île. Ils s’étaient amarrés à la hâte sur cette terrasse et avaient foncés, poings serrés et armes en mains, contre les gardes du tyran. Le combat avait duré quelques jours les rebelles remportant un à un chaque front se déclarant çà et là à travers l’île. Le dictateur n’avait alors eut de cesse de se replier de plus en plus vers les derniers recoins occupés de l’île et, au terme d’une bataille enragée entre les deux camps, s’était enfin fait arrêter et emprisonner.

Le peuple l’avait jugé, et trois jours de fête avait suivi son procès. Les hommes à la plume avait ainsi put se reposer et en avait profités pour découvrir un peu plus cette île où leur chef était nés. Les habitants ne tarissaient pas d’éloges sur l’ancien gouverneur, Alphonso Dogaïl le père de Birth. On le décrivait comme un homme bon et juste, qui savait défendre son île contre les différentes nations qui avaient voulus s’en emparer. La maladie l’avait emporté une année auparavant, laissant l’île sans dirigeant et amorçant ainsi cette période de querelles et de dictature.

Beaucoup parlaient de Lenz aussi, «l’enfant du pays ». Ils avaient entendus les exploits de Get Free à travers le monde, et en découvrant que leur chef se trouvait être Lenz…un fort sentiment de fierté les avaient gagnés. Alors quand unanimement ils avaient demandés au Sacrieur de rester au pouvoir le temps de redresser Ysmelonia, il n’avait pu refuser.

Et c’est ainsi que Birth se retrouvait, à présent, devant ses hommes. Leur demandant de partir…de le laisser là quelque temps. Quelques plaintes émanèrent des rangs, mais rapidement chacun acquiesça. Ils firent un salut en bonne et due forme à leur chef et montèrent l’un après l’autre dans le majestueux zeppelin. Certains se retournèrent, d’autres avancèrent déterminés…souhaitant rendre le Sacrieur fiers. Albynn fut le dernier à monter, jetant un dernier coup d’œil au Sacrieur tandis que le Vrombissement des moteurs commençait à se faire entendre. Il hurla de toutes ses forces, palliant au vacarme assourdissant :

« Trois mois pas un de plus ! On reviendra te chercher grand frère…je te le promets !

-Allez filez mauvaise troupe, hurla le Sacrieur en riant. On se revoit vite vous en faîtes pas ! Je vous attendrais, alors vous avez intérêt à assurer ! »

L’Eniripsa acquiesça une dernière fois en souriant doucement, et referma la porte de la cabine derrière lui. Le vacarme provoqué par le moteur s’amplifia et le Zeppelin décolla lentement. Birth regarda son navire lentement quitter la terrasse, tandis qu’il se protégeait les yeux de sa main pour échapper à la poussière. Le Liberty s’éloigna lentement, finissant par disparaitre dans la lueur du soleil couchant…laissant seul le Sacrieur nouveau gouverneur.    


Et le temps passa…


Le premier mois se déroula à une vitesse folle. Birth, redevenu Lenz Dogaïl de par sa fonction, prit bien assez vite ses aises dans son nouveau poste de gouverneur provisoire. Il s’attela pour commencer à monter une nouvelle garde Ysmelonienne pour en finir avec les quelques poches de résistance tyrannique. Il ne put aller au terrain avec eux, mais envoya des hommes de confiance et des soldats entraînés. Aucune perte dans l’armé, et les opposants neutralisés et enfermés. Ce problème résolut, le jeune gouverneur lança le plan de reconstruction de la ville sinistrée par la bataille. S’associant avec les meilleurs artisans de l’île, il amorça les chantiers et l’île reprit peu à peu ses couleurs. Ryfus Ugarchest, son vieux majordome acariâtre, était resté à ses côtés. Cette île était aussi la sienne après tout. Le Sacrieur fut bien content d’avoir le vieil Enutrof à ses côté. Non seulement les talents culinaires de ce dernier n’étaient plus à prouver…mais le vieil homme se révélait également excellent stratège et ses connaissances ne semblaient pas posséder de limite. Les deux hommes travaillaient donc de concert, rebâtissant peu à peu l’Ysmelonia qu’avait gouverné Alphonso.


Le deuxième mois parut plus long. Les combats étaient loin désormais et Lenz retrouvait les joies de la paperasserie. L’administratif n’avait jamais vraiment été sont fort, et une nouvelle fois il semblait le prouvé. Il passait désormais ses journées enfermé dans son bureau…traitant l’énorme pile de feuille s’y entassant désormais. La routine s’était sournoisement installée dans son quotidien, et le Sacrieur se sentait de moins en moins utile à cette place. Ryfus continuait à l’épauler, le vieillard semblant tout particulièrement heureux de retrouver ses anciennes fonctions. Il cuisinait mets et merveilles tout en indiquant au jeune gouverneur les tâches prioritaires au maintien du royaume. La reconstruction avançait, et Lenz s’occupait désormais de reformer les diverses routes commerciales de son île. Devant ces formulaires de déclaration de marchandises, et ces divers bilans imports/exports, le Sacrieur ne pouvait s’empêcher de penser à Harkane. L’Ecaflip commerçant n’étant pas le seul revenant régulièrement en mémoire du jeune homme. Une ouverture de cabinet de médecin lui avait ainsi rappelé son frère de cœur…jeune Eniripsa aux longs cheveux blancs. Et l’inauguration de la première tourelle anti-aérienne de l’île ne put que lui faire penser à son bras gauche de toujours…le Feca bougon qu’il respectait tant.

Soupir et ennuis étaient devenus le tempo de sa vie monotone, mais le Sacrieur y faisait face avec une patience qu’on lui savait rare. Il attendait, un mois et deux semaines puis un mois et une semaine…le temps filait, immanquablement. Un gros mois à attendre et il retrouverait les siens. Assis sur son bureau, triant ses dossiers, il se surprit une fois à murmurer :

« Combattant et non Gouverneur… »


Enfin se déroule le troisième mois, long, ennuyeux comme inutile dans la vie du Sacrieur. Après avoir réglé le cas de la guerre, de la ville détruite et de l’économie…le Sacrieur retrouve le rôle de figuration qu’il attribuait jadis à son père. Soirées mondaines et inaugurations en tout genre se succédaient, tandis que la seule paperasse traitée était celle des plaintes, souvent futiles, des citoyens. Birth avait beau vouloir aider le peuple…ce n’était pas en réglant des conflits de paysans tournant autour d’histoire de de Bouftou qu’il rendrait le monde libre. Il commençait à perdre patience assis à son bureau à longueur de journée. Son défunt père était désormais un héros à ses yeux, lui qui avait pu mener cette vie pendant plus de vingt ans. Lui n’en pouvait tout simplement plus, comptant semaines, puis jours, puis heures, puis minutes…puis secondes…avant sa libération.

Sa période de trois mois touchait bientôt à sa fin, et le Sacrieur n’attendait désormais plus que ça. Ryfus tentait de le motiver chaque jour, lui préparant de copieux petits déjeuners, puis déjeuners quand Birth se décida à faire des grasses matinées tous les jours. Le vieil homme rassurait son jeune maître, lui assurant que sa tâche serait bientôt terminée. Le Sacrieur se contentait le plus souvent de répondre par un grognement.

Une bagarre se déclencha dans la taverne de la ville un soir, et Birth voulut y aller pour régler le problème. Il fut arrêté au dernier moment par Ryfus et la garde, ces derniers lui assurant que le combat n’était pas son rôle...Birth se débattit un moment, avant de finalement abandonner pour repartir se coucher, priant les Douze pour que Get Free vienne le chercher.

Le lendemain Lenz se réveilla de bonne humeur et, après un copieux petit déjeuner, allât s’assoir sur la grande terrasse. Le temps était clément en ce milieu d’automne et le Sacrieur resta là…scrutant le ciel un sourire aux lèvres. Le vent secoua ses habits de nombreuses heures, balayant un soupçon d’espoir dans ce corps fatigué, et ce ne fut que lorsque la lune fut haute dans le ciel que le vieux majordome vint le chercher. Birth lui adressa un regard confiant, clamant qu’une journée de retard n’était rien chez Get Free. Il retourna dans son lit, mettant un peu plus de temps à s’endormir que la veille.

Il retourna sur la terrasse le lendemain, aux aurores, après avoir un prit un petit déjeuner un tantinet moins copieux. Il resta de nouveau assis là, scrutant toujours inlassablement le ciel à la recherche d’une plume blanche peinte sur un gros zeppelin. Une nouvelle fois rien ne vint, et ce fut un Ryfus attristé qui ramena le jeune gouverneur endormis dans ses quartiers. Le Sacrieur ayant veillé jusqu’à ce que ses yeux le forcent à s’arrêter.

Lenz perdit le sourire le cinquième jour, après avoir essuyé deux nouvelles journées infructueuses. Il observait désormais le ciel d’un air impassible, prenant son mal en patience tout en sentant son espoir peu à peu s’éroder. A partir de ce jour ces nuits se raccourcirent peu à peu, tandis que ses repas devenaient de plus en plus maigres.

Quand commença-t-il à douter ? Le onzième jour…ou peut être le douzième. La saison des pluies se levait, et Lenz bravait le froid et l’humidité pour ne jamais séparer son regard de ce ciel qu’il voulait salvateur. Sa barbe poussait, à défaut d’être rasée, et ses cernes se creusaient. Au vingtième jour les conditions climatiques, apportant pluies et chute de température, ne lui permirent plus de rester dehors. Il s’installa donc dans un bureau possédant une baie vitrée donnant sur le ciel, et se mit à passer ses journées assis dans son grand fauteuil de cuir. Les doutes commençaient à s’immiscer en lui, et avec…les inquiétudes apparurent.

Le trente-troisième jour Ryfus, soucieux de l’état de son jeune maitre, lui remit son Commutateur. Ysmelonia était réputée pour son fort taux d’électromagnétisme, rendant tout signal difficilement perceptible. Lenz le savait, bien entendu, mais rien n’aurait pu l’empêché de prendre contact avec les siens. Il tenta de bricoler l’appareil pendant plusieurs semaines, sans obtenir autre résultat qu’un crachotement brouillé. L’espoir était parti, les doutes le ravageaient et les inquiétudes continuaient leur œuvre. Que pouvait-il bien s’être passé ? L’avaient-ils oublié…leur étaient-ils arrivé quelque chose. C’est avec cette peur au ventre que le jeune Sacrieur bricolait.

A la fin de l’hiver, tandis que les températures remontaient, Ryfus vint voir le jeune gouverneur. Assis derrière son bureau, sa barbe emmêlée lui mangeant les joues et ses cernes semblant s’enfoncer dans son visage, le Sacrieur tentait de régler une nouvelle fois son commutateur. Le vieil Enutrof plaça le rapport obtenu des espions de l’île sur le bureau, et se recula de quelques pas. Lenz attrapa le papier, et en lu l’unique ligne :

« Zeppelin de Get Free retrouvé dans la mer, présence de nombreux corps, Crash remontant à plusieurs mois, aucuns survivants. »

Personne ne put jamais dire ce qu’il était passé dans la tête de Lenz à ce moment précis, mais ses actes restèrent à jamais gravés dans les mémoires.

Il repose la feuille sur le bureau en se redressant légèrement. De sa main droite il fit glissé la feuille dans un dossier ouvert tandis que de l’autre il assemblait les pièces de son Commutateur en un petit tas. Avec une extrême minutie il déplaça les pièces pour les ranger dans un tiroir, et reprit la feuille du dossier pour de nouveau la faire glisser sur la table. Ses yeux fixaient le vide, son visage ne transmettant aucune émotion. Il chiffonna la feuille par inadvertance…et tout ce déclencha. Refermant sa main sur la feuille, il la compressa en une petite boule qu’il lança au loin, tandis que d’un ample geste du bras il envoya dossiers et crayons contre le mur à sa droite. Sa bouche s’ouvra lentement, entonnant un terrible hurlement tandis qu’il se relevait. Il attrapa le lourd bureau et le retourna violement, l’envoyant contre le mur d’en face. Laissant éclater sa peine, il se mit à donner des coups contre les murs…détruisant les rares objets pouvant lui tomber sous la main. Il attrapa les tableaux et les brise en deux en usant de violents coups de genoux. Il hurlait de douleur en envoyant poing, coudes et parfois corps entier dans les murs. Il termina en se saisissant de son fauteuil pour venir le soulever et l’envoyer avec violence dans la baie vitrée. Il tomba à genoux en larmes, ses mains reposant inertes sur ses jambes.

Le vieil Enutrof s’approcha alors enfin de lui, une couronne à la main, et vint doucement la déposer sur le sommet du crâne du Sacri. Déclarant d’une voix forte en dissimulant sa peine :

« Lenz Dogaïl…par votre sang et votre rang, par votre manque d’attaches et par ces liens vous unissant à cette île…vous devenez gouverneur à vie d’Ysmelonia. »



Deux jours étaient passés, deux jours pendant lesquels le Sacrieur n’avait pas dit un mot. Lenz c’était désormais emmuré dans une forteresse de silence, ces yeux hagards ne regardant que le vide. Il ne mangeait plus, ne dormait que très peu et n’était plus que l’ombre de lui-même. Ryfus avait fait avancer les préparatifs pour le couronnement, celui-ci se déroulerait le lendemain. Il espérait que son jeune maitre retrouve ses forces passés rapidement…Ysmelonia aurait besoin d’un homme fort pour la diriger. Le destin semblait être de la partie, puisque le Sacrieur fêtait ses vingt-huit ans la veille de son couronnement. Pensant lui remonter le moral, le vieil Enutrof avait fait préparer une grande réception. L’occasion s’y prêtant, le majordome avait pris soin d’inviter tous les hauts dignitaires de l’île…et c’est un groupe d’une cinquantaine de personnes qui occupait désormais la grande salle de réception. De nombreuses tables avaient été dressées, contenant tous divers amuse-gueules et autres cocktails exotiques dont seul Ryfus avait le secret. Un petit orchestre situé sur une belle estrade en bois jouait une douce mélodie que les convives semblaient grandement apprécier. Ryfus discutait avec les différents invités, cherchant de nouvelles routes commerciales avec certains et s’assurant de la loyauté de certains autres.

Lenz s’était mis un peu à l’écart, sirotant un cocktail les yeux toujours braqués dans le vide. Un léger vrombissement parvenait à ses oreilles, le vent devait encore jouer des siennes. Certains nobles vinrent vers lui le saluer respectueusement, ce à quoi il répondait à chaque fois un « Yo » las. Les souvenirs de Get Free ne le lâchaient plus, tels des fotomes ils restaient dans sa tête et lui amenaient un flot d’images ininterrompu. Il avait fini par accepter leur disparition, et le mal que cela lui causait. Il avait perdu le troisième groupe ayant bien voulut de lui, et le plus important à ses yeux. Plus jamais il n’entendrait leur voix ni ne verrait leur visage. Il devait se faire une raison.

Le Sacrieur redressa la tête, lentement. Oui Get Free était morte, mais désormais il devait se vouer à son rôle…à son île. Le vrombissement amplifia légèrement, comme en réponse à cette prise de décision. Le jeune homme lâcha dans un murmure :

« -Ryfus a raison…je suis fait pour être gouverneur…rien d’autre »

Il alla rejoindre le centre de la salle et se mit à discuter avec divers invités, assurant son envie de faire prospérer l’île comme son père l’avait fait avant lui. Le vrombissement s’amplifiait toujours, devenant de plus en plus assourdissant. Lenz croisa son majordome, qui fut visiblement ravi de le voir finalement décidé. Il clama haut et fort :

« -Vous serez le meilleur gouverneur que cette île ai jamais connue…plus grand encore que votre père.

-Merci Ryfus…merci pour tout ce que tu as fait…tu as toujours été là pour moi, veillant sur mon avenir de tes yeux bienveillants…et »

Le Sacrieur s’interrompit un instant. Le vrombissement était désormais insupportable. Il fit signe à un garde pour lui demander de s’occuper de ce problème. Celui-ci se dirigea vers lui d’un pas pressé…et là Lenz le vit.

Le temps sembla se figer durant cet instant, comme pour accentuer l’incompréhension du Sacrieur. Une énorme masse grise fumante passa devant les grandes baies vitrées du palais, commençant déjà à longer la terrasse extérieure. Des débris volaient dans toutes les directions, et la masse semblait avoir du mal à rester en vol. Mais, fièrement accrochée sur le flanc métallique de ce Zeppelin gravement touché, flottait un grand étendard. Un étendard vert arborant une plume blanche.

Lenz resta bouche-bée un instant, avant de se ressaisir et d’attraper le garde par le col. Il le souleva et hurla :

« -C’est quoi ces conneries ? Je croyais que le Liberty s’était crashé ! Que les membres de Get Free étaient morts. Alors c’est quoi ça ! »

Le garde écarquilla les yeux devant la violence dont faisait preuve son gouverneur, on lui avait parlé de ce fameux Birth…ce leader respecté et fort. Et il en avait un avant-gout à cet instant précis. Il se mit à trembler et bégaya.

« -Non…ils sont vivants...

-Vivant, hurla le Sacrieur en secouant le pauvre garde, alors pourquoi sont-ils si amochés ? Et pourquoi ne sont-ils pas venus plus tôt ?

-Sir…Sir Ryfus a fait poser de nombreuses tourelles à Stasis autour de l’île durant vos trois premiers mois…ce Zeppelin a tenté de passer les tourelles chaque jours depuis des mois…sans jamais y parvenir. Il…il faut croire qu’ils ont enfin réussi… »

Lenz relâcha doucement le garde et se tourna vers le vieil Enutrof, se déplaçant de quelques pas pour venir se placer devant lui. Il cracha :

«-C’est quoi ces conneries vieux timbré ?

-Cette île a besoin de vous jeune maître, vous êtes un fabuleux gouverneur. Arrêtez vos guerres stupides et occupez-vous des votre. Je vous épaulerais, je servirais bien plus ici qu’en tant qu’opérateur radio pour Get Free…

-Je comprends, soupira le Sacrieur.

-Alors vous comprenez pourquoi j’ai dû placer ces tourelles…

-Oui je ne le comprends que trop, tu l’as fait pour ton plaisir…sale égoïste ! »

Lenz acheva sa phrase en poussant violement le vieil homme, l’envoyant contre une table située derrière lui. Ryfus la percuta dans un craquement sonore et la brise, répandant ce qui était posé dessus au sol. Sans un regard pour son majordome, Lenz se dirigea d’un pas assuré vers la grande porte en verre pour rejoindre les siens. Il put entendre derrière lui la voix de l’Enutrof, que l’on aidait déjà à se relever, hurler :

« -Arrêtez le gouverneur ! Il est accusé de trahison envers la nation et tente de fuir ! »

Un garde s’approcha de Lenz et vint poser sa main sur son épaule, la maintenant fermement pour l’empêcher de faire un pas de plus. Le Sacrieur le regarda un instant et lui envoya son poing dans l’estomac, avant de lui donner un violent coup de tête pour le faire reculer :

« Je veux être libre… »

Un autre garde surgit sur sa gauche, et il se baissa en un éclair en venant balayer le sol de sa jambe droite tendue.

« Je veux être libre… »

Le garde fut faucher et tomba lourdement au sol, tandis que Lenz se relevait et courait déjà vers la porte. Un troisième garde surgit et fut mis à terre d’un violent crochet du gauche, un autre garde tenta une attaque sur le jeune gouverneur, mais fut contré d’un uppercut aussi rapide que violent.

« Libre…Libre… »

Alors que Lenz poursuivait son avancée, il fut stoppé par un groupe de cinq gardes venant lui bloquer bras et jambes. Il regarda vers le haut en hurlant :

« Je veux être libre putain ! »



A l’extérieur du palais le Liberty filait lentement vers le bout de la terrasse. De la fumée s’échappait de l’un des propulseurs, indiquant que l’appareil ne pourrait sans doute pas encaisser de nombreux coups encore. A son bord les membres de Get Free s’activaient. Cyd tenait la barre et faisait son possible pour manœuvrer l’imposant appareil malgré les dégâts subis. Liroka et Harkane faisaient leur possible pour réparer les dégâts de la carlingue tandis que Sophie leur indiquait les diverses déchirures de la coque. Sahana et Aryë faisait de leur mieux pour guider Cyd depuis que les instruments de bord avaient lâchés.

Debout, sur le pont avant, Shiki et Tyra arrosaient les gardes de nombreuses flèches, tentant leur possible pour les empêcher de tirer à nouveau. Lashet et Xyhisse, quant à eux, usaient de leurs portails pour dévier les projectiles à destination de l’équipage. Enfin, situé tout à l’avant de l’appareil, un jeune Eniripsa albinos scrutait le palais à la recherche de son chef depuis trop longtemps partis. Enfin…enfin ils étaient passés, se disait-il. Depuis des mois ils avaient tentés de rejoindre leur chef, sans jamais y parvenir. L’incompréhension les avait alors gagnés peu à peu. Pourquoi des tourelles les empêchaient de voir l’homme qui les menait ? Etait-ce une envie de Birth ? Sa façon à lui de leur dire adieu ?

En quête de réponses Albynn cherchait celui qu’il considérait comme son frère à travers les vitres du palais. Mais le vent et les légers nuages ne lui donnaient aucuns résultats probants. Il entendit la voix de Cyd dans son dos qui hurlait :

« Albynn ! On décroche ! Je peux plus tenir…encore un coup et est bon pour l’atterrissage forcé !

-Attend encore un peu Cyd ! On ne peut pas abandonner Birth comme ça !

-Ouvre les yeux, hurla le Féca, c’est finit Al’ ! Il nous a oubliés, abandonné ! S’il avait voulu nous revoir il l’aurait fait depuis longtemps ! »

L’Eniripsa baissa doucement la tête, il avait raison…Birth avait dû les oublier…peut être était-il mieux dans cette vie-là. Albynn soupira, si son frère de cœur était heureux…c’était mieux ainsi. Il regarda une dernière la porte de verre et murmura, une larme perlant déjà au coin de son œil :

« -Adieu…Bir… »

Un fracas assourdissant…des bouts de verres propulsés dans toutes les directions…et un Sacrieur venant de traverser la grande porte en la brisant au passage. Birth s’était jeté à travers la vitre et était désormais lancé dans une course folle, des gardes sur ses talons. En l’appercevant Albynn, suivit de près par de nombreuses personnes, hurla :

« Birth ! »


Le Sacrieur courait, un sourire étirant ses lèvres. Ni la douleur de ses jambes, ni les quelques bris de verre plantés dans son corps, ni même ces chienchien de gardes lancés à ses trousses ne l’arrêteraient. Il était libre, et mourrait plutôt que de ne plus l’être. Les gardes l’avaient d’ores et déjà placés en joue, et les tirs de stasis ainsi que les flèches pleuvaient autour de lui. Il voyait le Liberty arriver au bout de la terrasse…il n’avait qu’une chance. Un garde arriva par son flanc droit, et le révolutionnaire le neutralisa d’un coup de coude. Rien ni personne n’arrêterait sa course. Son rêve était de voler…aujourd’hui il courait. Une course pour les siens, une course pour la liberté.


Sur le Liberty l’ensemble de Get Free, excepté Cyd, s’étaient rassemblé sur le pont avant. Ils avaient pris arcs et fusils, et se lançant dans un tir de couverture commun pour dégager la voie à leur chef. En cette fin d’après-midi, tandis que le soleil se couchait…illuminant le palais de sa belle lueur, le ciel était déchiré par les tirs et les flèches. Dans ce spectacle merveilleux Lenz continuait sa course, arrivant vers la fin de la terrasse.


D’un hurlement puissant, que tous purent entendre, le révolutionnaire hurla :

« Attendez-moi ! »

Les tirs le frôlait, l’écorchait. Un tir traversa son épaule gauche en envoyant des gerbes de sang autour de lui. Mais il s’en moquait, seule la mort arrêterait la course de ses jambes, personnes d’autre n’était assez fort pour ça. Le Zeppelin était en bout de terrasse, mais ne semblait pas pouvoir courir le risque de s’arrêter sous peine d’essuyer de nouveaux tirs. Soit, Birth savait déjà ce qu’il devait faire. Et le fait qu’Albynn soit arrivé sur le pont arrière confirmait son idée. Inspirant une dernière bouffée d’air, il se lança dans son sprint final…accélérant sa course au-delà de ses limites. Ses pieds écrasèrent avec violence le sol de marbre tandis qu’il s’approchait tel une flèche de la barrière symbolisant la fin de la terrasse…et le vide se trouvant derrière. Le Liberty avait déjà franchi cette limite depuis longtemps…et s’éloignait désormais peu à peu du palais. Le Sacrieur posa son pied, sans arrêter sa course, sur la barrière et hurla :

« La liberté ou la mort ! »

Prenant appui sur la barre, et usant de la force de son élan, il se propulsa dans le vide…vers le Liberty s’éloignant toujours. Tendant son bras valide, et fermant doucement les yeux, il se prépara.

Il sentit son corps ne rencontrer que la résistance de l’air les premières secondes, ainsi le destin avait choisi la chute. Soudain son corps fut secoué d’un violent soubresaut, tandis que son bras se tendait avec force. Birth ouvrit les yeux…et les posa sur le jeune Eniripsa lui tenant la main. Les autres membres de Get Free étaient justes derrière lui, retenant son corps frêle pour ne pas qu’il bascule. Le Zeppelin s’éloignait toujours du palais, désormais hors d’atteinte des tirs ennemis. Le Sacrieur était suspendu dans le vide, retenu par ses hommes. Ils commencèrent à doucement le remonter tandis que lui fixait la ville aux couchers de soleils. Le spectacle était magnifique, la lumière se reflétant sur chaque murs de chaque bâtisses. Le tout donnait un paysage de rêve…

Un rêve dont le Sacrieur semblait enfin se réveiller.


Wake me Up…Fin
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wake me Up

Message par Albynn le Lun 16 Fév - 13:57

HAAA RYFUS LE SALOW!
D'un autre coté, abandonné la haut, le pauvre.
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wake me Up

Message par Bluefox82 le Jeu 26 Fév - 16:25

Juste épique! Rien à dire.
C'est la fin que j'attendais. Et je visualise tellement bien la scène avec Birth qui cours le zeppelin. ^^
Gros coup de cœur pour cette nouvelle.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wake me Up

Message par Tyra Hawke le Mar 14 Avr - 8:15

J'ai litéralement dévoré cette nouvelle. Toujours rien à dire de mauvais, un style impla impéccable. Smile
Une autre :p (j'peux être chiant et demander la fin de Get the fucking free?)
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 23
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wake me Up

Message par Birth le Mar 14 Avr - 12:17

Byboune m'a demandé la même, c'est donc en cours de réflexion :p

Mici pour le com' !
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wake me Up

Message par Albynn le Mar 14 Avr - 17:33

*sors le nez de sa motte de neige* Gné? On m'a appelé?
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Wake me Up

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum