Le retour de la dernière reine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Dim 8 Mar - 15:25

[HRP]Salutation, aujourd'hui j'ai enfin décidé de finir la première partie d'une nouvelle qui trainait depuis bien trop longtemps sur mon pc. Cette nouvelle à pour premier but de rendre Mamastra jouable rp parlant (c'est bien beau la folie mais c'est gênant.), et secondo, de m'essayer à l'écriture à travers un sujet plus épique que ce que j'en ai l'habitude. C'est clairement pas exceptionnel, c'est surement encore bourré de fautes (et pourtant j'ai essayé de corriger), et vu que c'est la première partit ça risque d’être un peu mou. Sur ce bonne lecture et n’hésitaient pas à donner votre avis!

PARTIE 1:

Mamastra volais haut ... toujours plus haut dans les cieux. Mais ses ailes ne battaient pas...
sous ses jambes un grand corps écailleux avançait toujours plus loin dans le firmament. Un rire
sauvage sortit de sa gorge, elle ferma les yeux respira et se retrouva dans la salle des "tics".


"Quoi?"

La salle était rempli de pile de livre désordonnée ainsi que des escaliers qui ne menaient nul part,
un "tic tac" incessant et irrégulier résonnait dans la pièce.

"Comment je..."

"Sa faisais longtemps!"

En face de Mamastra une autre version d'elle pas du tout souriante la fixait le dos contre une pile
de livre. La première Mama perdit son sourire et semblais terrorisée.


"Tu veut reprendre ta place c'est ça?"

"C'est plus compliqué que ça...Notre corps ne peut plus tenir la cadence. "

"Impossible Eniripsa nous a rendons quasi  immortel!!"

"Le fait que tu te transforme en eau est lié a notre instabilité mentale, et au bout d'un moment un
corps galère vraiment quand il y a trop d'esprit dedans."

"Mais... qu'est ce qui nous arrivent sur le plan physique?"

"Tu ne te rappel pas?"

"Je ... j'ai commencé à tomber... j'ai entendu Chro crier... c'est confus dans ma tète!"

"Tu voit notre état est en train d'empirer..."

"Comment on peut changer ça ?

"Il faut que nos deux cent pour cent ne face plus que cent pour cent, on doit fusionner nos deux esprits,
ne former qu'une seule Mamastra ... et qu'une mère."

"Nos souvenirs seront affecté ?"

"Nous sommes la même personne nos souvenir seront conservé... tu connaîtra mes souvenirs du monde
de l'unique et moi ceux de ton monde, quand à ceux avec Chronasstra nous étions toute les deux là même
si je te laissais le direction du corps."

"D'ailleurs pourquoi tu n'a jamais tenté de prendre le contrôle sur le corps?"

"Parce que je pensais que je ferais une piètre mère vue qui a été la mienne..."

"Donc n’attendons plus et ne faisons plus qu'une."

"Par contre... il est nécessaire de faire face à notre passé."

"Non... non je ne peut pas!"

La deuxième Mamastra haussa un sourcil face à la flagrante peur de son double lors de l'évocation de son passé.
"Tu va pourtant devoir affronter tes peurs Sourire écarlate."

Sur ses mots la deuxième Mama claqua des doigts et elle et la salle ce brouilla.
Le sourire écarlate ce retrouva au milieu d'un salon ou un feu de cheminer ronflait, un tapis en peau de bête
protégeait un parquet sombre. Sur le mur opposé à la cheminée un grand portrait représentait une jeune femme
souriante en robe de mariée au bras d'un jeune homme tout aussi souriant dans son smoking noir, le portrait avait
pour légende juste en dessous "Mamastra et Samuel Métahalgehar".
Plus loin dans la maison Mamastra entendit ses propres cris.

"C'est le jour de mon accouchement... et le jour où il est partit."

"Sam?" Questionna la voix neutre de la Mamastra de l'unique.

"Oui..."

"Mais il devait attendre dans le salon normalement..."

"A se moment tu n'était pas dans le salon, donc tu ne peut pas voir ce qu'il s'y passait tu vois la pièce comme tu
t'en souviens..."

"Ce soir il s'est volatilisé et je ne l'ai jamais revu"

Mamastra semblait être au bord des larmes.

"Mais ce n'ai pas ce moment qui m'a achevé mentalement."

Le décor ce brouilla de nouveau laissant place a une rue pavée dans un brouillard épais ou deux engin motorisé
fonctionnant à la vapeur c'étaient percuté. Mamastra fonda en sanglot incontrôlé et s'écroula sur le sol en tremblant.

"Alors c'est se jour que tu redoute tant..."

Quelqu'un sortit des décombres avec une civière ou un petit corps était cacher sous un linceul, pendant que la Mamastra
de cette époque allongé elle aussi sur une civière les deux bras  briser, criait comme une damné et essayait de se relever,
les infirmiers la maintenaient coucher et la sanglaient.
La scène s'estompa, laissant place à Mamastra, sanglotant sur le sol.


"J"ai échoué.. comme toujours!"

"il est temps de fusionner avant que notre corps cède!"

La salle des "Tics" était de retour, de grosses fissures scindaient les mur de la salle et les livres tombaient avec fracas des
bibliothèques.
La Mamastra renfrogné tandis une drôle d'orbe lumineuse à la Mama en pleure.


"Cesse de ressasser ton passé et fusionne avec moi sinon il sera trop tard!"

"je n'ai plus de raison de vivre alors pourquoi continuer ainsi.."

La Mama debout avec l'orbe lui asséna un violent coup de pied dans les cotes!.

"cesse de faire ta pleureuse et relève toi et touche cette putain d'orbe!!"

Face a la non réaction de la Mama au sol,  la jeune femme respira longuement et s'accroupit près de l'autre femme
en larme.


"Tu sais, moi aussi j'ai peur de quelque chose, moi c'est d’être un mère indigne comme l'était la mienne...
on m'a pas appris à avoir des sentiments maternelles et je doute en avoir naturellement, c'est pour ça que je t'es
laissée l'ascendant sur moi, tu étais plus aimante que moi... plus folle certes, mais qu'elle amour dans cette folie.
Voila de quoi j'avais peur, d’être un monstre pire que toi..."

La Mamastra au sol se releva légèrement et s'essuya les yeux avec la manche de sa robe .


"Ton cœur est plus endurci que le miens... a nous deux réunis on sera peut être une personne équilibré..."

"J"ai mis des année a vivre avec mon passé toi tu a du y faire face en quelque minutes. C'est beaucoup demandé a quelqu'un qui a souffert."

Sans ajouter un mot les deux Mamastra unirent leurs mains sur l’orbe et un flash blanc souffla la scène et le reste ne fut que silence.



Mamastra se réveilla avec un sacré mal de crane, quel rêve étrange ... il semblait si réelle.
La jeune eniripsa s'étira et n'entendant aucun bruit ce leva. En tentant d'ouvrir la porte Mama remarqua que quelqu'un avait mis un
meuble derrière la porte empêchant la porte de s'ouvrir . Mamastra fini par ouvrir la porte en  sectionnant la porte avec le meuble à
l'aide de ses fils. Au moment de l'utilisation des fils une vive lumière avait jailli de ses bras, et ses fils avaient était réduit en cendre.
Face à ce drôle d'événement Mamastra haussa un sourcil surpris, observa ses poignées et décela des marques légèrement bleutées.
La jeune jeune femme appela sa fille et Protocole mais n'obtenu aucune réponse, la salle principale était saccagée et des traces de
lutte était visible, Mama stressé de plus en plus à l'idée que sa famille soit en danger.
Mama déboula à toute vitesse  dans la salle à manger ou un bout de protocole dépassé de sous une table en pierre.

"PROTO!"

Mamastra sectionna la table de la même manière que la porte sans faire attention aux fins filaments bleutées qui lui sortaient
de la peau.


"Tu tiens le coup? Que c'est il passé? Ou est Chro?"

"Ils l'on emmené..." lâcha Protocole d'une voix faible et déformé.

"Phénix?"

"Non une bande de loubard qui je ne sais comment on appris que tu étais hors d'état et en on profité pour s'en prendre à nous..je suis
désolé, une banale table qui me met hors service je suis un misérable!"

"C'est pas de ta faute! Tu sais par hasard ou ils sont allé?"

"Je n'est bien peur que non..."

"Tiens le coup je reviens dès que possible!"

"Je ne tomberais pas aussi bas ne vous en faite pas"

Mama mis un manteau brun par dessus sa robe de nuit sans manche grise et sortit à toute vitesse dans la rue.
Elle fonça à toute vitesse dans le dédale de rue d'Astrub, s’arrêtant pour demander aux passants si ils avaient vu une petite
fille au cheveux roux avec une tresse sur le coté.
Malgré une demi-heure de recherche intense, Mamastra n'en démordra pas et continua de chercher en appelant ça fille.
Pendant ce temps là Protocole s'affaiblissait de plus en plus. La porte de la maison s'ouvrit et des bruit de pas ce firent entendre dans
l'entrée. Une jeune fille portant une armure intégrale xélor Apparu dans le champ de vision de Protocole de plus en plus sombre. Elle portait
un sac en bandoulière qui devait contenir des instrument métallique vue le cliquetis qui accompagné les pas de la demoiselle.


"C'est trop tard madame ... je ... je... ErReUr 4, 4, 404, !"

Avant que les capteurs visuels de l'unité HiT s’éteignirent la femme avait approché ses mains qui brillaient d'une douce lueur orangée de
la carcasse de l'homme de fer.
Mamastra à bout de force s'effondra contre le mur d'une maison en ruine, des larmes silencieuse couraient sur ses joues, toute envie de
vivre s'évapora, son cœur battait douloureusement et ses tremblement fut de plus en plus fort à cause du froid qui régnait dans la rue.
Le temps ne semblait plus avoir de prise sur Mamastra, une suite de mot lui arrivèrent au oreilles, mais la jeune femme ne les comprirent
pas et ne tenta pas de les comprendre comme si ses paroles était d'une autre langue que la sienne. Les mots furent de plus en plus fort
et une lumière vive et flou englobait son champ de vision.


"Je vois la lumière...suis je morte?" Bafouilla Mama aveuglé.

Un voix de femme rauque lui répondit.

"Nan mais c'était juste! Ça va pas de ce balader dans cette tenue en pleine hiver! Bon je vais vous ramener au chaud..."

Mamastra senti qu'on la souleva de terre avec aisance et qu'on la hissa dans ce qui semblé êtres une charrette, Mamastra cessa de lutté
et s'effondra dans un coma froid et sombre.



Réinitialisation en cours***
protocole se ralluma et checka tout son système, il était réparé de la tète au pied.
Il repéra  sa sauveuse aux yeux claire et au cheveux roux, elle avait retiré son armure et porté un robe couleur brique, elle
tentait de remettre un peu d'ordre de le salon dévasté.


"j'ai .. échoué, je n'est pas réussi à te protégé de ses hommes, je suis faible et inutile désolé Chro."

La Chronasstra adulte se retourna vers Protocole.

"Il est trop tôt très chère pour affirmer ceci!"

"C'est vrai! Si on ne t'avait pas sauvé tu ne serais pas là à me parler!"

"Non plus on ne peut pas remonter le temps. Ou alors que de quelque minute."

"Mais alors qui êtes vous jeune dame?"

"Chronasstra."

"Euh ...j'ai du mal à saisir je doit avouer."

"Ne t'en fait pas Proto c'est compliqué pour tout le monde."

Proto ce redressa et fit quelque pas pour vérifié sa stabilité.

"Et maintenant que fait on? On va chercher ta mère?"

"Non elle est déjà entre de bonne mains nous on va chercher du monde pour une opération sauvetage!"

"Parce que tu sais où ils l'ont emmené?"

"Bien sur!"

"Et tu sais comment t'y rendre?"

"Non ça, c'est toi qui le sais."

"Pardon??"

"On verra ça en route on doit trouver la bande de traîne savate nécessaire au bon déroulement des prochains événements."
Dit elle en sortant de la maison suivi de près par Protocole."


Mamastra Fixait les flammes de la cheminée à moitié écroulé et réfléchissait à toute vitesse.

"Comment je pourrais vous croire...Amestalys c'est ça?"

"Appelé moi Amé, mon prénom est chiant!" grogna mademoiselle Roncenoir.

"Comment pouvez vous savoir où ma fille à était emmenée?"

"Parce qu'on me la dit! Je suis pas devineresse!"

"Qui!!!"

"Une xelor qui venait de l'Unique."

"Il n'y a pas de xelor qui vienne de l'Unique..."

"En tout cas elle semble bien au courant à propos de votre fille."

"Et vous la croyait?"

"Elle au moins, elle à une piste!"

"Certes...et vous? Pourquoi vous m'aiderez?"

"Ya trois truc qui m’énerve au plus haut point, marché dans une bouse de moogr, perdre au boufbawl, et laisser des kidnappeurs
d'enfant s'en tirer sans que leur fessiers est fait connaissance avec mon pied!"

Mama eu un bref sourire.

"Quand partons nous pour l'Unique?"

"On est déjà partit."

Une secousse secoua le bâtiment Mama courra jusqu'à une fenêtre et vis Astrub disparaître loin en dessous d'eux.
Le zeppelin pris de l'altitude et les nuage firent disparaître Astrub à leur regard.


"Excusais moi très chère, Qu'on aille jusqu'à Sufokia ne me pose aucun problème, mais étions nous obligé de nous encombrer de
ses..."choses"?

Protocole jeta un regard dédaigneux au trois bandits qui traînaient les pieds en suivant le steamer et la jeune fille.

"Hé le tas de ferraille on vous aide pas par plaisir tu sais!"

"Ils viennent avec nous mon cher Proto, alors cesse de bouder."

Protocole ce pencha vers Chro, pour que les autres n'entende pas.

"Pourquoi eux? N'importe qu'elle mercenaire aurait fait l'affaire."

"Çà doit être eux..."

"Pour quelqu'un qui ne viens pas du futur tu en parle beaucoup."

Proto rejeta un regard en arrière et s'éclaircit la voix.

"Quel sont vos nom déjà, gentlemen?

"Moi c'est Balthimer, et cesse de faire ton aristo avec moi !" cracha le sacrieur trapu et court sur patte.

"Je m'appelle Kreuck!" répondit le colossal iop d'une voix qui transpirait l’intelligence.

"Quand à moi je suis l'inimitable Sobalko, le magnifique!" Fanfaronna un zobal chétif.

"On est arrivé!" fit subitement Chro en montrant une plaque d'égout
.

"Qu'est ce qu'on va faire dans un égout?" demanda Kreuck le front plissait par la concentration.

"Sauver une demoiselle en détresse mon grand." déclara Chronasstra en soulevant la plaque et ce faufilant dans l'égout.

"Kreuck être un héros si sauvais jeune dame!" Brailla le iop au bord de l'extase en suivant les autres qui entrèrent chacun
leur tour dans l'ouverture.

Le groupe descendirent une échelle rouillée et marchèrent le long de l'égout pendant une quinzaine de minute, et s’arrêtèrent
devant un gigantesque puits d’aération inondé. Les profondeur du puits ne semblaient ne pas avoir de fond et les eaux noir
qui s'agitaient au rythme de l’océan n'invitait pas à la baignade.

"Et maintenant?" demanda Sobalko.

"Maintenant c'est à Protocole de nous guider..." dit Chronasstra d'un ton sérieux.

"Et que dois je faire?"

"Plonge et trouve nous un chemin, je sais que je t'en demande beauc..."

"N'en dite pas plus! J'y vais!" fit Proto d'un ton chevaleresque.

Le steamer fit un pas en avant très théâtral et s'enfonça dans l'eau sombre.
Protocole ne vit rien au début puis peu à peu de petite lumière apparurent laissant apparaître une station ferroviaire prisonnière
de l'eau et de la roche.
"Qui vit encore là" ce dit Proto en voyant les lumière allumées tout le long de la structure.
Protocole toucha le toit de la structure dans un léger bruit métallique. Il se laissa glisser le long du toit jusqu'au coté du bâtiment
et vis un sas ouvert d'un coté, il pénétra dans le sas et le referma et lança une pompe pour le vider de son eau. Il ouvra l'autre
coté du sas et ce retrouva dans un hall dévasté où toute les lampes étaient allumé.


"Il y a quelqu'un ?"

"Affirmatif!"

Une unité protoflex sorti de l'obscurité.

"Euh il y a des êtres vivants ici?"

"Plus depuis cinq ans Unité HiT."

"Unité? Je m'appelle monsieur Protocole Hit!"

"Bien monsieur P. Que souhaitais vous?"

"Et bien un moyen de transport jusqu'à l'Unique."

"Pour vous seul?"

"Non pour quatre humains aussi."

"Bien la sphère de transfert sera remonter par le puits, et le stasitron est en charge."

"Le stasitron? Quel est cet endroit?"

"Une tentative de retourner à la surface par une expédition de l'ancienne Sufokia, mais ils sont tous mort avant que les unité protoflex
finisse le travail du trame Stasitron et de la Sphère de transfert."

"Ce puits était si profond que ça?"

"oui vous êtes actuellement sur un haut fond de l'océan. Vous êtes descendu rapidement car la structure est magnétisé pour éviter la
perte des unités protoflex à cause des courants marins."

Un bruit de mécanisme monta derrière eux et une gigantesque sphère d'acier s'éleva vers la surface.


"Le trame stasitron sera chargé d'ici quinze minutes. Et vos amis seront arrivés d'ici  quarante cinq minutes."

Le reste du groupe arriva enfin dans la structure sous-marine.
Balthimer et Sobalko lâchèrent des sifflements admiratif devant le hall, tandis que Kreuck resta bouche bée. Chronasstra elle ne
semblait pas plus étonné que ça.


"Et bien par mes aïeux on voie pas ça tout les jour." lâcha Sobalko.

L'unité protoflex s'approcha du groupe.


"Le Stasitron est fin prêt, vous pouvez prendre place, les coordonnées son déjà entrées pour la destination "Monde de l'Unique"
des vivres ont été chargé à votre intention."

Chronasstra monta sur une colonne brisée et s’éclaircit la voix.


"Bien... Messieurs! Le but de la mission est simple aller jusqu'à l'Unique, s'infiltrer dans le palais royal et récupérer la Fille de
Mamastra, Chronasstra. Nous essayerons de passer inaperçu, mais si ça venait à dégénérer nous devrons être prêt à se battre!
Des question?" Déclara Chronasstra d'un ton solennelle.

Personne ne répondit, Les yeux de Proto brillaient d'un lueur magenta  qui laissait penser qu'il n'allait pas êtres tendre avec ses
adversaires. Quand à Balthimer il avait l'air encore plus sombre qu'à l'accoutumée, Sobalko sautillais d'un pied sur l'autre et Kreuck
pleurait silencieusement, ému par la noblesse de la mission qu'il lui était demandée.


Quand le Stasitron s’apprêta à partir le protoflex s'adressa à Protocole.

"Votre mission est un succès Unité... pardon monsieur P. ."

"Qu'elle mission ? "

"Oubliais ça... Faite leur mal monsieur P. ! "

protocole fit une révérence devant le robot.

"Je n'y manquerais pas ! "

Le Stasitron partit dans un bruit assourdissant et s'élança vers les fonds marin.


Tous était fin prêt pour l'assaut sur l'Unique, désormais le sort de la petite fille ainsi que celui de l'Unique allait ce jouer sous peu.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Albynn le Lun 9 Mar - 2:04

Houuu, joli pavé, et sympa l'explication!
Dommage pour les fautes de ci de là, mais ca gache pas le pavé!
Au plaisir de te voir inrp, alors!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Lun 9 Mar - 3:14

Moi qui pensais que ça allait être trop pour une première partie me voila rassuré ^^.
Je suis pas très actif sur Aerafal (voir complétement afk) mais je compte bien me remettre sérieusement au rp dès la fin des deux autre parties.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Birth le Jeu 12 Mar - 12:38

*Initialisation du pavé*

Alors c'est partis, des fautes...pleins de fautes mais une nouvelle fois l'histoire est suffisamment bien ficelée pour que je les passe sans trop de mal.

Explique un peu plus au début ce qu'est l'Unique...une piqûre de rappel ne fait jamais de mal. L'histoire se tient et les évènements s'enchâinent de façon agréable. Tu as pas mal de mécanisme super intéressant dans la base sous-marine, explique un peu plus leur fonctionnement ça crédibilise l'univers !

Repositionne des descriptions physiques sur tes personnages...ils ont très attachant et bien construits on a envie de les visualiser. Protocole est toujours aussi bon et le duo qu'il forme avec Chro est vraiment drôle. Les trois bandits ne font pas encore grand chose mais ont une aura qui se dégage d'eux. Drôle et attachant...ce groupe est une clé de ton histoire.

Mama a un développement intéressant, la séquence du double est franchement cool et bien amenée. On sent les changements s'opérant sur elle.

La scène de ses souvenirs devraient être rallongé, on sent que ces moments ont été tragiques pour la jeune femme et une scène plus longue améliorerait le drama.

Beaucoup de retours donc mais ne pense pas que je n'aime pas ce texte, bien au contraire j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et demande juste d'en savoir plus. C'est un super début et la suite promet, lâche rien et travaille un peu tout ça t'as matière à faire quelque chose de fort...de très fort.


Birth
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Jeu 12 Mar - 13:01

J'aime les remarques constructive! Je ne sais pas si je vais refaire la première partie ou si je développe un peu le bg au début de la deuxième partie, mais je vais détailler plus d'un manière ou d'une autre l'univers! La première partie est celle ou j'ai le moins d'inspiration mais ça risque d’être beaucoup plus intéressant après^^.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Sam 21 Mar - 13:32

[HRP]Et voici la deuxième partie toujours aussi longue que la précédente! J'ai essayé de rendre la deuxième partie plus détaillé et plus "forte" émotionnellement parlant (essayé était le mot important de la phrase précédente^^.). Ce que j'ai en tète étant plus long que prévu je pense que le récit sera découpé en quatre ou cinq parties au lieu de trois prévu initialement. En espérant que ça plaise, n'hésitaient pas à laisser votre avis^^.

Ps: c'est censé êtres mieux corrigé que la première partie.  

Partie 2:

Le ciel nocturne était complètement embrumé, même la lune ne traversait pas cette purée de pois.
Un zeppelin solitaire décoré de flammes roses sur fond noir fendait les cieux, seul le bruit des moteurs brisait le silence de la nuit. Mamastra était sur le haut de la nacelle, juste sous le ballon , occupé à remplacer un cordage qui avait cédé. Sa robe rouge et ses ailes frémissantes de froid étaient recouvert d'un épais manteau de fourrure. Après s’être assuré que le cordage était correctement attaché, elle s'envola vers la trappe menant à l'intérieur du vaisseau, elle l'ouvrit d'un coup sec et s'engouffra dans l'engin, pressée de ne plus subir le baisé de la bise du grand large. Ce zeppelin était vraiment particulier, outre les peintures extravagantes à l'extérieur, le vaisseau était réparti en quatre parties. A l'avant il y avait le cockpit ou le pilote prenait place, ensuite au milieu ce trouvais le salon, dans lequel on pouvait trouver des fauteuils et des canapés défoncés et une cheminée de pierre qui semblais ne tenir debout que par l'opération du saint esprit. Une porte discrète sur le coté droit de la pièce menait à une sorte de placard à balais ou siégeait une échelle métallique permettant l'accès au toit via la trappe. La dernière porte en fer blindée menait à la salle des moteurs d’où ce dégageait toujours une forte chaleur, les moteurs fonctionnaient quand à eux par la combustion de bûche de stasili.
Mamastra rejoignit le cockpit en se frictionnant les bras,  Amestalys était désormais depuis deux jours complets aux commandes de l'engin, droguée à  un boisson brunâtre et amer qui la maintenait éveillé.


"On devraient apercevoir L’île de l'Unique, dans quelque minute!" Annonça Ame d'un air joyeux et fatigué.

"De retour sur cet île maudite...j'ai l'impression d’êtres une ado qui reviens d'une très longue fugue."

"Tu connais le coin?"

"On peut dire ça, j'ai vécu ici avant le chaos d'Ogrest."

"Avant?? Par les dreads de Sadida tu fais pas ton age! Et comment c'est possible?"

"C'est compliqué..."

"La réponse typique quand on à la flemme d'expliquer!"

"Même si je te le disais tu ne me croirais pas..."

"bah essaie quand même!"

Mamastra respira longuement en réfléchissant comment résumer les faits de manière concise.


"Et bien ... J’étais un membre de la noblesse de l'Unique, je brutalisais le peuple jusqu'au jour ou un rebelle ma ridiculisée en combat singulier. A plusieurs reprises j'ai tentée de le battre mais je n'ai jamais réussi à le vaincre." Un léger sourire apparu sur le visage de Mama. "Il ne ma jamais frappé, il se contentait de se défendre..."

"Vue le sourire que ta sur ta trombine ça c'est pas arrêté à une simple rivalité."

"En effet on était très proche. Peut de temps après la révolution fut lancé, et il périe dans mes bras...
par pure vengeance j'ai menée la rébellion à la victoire mais lors de la dernière bataille je fut mortellement blessée. C'est alors qu'Eniripsa me rappela à elle."

"Un parle bien de la …"

"Oui la divinité."

"tu m'étonne que tu pensais que j'allais pas te croire."

"Bon je poursuis?"

"vas y, ma grande!"

"J'ai donné naissance à Chronasstra dans la dimension divine, ma fille que j'ai eu avec le révolutionnaire en question. Son développement fut ralenti de façon à ce qu'elle rejoigne le monde physique en même temps que moi. Mais le chaos d'Ogrest me frappa lors du retour sur terre et m’empêcha de rejoindre ma fille. Elle a du vivre huit ans en orphelinat ...et retrouver une mère à moitié cinglée."

"En effet c'est pas commun comme histoire...mais personne peut inventer une telle histoire."

"Et toi Ame, t'as une histoire à me raconter?"

"En gros moi venir de la forêt sadida, moi garçon manquée, moi me barrer parce que marre de la forêt et me voila!"

"Et comment tu as récupérée un engin pareil?

"...C'est compliqué!"

"Belle répartie!" lâcha Mama en riant.

"On aura pas le temps de parler de ma Betty... on est arrivées."

"On est trop haut pour voir l’île à cause du brouillard?

"Nan lève les yeux!"

Mamastra leva les yeux et resta bouche bée en voyant les trois îles de l'Unique voler dans le ciel voilé de nuage et de mystère. D'étrange cristaux bleu figés dans la roche de la base des îles semblaient êtres la raison du vole.

"Alors c'est comme ça qu'ils ont échappé au chaos..." lâcha Mama dans un murmure subjugué par la lévitation de son ancien monde.

"A coté de ça ton histoire semble presque logique! J’atterris ou ?"

"Sur Anhtimos la plus grosse îles."

subitement un  fusée éclairante venant de l'océan trancha la brume en deux.

"il y a quelque chose au niveau de la mer apparemment!" déclara Amestalys.

"descend veux tu." demanda Mama.

"Dac mais pas sans précautions !" dit Ame en sortant de sous le gouvernail un revolver à stasis.


Quelque heures plus tôt

L'intérieur du tram qui traversait l'océan était plongé dans un silence de mort. Un grand iop barbu au long cheveux sale d'un blond claire semblait s’être assoupi le long de l'accoudoir de son siège de fer rembourré d'un capitonnage matelassé. En face de lui un zobal chétif aux cheveux brun était coiffé d'un masque peint de deux yeux noir et d'un sourire blanc entouré de rouge, il regardait dans le vide en aiguisant une lame d'os aux étrange motif. une Unité HiT le regardait.


"C'est vraiment utile d'aiguiser une lame d'os?" Demanda Protocole à Sobalko.

"Oui... à ce souvenir de celui à qui appartenait l'os."

"C'était un de vos ennemi? Un honnête garde que vous avez égorgé pour qui ne dise rien à propos de vos magouilles?"

"Nan c'était mon père."

"Ah .. je suis sincèrement désolé je ne voulais pas vous offenser."

"Ya pas de mal l'ami on est pas des anges non plus, c'est compréhensif de nous soupçonner d’atrocité."

"je ne savais pas que le culte zobal passait par ce rite pour honorer sadida."

"Depuis le chaos d'Ogrest ma famille ne croyait plus en sadida, surtout quand les soucis ce sont enchaînés... plus aucun dieu ne nous protégeaient, nous étions seul. Maintenant c'est les âmes de nos aïeux qui veille sur nous via ses lames qui jamais ne s'érodent et jamais ne se brisent..."

"Mais si l’âme de vos ancêtres hante ses armes comment ce réincarnent t'ils?"

"pourquoi ce réincarner si ils sont déjà parmi nous? Ils guident les nouvelles générations de combattant. Quand le temps sera venu moi aussi je ne serais qu'un os et mon fils ou ma fille me porta pour que je lui insuffle courage et réconfort quand je ne serais plus corporellement, père pourra ainsi rejoindre le monde des morts."

"Moi qui pensais que vous n'étiez que des pillards et des meurtriers ... Je me suis fourvoyé sur votre compte."

Balthimer, recroquevillé dans un coin pour tenter de dormir, se racla la gorge.

"On est des êtres vivants avant d’être des gredins la ferraille!" Il écarta les bras révélant son visage couvert de cicatrice qui courraient jusqu'à son crane chauve. " Autrefois j'étais un jeune nobliau pimpant de Brakmar j'avais même une promise ! Mais une famille rivale à décimé ma famille tuant mes frères et mes sœurs ainsi que mes parents devant mes yeux! Ils m’ont laissé pour mort dans un ravins ... mais j'ai survécu! Et je suis devenu un clochard obligé de dépouiller des gosses et des vieilles pour vivre!"

Réveillé par les éclat de voix de Balthimer, Chronasstra demanda d'une voix tremblante.

"Comment on peut oublier ce genre d’atrocités?"

Balthi repris d'un voix fatiguée mêlée d'une pointe de tristesse.

"On ne peut pas madame on vie avec... on essaie d'aller de l'avant car sinon la tristesse et le désespoir vous consumes."

Chro était au bord des larmes, et repris en réprimant un sanglot.

"Qu'est ce qui vous à permis d'aller de l'avant?"

"Lui." dit le roublard en pointant le iop du doigt."Kreuck est mentalement attardé, enfin encore plus qu'un autre disciple de iop. Selon ce qu'il ma dit, il a grandit en baignant dans les légendes des héros du passé, et il c'était juré de devenir un héros aussi. Je l'ai rencontrais à un moment de ma vie ou j'avais perdu tout espoir de vivre, il était recroquevillé sur lui même et une bande de mec le tatanaient. Sans vraiment de raison j'ai dispersait la nuée de vautour qui s'agglutinait autour de lui à grand coup de pied au derrière. Je lui est ensuite demandé si il allait bien, en un quart de seconde il s'était relevé et ne montrais aucun signe de douleur et je vis un chachaton à ses pied. Cet imbécile avais risqué sa vie pour une boule de poil! Et quand je lui es demandé pourquoi il avais fait ça il ma répondu que les héros ne laissais pas les faibles ce faire taper par les méchants... cette innocence bordel, ça a déridé un peut mon cœur de pierre. Du coup je suis devenu ça conscience, l’empêchant de faire des choix inconsidérés, même si en général il n'en fait qu'à sa tète!"

Chronasstra essuya ses yeux humides avec une des manches de sa robe. Avant qu'elle puisse ouvrir la bouche, une violente secousse ce fit ressentir. Protocole se leva.

"Je vais voir ce qui se passe."

Il rejoignit l'avant du Stasitron ou un autre Protoflex pilotait le tram des profondeurs. D'étrange petites boites métallique était répandu sur le sol suite à la secousse,  monsieur Hit les enjambas et s'adressa au conducteur.

"Que c'est il passé à l'instant chère amis?"

"Le magnétisme des roues vis à vis des rails a lâché momentanément, la secousse et du au retour de la magnétisation désolé pour la gène occasionnée."

"Il n'y a pas de mal! Je vais vous aider à ranger ses boites de fer!"

"Ne vous sentez pas obligé Monsieur P."

"J'insiste!"

Ramassant les boîtiers, il remarqua que chacun portait un numéro.

"Qu'est ce que c'est?"

"Ce son les enregistrements des capsules de largage coté nord de la station."

"Des enregistrements? Comment ça fonctionne?"

"On glisse la cassette dans un moniteur de lecture comme celui ci." déclara Le Protoflex en désignant un écran surmonté d'une fente sur le coté du tableau de bord.

"Prodigieux!"  s'exclama Proto en regardant avec intérêt le lecteur.

Protocole se remis à ramasser les cassettes d'acier et fini par en trouver une avec son numéro en relief complètement illisible comme si quelqu'un l'avait rayé avec un objet pointu.en faisant tourner l'objet dans différente position il vit deux mots gravé grossièrement sur un coté ... Monsieur P.!
Intrigué il demanda à l'autre robot.

"Qui est monsieur P.?"

"Vous."

"Je veut dire le monsieur P. de cet enregistrement!"

"Vous."

"Impossible je proviens d'Astrub."

"Regardait et vous saurez que je ne ment pas."

"C'est complètement fou! C'est vous qui m'appelait Monsieur P. Moi  c'est Protocole Hit!"

"Regardait si vous voulez savoir vos origines."

Quelque peu septique il plaça la cassette dans la fente et de la neige apparu sur l'écran.
La neige cessa et l'écran afficha deux main en gros plan comme si elle étaient collé à l'écran.
Les mains se retirèrent et apparu une très jeune fille au cheveux blanc court coiffé d'une paire de lunette steamer. La qualité de la vidéo empéchait de déterminer avec certitude la couleur de ses yeux. La jeune fille s’éclaircit la voix.

"Salut Proto c'est Lilly! Je vais t'éjecter par une capsule aujourd'hui, ils réquisitionnent toute les autres Unité HiT pour mater les mutins et il te considère comme dangereux alors il préfère te démanteler! Je refuse que tu soit détruit, pas mon père d'acier! Tu as toujours était là pour moi! Je t'es appris à ne pas tuer tu étais devenu un être doué de compassion! J'ai tenté de te coder une âme mais j'ai pas eu le temps de vérifier si ça marche!
... Tu disais souvent que je devais te donner une mission, un but ... ta mission c'est vivre! Je veut que tu deviennes le protecteur des innocents! Un gentleman!!"

La jeune fille commença à pleurer. Elle se ressaisit rapidement et essuya ses larmes de son bras droit salit par du cambouis.

"Ils vont pas tarder à me trouver que ce soit les mutins ou les forces de l’ordre...Je préfère me sacrifier que de savoir que tu va redevenir des pièces détachées sans âme! Que tu redeviennes une machine tout court... tu es désormais doué de sentiment fait en bonne usage! T'en fait pas je m'en sortirais comme toujours dès que je peut je te rejoins Protocole Heart!

Une détonation résonna, Lilly écrasa le bouton d'éjection et oublia d'éteindre la caméra. La capsule monta vers la surface, Lilly la regarda par la baie vitrée s'envoler, un tir atteigna à la tête la jeune fille et son corps sans vie s'écroula et des hommes en noir entrèrent dans la salle et virent la capsule disparaître dans l’abîme. Et le reste ne fut plus que silence et ténèbres.

D'un geste rapide, l'unité Protoflex éteignit l'enregistrement.

"Il n'y a plus rien ensuite. Vous allez bien? Demanda le robot en voyant du liquide améthyste sortir des orbites de son homologue.

"Ce n'est rien, ça doit être la pression. On peut en savoir plus sur la gamine de l'écran?"

"Oui j'ai sa fiche en tant qu'ancienne habitante de la station. Lilly Brilleth , 14 ans,
exécuté lors d'une fusillade des renégats. Suite à la mort de son père par une maladie incurable elle trouva un père de substitution en la personne de L'unité HiT personnelle de leur famille. Lors des dernier mois de sa vie elle sombra dans la folie et répétait sans cesse que son unité HiT était doué de sentiment et elle ira jusqu'à donner un nom à son unité, Protocole Heart. Elle changea sa programmation de manière fantasque et dangereuse pour la communauté. l'unité HiT en question refusais de tuer les mutins et agressa un garde lors d'une inspection musclée.
L'unité HiT aurais du être démantelée mais elle l’emmena jusqu'à une capsule de secours et l'éjecta de la station."

"Je comprend pas tout la... pourquoi  il y a eu une rébellion dans cette station? Et quel était le but de cette station?

"La station avait été crée pour que les survivants de l'ancienne Sufokia puisse remonter à la surface, Les autorités et les commandants de la station on refusé de dire à la population qu'ils y auraient pas assez de place pour tout le monde et l'air ce raréfiait de jour en jour. Mais aucun humain ne s'en sortit vivant suite une fuite d'information qui embrassa la majoritées du peuple. Le conseil pour ce protégé on activé toute les unité HiT de la station pour réduire à néant la mutinerie. Monsieur P. Vous pleurez encore."

"Je ne pleure pas c'est un problème de régulation hydraulique sans doute..."

"Un problème hydraulique au niveau des yeux?"

Proto se redressa et frappa de toute ses force sur le mur et continua d'une voix haineuse.

"Je suis un robot ! Une coquille vide je fait semblant! Je n'est pas d’âme! JE N'AI PAS DE COEUR!!"

"... Pour quelqu'un dénué d'émotion vous êtes bien colérique."

Protocole reprit son calme et sembla bien fatigué.

"C'est rien que des codes... des routines qui me pousse à réagir selon la situation.... pas un sentiment humain, comment une fillette aurait pu savoir coder une âme?"

"Mon concepteur ma dit un jour qu'une partit de nous est présente dans chaque programme et robot  construit. Peut êtres qu'elle vous à insufflé une partit de son amour pour vous en travers de cette série de routine..."

"Peut être... "

"Nous arrivons sous peu. Ressaisissez vous, et prévenais vos amis de notre arrivée à l'unique."

Le Stasitron ralenti et arriva face à un petit bâtiment surmonté d'un conduit pour sphère de transport, le groupe sortit du tram et prit la sphère toujours accompagné de l'unité Protoflex.
Le tunnel déboucha sur.. un récif dépassant de l'océan.


"Euh... on est ou la? Demanda Sobalko au Protoflex.

"Au monde de l'Unique."

"Et bien c'est plus petit que je ne le pensais." lâcha d'une manière cynique Balthimer en se curant le nez.

Sentant une goutte d’eau lui tomber sur le front, Kreuck leva les yeux vers la nuit brumeuse et vit se qui ressemblais à une montagne volante.

"J'ai trouvé l'Unique!" brailla fièrement le iop.

"Et bien j'espère que vous savez voler!" Cracha le sacrieur chauve.

"Pas besoin ... Mamastra est la!" fit Chro en pointant une forme volante plus petite noir et rose.

"Cool ça ! Vraiment génial... mais comment on attire son attention?!" Ironisa Sobalko.

"Avec ça." dit le Protoflex en tirant une petite roquette laissant une traînée rouge sur son passage.

"c'est beau!" déclara kreuck ébahi.

L'engin volant descendit et des cordage leur fut lancé pour les ramener à bord.

"Avant de monter je ne m'appelle pas Chronasstra mais Chrofa ok?" dit Chro d'un air très sérieux.

"Très chère je suis sur que votre mère sera..." Commença Proto.

"Non ! Je suis Chrofa un point c'est tout!"

Dans la voix de Chronasstra on pouvais sentir de l’anxiété.

"Ça nous va!" Déclara Balthimer en désignant les deux autres bandits.

Ils se hissèrent à bord de l'engin sauf l'unité Protoflex qui déclara devoir resté ici jusqu'à leur retour.

Protocole apparu en premier par l'ouverture ou une sadida le braquait avec un revolver à stasis.


"Je lèverais bien les mains en l'air mais je risquerais de tomber." lâcha Protocole sur un ton léger.

"Protocole que fait tu ici? Demanda la voix de Mamastra hors de son champs de vision.

"Madame, je suis venu vous prêter main forte pour aller chercher Chro!"

Voyant qu'ils ne représentaient aucun danger, Amestalys les laissa monter à bord.
Protocole présenta son groupe à Mama et Ame, il présenta Chro sous le nom de Chrofa, en dernier.


"Alors... c'est vous la fameuse xelor de l'Unique?" Demanda Mamastra en jaugeant Chro du regard.

"Oui madame c'est moi qui est donné les coordonnées à Amestalys."

"Pourquoi c'est derniers temps on m’appela sans arrêt madame? Moi c'est Mama!"

"Oui maman... euh Mama!"

"J'aurais quelque question à te poser jeune fille, mais pour l'instant le temps nous manque nous devons savoir si des gens seront prêt à nous aider sur place, je ne sait pas trop si quelqu'un se souvienne encore de moi vu  que j'ai disparu depuis un moment."

"Il faudrait surtout atterrir pour l'instant!" lâcha d'un voix forte Ame en reprenant sa place au commande.

Le zeppelin repris de l'altitude et revint à hauteur d' Anhtimos.


"Et au niveau armement comment on se porte ?" demanda Mama.

"T'inquiète la rouquine on a de quoi se défendre, et même de quoi prendre d'assaut un fort !"

"Bien nous sommes prêts ! »

murmurant pour elle, Mamastra ajouta.

"Tiens bon ma chérie. Maman arrive et elle est très énervée. »



Pendant ce temps là. Une petite fille rousse suivait dans un conduit obscur une silhouette difforme cachée par une cape déchiqueté d’où sortait une queue écailleuse blanche.

"Monsieur vous êtes sur que c'est par là la sortie?" demanda Chronasstra.

"Ou..oui J'en suis sur Mademoiselle..." Lacha la voix craintive de la chose.

"je comprend toujours pourquoi vous m'avez libérée. Vous voulez de l'argent en échange, ou vous voulez me garder pour vous?"

"No..non!"

"Alors pourquoi?"

"Par...parce que te tu pleurais...et j'aime pas quand le gens beaux pleurent."

"Beau?"

Le tunnel déboucha sur une caverne ou siéger d'étrange statuts brisées représentant les héros déchus de l'Unique. La salle était éclairée par des cristaux bleue claire gigantesque qui sortaient des murs et du sol.

"Pas... pas comme moi."

Sur ses dire il retira le capuchon de sa cape et révéla son visage.

« Pas ...co..comme ça."

[HRP] to be continued... (Ce cliffhanger de merde!!!)


Dernière édition par Mama Koi le Sam 16 Mai - 12:20, édité 1 fois
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Opheliana le Mer 25 Mar - 14:46

Et ben...et ben...que dire? C'est pas mal du tout, bon encore quelque petites partie ou tu saute le coq et l'âne...euh...du coq à l'âne, mais sinon c'est pas mal du tout ! Bon a part quelques bonnes fautes dans conjugaison et parfois de verbe ("es" au lieu de "ais"), mais sinon il y a du développement, de l'approfondissement et du contenu, continu comme ça !
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Tyra Hawke le Lun 13 Avr - 8:34

C'est sympa à lire et trés interessant, avec un BG trés bien pensé. Toujours quelques fautes mais une nette amélioration par rapport à la première partie.
N'hésite pas à pousser un peu plus les explications et les descriptions.
Sinon, j'attend la suite avec impatience Smile
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 23
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Mer 15 Avr - 0:47

Heureux que cela te plaise^^. Je pense que la prochaine partie sera mieux construit, mais au niveau des fautes ... j’essaie de faire de mon mieux^^'.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Birth le Mer 29 Avr - 13:00

Mes excuses les plus plates

Parfois avec certains jeux, j'ai la flemme de les lancer...et une fois dedans je m'éclate et le trouve génial.

Bah ton texte m'a fait le même effet. La longueur me donnait pas courage...mais une fois commencé...

Bah c'est génial, tes persos sont tous développés et d'une bien belle façon. Les trois brigands sont vraiment cool et j'aime ce que tu leur a apporté. Protocole a une histoire passionnante et le contexte de cette dernière est palpitant...le coup de Sufo...nan vraiment génial. On sent certaines références (Shadow pour Protocole par exemple) et ça me plait beaucoup.

Mon seul petit reproche c'est sur la construction temporelle, essaye de garder une trame constante, les saut dans le temps sont pas du plus bel effet...enfin bref, j'attends la suite que je lirais plus tôt.

Mais c'est du bon t'en fais pas ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Jeu 30 Avr - 11:56

Le soleil ce lève dispersant les dernières écharpes de brume, La journée s’annonçait comme une journée
normal sur Anhtimos, le jour commençait à éclairer le toit des maisons à colombages des quartiers résidentielles,
ainsi que les étages supérieurs du Palais Gris. Ce qui n'est pas habituelle par contre c'est le zeppelin noir
et rose qui a atterri dans la forêt bordant la partie nord de l'unique ville de l’île. Les commerçants ouvraient
leurs échoppes et le quartiers des Phorreurs semblait prendre vie subitement, déjà une file de mineur se massait
devant une nacelle pour descendre dans les entrailles de l’île, Tout les ages ce côtoyaient dans ce troupeau,
allant du vieillard usé par le temps, au jeune garçon de treize ans.


Le vieil O'tool connaissait tout le monde dans ce quartier, mais pourtant ce jour là, sept silhouettes Encapuchonnées
lui restèrent étrangère, ça devaient êtres des informateurs de leur président fou, ou de ce monstre de Gater,
en tous cas il valait mieux ne pas attirer leur attention, au risque de finir au trou.
La deuxième sonnerie indiquait que la nacelle n'allait pas tarder à  descendre. Le vieil homme s'arracha à sa
réflexion et attrapa son casque et son sac. Il se hâta de foncer jusqu'à la nacelle, mais son sac céda sous le poids du
temps et de son matériel de minage, répandant son contenu sur le sol. La pioche glissa sur les pavés blanc,
jusqu'aux pieds de l'une des silhouettes qui s’arrêta.  Le vieux se figeât en voyant celle ci se pencher sur son
outil de travail.

Lorsqu'elle se pencha pour saisir l'outil, de longue mèches de cheveux roux débordèrent du capuchon de l'inconnu.
La personne encapuchonnée cherchait apparemment le propriétaire de la pioche du regard. Le père O'tool fini par
avancer d'un pas mal assuré vers la personne tenant sa pioche entre ses mains, même si il était risqué de rentrer en
contact avec les inconnus, La ronde finirait par arriver, et si elle voyait qu'il tirait au flan il subirait un douloureux châtiment.
Quand le vieil homme fut assez près de la frêle silhouette, elle le repéra et fit quelque pas dans sa direction, quand elle lui remis la pioche,
monsieur O'tool lui marmonna un remerciement et vit le personnage sous la cape, cette femme avait le même visage que la sainte !
Sous le coup de l'émotion le vieillard lâcha le manche de l'outil et se mis à trembler,
« C'est impossible ! » se dit-il.
Puis il se repris, coïncidence ou pas, si la garde trouvais cette jeune fille, sa seule ressemblance  suffirait pour lui valoir
un allé simple aux cachots, ou pire...  O'tool murmura à la jeune femme de la suivre, se qu'elle fit en adressant un signe
de main aux autres inconnus qui c'était contentés de regarder la scène, les invitants à la suivre.


Le vieil homme les fit traverser, une myriade de rue, ruelle et autre chemin à travers les vieilles masures couverte de
colombages de fortune. Ils finit par les faire rentrer dans un sous sol aménagé via une vieille trappe en fer blanc. Après
que leur hôte leur est assuré qu'ils ne risquaient rien ici, la jeune eniripsa enleva sa cape et pointa un revolver aux
couleurs bronze avec d'étrange note de violet. Le doute n'était plus permis pour le vieillard à la barbe grise et au crane
chauve, il tomba à genoux plus par adoration que par crainte de l'armes, si ses articulations lui auraient permis, il se
serait prosterné.

« Sainte Mamastra, reine de la pluie vous revenez enfin vers votre peuple ! »

les autres finir par retirer aussi leurs capuchons, mais le vieil O'Tool était trop absorbé par la vision quasi-divine qu'il
avait en face de lui pour faire attention aux autres.

« Je ne pensais pas laisser une image si positive la dernière fois que j'étais sur Anhtimos. » Lâcha Mamastra en
baissant son arme.

« Au moins, si tous le monde réagis ainsi en votre présence, ça nous facilitera la tâche ! » Dit Protocole.

« A ta place je ne baisserais pas ma garde si facilement, le vieux à l'air d'avoir la flatterie facile, si ça ce trouve il essai
d'endormir notre méfiance. » Cracha Balthimer.

« Peut être mais il connaît mon nom, c'est peut être un historiens ou un ancien royaliste. »

« Ceux qui on ta gamine connaisse aussi ton nom alors faisons attention. » Déclara Sobalko, méfiant.

« J'ai pas trop compris là... » Avoua Kreuck

« On se demande si le vieux Monsieur essai pas de nous jouer de la chuchoflute pour nous endormir... » résuma Balthimer.

« mais il a pas de chuchoflute... et j'ai pas sommeil ! Marmonna le iop, à deux doigts de l’arrêt cérébral.

« Balthimer veut juste savoir si le vieil homme flatte Mama pour nous attirer dans un piège. » Expliqua avec patience Chrofa.

Le iop fronça les sourcils et se posta entre Mama et le vieillard, ce qui cacha entièrement Mamastra vue le gabarie du iop.
Il attrapa les épaules du vieillard toujours en émoi et le secoua énergiquement en brayant.

« T'ES QUI TWA !! T'ES UN GENTIL OU UN MECHANT !! EXPLIQUE TWA !!!

« maintenant vous savez à quoi me sert Kreuck ...aux interrogatoires ! Dit Balthimer, ricanant.

Le iop aussi massif que barbu reposa le papi quelque peu secoué sur le sol, Mama poussa gentiment  Kreuck pour pouvoir
voir le vieux.


« Qui êtes vous et comment connaissais Mon nom ? »

« Je suis  Hendhos O'Tool, un simple mineur ne mouillant dans aucune magouille madame ! Et tous le monde connaît Mamastra,
l'une des quatre héros de l'Unique ! »

Mama rougit légèrement et bafouilla.

« Vous devez faire erreur, je suis loin d'être une sainte. J'ai torturé des innocents juste par plaisir. »

Le père O'tool s’éclaircit la gorge et déclara.

« La pluie lavera nos péchés, Mamastra fut au début de sa vie une ennemie du peuple, mais au contact du protecteur
des petites gens, elle devint l'espoir des résignés, le dernier rayon de soleil dans un ciel orageux, à la fin de la dernière
bataille elle affronta son ancienne famille, et lorsqu'elle lâcha son dernier soupir Eniripsa elle même la sauva dans une
lumière éblouissante en l'accueillant en sa maison... Voici ce qui est écrit dans nos archives. »

Mamastra devait se rendre à l'évidence ça collait  bien à ses souvenirs.

« Qu'elle sont les autres héros m'sieur O'Tool ? Demanda Amestalys intrigué.

« Oh ! Et bien il eu en premier lieu l'honorable Orion Stenbaal le premier colon à ce ranger du coté des opprimés,
Ensuite il y a eu Samuel métahalgehar le dernier meneur de la rébellion, ensuite dame Mamastra, la pluie du pardon.
Et enfin un créature étrange... à la peau cuirassé d'écailles argentées, il veillait sur la plus haute pointe du palais Gris
sur la ville... et le jour du cataclysme il fit s'envoler les trois îles de L'Unique, et il disparu en volute de lumière, son
éternel sourire sur les lèvres. »

« C'est quoi le palais gris ? » Demanda Ame à nouveau, ne partageant pas l'entrain du vieil homme.

« Et bien jeune fille il s'agit de la demeure des rois de l'Unique, même si il n'y a plus de roi actuellement. »

le visage du vieillard s'illumina soudainement.

«Mais si les légendes disaient vrai, vous êtes là pour nous sauver encore ! Mener la dernière bataille !

« Désolé monsieur mais je n'ai rien d'une meneuse.. je suis là car un groupe d’extrémiste on enlevé ma fille. »

« Une petite fille rousse au cheveux court ?

« Comment Le savez vous ! » s'écria Mama en saisissant le vieil homme au col. «Parle ! »

« Et bien j'ai entendu par mégarde une conversation entre deux soldats de notre président qui parlaient de
l'arrivée d'une petite fille rousse au palais Gris. »

Mamastra lâcha le père O'Tool.

« Votre président est donc mon ennemi ! »

« C'est pas un secret madame ! Il hait tout se qui a lien à Eniripsa, il interdit la croyance en cette déesse et
puni de mort tous se qui en parle en publique et pour les fidèles d'Eniripsa comme moi...vous savez que notre
croyance à des effets physique sur nous...»

« Ne me dite pas que ... »

« Chaque jour nous devons nous arracher les ailes... sinon il nous arrête sur le champs, et le seul moyen pour que
cela cesse est de rogner nos croyances...Mais je ne travestirais pas ma foi à cause d'un fou ! » Le vieux O'Tool
avait relevé la tête avec fierté en ajoutant ces dernier mots.


« Mais pourquoi cet homme s'acharne sur les eniripsas ? » demanda Sobalko.

« Il est originaire d'une lignée de natif qui n'ont jamais accepté la trêve avec les colons, l’hypothèse la plus répandu
est qu'il a grandit dans la haine des colons, et que la consanguinité n'ai pas arrangé son cas ! »

« Je me moque de ses motivation ! Il va payer pour ma fille et pour avoir fait souffrir des civiles ! Personne n'a tenté
de se rebeller ? De faire arrêter ça ? » La voix de la jeune eniripsa n'était plus qu'un murmure  chargé de colère et de reproche.

« Peu de gens se dresse contre lui pour une simple raison, la majorité de ses soldats son des membres du peuple
beaucoup on de la famille dans les quartiers pauvres, il enrôle ces pauvres gars en échange de meilleur traitement
pour leur famille, et certain croit en ses idéaux tout simplement. Il y à bien Irith Gater qui se présente lui même comme
le chef de la rébellion mais il croit qu'on gagne une révolte en faisant tout exploser, et qu'il faut éliminer toute personne
aidant le président. Même si se sont nos filles et nos fils... »

« Je voudrais rencontrer ce Gater... » déclara Mama

« Madame ! Cet homme est un monstre au même titre que le président ! » Protesta  Chrofa.

« Merci de ton aide mais quand il s'agit de récupérer Chronasstra … ton avis ne m’importe même pas ! »

Chrofa baissa la tête d'un air larmoyant, Kreuck  pose une de ses énormes main sur son épaule en guise de réconfort.

« Monsieur O'Tool  vous nous mènerez à ce révolutionnaire à la nuit tombé. »

« Bien Madame ! »





La petite fille rousse était face à une créature de cauchemar, à la lumière des cristaux, certaine zone de son
visage pale était couvert de longue rangée d'écaille argentées, de long cheveux noir sortaient de son crane
mais aussi deux paires de corne droite. Ce qui venait rendre la créature encore plus horrible était la non symétrie
de son visage, du coté droit de son visage, trois yeux d'un bleu pale la dévisageait , tandis que du coté gauche
un seul œil la scrutait.

La gamine aurait pu hurler ou s'enfuir face à ce faciès monstrueux, mais la tristesse qui brillait au fond de ses
quatre yeux l’incita au calme.


« Vous n’êtes pas humain ? » Demanda la petite fille, d'une voix plus aigu que la moyen suite au choque provoqué
par la vision de la tête de la créature.

« Je ...ne croit pas non, je vous ai….effrayé ? » Des larmes commencèrent à perler à ses yeux.

« Non non ! Vous êtes juste étonnant physiquement ! Faut pas se mettre dans des états pareils monsieur ! »

« Je suis désolé... »

« Pourquoi êtres désolé ? Vous m'avez aidé à m'échapper donc c'est plutôt à moi de vous remercier! »

Les yeux de la créature se remplir à nouveau de larmes.

« Mais qu'est ce que j'ai dit ? » La petite rouquine gonfla ses joues d'un air boudeur. « Cessez de geindre à chaque
fois que j'ouvre la bouche ! »

« Désolé mais personne ne ma jamais dit merci...ni jamais parlé... »

Une partie de la tristesse contenue dans les yeux larmoyants de la chose, atteignit la petite fille.
La gamine s'avança et enlaça le bras de la créature.


« Personne ne mérite d'être seul, quand tout ça sera fini je te ramènerais à la maison, et tu sera plus jamais seul ! »

L'humanoïde ne savait que répondre, il était partagé entre l'envie d'exploser en sanglot, ou de rendre son étreinte
à l'enfant. Il finit par choisir la deuxième options. Avec l'éclairage froid des cristaux qui transperçaient les parois de
la caverne rempli de statut gigantesque des héros du passé, on crut voir une gargouille d’albâtre enlacer une poupée
de porcelaine. La gamine s'écarta et sourit.

« Moi c'est Chronasstra ! Mais tu peux m'appeler Chro ! »

« Je... suis Oubjaï mais tu peut m'appeler … la Chose. »

« Ah ça non ! C'est affreusement malpoli ! »

« De quoi ? »

« De t'appeler la chose ! »

« Tu le pen....penses ? »

La gamine secoua frénétiquement la tête pour affirmer ses dires.

« Et d’ailleurs si tu n'es pas humain tu doit avoir une espèce donc par déduction tu n'es pas une chose
mais un être vivant ! »

« ...Je suis ce que nomme les hommes un Orochi... »

« Jamais entendu parler ! »

« Nous sommes des créatures très puissantes issus d'une créature écailleuse n'existant pas sur votre plan
de la réalité. »

« Tu n'as pas l'air si fort pourtant. »

« Chaque Orochi à un sentiment primaire, qui surpasse les autres, le premier née fut la colère... la seconde
la peur, le troisième fut la joie et je suis la quatrième... la tristesse. »

« Pourquoi votre créateur ne vous donne qu'un sentiment ? C'est stupide ! Et pourquoi une créature si puissante vous
enverrez sur le monde des douze ? »

« Depuis le chaos d'Ogrest les dieux semblaient sur déclin alors pour les aider, le Primat Orochi nous envoya sur votre monde.
Quand aux émotions il doute sur l’intérêt de nous en donner plus... »

« Mais qui est le Primat ? »

« Selon lui, il est l'éternel raté, il tenta à plusieurs reprise de crée des mondes parfait, mais à chaque
fois il échoua et à chaque fois il détruisit sa création. Sauf le monde des douze car les dieux lui demandèrent
de leur laisser une chance d'améliorer ce monde imparfait. Il leur laissa donc un délai pour améliorer le monde. »

« C'est ridicule les légendes parles du grand dragon et de la grande déesse ! Mais pas d'un Primat Orochi ! »

« Je ne sait pas … il ma peut être menti...Mais le primat a l'apparence d'une grande créature reptilienne
donc c'est peut êtres votre grand dragon... »

« et pis si il crée les mondes ! Il vit où ? »

« Je ne sait pas... »

« Donc il ta menti c'est tout, les livres ne mente pas ! »

Les yeux d'Oubjaï se remplir de larmes.


« Désolé je ne voulais pas t’agresser ! C'est que j'ai tendance à m'emporter quand il s'agit de théologie... »
Ajouta précipitamment Chro d'un air coupable.

Des voix se firent entendre au loin, leur paroles déformées par les parois de pierre. Oubjaï attrapa sous le bras Chro,
qui glapit de surprise,  
et courra se mettre à l’abri. Oubjaï posa un doigt sur ses lèvre pour intimer le silence à l'enfant. Chro pu voir
que ses doigts se terminés par des griffes de cristal transparentes, expliquant le cliquetis régulier.
Chro chuchota.

« Pourquoi ils patrouillent ici ? »

« Ta disparition les mets dans une situation délicate... »

« Pourquoi ? »

« Parce que sept âmes te recherche pour te ramener chez toi... »

« Sept ? Comment peux tu le savoir ? »

« Je t'ai dit que les Orochi on de grand pouvoir... même si la tristesse m’empêche d’être un bon combattant. »

« Comparé à toute à l'heure... tu semble plus sur de toi, tu cesse même de bégueiller. »

« J'ai appris à gérer ma mélancolie en présence de dangé. »

« Tu peut savoir qui est venu me chercher ? »

« Trois femme, trois hommes et je n'arrive pas à déterminer la dernière âme. Deux des femmes on
beaucoup de similitude avec toi.»

« Deux ? Je suis sur que ma mère est venu me chercher mais qui est l'autre ? »

les voix des gardes se rapprochèrent.

« Aucune idée mais il faut s'en aller ils arrivent dans notre direction. »

Oubjaï escalada comme un chacha une colonne et s'engouffra dans une galerie , avec Chro sous le bras.






La nuit était tombé depuis  vingt minutes, les rondes de garde du président se faisaientt moins nombreuses.
Le père O'Tool les avait mené jusqu'à un cul-de-sac au milieu de bicoque délabré, où une porte de fer
avec un juda leur barrait le chemin. Le vieil homme frappa, le juda s'ouvrit et personne marmonna quelque
chose à O'Tool qui marmonna autre chose en retour, et la porte s'ouvrit.

« Je reste persuadé que c'est une mauvaise idée ... » Marmonna Chrofa.

« C'est sur qu'un mec comme lui risque de pas changer d'avis. » Renchérie Ame pendant qu'il descendirent
un escalier dans l'ombre.

« Vous ne comprenez rien ? Mama va tenter de rallié ses hommes à sa cause pas lui ! » Répondit Kreuck.

Tout le monde se retourna et regardèrent Kreuck comme si un piou faisait de l'algèbre sous leur yeux. Mama
s’éclaircit la gorge.


« Écoutez le iop pour une fois, si il refuse d'entendre raison alors c'est son auditoire qu'il faudra remettre
sur les rails... »

Le petit groupe arriva dans une grandes salle bondé de gens en tout genre, des jeunes des vieux, des femmes
des hommes et même quelque enfants. Une petite estrade occupait le centre de la salle. Le brouhaha régnait
jusqu'à ce qu'on homme svelte et blond, aux yeux gris vêtu d'un robe d’aristocrate qui avais du connaître des
jours meilleurs.


« C'est lui c'est Gater ! » Murmura le père O'Tool pendant le silence qui suivit l'arrivée de l'homme.

L'homme s'avança jusqu'au centre de l'estrade. S’humecta les lèvres, un léger sourire flottant sur son visage
imberbe. Il prit quelque secondes avant de commencer son discours.

« Mes chère frères et sœurs, les troupes de notre traître de président vont tenter une troué dans les quartiers
demain, ils ont peut êtres un technologie supérieur mais nous avons la force du nombre ! Demain, nous anéantirons
définitivement ses chiens qui se sont rangé du coté de se traître ! »

Une ovation nourrit monta de la foule. Mama remarqua le regard inquiet de plusieurs femmes qui tenaient des enfants
prêt d'eux, et certaine personnes d'age mure affichaient un visage emprunt de tristesse
. « Ils doivent avoir de la famille
dans les troupes du Président... » se dit Mama.

« Les chienchiens de leur espèce vont voir leur vie brûler comme leurs manufacture d'armes, comme leurs familles et leur
rêve d'un monde sans colons ! Tuez les rêveurs ! Ils ont vendu leur âmes aux hautes sphère de l'état, ils ne méritent pas
le pardon !»

Une nouvelle ovation monta de la foule. S'en était trop pour Mamastra, Bien que frêle Mama joua des coudes pour arriver
jusqu'à l'estrade Quand un cordon de gardes du corps l’empêchèrent d'aller plus loin, Kreuck qui la suivait de prêt, écarta
les gardes d'un revers de la main. Mama commença à traverser le « nomansland » crée par le cordon de gardes, à peine
elle eu fait quelque mètre qu'un renfort de gros bras l'entourèrent de toute parts armes tranchante aux poings.


Irith Gater, regarda du haut de son estrade la silhouette encapuchonné. Mama fit signe au autres de ne pas intervenir.

« Et bien qui voilà ? Un assassin de notre bien aimé président ? Qu'elle délicate attention ! »

Quelques rires résonnèrent dans la salle.

« Et bien et bien jeune fille ne soit pas timide, Dévoile nous ton minois ! »

La colère de Mama était telle, après le discours de ce rat, que de sa timidité naturelle il ne restait qu'un léger rosissement
de ses joues, quand elle déclara d'une voix forte en enlevant sa cape.

« Je ne suis pas jeune, pauvre sot ! »

La cape en moins, la Robe écarlate, ses ailes ainsi que sa chevelure de feu furent visible pour toute  l'assemblée. Dans
celle ci, de nombreux témoin de la scène s’agenouillèrent, subjugué par cette vision du passé, Irith lui même semblais
figé de stupéfaction, certain gardes baissèrent leur lames.


« Cela ne se peut... » Murmura Irith.

« Il faut croire que la dernière bataille approche... » Ironisa Mamastra.

Irith se remis à sourire.

« Bien bien bien ! La Sainte nous rejoindra sur le champ de batailles pour éventrer ses anim... »

« Non ! »

« Co comment ? »

« Vous n’êtes qu'un enfant qui pense que le seul moyen de ramener la paix et de faire table ras ! »

Comprenant que la fausse jeune femme, n'était pas de son coté, le sourire de Gater se changea en rictus.

« Selon les légende vous n'étiez pas aussi magnanimes à l'époque... »

« le contexte n'était pas le même... »

« Qu'elle piètre excuse ! Vous seriez vous ramolli avec le temps, Sainte ? »

« Je... »

« Ou bien la légende était fausse ? Ou vous n'êtes qu'un imposteur !

La foule commençait a murmurer.

« Ou bien Tu... »

Gater cessa de parler quand un roublagun fut pointé à l'arrière de son crane a bout portant, par un
Balthimer qui se curait le nez.

« On ta jamais dit de laisser parler les dames ?  Vas y la rouquine parle ! »

L'éni réfléchie quelque instants et déclara.

« Un soir quand j'étais petite mon père ma expliqué que pour gagner une guerre il fallait êtres sans pitié,
qu'il fallait faire preuve d'une cruauté sans limite, que chaque soldat vous voix dans chacun de ses cauchemars...  
Mais cette manœuvre n'a aucune raison d'êtres dans notre situation ! A part stigmatiser notre peuple qui a  déjà
été blessé par le passé, Cette méthode ne serre qu'a déchirer d'avantage les familles, et c'est ce que veux le
président qu'on se déchire !! Votre comportement est destructeur ! »

Irith s'agita légèrement.

« Puis-je ? »

Mama hocha la tête.


« C'est très mignon tout ça mais sa ne change rien au faite que demain les troupes du président vont donner
l'assaut final ! Alors ta pitié ne servira à rien ! »

« Et si j'affirme que j'ai un plan viable pour demain ? »

Remarquant que l'auditoire s'intéressait de plus en plus à l'avis de la sainte, il décida de l'ouvrir malgré le
roublagun qui visait son crane.

« Et bien tu va faire pleuvoir une pluie magique qui rendra tout le monde gentil ? Sache que sa reste ma rébellion,
et j'ai un vrai plan pour nous sortir de cette mouise ! Mais je suis magnanimes, on va procéder à un vote ! Qui veut
suivre la folle usurpatrice rangez vous du coté droit, sinon aller du coté gauche pour suivre un vrai meneur qui n'a
pas peur de faire se qui doit être fait !

La majoritée de la salle se dirigea vers la gauche, quelque personnes passèrent du coté droit. Surtout des vieillards et
des femmes, et quelque enfants ainsi que que les six compagnons de Mamastra, même Balthimer qui avait lâché Irith.
Quand O'Tool se rangea du coté droit, une vingtaine de personnes passèrent aussi du coté de l'éni... puis trente... puis quarante !

« Comment c'est possible ? » Demanda Chrofa étonné devant le revirement de la foule .

« Disons que j'étais le prédécesseur de Gater...et que j'ai cessé toute activités quand j'ai vue que ça partait en sucette... »
Marmonna le vieux O'Tool.

Malgré l'arrivée de nombreuse personne de son coté, la majorité restait avec Irith.

« Et bien et bien, voilà qui est voté maintenant cesse de m'importuner ! »

« Vous êtes prêt à sacrifié des familles pour votre rébellion ? Alors que vous ne suivez pas les préceptes d'éniripsa ? »

« Bien sur que je suis éniripsa j'ai du arracher mes ailes comme tout le monde ici ! »

« vous mentez... sinon comme beaucoup ici vous auriez deux bosses aux niveaux des omoplates là ou les cicatrice
des ailes aurait du êtres... »

« Comment osez vous... Comment osez vous prétendre êtres La Mamastra alors que vous êtes inapte à faire ce qui
doit êtres fait !!

« Parce que sacrifier des enfants et des femmes c'est ça pour vous faire ce qui doit êtres fait ?! Vous cachez votre
cruauté derrière l'étendard de la rébellion !!! »

« Si il ne peut tenir un fusil pour combattre, un enfant n’est qu'un dégât collatéral ! »

Mamastra pris une impulsion avec ses ailes et percuta Irith de tout son poids et le colla au mur en le tenant par
le col, les pied du chef révolutionnaire battant le vide. Des fils d'énergie fouettaient le vide sous le coup de la haine
de Mamastra qui murmura à l'oreille de Gater.


« Si tu touche ne serais ce qu'à un enfant je te brise les os un par un ! Et je me sert de t'es testicule comme d'un
appât à requinou, est ce bien claire ? »

Elle lâcha le pauvre homme qui s'écrasa sur une table. Elle se retourna vers l'assemblée.

« Maintenant j'ai un plan qui peut nous éviter des pertes militaire et civile ! Alors vous allez suivre les ordres est
ce bien claire ?» Tout la salle hoche la tête d'un air impressionné, pas qu'elle avait étranglé le chef de leur rébellion, mais qu'elle était bien la sainte au files ensanglantés.

Mamastra se posa vers ses compagnons.

« Monsieur O'Tool, regroupait les troupes que je leur explique la marche à suivre ! »

« Bien madame ! »

Mama s'approcha de Irith et lui tend la mains.

« Avec ou contre moi ? »Demanda la rouquine.

Irith réfléchit quelque instants et attrapa la main de Mamastra.

« Avec ! »Un rictus aux lèvres.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Opheliana le Jeu 30 Avr - 12:38

Juste une chose pour t'aider de prime abord...

Vous --> -ez, donc "Monsieur O'Tool, regroupez" car cela sous entend un vous.
Ou si tu prend ça comme un tutoiement c'est tout simplement "regroupe" ^^

Pour le reste c'est super bien écrit, ça avance, ça nous donne envie de voir la suite et surtout la finalité de tout ça, voir si ça va exploser ou si tout va rentré dans l'ordre par exemple (Je sais pas pourquoi mais ça sent la trahison quelque part ~)

Continue comme ça !!! Very Happy
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Jeu 30 Avr - 12:49

Le -ez est mon Némésis ^^'.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Birth le Mar 26 Mai - 16:34

Bah j'ai ris

C'est un tic que j'ai quand les gentils gagnent grâce à des persos ou des actions relevant de la surprise...et là j'ai ris.

J'ai ris de Objaï et de son sentiment uniques
J'ai ris de O'Tool clairement classe sur la fin...

J'adore tes persos tu sais, vraiment. Tu as un vrais don pour ça. Je n'ai de cesse de te le dire mais ça ne cesse de se confirmer. Si le développement des persos déjà en place dans les chapitres précédents est bon, les nouveaux que tu introduis sont superbe. Outre Objaï que j'adore énormément, tu as réussi le pari en une phrase de me faire sympathiser avec Irith.

T'as pas mal de référence et un vrais sens de l'écriture. Tu fais moins de faute et la construction de tes histoires s'améliore grandement. Continue ça ne peut aller qu'en s'améliorant.

Ta théorie de l'éternel raté me plait beaucoup et j'espère que tu la développeras d'avantage. Et Mama est un perso génial, j'aime l'évolution qu'elle a et cette aura qu'elle dégage.

Je sais que tu doutes pas mal et que tu as peur de ne pas intéresser ou de ne pas être lu. Oublie ça. Ecris ton histoire, ne serait-ce que pour toi Ophe et moi si il le faut mais écris. Gâche pas ce talent que tu as.

Désolé du temps d'attente de la réponse (encore une fois des promesses non tenues) mais ne va pas croire que je n'aime pas ce que tu fais. Pour être franc ton écrit figure dans mon top 5 des nouvelles sur ce Forum (je ne dirais pas les autres pour ne pas avoir de retomber (Même si Ophe sait que la sienne y figure)) alors ne t'arrêtes pas.

Un défaut néanmoins sur la forme, ton texte a eut des raté et ça donne des lignes bizarres...mais ca doit se régler sur ton logiciel d'écriture.

Une suite bien entendue...mais surtout une promesse que tu vas continuer...parce que faut vraiment pas t'arrêter sur une ascension pareille Smile

avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Bluefox82 le Mer 27 Mai - 14:56

Bon, après avoir prit le temps de me poser pour tout lire, voici enfin mon commentaire, tel que je l'avais promit:

Primo, tu as créé un univers génial, cohérent et prenant. On ressent très bien l'émotion de chacun de tes personnages, l'ensemble est vivant et mal gré les très nombreuses fautes d'orthographe et de conjugaison, on arrive quand même très bien à suivre: la qualité de l'histoire efface les fautes. Wink

Je suis agréablement surpris de savoir que Mamastra est une personne si importante et si haute en terme de hiérarchie.
Chronasstra est très attachante, sa compréhension et son sang-froid à l'égard d'Oubjaï est exemplaire!
Parlant d'Oubjaï, il est très intéressant et l'idée de créatures axées chacune sur un émotion est un très bon choix de BG. ^^
Je pense que le personnage néanmoins qui m'a le plus marqué est Protocole, et le fait qu'il refuse de se voir comme étant "humain". Son histoire avec Lily est particulièrement touchante.


Pour résumer: même si la grammaire et l'orthographe sont visiblement pas de ton fort, et même si de temps à autre les tournures de phrases sont quelque peu bancales, il reste quand même selon moi une histoire extrêmement riche avec des personnages fort sympathiques! Tu as réussi à créer un monde magnifique à mes yeux, et pour cela, je dis: CHAPO L'ARTISTE! Very Happy
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Mer 3 Juin - 10:53

[Hrp] Me voici de retour! Avant toute chose j'aimerais dire un grand merci à Ophe Birth et Harkane pour m'avoir donné envie de continuer malgré le peu de succès rencontré (Osef votre avis me suffit!). Sinon une partie pas pour les bisounours, du twist et du sacrifice héroïque au menu. Au passage désolé pour ceux qui n'aime pas les liens dans le récit, y'en a que deux donc je pense que sa ira et surtout c'était pour vous retranscrire  mon état quand je l'ai écris! Bonne lecture à vous!
Et les majuscules dans les paroles de Protocole sont comme des bugs de son^^.


Les explosions retentissaient à travers le quartier des commerçants à moitié en ruine, heureusement les civiles avaient été évacués quelque heures auparavant. Rien ne c'était passé comme prévu, les troupes du président avaient frappées en avance, et leur soldats étaient recouvert d'armure d'acier plutôt aérées, assez légère pour qu'il puisse se mouvoir rapidement, et assez blindé pour leur donner l'avantage dans les combats. Mais le pire c'était les mortiers, leur tirs brisaient les barricades et fracassaient les habitations alentours. Le détachement 5 dirigé par Balthimer tomba sous une pluie d'explosion. Mais le roublard avec une dizaine de combattant ainsi que Kreuck réussirent à sortir de ce merdier et tenta de rejoindre le détachement 4.

« Bougez votre cul bordel !!! » S'écria Balthi à l'adresse de la bleusailles qui traînait le pied, seul le Iop massif ne semblait souffrir de la fatigue.

« Et bordel Dawis lâchez cette radio ! »

« M...mais si les autres veulent nous contac... »

« Ces fils de chienchien on bousillé l'antenne relais, elle sert à rien votre radio !! » grogna Balthi sans baisser le rythme. 

« A couvert !! » Lâcha le Roublard en sautant derrière une barricades qui n'était rien d'autres qu'une cheminée écrasé sur le coté. Les autres l'imitèrent.

Balthi regarda discrètement par dessus la cheminée, une dizaine d’ennemis leur barraient le chemin. Il remarqua cependant qu'un bâtiment encore debout était proche d'eux. Il se retourna face à ses « hommes », la majorité n'avais d'expérience de la guerre et vu leur ages ça n'avait rien d'étonnant, ils devaient avoir entre 17 et 22 ans.

« Bon les gamins, je vais passer par le bâtiment et depuis là haut je vais leur balancer ma dernière bombes aveuglante. Dès que c'est fait vous sortez de votre cachette et vous koinkointez ! C'est claire ou y'a des questions ?

Une frêle jeune fille qui peinait à tenir son fusil droit prit la parole.


« On va tous mourir c'est ça ? »

« Écoute je vais pas te ménager, on a de grandes chances d'y passer, mais si tu suis le plan on aura toujours plus de chance d'y survivre. »

La jeune fille était au bord de la crise de nerf, et ça se voyait. Balthi avança jusqu'à elle et se mis à sa hauteur.

« C'est quoi ton nom gamine ? »

« Sarah C... Clint !»

« Sarah … notre meilleur chance de rallier le détachement d'à coté c'est de passer ici. Et sache que je ferais tout mon possible pour vous ramener chez vous saint et sauf.. » Il fini sa phrase par une tape sur l'épaule de la recrue et commença son ascension par le bâtiment, une fois en place, il sortit sa dernière bombe et alluma la mèche et la jeta sur les soldats en position derrière les barricades de fortunes.

Au même moment le groupe de Balthimer ouvrit le feu sur les soldats ébloui et pris par le flan, la majorité tombèrent sans comprendre ce qui se passait. Quand ses compagnons rechargèrent il sauta de la fenêtre et enfonça sa dague dans la nuque d'un soldat, un autre tenta de le mettre en joue, mais apparemment eux  aussi avait des néophytes dans leur rangs, car il dévia son canon d'un coup de lame qui fit tirer la balle dans un de ses camarades mort. Il lui saisit le crane et le fit tourner violemment pour détruire ses cervicales. Les soldats commencèrent  sortir de leur éblouissement, il fallait agir vite, il lâcha sa dague boomerang qui alla trancher la carotide d'un pauvre diable avant de revenir dans sa main, mais un coup de feu atteint le roublard au poignet. Notre roublachauve lâcha un jurons et la dague, trois soldats l'avaient déjà mis en joue et hésitèrent à faire feu. L'hésitation fut de trop quand un Iop titanesque surgit à pleine vitesse bouclier en avant  et tenant son fusil comme une massue, fauchant toute oppositions. Dans le sillage de Kreuck les bleus avaient suivi en couvrant ses arrière et ses flans. Un soldat au sol blessé gravement marmonnait une phrase inaudible à cause du sang qui obstrué sa gorge. Balthimer pointa son roublagun sur le blessé et l'acheva sans tressaillir.

« Pour ...pourquoi vous avez fait ça, On auraient pu le soigner ! », s’écria le révolutionnaire Dawis.

« Ses blessures étaient trop graves... »

« On auraient pu le soigner !! »

« User le contenu de notre trousse de soins juste pour sauver un mec qui allait nous tirer dans le dos à la première occasion ? Vous êtes un gosse Dawis, vous ne comprenez pas que vos idéaux n'ont rien à faire sur un champ de bataille ! »

« C'était vraiment nécessaire de l'assassiner froidement ? »

Balthi soupira.


« Tu aurais été à sa place tu aurais aimé agoniser au sol au milieu des cadavres des tes camarades ? »

« Non ... »

Balthi posa sa main sur l'épaule du rookie dans un geste de réconfort.

« Alors c'est que tu commences à comprendre, aller on bouge d'ici en vitesse ! »

La troupe se remis en marche,  la zone était déserte mais en arrière plan on entendait encore le fracas des mortiers, et le son se faisait de plus en plus proche. Balthi  regarda en arrière et vit que les explosions se rapprocher dangereusement.

« accélérez pioutain ils vont nous faire sauter !! »

Leurs pas se firent de plus en plus effrénés, comme leurs respirations sous le coup de la peur et de la course. Sarah sous le coup du poids de son arme et de la fatigue fini par trébucher, Dawis hésita , puis fit demi tour pour tenter de la soutenir et de la traîner hors de la zone de risque. Un projectile explosif  pris de la hauteur et commença  à redescendre en cloche droit sur leur position, Balthi et le reste eu le temps de se mettre à couvert. Il était claire que les deux retardataires allait y passer.

« Balthimer... aujourd'hui j'entre dans la légende... » murmura Kreuck en sortant de leur cachette, courant jusqu'aux deux recrues. Il eu à peine le temps de les atteindre que le mortier explosa à  quelque mètre d'eux, plongeant la zone dans la poussière.

Quand le fracas de l'explosion cessa et que la poussière retomba, le reste du détachement 5 sortit des débris. Balthimer courra jusqu'à la position de Kreuck, Dawis et Sarah. En creusant dans les débris divers il aperçu le dos de Kreuck complémentent brûlé. Kreuck se redressa  la moitié de son visage n'était plus qu'un tas de chair sanguinolente et le bras qui tenait le bouclier avait été arraché. En dessous de lui les recrues n'avaient rien.

Kreuck tomba sur le flan,  un léger sourire aux lèvres, quant à Balthimer  on pouvais lire une tristesse sans fin au fond de ses yeux, des larmes commencèrent à couler le long de ses joues crasseuses.

( https://www.youtube.com/watch?v=uwzAEwzUI8k )

« Pourquoi ? Pourquoi t'as fais ça ? » balbutia Balthi ses larmes désormais tombées dans la poussière.

« Je ...je sais pas... p'tête que j'aurais pas pu vivre en sachant que j'avais lai...lai...laissé des camarades mourir devant moi...ssss..sans rien faire.. » Répondit avec difficulté le Iop mourrant.

« Vite des bandages ! Faut le maintenir en vie jusqu... »

Kreuck venait de lui saisir le poignet, et doucement bougea sa tête de droite à gauche.

« Non... tu peux pas...tu... vas pas mourir maintenant ! Tu voulais devenir le plus grand héros de tout les temps ! » La voix de Balthi  se brisa et le flot de larmes augmenta.

« De..viens un héros à ma place... s'il...te ...plaît … »

« Mais je suis un lâche je n'ai rien tenté à l'instant... comment je peux êtres un héros ?! »

« De.. viens un...hér... »

« Non ressaisis toi !! Kreuck ? Kreuck.... » Balthimer le dur à cuir, s'écroula sur le cadavre du Iop, et pleura comme le soir de la mort de sa famille...comme un enfant…qui n'avait plus personne.
Il se souviens que jamais il n'avait était affectueux, ni même amical avec son seul ami qui malgré tout ça était resté à ses cotés. Le regret le submergeant il hurla à la mort, et son cri porta jusqu'aux cieux.

Kreuck n'était plus.



Pendant ce temps là, le détachement 4 commença à repousser le groupe de soldat ennemi qui tentait de briser leur barricade, elle avez tenue en grande partie grâce  aux blocs que faisais jaillir  Protocole et la puissance de Chrofa qui avait posé un cadran au centre du camp de fortune, ce qui lui permettait de se déplacer à grande vitesse sur plusieurs front. Le jeune Xelor utilisait la vitesse des particules pour faire fondre une partie des pièce des fusils adverse pour les rendre inefficace et sa maîtrise du temps pour ralentir les projectiles qui arrivaient dans sa direction. Malgré ça plusieurs balles touchèrent son armure et une l'atteignit dans l'épaule. Les renforts ennemis finirent par diminuer, Jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une poignée de soldat amoché. Protocole fit signe aux troupes du camp de rester en retrait pendant qu'il partait en éclaireur. Il fit le tour du périmètre et repéra du mouvement dans un bâtiment en ruine. Il s'en approcha, se posta à coté de l'entrée, arracha un morceau abîmé de sa carcasse de cuivre, et s'en servit comme miroir pour voir qui se terrait dans les ruines. Malgré les rayures et la poussière sur le bout de métal il vu une soldate qui tenait en joue l'entrée avec juste derrière elle des camarades blessé.

« Mademoiselle, vous avez perdu il est temps de se rendre ! » Déclara Proto d'une voix forte.

Un bruit de frottement lui servit de réponse. Protocole finit par s'avancer et entra dans la masure, sachant qu'une balle ne suffirait pas à le mettre hors d'état. La demoiselle était très jeune et tremblait comme une feuille, les mains crispé sur son fusil. Voyant que la dame ne semblait pas coopératif, le système de protocole finit par choisir une annihilation de la cible, un réticule apparu sur son moniteur visuel, et il mis en joue la cible de son revolver et... se mis à trembler.

#Error# donnée de visée CoRrompu par Docummmmment inconnu...........##

#Proto# Quel document?#

#Error# Sentim... EnT ….recherche de solutions … solution trouvéééééééééé … un enregistrement trouvé « Papa tu n'es pas une machine... tu ne l'ai plus ! »  #extinction du système......##


Protocole avez les yeux embué de stasis liquide, mais l'ancien programme avait eu le temps d'ordonner le tir …. Son canon fumait, il baissa le regard et vit la jeune soldate les yeux écarquillée derrière ses lunette teinté, un impact de tir était sur le mur du fond au dessus de l'épaule de la demoiselle.

« Le programme a été parasité.. par ma conscience... »

Il remarqua alors que le logement à balle du fusil n'était pas fermé, elle avais bluffé. Il vis aussi que derrière elle, il y avait des soldats des deux camps. Il voyait désormais plus de chose avec son cœur qu'avec ses programmes de visée primaire. Des tirs de mortier se firent entendre au loin.

« faut pas rester là ! » Il tendit sa mains à la soldate, qui hésita avant de la prendre.

« Et les autres ? » Demanda la jeune femme.

Proto fit signe au camp, qui était un peu plus loin de leur donner un coup de mains pour sortir les blessés. Ils eux des protestations quand Protocole demanda qu'on aide les blessés ennemis, et beaucoup moins quand il jura que si ils n'aidaient pas les blessés  adverse, ils finiraient dans le même état qu'eux !
Il entraîna la jeune combattante jusqu'à un coin du camp de fortune, loin des oreilles indiscrètes, ils furent rejoins par Chrofa qui avait retiré son casque. La jeune fille, le visage obstrué par de grosses lunettes de visée, fit part qu'elle avait surpris une conversation avec un indicateur rebelle et le chef de l'armée royale.


« Un des vôtres était au courant de notre offensif, de l'heure de l'assaut et de notre équipement. »

« Alors pourquoi il n'a rien dit ? Et qui ça peut êtres ? » Demanda Chrofa, exténué par les combats.

« J'ai entendu sa voix à travers la porte ou je fouinais, mais je serais bien incapable de savoir qui c'était physiquement. »

Chrofa eu alors une illumination des plus macabres, qui est assez fou pour sacrifier des innocents, Le Président n'a jamais tenté une agression sur le peuple directement, quelqu'un qui est prêt à tuer toute gène entre lui et le pouvoir... y compris leur sainte...

« Il faut qu'on rejoigne le Palais Gris au plus vite Proto ! » S'écria Chrofa en se levant subitement. 

« C...comment,  pour y faire quoi ? »

« Mama devez s’infiltrer dans le palais et contraindre par la force le président à stopper l'assaut et à lui rendre sa fille...et Irith a insisté pour l'accompagner »

« Alors ça serait Irith...il n'y a pas de temps à perdre mademoiselle, en avaaant !! » Clama Proto de sa voix métallique.

Chrofa remis son casque et traversa le camp à toute vitesse, son ami d'acier sur ses talons, la jeune femme de la maison en ruine les rattrapa au pas de course, elle avait retiré sa casquette et ses lunettes de visée révélant une coupe mulet blonde avec une paire de pupille gris perle grossit par de grosse lunette à monture orange.

« Je viens avec vous , je connais les lieux je suis la grande archiviste du palais royale … enfin je l'était... » S'empressa de déclarer la demoiselle avant toute protestations de Chrofa.

Chrofa jeta un regard interrogateur à Proto, qui s'éclaircit la gorge.

« Euh...qui êtes vous ? Demanda Proto.

« IMBECILE j'étais dans les ruines et je vous ai parlé il n'y a pas  deux minutes ! »

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaahh ! »

« Mais appelez moi Rosy Beetletom... »

« Avec joie mademoiselle Beetletom ! »

Ils atteignirent non sans difficulté la place des marchands après un quart d'heure de marche, qui était bardé de canons et de troupes ennemis.

« on fait quoi maintenant ? » Demanda Rosy aux autres.

« On longe la zone … on a pas de moyen de faire péter les canons... » Lui répondit Chrofa.

Ils tentèrent donc de passer par le couvert qu'offraient les magasins encore un peu en état. Mais la porte qui permet de franchir le mur d'enceinte du palais était scellé et gardé. Rosy sortit de sa couverture et s'avança vers les gardes, discuta un peu avec eux et les assomma des qu'il eurent le dos tourné. Les deux autres compères rejoignirent Rosy le plus discrètement possible.

« Je ne peux pas déverrouiller la porte suffisamment rapidement, on risque de se faire remarquer. » Chuchota Chrofa.

« Il faudrait une diversion... mais c'est trop risqué, la personne qui ferait ça mourra sûrement ! Ajouta Rosy.

« je m'en charge... » lança Proto d'une voix sombre.

« Protocole... j'ai pas les outils pour te réparer avant que ton cœur s'éteigne, n'y va pas. »

« Si on reste là on va se faire remarquer et tous mourir, Mama et Chrona comprise, je réussirais ma missions même si c'est la dernière chose que je dois faire ! »

Il s'éloigna des demoiselles sans se retourner, il s'avança sur la place et Murmura : 

« Alors c'est ça ce que les humains appel avoir la peur au ventre... » murmura Proto déterminé et anxieux.

( https://www.youtube.com/watch?v=Qrfiht51fLQ )

« Papa rentre à la maison se soir Lily... »

Protocole avança droit sur les troupes ennemies, faisant tourner ses 6 coups à stasis autour de ses doigts d'aciers. Quand le premier soldat le vit il tira avec une précision chirurgicale sur son épaule gauche, ne cherchant pas à tuer, il voulait juste gagner du temps. Le temps semblait ralentir. Les tirent fusèrent aussi bien de ses armes que de celle des ennemis, plus le steamer avançait, plus les soldats se joignirent à la mêlée. Proto ne devait pas reculer sinon ils repaireraient ses camarades. Ses deux armes se déchargèrent en même temps, mais un tir ennemi lui fit perdre une de ses armes qui glissa beaucoup trop loin pour qu'il puisse aller la chercher. Il continua son combat perdu d'avance en enchaînant les tirs avec précision . Mais le nombre commença à le submerger.

« Je... je peux faire mieux !! personne ne fera de mal à mademoiselle Chrona !! » hurla t'il alors que  son deuxième revolver tomba dans la poussière et le stasis.

Il tenu à peine deux minutes de plus, son système moteur étant touché, il tomba. Mais dans sa chute il vit la porte entrouverte au loin, et aucune trace des demoiselles.

« J'aI RéuSsi …........ »

Et Protocole fini gisant au sol dans une mare de stasis liquide, ses moniteurs s'éteignant.


Pendant se temps c'est une Chrofa larmoyante qui courrait dans les jardin du Palais Gris, miss Beetletom sur ses talons, le visage sombre. La rouquine se souvenu de sa première rencontre avec l'homme de fer, quand elle n'était pas encore Chronasstra.

#Flash-back#

Numéro 13 suivait la route laissait par Mamastra dans les terres gelées, elle portait une armure Xelor ainsi qu'une cape arborant un Phénix doré. Elle finit par trouver un cratère d’où s'échappait une brume violette et un peu plus loin un tas de cuivre qui devait êtres un torse surmonté d'une tête, une légère lueur améthyste sortait du torse. Elle s'approcha du tas de ferraille.


« Encore un stupide méka programmé pour êtres de la chaire à canon... »

«  Bonjour …. MademOiSelllllle ! »

« Et bugé en plus... »

Le tas de métal abîmé tenta de gigoter.


« Tu essais de te déplacer ? »

« Je doIIIIIIIS la réconforter.... »

« hum ? »

Numéro 13 regarda en contre bas et la caravane de Mamastra avez cessé d'avancer, et avaient récupéré une petite silhouette qui semblait sangloter . C'était le moment, il fallait atteindre Mamastra avant qu'elle reprenne la route. Mais elle senti un pincement au cœur elle regarda de nouveau l'homme de fer .

« Pourquoi tu tiens tant à accomplir ta mission ? Dans ton état la majorité des drones s'autodétruisent, pourquoi pas toi ?

« Parce que je veux l'aider … A retrOuver sa mrrrrrr... »

« Sa mère ? »

« Oui... »

Numéro 13 soupira et retira son casque laissant ses cheveux roux voler aux vents.

« Tu … es Chronasstra, en plus grande ? J'ai encore échoué... j'ai encore échoué...désOlé » Des larmes violette tombèrent de ses orbites.

« Un méka qui pleure ? » Fit 13 étonné d'un telle spectacle et à la fois touché de le voir dans un telle état.

« Désooooolé ! Lâcha le tas de ferraille dans un râle d'agonie.

« Oui c'est moi Chrona, lâche pas le morceau je suis .. euh... venu du futur avec mes pouvoirs de Xelor pour te réparer et que tu puisses me protéger ! » menti 13.

« C'est... vrai ? »

« Bien sur pratique d’êtres Xelor hein ? » Demanda Chrona aka Numéro 13 d'un ton enjoué pour calmer le pauvre méka. Et elle commença à réparer Proto.

Quand le travail fut fini, le robot se releva fit une étrange révérence en lui promettant de toujours veiller sur elle. Depuis ce jour, numéro 13 se prit au jeu d’être Chrona et fini par oublier sa mission, éliminer Mamastra...

#Fin de flash-back #

« Ça c'est bien passé... trop bien... » Se dit Mamastra quand elle et sa suite réussirent à s'infiltrer jusqu'à la salle du trône, là ou théoriquement, le président se tenait. La jeune dame se tourna  vers la petite équipe composé d'Irith ainsi que deux de ses hommes.

« On touche au but, vous êtes prêt à en découdre ? » Chuchota Mama.

Irith se contenta de hocher la tête en guise d'approbation, un petit sourire aux lèvres.

Ils poussèrent la lourde double porte, pendant que Mama tenait en joue l'intérieur de la salle de son fusil.
Quand la porte fût ouverte le petit commando put admirer une salle aux proportions dantesque, Les murs était couvert de peintures racontant l’histoire de la famille royal à travers les ages, de la colonisation jusqu'à la première chute du royalisme, où on pouvait voir une représentation de Mamastra renfrogné, fils à la main. Une série de colonnade de marbre délimité l'allée centrale qui menée au trône, le seul changement par rapport aux souvenirs de l'Eniripsa était le sol qui autrefois était en bois sombre et qui désormais était en acier gris.
Un toussotement discret provint de derrière la ligne de colonnes gauche. Les quatre révolutionnaires avancèrent, fusil à l'épaule, guettant le moindre mouvement suspect. Quand la troupe avança jusqu'au centre de la pièce, un bruit étrange retentis sous leur pieds, et leur fusil et autre pièce métallique furent attiré par une force incroyable au sol. Gater et ses hommes de mains portant armure et harnais métallique furent automatiquement attiré au sol, seule Mama ayant  pour seul protection sa robe rouge, ne subit pas l'effet de l'aimant.
La personne qui avait toussé avança doucement au centre de la galerie et s’arrêta devant le trône  richement décorée de joyaux et de dorures. C'était une femme dans la quarantaine portant un costume trois pièces noir,  un chapeau, noir également, empêchait de voir ses yeux et les détails de son visage, malgré ça on pouvait voir briller cinq anneaux d'argent à son oreille gauche. La femme tenait une épée bâtarde d'obsidienne noir dont la garde formée une paire d'aile ouverte.

« Alors tu es venu … servante d'Eniripsa. » Sa voix était plus onctueuse que du chocolat noir, à la fois grave et belle.

« Oui et je suis bien décidé à calmer t'es ardeur Présidente. » Rajouta Mama d'une voix déterminé.

Le combat s'engagea sans plus de cérémonie, les fils de Mama  foncèrent droit sur la présidente, qui para l'attaque en formant un arc de cercle avec sa lame qui arrêta les fils sans difficulté, mais les fils s'enroulèrent autour de la lame et la rouquine tenta d'arracher l'épée des mains de son adversaire. Mais son opposante possédait une force physique remarquable, elle tira sur les fils bleue d’énergie via sa lame et fit faire un vol plané à Mama qui s’apprêtait à se prendre la lame dans le crane, mais dans un mouvement d'aile in extremis elle fit aller sa tête plus rapidement en avant et par un tonneau aérien envoya son pied dans le visage de son assaillante.
La conséquence de cette action fut que le chapeau de la présidente tomba révélant son visage marqué par l'age et le malheur, une expression déterminé et des yeux bleue foncé où brillait la tristesse fut ainsi visible, ainsi qu'une crinière noir ou perçaient quelque mèches grises.

Le combat repris de plus belle, la présidente avait foncé droit sur Mama et tentait de lui asséner une série de coup violent, que Mama para tant bien que mal avec des fils tendu entre ses poings. Mais un coup l'atteint à l'épaule déchirant une partie de sa manche et lui fit lâcher un cri de douleur. Elle réussit quand même à lui faire un entaille sur sa mains gauche qui se mis saigner abondamment. Une nouvelle série de coups failli frapper de nouveau l'Eni, mais Mama frappa du talon le sol et sa robe s'éleva un peu révélant deux bobines de ses ancien fils de cheveux enroulé autour de ses bottes.
Les fils se détachèrent et frappèrent de plein fouets les jambe de sa Némésis, et immobilisa ses jambes comme des bolas l'auraient fait. Mama en profita pour générer un sphère d'eau qu'elle densifia et envoya dans le ventre de son adversaire. D'un coup de lame rapide, son adversaire trancha les fils, tituba par la violence de la sphère aqueuse, et réussi à porter un coup de garde à la tète de l'Eniripsa. Le combat monta en intensité rapidement, à chaque coup dans le mille, l'autre combattante en rendait un. Des impacts violents se faisaient entendre à chaque entrechoquement de la lame noire avec le bâton de glace que Mama avait fini par créer avec sa sphère pour pouvoir parer les coups. Les colonnes alentour portaient les marques des fils d'énergie qui avaient loupé leur cible.
Finalement les deux combattantes finir par cessé le déluges de coups, chacune était dans un état pitoyable.

« Tu ne lâche rien... Mamastra Koï, normal de la part d'une mère qui a perdu son enfant. » lâcha d'un ton nonchalant la présidente entre deux halètements. « Mais ça ne t'aidera pas à me vaincre. »

« tait toi ! Tu ne connais pas le mal que ça fait de voir un membre de sa famille disparaître...Argh !! »

Sans prévenir la présidente avait envoyé son genoux dans l'estomac de Mamastra , et lui saisit le visage et enchaîna les coups de poing au visage au rythme de ses paroles.

« Comment oses tu prétendre ça ! Monstre ailée ! Cette douleur je la connais ! Par votre fautes mais deux garçons à naître sont mort en couche ! Ma petite Aléa morte après un mois d’existence ! Mon fils Akléas n'a jamais vu son dixième anniversaire ! Et Orméhis qui est paralysé à vie !! OSE ME DIRE QUE JE CONNAIS PAS LA SOUFFRANCE !! »

Les mains de la présidente, se resserrait sur la gorge de Mama, les yeux injectés de sang de la femme en noir planté dans les siens.

« Et tout ça parce que ce de ton espèce pense pouvoir jouer à dieu en empoissonnant l'air de leur poison et revendre leur remède de mes deux au prix fort ! Leur expériences tue des honnêtes citoyens tous ça pour assouvir leur curiosité malsaine... » La présidente ne pu plus rien articuler tant sa gorge était serré, elle retira ses doigts de la gorge de la jeune fille rousse.

« Sa ma rendu folle de voir vos poison tuer les miens, au point d'enlever une enfant innocente … j'ai du demander à Oubjaï de l’emmener sinon … je croix que j'aurais fini par la tuer... » réussit à articuler la présidente.

La femme lasse, tomba à genoux, Mama se redressa un peu pour être dans la même position, face à son adversaire. Elle attrapa la nuque de son ennemi, recula la tête, la présidente sachant ce que ça signifiait, ferma les yeux et serra les dents. Mais... la front de Mama toucha le siens avec douceur, un petit sourire apparu sur le visage de Mama.

« Si ma fille est vivante... je n'ai plus de raison de te haïr, il faut que la folie cesse alors annonce la fin des combats... » Le sourire laissa place à une expressions de compassion « je suis désolé pour ce qu'ils t'ont fait... désolé pour t'es jumeaux... désolé pour Aléa, désolé Pour Akléas, et pour Orméhis je vais tout tenter si tu mis autorises... »

La présidente se mordit la lèvre supérieur pour ne pas gémir, elle prit Mamastra dans ses bras et l’emmena dans une petite salle derrière le trône et en profita pour désactiver l'aimant. Elle s'assit sur une chaise, Mama  à la limite de l'inconscience sur les genoux et saisit une radio.


« Ici Dame Baren, unité delta répondez ! »

« Ici le commandant Robos, chef de la Delta je vous écoute présidente. »

« Faite signe aux autre unités de cesser le combat séance tenante ! »

Un bruit de murmure se fit entendre.

« Négatif... »

« Comment ça négatif c'est un ordre, rappelez vos hommes commandant ! »

« Vous ne commandez plus madame... »

« Alors qui commande ? »

Un horrible bruit de déchirure de chair se fit entendre, mais pas dans le commutateur...

Une épée d'acier avait traversé le corps de Baren et de Mama. Irith posa sa tête sur l'épaule de la présidente.


« C'était très touchant, mais ça n'arrange pas mes affaires voyez vous. Mais ne vous en faites pas je ne déformerais pas votre combat épique, mais je dirais que je vous ai vaincu... comment dire … trop tard pour sauver la Sainte. Et puis si la guerre s’arrêtait maintenant je ne tiendrais pas mes engagement envers mes hommes qui on tant envie de sang ! »

« Monstre... » Lâcha Baren avant que sa gorge se remplisse de sang.

« Restons civilisé voyons ! Mais avant de vous laisser au repos éternel je dois faire un peu de mise en scène pour rendre tout cela crédible huhuhu ! »

Mama n'ajouta rien vu son état, elle sombra dans la mort quand la lame se retira de ses viscères.


Quelque minute plus tard, Oubjaï arriva par un conduit d’évacuation, voyant le cadavre de Mamastra ensanglanté au milieu de la salle du trône avec le cadavre de Baren, et ne sentant plus son énergie, il tenta de faire demi-tour pour que Chrona ne voie pas ça... mais elle l'avait suivi de prêt. Elle se tétanisa et hurla en voyant le cadavre de sa mère, pleurant toute les larmes de son corps.
A se moment là d'autres sentiments germèrent dans le cœur emplit de tristesse d'Oubjaï, de la colère , de la solitude et de l'injustice.


C'est ainsi que Mamastra fille de l'Unique et Sainte de la dernière bataille mourra.


Dernière édition par Mama Koi le Lun 8 Juin - 11:54, édité 1 fois
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Birth le Mer 3 Juin - 13:50

Et beh, c'est sympa j'aime bien.

Le récit de bataille est bien retranscris, on sent la saleté du combat et beaucoup de références me viennent en tête (Full Métal Jacket en premier). La mort de Kreuck est héroïque et Balthi tiens bien son rôle de leader

Protocole est très classe lui aussi, un très bon perso toujours aussi plaisant à la fin des plus belle. le Flashback lui rend honneur, bon point !

Le combat Mama/Baren est classieux, et j'aime la description que tu lui a donné à cette vieille femme. Les scènes sont belles et s'enchainent bien. Le Twist est attendu, pas la forme. J'ai été surpris que les combats ne cessent pas mais heureux de le voir.

C'est du bon en tout cas, l'histoire appelle une suite :p
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Bluefox82 le Jeu 4 Juin - 15:52

Oh non, la fin... D':

Joli texte, effectivement plus sombre que les précédents!
Je m'attendais pas à la mort de Protocole et encore moins à celle de Mama (et il faut dire que ça m'a rendu un peu triste).

Continue, c'est très bien, mais prends du temps à te relire. ^^

*par en quête d'une suite*
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Mama Koi le Lun 30 Nov - 15:50

[hrp] Et voila le final, le dernier chapitre de cette nouvelle qui m'a pris du temps. Merci a Ophe, Birth, Harkane et Albynn d'avoir suivis plus ou moins cette histoire, parfois bancale, parfois drôle, parfois plus sérieuse, mais toujours chiante à corriger! Sur ce, voici la conclusion!

Partie 5:

Le combat n'avait que trop duré, le groupe qui devait assurer la sécurité des civiles évacués avait été trahis par un autre groupe de révolutionnaire. Et à leur tête le général Robos qui toisait les deux derniers combattant du coté de la sainte, un Zobal se battant avec une dague d'os et un fusil complété d'une grosse baïonnette d'acier, son masque avait volé en éclat révélant un visage pale bloqué dans un sourire carnassier. A ses cotés une belle Sadida, un revolver dans chaque mains protégé par une poupée de trois kamamètres d’où sortait des épines de ronce couleur rougeâtre, jetait un regard courroucé au général qui avait ordonné le cessé le feu.

« Et bien on dirait que la fin approche pour vous, ami de la sainte. Je dois avouer êtres déçu par votre niveau ! »

« Moi j'suis déçu que le connard aux bottes lustrées, se soit  caché derrière ses soldats de plomb qui ne gagne que par le surnombre ! » Cracha Amestalys, qui tenait debout uniquement que grâce à sa poupée.

Le duo Amestalys et Sobalko avait tenu au péril de leur vie la position malgré la surprise de voir un chef de l'armé royale à la tête d'un groupe révolutionnaire, mais ça n'avait pas était sans mal, les deux compères était dans un état de mort en sursis. Une des jambes de Sobalko avait été brisé tellement fort que son tibia pointait sous la peau, et une plaie ouverte crachait son sang au niveau de  sa poitrine. Quand à Amestalys une méchante entaille s'étalait au-dessus de son œil droit l'aveuglant par la grande quantité de sang sortant de la blessure, et de nombreuse ecchymoses couvraient son corps et le râle qui suivait toute inspiration de la jeune femme faisait comprendre qu'une de ses côtes brisé avait endommagé un de ses poumons.

« C'est peut être parce que j'ai un cerveau, que je me cache derrière mes troupes, mes finalement en voyant votre état je pense vous avoir surestimé, vous n'êtes que des bourrins décérébrés uniquement bon qu'à taper fort sans aucune stratégie. »

Le général Robos approcha des deux survivants. Ses bottes de cuir renforcé au bout par des plaques d'acier résonnaient à chacun de ses pas sur les pavés de pierre, tandis que son manteau blanc  couvert de divers galons flottait au rythme du vent. Son visage bourru  était balafré et caché de manière régulière par sa longue chevelure noire qui ondulé sous la brise, ses paupières étaient constamment close, vu que le bougre était atteint de cécité.

« Mais j'ai bien envie de vous achever, si je vous tue, moi et mes hommes tuerons les civiles, si vous gagnez, c'est juste mes hommes qui tuerons les civiles... »

Amestalys cracha un peu de sang et ricana.

« Si on te butes mon p'tit on a gagné ! »


Robos fronça les sourcils, ne comprenant pas. Puis il sentit le wakfu de ses hommes disparaître, et il entendait les corps  tomber, sans aucun bruit de balle ou de lame qui s’infiltre dans la chair. Le général se mit à tousser violemment, il sentit qu'il crachait du sang.

« Bien enfin un peu d'enjeux... vous avez empoisonné l'air. » Lâcha le générale en saisissant la garde de sa lame.

Ce que le général ne pouvait voir ni sentir, c'est que la poupée géante s'était affaissé et que des coutures béante des spores toxiques étaient sortie.

« Ramène toi l'affreux que je taille un beau sourire sur ce visage si sérieux ! » Susurra Sobalko, impatient de commencer le combat.

Même si le poison avait commencé à agir, il était claire que les deux compères tomberaient en un coup. Les mains d'Amestalys tremblaient, le froid l'envahissait, elle se sentit chuter, Robos approcha arma son bras... elle ferma les yeux espérant que le poison agisse assez vite sur le général

….et puis rien.

Une pression dans le dos la fît rouvrir ses paupières. Entre elle et le général un vieillard et une vieillarde s'étaient mis à deux pour arrêter le coup de sabre, avec le concours de se qui devait êtres une table en bois, elle tourna ensuite la tête pour apercevoir le vieil O'tool avait sa mains droite dans son dos et sa gauche dans celui de Sobalko. Un flot de wakfu jaillit entre leur omoplates, ils entendaient leur cœurs accélérer et les os brisés se mettre en mouvement et se reformer.

« Les mioches... on a pas vraiment eu le temps de se connaître ...on croix pas au même dieu …on a pas le même age... mais je peux encore partager un truc ou deux qu'on a en commun... les enfants héritez de ma volonté !! »

Au final les deux combattant restèrent debout mais c'est le vieil homme qui tomba. Le général dégagea sa lame du meuble, envoyant ainsi les deux autres vieillards un peu plus loin.

« Un sacrifice inutile, il aurait mieux fait de ...BAM ! »


Une balle avait sifflé à son oreille gauche.

« Tu salis pas le sacrifice de cet honorable ancien ou je te fait éclater ta virilité ! » Lâcha avec calme Sobalko.

« ...Pourquoi tu as usé ta dernière balle pour m’empêcher de parler ? »
Demanda Robos quelque peu atterré.

« Parce qu'on doit respecter les aînés surtout quand il casse leur pipe pour te sauver la peau ! »

« Vous n'avez donc plus de balles vu que ton amie à déchargé comme une cinglé sur mes hommes, et vu que tu es un Zobal sans masque tu n'as plus de pouvoir notable, et ton ami est une Sadida qui maîtrise les plantes et la terre... c'est trop facile... »

Le général retira son manteau, révélant un drôle harnachement en lanière de cuir qui gardé une grande pair d'aile de salbatros blanche au extrémité noire immobile dans son dos.

« Comme vous pouvez le constater, moi aussi j'ai des raison d'en vouloir aux Eniripsa qui n'ont pas conscience de ce qu'ils font... »

Il détacha son harnais libérant ainsi ses ailes qui commencèrent à battre à l'unisson, tandis que Robos prenait de l'altitude.

« T'en fait pas je vais te le redescendre le piou de carnaval... » Lâcha Amestalys en crachant au sol.

La jeune Sadida sortit des poches de son manteau une paire de gant bardée d'acier qu'elle enfila en courant vers Robos, une fois les gants enfilé, elle jeta son manteau sur le pavé révélant une tenue qui couvrait tout le buste sauf un un cercle dans son dos. La peau nue de son dos était parsemait de petite bosse … qui commençaient à germer formant des pétales rose pale de la taille de feuille de Kokoko. L'amas de pétale formait deux paires d'aile rudimentaire, semblable à celle d'un papillon.
Une ronce écarta les dalles de la rue, et envoya Amestalys à grande vitesse dans les airs. Ses deux poings frappèrent la lame du général, surpris de voir que la jeune sadida arrivait à l'atteindre. D'un coup de son épée il la renvoya au sol mais à peine il eu le temps de réarmer son bras que la sadida volante lui retourné dans la figure, projeté par une autre ronce.

Malgré la grande vélocité de la demoiselle, elle n'était pas des plus agile dans les air contrairement à son homologue qui repoussé ses assauts sans sourciller, il enchaîna ensuite quelque coups histoire de la fatiguer. Quand Sobalko réussi lui aussi à s'éjecter dans les airs, laissant son havre-sac ouvert au sol tandis qu'il marchait presque sur l'air son masque de la classe sur son visage et son masque du psychopathe en bandoulière flottant à la guise du vent.

Mais ils n'arrivaient pas à tenir les bottes et autres arc de cercle dessiner par l'arme de Robos.  Amestalys avait de la puissance mais elle manquait d'agilité alors que Sobalko lui n'arrivait qu'a égratigner le général avec sa dague et son agilité aérienne.

« On y arrivera jamais comme ça ! » haleta Amestalys. « Ce salopard nous décrit un ballet aérien ! »

« J'ai une idée la brutasse ! Rapproches toi ! » Déclara Sobalko.

Amestalys s'approcha  d'une démarche pataude, l’énergie  d'O'tool semblez arriver à son terme. Le Zobal lui glissa son plan au creux de l'oreille, elle hocha la tête et repris une position de combat.

« Moi qui penser que vous réfléchissiez à un moyen de fuir... je suis agréablement surpris. »
Lâcha Robos.

« On à pas le droit à l'erreur... » murmura Amestalys.

« On a pas vraiment le choix ! »


Amestalys se refit propulser par une de ses ronces, Sobalko accroché dans son dos, Elle arma de ses deux poings, quand la lame allé les frapper, elle les ouvra et saisit l'arme. Pendant se temps Sobalko pris appuis sur ses épaules et effectua un saut périlleux avant qui le fit arriver nez à nez avec le visage de Robos... et lui enfonça son masque du psychopathe chargé de son wakfu dans sa trogne.

« Vois la folie de Sadida ! »

Les sens totalement déboussolé par le masque du psychopathe, Robos commença à perdre de l’altitude, tandis qu 'Amestalys pris appuis sur Robos pour aller encore plus haut, l'envoyant avec ses deux pieds toujours plus vite vers le sol. Elle chargea ensuite tout son wakfu restant dans ses jambes, tandis qu'elle redescendit en piqué ses deux pieds joint en avant.

Sobalko atterrit un peu plus loin avec lourdeur, fatigué de son combat. Alors que le général heurta les pavés le choque le fit légèrement rebondir dans un râle de douleur. Le corps au sommet de son rebond subis l'attaque de la violente Sadida de plein fouet ! Au choque la sadida se changea en arbre  pour amortir la violence de l’impact pour ses jambes, écrasant Robos sous ses racines tandis qu'une myriade de feuille violacée furent soufflé des branches d'Amestalys.

Alors que les dernières étincelles de vie de Robos s'éteignirent, il se rappela du gosse-requin qu'il avait sortit des laboratoires d'expérimentation lors des combats à mort, espérant que lui est trouvé une place dans ce monde malgré sa différence.

Mademoiselle Roncenoir sortit de sous l'écorce de sa forme sylvestre, Exténuée. Sobalko lui était tombé dans  le comas. La jeune sadida  releva la tête dans la direction du palais Gris.

« Espérons que sa se passe bien pour eux... »



Pendant ce temps là, une petite troupe du Détachement 4 retrouva les survivants du Détachement 5, quelque bleus effrayés, et le cadavre d'un Iop colossale.

« Vous allez bien ? »
Demanda le responsable des secours.

Les quelques soldats hochèrent la tête.

« Ou est votre commandant ? »

Un soldat encore tremblant désigna une route qui remontait vers le Palais.

Beaucoup plus loin, au-delà de nombreuse barricade brisé et de corps de soldat égorgé,  une chose aux pupilles blanche qui fût Balthimer se mouvait avec rapidité jusqu'à jusqu'à une batterie de mortier désormais sans surveillance suite au massacre de ses gardiens.

Dans le cœur de Balthimer, la colère et le désespoir avaient laissé place à un détachement incroyable, comme si plus rien n'avaient d'importance.

« Ce monde est absurde, ce monde est triste, il est temps que tout cela cesse … »


Inconsciemment son wakfu montait de plus en plus, virant du bleu au doré tandis que le symbole du dieu Iop se forma sous ses pieds.

« Tu es conscient de se que tu fais ? »

Une petite voix féminine teinta dans la caboche de Balthi. Si on devais comparer cette voix à quelque chose, ça serait du chocolat noir, sombre et parfumé.

« Qui êtes vous ? » répondit Balthi mentalement.

« Dans la situation actuelle ça n'a aucune importance, te rend tu compte que tu utilise  le secret d'un dieu ? »

« Un secret divin ? Que veux tu dires ? »


« Tu invoque la puissance destructrice de Iop, car au-delà de la colère, il y a le calme de celui qui n'a plus rien à perdre... »


« Mon but étant de faire disparaître cette farce, cette guerre de poupée de chiffons, je me moque de comment j'y arrive. »

« Tu n'essayerais pas de fuir la réalité plutôt ? Ce sort te tuera sur le coup et tu le sais....»

« Il n'y a plus rien pour moi dans se monde, et je ne suis plus utile à qui que se soit. Mon cadeau sera de partir en finissant cette guerre ! »


« Tu en finiras aussi avec l’île, et relève la tête et tu verras qu'il y a toujours quelqu'un qui à besoin de toi ! »

Balthimer releva la tête et aperçu le soldat Dawis soutenant Sarah Clint, tout deux lui criant des mots incompréhensibles, alors qu'il remontaient la cotes vers lui.

« Ils n'ont plus rien comme toi, mais ils continue d'avancé contrairement à toi. Veux tu réduire leur effort à néant ? Alors cesse de faire l'enfant et accepte ton destin, on ne deviens pas un héros en fuyant la vie ! Ton ami aurait honte de ton comportement... »

Le torrent de wakfu doré commença  à se calmé, tandis que Balthimer comprenait son erreur. Alors que toute l’énergie c'était dissipé il avança vers ses deux bleusailles.

« Chef ! Qu'est ce qui c'est passé ? On vous a vu entouré d'une lumière incroyable ! » Demanda Dawis stupéfait.

« Et bien vous avez vu un iop réfléchir soldats! » Déclara  le combattant aux pupilles blanches.

« Mais vous n'êtes pas un... »  Commença Clint, puis elle s'interrompit et sourit. «  Qu'elle est la suite des opération chef ? »

« On arrête le massacre et on va donner un coup de main aux divisions médicales ! Et nous allons prier pour le salut de ceux qui doivent ce battre encore sur la grande place et dans le palais ! »

Il regarda le ciel de feu et ce dit :
« Plus jamais je ne faillirais, mon frère... »



Plusieurs soldats c'était mis autour de Protocole.

« Faut lui arracher le truc violet qui lui sert de cœur ! Comme ça il se rallumera pas ! »


« Foutu boite de rouille ! »

« Monstre mécanique, il à foutu en vrac au moins une vingtaine de braves ! »


Il arrachèrent le cœur de Stasis  du pauvre robot. Et le jetèrent sur le pavé.
Les soldats le mirent en joue de cinq fusils, mais quand ils allèrent appuyer sur la gâchette, au loin trois projectiles lumineux montèrent en ligne.

« Mais c'est quoi ces trucs ?! »

« Des mortiers cassez vous ! »

« On dirait des explosifs enflammé... »


« Mais casse toi Bob au lieu de réfléchir ! »

Les soldats commencèrent à fuirent dans tout les sens vers le fond de la place, les projectiles embrassés amorçaient leur descente vers la place. Le bruit se fit de plus en plus aigu  jusqu'à faire vibrer les canons des fusils. Ils finirent leur course en plein sur les mortiers, faisant exploser le tout créant un gigantesque mur de feu entre les soldats caché derrière les barricade et le corps de l'unité Hit.

Dans les flammes gigantesque et animé, une silhouette perça le mur de flamme, Protocole dans ses bras.

« Maké ne va pas t'imaginer des choses, c'est purement amical gringo ! »
Lâcha une voix mécanique doublé d'un drôle d'accent.

Une autre unité protocole venait d'émerger des flammes, Ses yeux orangé étaient caché par un poncho à moitié rongé par les flammes, tandis que le reste de son corps était couvert de suie, mais malgré ça on pouvait voir marqué en grosse lettres sur son torse, « Smoothie Love Machine ».

« Alors les fiottasses, ça c'est une entrée qui claque ! »
Il ponctua sa phrase d'un petit pas de claquette, qui fit naitre des petite gerbe d'étincelle sur les pavés.

Un murmure monta des soldats ennemis.

« Ma... j'aurais du m'en douter qu'une bande de bouseux comme vous ne connaissez pas le surprenant, le flamboyant LE MAGNIFIQUE SPUNICK ! » S'enflamma le robot.

Il remit le cœur de Protocole en place et le déposa au sol,  l'enjambant pour venir se placer devant les ennemis.

« Maintenant rendez vous ou je fais feu... » Des flammes jaillir de ses paumes.

Le choc de son apparition passé les soldats commencèrent à remettre les fusil en place et à viser Sputnick.

Avant qu'une balle ne partent, un étrange vent souffla d'un coup les flammes, révélant une ligne de Protoflex tout le long de la place, un pistolet à écrou fixé à leur bras droit, tandis qu'il placèrent leur bras gauche en avant, leur pince en guise de bouclier. Les force de la rébellion cachées derrière cette barricade mobile.

« Maké vous avez mal choisi votre camp imbécile mouahaha ! »

Un soldat de la présidente, plus fou ou plus stupide qu'un autre fonça sur le Protocole de feu.

« La mort à la reddition !! »

Sputnick soupira lui faucha les jambes d'un mouvement de son pied gauche et pointa son double canon sur le visage du malheureux, et fit feu d'une mixture sucrée  rosâtre.

« Pitié blblblbleuah, je me rend je me rend !! »

« Ta de la chance que la Madré soit contre le fait de brûler des gens ! Parfois Brakmar me manque... mais seulement parfois. Maître Luchiano comme vous m'avez appris j'ai était généreux sur la dose Maké !! »

Il cessa de l’asperger quand une petite montagne de smoothie couronnait son visage.Les autres combattants lâchèrent leur armes sans sourciller.
Sputnick brandit  son poing en l'air.

« Victoire ! »

Son cri se répercuta le long des rangs rebelle. Tandis que quelque Protoflex commencèrent à rafistoler Protocole Hit.




« Quel  dommage... il semblerait que la guerre est fini. Mais bon ce n'ai qu'un contretemps, tuons juste les gradés au courant de notre trahison. »
Déclara d'une voix lasse Irith, assis dans la serre du palais, observant à l'aide d'une lunette le combat se passant plus bas.

« Chef on a un problème... »


« Qu'est ce qui ne va pas mon cher? »


Face au silence de son garde du corps, Irith, retira son œil de la lunette. La structure d'acier de la serre où ils se trouvaient rougeoyait de plus en plus pendant que les plantes fanaient sur place. La responsable de cette émanation de chaleur était une armure dont les jointures brillaient d'une énergie orangée.

« Mademoiselle Chrofa ou devrais je dire numéro 13, vous semblez tendu non ? »

A part un bruit de respiration qui résonnait dans l'armure, aucune réponse.

« Mais si c'est le fait que vous n'avez jamais fini votre mission qui vous dérange ne vous en faite pas, Mamastra dort avec les poissons désormais. Vous pouvez retourner auprès de votre agence. »

« Et vous allez la rejoindre sale rat ! » Répondit enfin la jeune femme.

Irith se leva, un rictus au coin des lèvres.

« Petite sotte si je vous avoue ça, c'est que vous  aussi je vais vous tuer. »


Les deux gardes d'Irith Armèrent leur armes, qui explosèrent dans leur mains sous l'effet de la chaleur et de la poudre.
Les éclats d'acier qui se fichèrent dans leur chairs les fît hurler et se tordre de douleur au sol.

« Et bien dansons ma belle ! » Susurra monsieur Gater, enjambant ses deux compères.

Avant que Chrofa n'est pu faire ne serait ce qu'un pas, une violente douleur lui coupa le souffle.
Elle avait l'impression qu'on lui faisait passer un file barbelé à travers le corps.

« Et bien que ce passe t'il ? Les gens sont si sensible à la douleur... bon je vais te laisser agoniser un peu, j'ai besoin de détente après tout cela ! »

Chrofa hurla quand la douleur reviens, elle hurla à s'en faire exploser les tympans.



« Je ne peux l'accepter...mais elle a du déjà rejoindre l'Excarnam... » Réfléchi Oubjaï, assailli par des émotions inconnu.

La créature écailleuse approcha de Chrona, la petite fille pleurait toujours à chaude larme accroché au corps sans de vie de sa mère.

« Je... je... » Oubjaï ne savait pas comment formuler une phrase pour la réconforter, lui qui était déjà presque en train de pleurer aussi
.
Et puis une phrase arriva dans son esprit, toute faite comme une incantation apprise par cœur, ce n'était pas une excuse pour Chro, mais un autre moyen de la faire cesser de pleurer.

« Oubjaï Orochi de la tristesse, quatrième né, demande audience à ses frères et sœurs. Ni dieu ni maître je désire empêcher la mort de cet êtres. »

Oubjaï avait déclaré ça à haute voix, il attendit un peu... rien à part les pleurs de la petite fille rousse, il avait cru en cette phrase idiote...

« Salut frangin ! »

La voix rauque avait résonné contre les murs, Chrona jetait des regard aux alentour désormais, partagée entre la peur et la tristesse.

« Moi premier né et Orochi de la colère accède à ta requête. »

« Moi de même, Deuxième née et Orochi de la peur. »
Ajouta une voix enfantine de petite fille.

« Oubjaï tu sais ce qui va t'arriver ? »
Demanda une voie calme et masculine.

« Oui...  mais je veux l'aider... » Dit l'Orochi mélancolique.

« Bien alors moi Orochi de la joie, troisième né j'accède à ta requête. »

« Monsieur Oubjaï il va vous arriver quoi ? » demanda Chrona anxieuse.

« ...Une vie pour une vie. »


« Mais vous pouvez pas...je veux pas que vous mouriez aussi ! »


« Ecoute Chro, quand un Orochi meurt en accomplissant un fait remarquable, il rejoint ses frères et sœurs dans notre monde. »

« J'ai vaincu une armée avec mes paumes, en ne tuant personne comme je l'ai promis à mon âme sœur ! »
Répondit Colère.

« J'ai détaché un bout de continent pour sauver un écosystème. »
 marmonna Peur.

« j'ai fait s'envoler cette île pour sauver ses habitants du Chaos d'Ogrest. »
Gloussa Joie.

« Aujourd'hui je vais sauver la reine de l'Unique... »
Conclu Oubjaï.

Une lumière blanche émana du corps de l'Orochi et il posa ses griffe contre le cœur de Mama.

« Adieu Chrona... »

« Aurevoir Monsieur Oubjaï...pas adieu... »


Dans un flamboiement immaculé, les écailles d'Oubjaï se séparèrent de son corps et disparu en de petite lueur blanche. Au bout de quelque instants, Oubjaï l'Orochi avait disparu.



Mama se réveilla dans un champ de crozoli.

« Que c'est il déjà passé ? » Demanda a voix haute Mama.

Tout autour d'elle il n'y avait que des champs de fleurs rose, l'air tiède caressait sa peau, ce monde n'était que repos et calme, Mamastra ne se souvenait pas comment elle était arrivé là. Le ciel était noir avec des nuances de bleus, aucune étoile ne brillaient.
Un homme était là aussi, il la dévisageait en souriant, sa peau était plus foncé que celle de la jeune Eniripsa, ses yeux était clos et ses cheveux long et rouge terne étaient coiffé en queue de cheval.

« Ça fait longtemps Mama, tu m'as l'air moins bougonne ! »
déclara subitement l'inconnu d'une voix calme et enjôleuse.

Mama Fronça les sourcil, cette voix lui disait quelque chose, mais elle n'arrivait pas à s'en souvenir, comme un rêve qui lui échappait sans cesse. Un flash, le souvenir d'un tableau, d'une main tendu alors que tout le monde lui tourné le dos, un baiser...

« Sam... »

Le jeune homme sourit encore plus et écarta les bras.
Mamastra couru en manquant de se prendre les pieds dans sa robe, en bout de course elle agrippa solidement Samuel et l'étreignit de toute ses forces et ses lèvres se collèrent aux sienne. Sam lui rendit son étreinte, la jeune femme commença à sangloter, trop heureuse d'avoir retrouvé son amour perdu.
Samuel l'écarta un peu afin de pouvoir l'admirer.

« C'est dingue depuis tout ce temps on dirait que tu ne vieilli pas ! »

« Tu n'as pas pris une ride non plus ! »
Lui répondit Mamastra.

« Nous sommes enfin réuni ! »

Mama aurait pu apprécier cet instant si elle ne s'était pas souvenu de sa mort, sa fille était encore en danger ainsi que ses camarades.

« Qu'est ce qu'y ne va pas ? »


« j'ai sauvé notre peuple pour mieux le précipiter dans les griffes d'un autre tyran... et notre fille est seule désormais. »


La voûte céleste sombre se craquela comme une coquille d’œuf, laissant passer une lumière blanche. Un long serpent argenté arborant une gueule allongé et une crinière blanche s'écrasa non loin d'eux déclenchant une tempête de pétale rose, d'un coté on pouvait voir trois yeux bleuté.

« Apparemment ma chérie, tu as tort ! »Lâcha Samuel.

« Mais qu'est ce que c'est ? »


La créature se redressa un peu visiblement déboussolé par son atterrissage catastrophe.

«Faut y aller !! Quelqu'un ici est la mère de Chrona ? » Brailla la créature d'une voix inégale, passant de l'aigu au grave rapidement.

« C'est moi ! Qu'est ce.. »

« Pas de question je vous ramène chez les vivants, et vite ! Les dieux apprécie pas qu'on triche avec la mort ! »

Mamastra se tourna vers l'horizon, des créature divine commençaient à arriver dans leur direction, avec en première ligne les monstres de Sram.
La jeune femme se tourna vers Sam, visiblement peiné.

« je suis désolé.. mais ça ne sera pas pour cette fois... »


Son amant se contenta de l'embrasser avec passions.

« Ma chérie ça fait plus de cent ans que j’attends, quelque année de plus ou de moins... »


« je te jure de te rejoindre un jour, mon lapino stupide.»


Mamastra grimpa le long du corps de la créature reptilienne et s'envola sans ses ailes vers la vie. jetant un dernier regard embué de larmes à Samuel.
Le guerrier vit sa femme repartir encore loin de lui.

« Elle vous a appelé comment ? » Demanda Baren amusé.

« Ça c'est privé ! » Répliqua Samuel, le rouge aux joues.

« Kreuck le héros aider le lapino stupide! » Brailla un Iop lui aussi subitement apparu.

« je vais payer mes fautes, jamais plus je ne douterais de vous ! Pourriez vous un jour me pardonner majesté ? » Déclara Robos mains jointe.

« Chacun a fait des erreurs. »

« Bon un peu de concentrations ils arrivent ! » Grogna O'Tool prêt a en découdre.

Les cinq combattants se positionnèrent de façon à empêcher la marée de créature divine de barrer la route de Mama et Oubjaï.



Chrofa crachait du sang mais arriva à se relever, mais fût rejeté au sol par la douleur, sa voix brisé à force de crier peinait à se faire entendre.

« Et dire que la majorité des disciples Sacrieur n'arrive pas à faire ressentir une douleur aussi vive ! Mais moi, il faut croire  que notre déesse m'a à la bonne ! » Gloussa Irith.

Gater avait retroussé ses manche révélant des tatouages représentant des chaînes hérissé d'épine qui brillaient d'un lueur rougeâtre et macabre sur sa peau.

« Il est peut êtres temps d'en finir. je ne veux pas manquer la mise à mort de la merdeuse de la présidente par le peuple... »

Le poing ardent de Chrofa atteignit en plein visage Irith qui perdu un court instant le contrôle de ses pouvoir, Chrofa enchaîna les coups aux ventre et l'envoya voler un peu plus loin d'un coup de pied dans les cotes.
Irith réussit à réactiver son pouvoir rendant à nouveau Chrofa impuissante. La serre n'était plus que  flamme et acier en fusion à cause de la colère de Chrofa. Irith se rapprocha en boitant de  Chrofa.

« Maintenant petite catin tu vas morfler ! » déclara rouge de colère Irith, toute contenance perdu.

Son visage portait  de nombreuse marques de brûlure désormais.
Et alors qu'il allait planter sa dague dans la gorge de chrofa, entre les plaque de son armure, des fils lumineux attrapèrent sa cheville et le tirèrent en arrière. Quand il se tourna pour voir qui était son agresseur, il tomba nez à nez avec une forme aqueuse et hilare de la Sainte, ce qui le fit hurler de peur.
Il tenta de reculer mais d'autre fils le maintenaient immobile, des pas retentir et la vrai Sainte était dans son champ de vision. Irith voulut ouvrir la bouche, mais la saint le saisit à la gorge et sa mains se fluidifia jusqu'à traverser son cou.

« Désormais tu vas me suivre !» grogna la Sainte.

Des fils de wakfu formaient un collé autour de son cou, pendant un instant il vît que les fils sortaient directement du poignée de Mamastra. Une deuxième forme aqueuse de la sainte s'était penché sur Chrofa, calmant son esprit.
Ils traversèrent nombre de pièces, Irith devait essayer d'avancer pour ne pas finir étranglé, mais quand il arrivait à se relever Mamastra le faisait retomber au sol. Irith n'arrivait pas à toucher Mama avec son pouvoir, se qui le mettait dans une situation de détresse total.

Ils arrivèrent enfin à un balcon qui surplombait l'armée des vainqueurs, Mama s'éclaircit la gorge.
Les troupes étaient déjà pendu à ses lèvres, la sainte réfléchi un instant puis pris la parole :

« La victoire est notre ! »

La foule entière cria de joie, certain entamèrent même quelque pas de danse. Mama profita des hourra pour jeter un coup d’œil aux étrange soldat de fer qui avait grossi les rangs des Rebelles. Elle repéra Protocole en compagnie d'un autre Méka qui lui ressemblait grandement. Quand le silence revint, Mama repris la parole.

« La paix est revenu sur notre île, mais beaucoup de vie auraient pu êtres épargné, par sa faute ! »
Mama poussa en avant Irith pour que la foule le voit bien.

« Ses actes inqualifiable on coûté la vie à nombre d'innocent, il a tenté de profiter de la rébellion pour s'asseoir sur le trône et pour cela il a pactisé avec des troupe de la présidente.Alors que j'étais arriver à avoir l'accord de la présidente pour  cesser les combats,  Gater la lâchement assassiné et il a tenter de faire de même avec moi ! »

Des cri indigné montèrent de la foule.

« Comment tu sais tout ça, tu étais inconsciente... » Lui demanda Irith d'une voix faible, à cause de l'étranglement. 

« Moi oui, mais je ne suis jamais seule et elles me l'ont rapporté. »

« Quoi ? »

« C'est compliqué, mais je m’inquiéterais plus de se qu'ils vont me faire si j'étais toi. » Dit-elle en pointant la foule du doigt.

Mamastra demanda le silence une nouvelle fois.

« Encore un détails je ne suis pas votre reine pour autant, j'embarque les combattants qui étaient avec moi et je me barre, je passe la succession à la fille de la présidente. »

Des hurlement montèrent de la foule, la plupart n'acceptant pas l'idée d'êtres gouvernée par la fille de leur ennemi.

« C'était sur que ça ne passerais pas... » Soupira une jeune fille aux long cheveux noire dans un fauteuil roulant, qui venait d'arriver poussé difficilement par Chrona.

« Vous êtes la fille de Baren n'est ce pas. »

« Oui Orméhis la survivante... »

« Je suis désolé pour votre mère... »


« Elle a rejoint mes frères et sœurs, ils ont plus besoin d'elle que moi. »Dit-elle en souriant un peu.

Chrona sautilla jusqu'aux bras de sa mère, qui l'étreignit avec tendresse.

Un voix monta de la foule intimant le silence aux autres.
« Votre reine vous a donné un ordre non ? Alors vous exécutez ! Elle vous a sauvé de l'enfer d'avoir un peigne cul en guise de dirigeant, alors faite lui un peu confiance ! » Brailla Sobalko soutenu par Amestalys.

La foule cessa de parler. Puis un hourra, puis deux, puis tous ovationnèrent la sainte.

« désolé de vous léguer ce poste, mais j'ai déjà d'autre engagement...» Déclara Mama.

« Ce n'est rien, ils ne vont pas me faire confiance au début, mais je vais leur prouver que je suis quelqu'un de bon, j'ai étudié la politique vous savez. » Répondit la jeune fille, plus déterminé que jamais.

« Et je vous aiderez mademoiselle ! »
Les deux femme se retournèrent, Balthimer se trouvait sur le pas de la porte.

« Donc tu ne reviens pas avec nous ? »Demanda Mamastra.

« Non m'dame ! »

« Et Kreuck ? »

« Là où il est il ne reviendra pas... »

« Je suis désolé Balthimer. »

« Ne le soyez pas, il est devenu ce qu'il à toujours voulu êtres. »


Chrona renifla, sa mère baissa les yeux sur elle.
« Monsieur Oubjaï ne reviendra pas non plus... »

« Oh ma pauvre chérie...s'était le grand serpent d'argent ? Avec trois yeux du même coté ? »

« O.. oui...mais je suis contente pour lui, il va rejoindre sa famille. »


des bruit de pas précipité retentir dans le couloir.
« Oh mon dieu mademoiselle vous n'avez rien ? » S'écria Protocole Hit suivi de près par Sputnick.

« Tout va bien désormais, ne t'inquiète plus. »


« Maké je vais me charger de lui ! » Annonça Sputnick en attrapant Irith par le colle, et partit.

« Qui c'est ce type ? »Demanda Balthimer un sourcil en l'air.

« Mon frère apparemment ! » Gloussa Protocole Hit.

« Bon je vais me reposer, on partira quand Amestalys et Sobalko seront près. » Annonça Mama en quittant le balcon en tenant sa petite fille dans les bras.

Quelque jours plus tard, les sauveurs de l'unique partir, sauf Balthimer. La deuxième guerre de l'Unique pris fin et Mamastra récupéra enfin sa filles.



Épilogue :

Orméhis devint la présidente la plus aimée de l'histoire de l'Unique, assisté du conseil et de Balthimer ils relancèrent l’armement de l’île.
« Maintenant que notre île est en paix, pas question de se laisser faire par le monde extérieur. »
-Balthimer, Ministre de la défense.

Protocole Hit assuma enfin sa capacité à aimer, et fût officiellement un des premiers croyant de la déesse Mékass et devint son prophète.
« C'est pas une fuite d'huile c'est des larmes... »
-Protocole sur la tombe de  Lilly Brilleth.

Lilly quand à elle vivat éternellement dans le cœur de stasis de ses disciples, en tant que la Déesse Mékass, gardienne des créatures artificielle.
« De fer ou d'étain, une mère aime tout ses enfants. »
-Mékass, déesse Artificielle.

Amestalys et Sobalko, finirent par se marier et formèrent la division volante des Mékanoïd, « les ailes de Plomb. »
« Chéri laisse pas traîner grand-père ! »
-Capitaine Amestalys parlant d'une lame d'os.

Chrofa (13), voulu avouer à Mama sa mission originel, mais elle lui répliqua qu'elle s'en foutait et l'adopta en tant que sa seconde fille.
« Il y a de plus en plus de rousse dans Get Free. »
-Harkane Nora, arrivant difficilement à faire la différence entre Mama et Chrofa.

Sputnick fît l'acquisition d'un Sombrero neuf, et finit par accepter de rejoindre une certaine guilde suite aux pressions de quelque membre.
« Il sait faire quoi ?! »
-Lenzia chef de ladite guilde, médusé face à une Rose expliquant le pouvoir sucré de l'unité HiT.

Baren, Sam, Kreuck, Robos et O'Tool échappèrent de peu à la destruction total de leur âme et furent banni dans la Dimension Distordu... où vivaient les Orochis ! Baren pu emporter avec elle ses enfant lui rendant sa joie de vivre.
« Mademoiselle Chrona vous aviez raison... je ne serais plus jamais seul. »
-Oubjaï Orochi de la tristesse.

Chrona s'en sortit sans séquelle de la vision du corps sans vie de sa mère.Elle s'ouvrit un peu aux autres enfant de la guilde et décida de suivre les préceptes Zobal.
« Je veux tout savoir, pour êtres paré à toute situation ! »
-Chronasstra fille de Mamastra

Et enfin Mama récupéra sa fille, toute sa raison, sa capacité à se liquéfié et ses dons d'aquamancienne et une fâcheuse tendance à parler d'elle au pluriel.
« Nous sommes de retour pour protéger notre monde ! »
-Mamastra parlant d'elle même.



The End.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Bluefox82 le Lun 30 Nov - 21:26

Et hop! Après une loooooongue lecture (T'as pas fait semblant!), il est temps de mettre le commentaire.

Alors, on va commencer par les points négatifs: le moins bien en premier, et le meilleur à la fin:
-C'est.Bourré.De.Fautes. Bon, c'est pas nouveau (sans vouloir être méchant). [Si jamais y'a besoin, je peux faire office de correcteur.]
-Les répétitions! Mal gré plusieurs passages où tu montres un vocabulaire très riche et de très bonnes tournures de phrases, tu gâches ça avec d'autres passage moins bien construits et affichant trop de répétitions. C'est dommage!
-La ponctuation, qui est un peu négligée, surtout dans les répliques des personnages. Faut que tu y fasses gaffe, parce que ça peut drastiquement changer la manière de parler!
-L'utilisation de l'onomatopée: alors, tu peux choisir d'imiter un bruit dans un texte à la place de t'emmerder à faire des descriptions à rallonge, mais dans ce cas tu ne le met pas dans le temps de parole d'un personnage!
Exemple:
« Un sacrifice inutile, il aurait mieux fait de ...BAM ! »
Le "BAM" doit être mis à part, entre astérisques par exemple. Ce n'est pas le général qui fait le bruit de flingue.

Voilà pour la partie désagréable, mais nécessaire pour ton texte. Passons maintenant au must, parce que mal gré les points noirs que j'ai souligné, c'est du très très bon scénaristiquement parlant (de mon point de vue.):

-Une histoire bien menée dans sa globalité (donc en prenant toute la nouvelle dans son ensemble). Chapeau, ton monde est enchanteur et pour moi c'est un des meilleurs backgrounds figurant chez Get Free! ^^
-Un final exécuté à merveille: le passage entre chaque scène est sympa, et je m'attache facilement à chacun des groupes.
-Le retour de Mamastra qui est bien exécuté aussi: sur ce point en particulier, j'adore, et ce depuis le premier chapitre, le fait qu'il y ait un pont entre le "monde onirique" de Mamastra et le monde réel. J'ai un vrai coup de cœur pour ça. Wink
-SPUUUUUUTNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIICK.
Ce personnage m'a fait mourir de rire! xD
Je retiendrai le Smoothie Love Machine comme le perso méritant le point Godwin de ce chapitre! Utsukushiiii~
-Des combats bien orchestrés, c'est sympa.
-Une épilogue que j'ai trouvé génialissime de part ses petits résumés pour chaque personnage, ainsi que les quotes marrantes qui y sont glissées. D'ailleurs, ça m'a surpris de voir Harkane et Lenz. x)



Conclusion.

Les +.

-Un scénario riche et bien écrit.
-Des personnages diversifiés, attachants, drôles.
-Des scènes qui se suivent très bien, et des combats orchestrés à merveille.
-Un style d'écriture sympathique et un vocabulaire souvent varié...

Les -.

-...entaché par d'importantes et nombreuses fautes de français.
-Des répétitions qui peuvent être fréquentes, ce qui gêne souvent le lecteur.
-Une ponctuation des fois absente.
-Quelques maladresses dans les tournures de phrase.


Et c'est tout pour moi, merci beaucoup Tenshi pour cette formidable aventure que tu m'as fait découvrir! cheers
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Birth le Dim 13 Déc - 21:46

Voilà c'est lu !

Bon, problème, bah les mois séparant les deux derniers chapitres ont fait que beh...il y avait pas mal de trucs que j'avais oubliés. Ca m'est revenu au fur et à mesure et maintenant j'suis bon.

Donc je vais juger ce final, si un jour je relis toute ta nouvelle d'un coup je pourrais en faire une critique plus complète. Je vais y aller avec le plus grand des sérieux, alors prépares toi.

Tu avances, tu évolues...ça se voit. A force d'écrire tu prends peu à peu le coup de main, les fautes restent mais semblent se faire moins présente. Tu es bien plus à l'aise avec tes phrases, tu te permets de belles tournures et nombreuses sont celles que j'ai relevé. Continue comme ça, t'es en bonne voie.

On est sur du récit épique, mais peut être un peu trop dispersé. On se mange beaucoup d'infos dans la tronche, et toutes les assimilées ça prend du temps. Tu es sur une nouvelle, ça se voit. Tu vas à l'essentiel...mais à mon sens certains moments (a l'image de Mama/Sam) auraient pu être plus étoffées.

La fin est cool, j'ai beaucoup aimé l'épilogue possédant une forme unique et drôle. Une nouvelle fois tu m'as fais rire avec certains persos...mais étrangement le ton venait se glisser avec celui, plus sérieux, de cette guerre incroyable. Tu as encore un peu de mal à maintenir toute une ambiance cohérentes, mais ton univers s'étend et il fourmille de bonnes idées.

Continue à écrire Tenshi, il va te falloir du temps pour voir tes progrès mais crois moi...ils sont notables. J'attends ton prochain écris, prends ton temps...et montre moi encore ta progression. Je continuerais à te lire et à te donner mon humble avis quoi qu'il arrive ('fin quand j'aurais le temps :'))
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour de la dernière reine.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum