NoD Remaster

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Opheliana le Lun 8 Juin - 16:26

Et c'est la guerre ! Je l'attendais celle là, depuis longtemps, et enfin elle vient ! La révolution, cette révolution (tiens mon oreille viens de se débouché...c'est sûrement un signe ^^)

Breeeef, que du bon  encore et toujours, une splendide Séléna un peu plus habillée que d'habitude, c'est cool ^^

Le personnage de Wyatt qui commence a prendre son importance, inutile de te dire que j'attend maintenant beaucoup de ce perso :p

Un Liroka toujours aussi "discret" et deux petite créatures bien intriguant, le tout d'une écriture soigné et agréable, moi je dis...continue comme ça !!!

Et...*attend avec patience l'inévitable suiiiiite*
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Ihephe le Lun 8 Juin - 20:05

Hé bien, j'ai envie de dire que ce chapitre valait bien l'attente qu'il a provoqué ! Bon boulot et vivement la suite ^^

Pour les perso, ce serait tous simplement génial que tu fasse apparaître Pasut, je suis sûre que ça pourrais être sympa Very Happy
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Shiki Van Shërza le Lun 8 Juin - 21:39

Et bien... Comme l'a dit Ihephe, ça valais l'attente ! *-*/

Un passage entièrement sur Clocktown, mais non moins intéressant, avec son lot de moment épiques et de scènes sympa, du Nod R comme on les aime quoi ! Très bon chapitre, encore une fois. ^^

Je n'ai pas vu de fautes particulières ou de tournure de phrases foireuses, donc j'imagine que la relecture à été efficace... Ou que je ne suis pas un bon correcteur, et que je loupe la moitié des fautes en lisant, même si je doute qu'il y en ai beaucoup. xD

Je vais pas faire de commentaire sur un passage en particulier cette fois ci, mais je tient quand même à dire que ça reste toujours aussi sympathique et agréable à lire... Maintenant... On a vraiment hâte de savoir ce qui va arriver ensuite. ^^

PS : Hum... Je vois pas lequel de mes personnages pourrait apparaitre en plus de ceux déjà présent, donc... Bah aucune demande de mon côté. ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Lashet le Lun 8 Juin - 22:10

Oooh la suite! Kro bien!
Wyatt qui se développe et qui devient cool! Un Liroka toujours aussi discret et qui s’équipe du bon fusil-mitrailleur! Very Happy
SUPER BIEN C COOL ON VEUX LA SUIIITE!
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Ihephe le Mer 24 Juin - 11:07

A quand la suite ?
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Birth le Mer 7 Oct - 13:01

Et voilà !!! Reprise (Enfin) de NoD R, il ne reste désormais que 7 épisodes avant la fin de cette histoire, et je compte bien maintenir un rythme un peu plus soutenus pour ne pas trop vous faire attendre.

Une fois encore j'en appelle à vos retours, ils seront le carburant de ma machine à motivation et il me tarde de vous lire et de vous écrire cette fin.

Pas de réponses aux com' précédents cette fois-ci, mais si vous avez des questions j'y répondrais au prochain épisode.

Cet épisode est plus court que les précédents mais que voulez-vous, c'est une reprise douce.

Bonne lecture !











Episode 13 : L’homme derrière le message






La Croisée des armes était toujours en pleine guerre. Le conflit s’étendait peu à peu à toute la ville et ses alentours. Le soleil, haut dans le ciel, venait apporter un éclairage quasi-total aux scènes de combats acharnés. Seuls les Zeppelins, crevant les cieux de leurs propulseurs et de leur masse impressionnante, venaient cacher en partie la sphère lumineuse. L’arrivée des hommes de Get Free, et le discours qu’avait tenue leur chef, avait permis d’apporter un élan de combativité parmi les gardes. Les forces étaient désormais équilibrés, et si les mékas ne tombaient que par petits groupes, force était de constater que les défenseurs de la ville parvenaient enfin à réellement tenir leur position. La bataille promettait d’être encore longue…mais l’espoir était enfin là.

A la sortie de la ville, au bord de la longue côte Sufokienne, un étrange combat faisait rage. Une femme à la peau violacée, arborant de longs cheveux violets et des yeux d’une couleur similaire quoique plus clair, luttait contre deux êtres de métal. Elle portait un petit corset noir ainsi qu’un minishort blanc. De longues bottes de cuir couvraient ses pieds, et un harnais maintenait un nombre impressionnant de dagues contre sa poitrine et ses flancs. D’une agilité sans pareille, la belle bondissait d’un méka à l’autre, leur infligeant de légères entailles à chaque fois. Elle était parvenue à sectionner nombre de câbles assurant le bon fonctionnement de ces machines, et désormais les mouvements saccadés les gagnaient. Un sourire carnassier s’étirait sur ses fines lèvres, tandis qu’elle poursuivait ses assauts répétés.

Non loin d’elle, à une distance raisonnable du combat, se tenait une Eniripsa. Elle avait de longs cheveux orangés, qu’elle avait elle-même colorée, et de grands yeux de cette même couleur. Son visage fin laissait entrevoir toute la concentration dont elle faisait preuve en cet instant, le bout de sa langue dépassant légèrement de ses lèvres. Elle portait une longue robe blanche, couverte de tâches multicolores, de petites sandales violettes venant compléter cet ensemble. Elle tenait un petit pinceau dans sa main, une grande toile se dressant devant elle. Appliquée, elle couvrait ce support de fins traits de couleurs…tentant d’immortaliser le combat se déroulant sous ses yeux. La petite peintre lâcha une légère plainte :

« Ecly…tu bouges trop !

-Je sais Kolo…mais comme tu peux le voir je suis un peu occupée ~

-Moui, répondit l’Eniripsa en rougissant, mais comment veux-tu que j’arrive à te peindre dans ces conditions !

-T’es la meilleure…je suis sure que tu y parviendras ma belle ~ »

Kolaürz était une peintre reconnue dans le monde des Douze, elle était réputée pour ses fresques aux couleurs parfaitement maîtrisées. Son chef d’œuvre, « Ode à l’amour fantastique », elle l’avait peint dix-sept ans plus tôt. Il représentait un ange et une shushu s’enlaçant…le tout uniquement en nuance de blanc et de noir. Elle connaissait un succès ne cessant de croitre, et cherchait activement les plus belles scènes à peindre. Voir la femme qu’elle aimait en combat lui semblait donc êtes des plus…artistique.

Concentrée sur sa tâche, le jeune Kolo ne remarqua pas le Méka arriva vivement sur son flanc. Ecly, le remarquant durant une roulade, hurla :

« Kolo ! Attention ! »

La petite Eniripsa se tourna vivement et poussa un cri de surprise, son assaillant pointait sa lame en direction de son ventre. Réagissant par pur réflexe, elle attrapa son pot de peinture violette et lança le contenu en direction de la tête du méka. Celui-ci, aveuglé, dévia légèrement sa course pour venir percuter le gros lapino de la soigneuse. Pinaso, de son petit nom, dormait paisiblement aux pieds de sa maîtresse. Le choc le réveilla et il se mit à détaler…contre les pattes de l’unité mécanique. Le méka bascula en avant, tandis que Kolo se décalait pour l’éviter. Il s’écrasa au sol, son crâne percutant un rocher pour finalement se fracasser. Il émit quelques cliquetis, avant de se figer définitivement. Kolo écarquilla un instant les yeux…avant de lever ses bras en l’air dans un cri de joie :

« Tu as vue Ecly ? Je suis trop forte !

-Bien joué ma belle, répondit la combattante tandis qu’elle achevait son deuxième adversaire, ça ne te rends que plus attirante encore ~ »

La petite peintre déglutit en rougissant, fixant sa bien-aimée avec une pointe de gêne. Elle ne se ferait jamais aux compliments.

Le Lapino, quant à lui, poursuivait sa course folle…s’éloignant des deux jeunes femmes pour rejoindre la ville.


***


Le lapino couru un long moment encore, engagé dans une fuite folle en couinant comme un forcené. Il jetait des coups d’œil fréquents derrière lui, à moins que ce ne soit le résultat du tic si fréquent de son espèce leur faisant tourner la tête pour un rien. Il passa les portes de la ville et s’engagea à travers les ruelles, maintenant sa vive allure mais montrant des signes de fatigue. Ce fut au détour d’une ruelle, et alors que sa tête regardait vers l’arrière, qu’il percuta quelque chose. Il fut éjecté au sol, et atterrit sur les fesses. Relevant ses grandes pupilles noires, il regarda l’apparence de son obstacle. Un grand Pandawa, demeurant assis en cet instant, se tenait devant lui. Il portait une vieille veste rapiécée ouverte sur un torse nu, sa tête baissée étant quant à elle chaussée d’une coiffe ronde aplatie traditionnelle. Un large pantalon de couleur noir, aux pattes amples, couvrait ses jambes, tandis que des sandalettes de bois venaient protéger ses pieds. Une large chopine en bambou, scellée par un grand bouchon de liège, se tenait à ses côté. L’étrange homme releva la tête, et fixa le lapino. Ses cheveux gris en pagaille, semblaient ne pas avoir été lavés depuis bien longtemps. Il déclara d’une voix étrangement confuse :

« Heeeey…salut toi…tu viens réveiller le vieux Atamo… ? Meeeh c’est gentiiiils ! »

Des cliquetis se firent entendre, et le lapino se tourna vers la provenance de ces sons. Quatre mékas s’avançaient vers eux. Le petit animal couina de surprise, et se mit à sautiller sur les jambes du Pandawa pour le forcer à bouger. L’homme grommela :

« Maiiiiis casses-toi…j’veux pas de calins… »

Le lapino s’activa d’avantage et, finalement, le Pandawa prit conscience de la présence ennemie. Il se releva avec lenteur, en soupirant :

« D’accord…je comprends…tu veux que je me les fasse pour qu’on soit tranquille…ça me semble pas trop mal comme idée. Reste en retrait bonhomme, j’vais te montrer ce que je vaux… »

Le lapino ne se fit pas prier et alla se cacher dans un coin, tandis qu’Atamo venait serrer sa main autour du bouchon de sa chopine. Il tira dessus d’un coup sec, et une lame émergea peu à peu de l’alcool. Le bouchon semblait en être le manche et l’homme se mettait doucement dans une posture grotesque :

« Ameneeeeeeeeez-vous les tocaaaaaards ! »

Les mékas se ruèrent en avant, bien décidés à éliminer ce bien étrange personnage. Le Pandawa sourit, et esquiva une première volée de balle tirée dans sa direction. D’une démarche vive et adroite, usant de la souplesse de son corps, il se contorsionna dans diverses directions afin d’éviter les coups. Il arriva bien vite à proximité de son premier adversaire, sa lame brandie devant lui. D’un geste ample il vint trancher les fils présents dans le torse de ce dernier, le rendant obsolète. Il se baissa pour éviter un coup de lame, parât le second et pourfendu le troisième méka tentant de l’attaquer. Roulade, réception, parade et éjection d’un méka d’un grand coup de pied. Atamo fit volte-face et lança son sabre vers le Méka situé derrière lui. L’arme vint se planter dans le torse de la créature de fer, et le Pandawa fonça vers elle. Plaçant son pied contre la garde, il prit appuie et s’éjecta dans une pirouette en arrière. Il passa derrière le dernier Méka et, d’un violent coup d’épaule, l’éjecta vers son congénère. Avant que son assaillant ne puisse tenter une attaque, récupéra son sabre d’un geste habile et vint le planter dans la tête sa tête. Le Méka crissa, et s’immobilisa définitivement.

Atamo se tourna vers le lapino, visiblement fiers de sa prestation :

« Et voilà le travaiiiiiil ! Pas mal hein ? »

Pinaso couina d’approbation tandis que, dans un élan de satisfaction, le Pandawa attrapa sa coiffe pour la jeter en l’air dans un cri de joie. Le vent s’en mêlant…la coiffe dériva et partie plus loin, sous un cri du Pandawa :

« Heeeeeeey ! Mais paaaaaaaaaars pas ! Je t’aime chaaaaaapeau ! »


***


Le chapeau parcouru encore quelques mètres avant de s’immobiliser contre l’un des murs d’enceinte. Une violente explosion, déclenchée non loin du dit mur, acheva de le propulser à l’extérieur. Il se posa de façon brusque contre l’herbe, demeurant désormais immobile. Le vent balayait la végétation environnante, donnant à ce lieu situé non loin de la ville une apparence presque sauvage. Des bruits de chocs métalliques, bref autant que soudains, se faisaient entendre dans les environs. Un affrontement avait lieu ici aussi, un combat mené par une personne rapide, précise…et volante si l’on se fiat à la provenance du son. Une plume d’un blanc éclatant vint virevolter dans un petit ballet aérien avant de se poser délicatement sur la coiffe. Juste au-dessus, dans les cieux toujours obstrués par les imposants Zeppelins, se trouvait une femme. Ses longs cheveux blancs se mouvaient sous le rythme capricieux que semblait imposer le vent. Elle portait une somptueuse armure blanche, qui resplendissait et venait éclairer les environs. Deux grandes ailes d’un blanc immaculé battaient dans son dos. Elle tenait dans ses mains une imposante épée aussi noire que le jais. Un œil ouvert était incrusté sur la garde de cette dernière, tant et si bien qu’elle semblait vivante. L’ange avait son regard perçant rivé sur un imposant groupe de mékas situé en contre-bas. La lame vibra légèrement tandis qu’une voix cristalline, presque un écho, se fit enrendre :

« Tu…tu tiens le coup mon ange… ?

-Ne t’en fais pas Müu…avec toi entre mes mains je n’aurais aucun mal à sortir victorieuse de ce combat

-Je te fais confiance Aura, et je t’accompagne pour ce…cette danse… »

L’ange esquissa un petit sourire. Müuxika était une Shushu, la Shushu majeure du silence. Elle avait passé une grande partie de sa vie à détruire mélodie et musiques entrainantes. Après avoir été vaincue par une ange, elle avait été capturée par des Brakmariens. Elle avait alors subie  un véritable calvaire, au point de se rendre sourde pour échapper à ce supplice. Elle s’était repliée sur elle-même, allant jusqu’à se couper du monde extérieur.

Sa rencontre avec Auralium l’avait changée à jamais, elle s’était un peu plus ouverte aux autres, et un amour était né entre ces deux êtres que tout semblait opposer. L’ange avait acceptée de devenir la gardienne de la Shushu, et c’est désormais à l’unisson qu’elles combattaient. Réunies sous un nom de famille créé sur mesure, Anshu, les deux femmes défendaient férocement les portes de la ville.

La lame noire se mit de nouveau à vibrer, tandis qu’un doux chant l’élevait dans les airs. Müu chantait, elle encourageait son ange dans ce combat par un a capela clair et entrainant. Auralium sourit d’avantage, resserra son étreinte autour de la garde…et plongea en piqué vers le sol. Elle s’abattit brutalement contre un Méka en contrebas, l’embrochant de sa lame. Dégageant d’un geste précis son arme, elle posa ses pieds au sol et pivota sur elle-même, se mettant à tourner à une vitesse impressionnante. Elle trancha ainsi plusieurs ennemis avant de repartir vers les airs, satisfaite de son œuvre. Müu cessa son chant et poussa une longue plainte. Paniquée, Auralium hurla :

« Müu ! Que t’arrives-t-il ?! Je…j’ai frappée trop fort ?!

-N…non…gémit la Shushu, sous cette forme je ne ressens pas le fracas des coups…

-Alors que se passe-t-il ?!

-Les…les ondes sonores…elles…elles hurlent…je les entends…

-Quoi… ? Mais…mais qu’est-ce qui provoque ça… ?

-Je…je ne sais pas…ça…ça vient de l’antenne…on…on dirait que des sons tentent d’être émis sans point d’émission…comme si…comme si ils étaient créés…

-Mais c’est imp… »

L’ange ne put finir sa phrase, un son grave et distordu, comme provenant d’une guitare de Brakmar, se fit entendre. D’abord une seule note…puis plusieurs se mirent à suivre. Une véritable mélodie s’échappait de l’antenne de communication désormais…une musique venait rythmer le champ de bataille.

(https://www.youtube.com/watch?v=K6y_KScT2vs)  

Puis, alors que le fracas des armes semblait s’être arrêté, les combattants certainement surpris par cet évènement, une voix se fit entendre. Le son était proche de celui qu’avait émis le haut-parleur du Nova Sky, mais la voix était entièrement différente. Un ton suave, amusé, presque enjoué de voir cette guerre se dérouler sous ses yeux…et le message commença :

« Voici une mélodie qui viendra accompagner votre lutte, tachons de rendre cela plus divertissant pour vous comme pour moi…


***


…Je ne serais que spectateur aujourd’hui, votre combat n’est en aucun cas le miens. Je ne suis là que pour la musique, pour rendre votre affrontement puéril bien plus…racoleur. Un jour peut-être nous battrons nous, mais dans l’immédiat…tous autant que vous êtes…vous n’avez aucune raison de faire cela. Je ne suis pour aucun camp, mais que le fracas de vos armes, et la puissance de vos cris…viennent se lier à ma mélodie…que le Requiem que va devenir ce conflit….reste dans les mémoires ! »

La musique se poursuivit, mais la voix s’était tue. A l’intérieur du Nova Sky, tous était perplexes. Heldegast fulminait, pour la première fois depuis bien longtemps…il ne comprenait pas. Il agrippa le col de l’un de ses hommes, et l’attira vers lui.

« Quel est donc ce délire, cracha-t-il, vous m’aviez certifiez que cette antenne ne pouvait émettre  aucun message !  Encore moins…de la…Musique !

-Je…je ne comprends pas Monsieur, bégaya le pauvre homme, l’installation ne possède ni haut-parleur…ni micro…c’est impossible de produire le moindre son là-bas ! »

Le féca repoussa violement son subalterne, et ramena son regard vers le Zeppelin de Get Free. Il pesta :

« Ces bouseux ne sont quand même pas derrière tout ça quand même…


***


Dans le poste de pilotage du Liberty, l’étonnement était similaire. Lenz fixait l’antenne, cherchant une réponse à cette nouvelle énigme qui se posait. Elle se tourna vers ses compagnons, tentant de déceler un signe venant lui indiquer qu’une réponse était trouvée…mais rien. Des mines surprises, perplexes ou bien simplement contrariées. Même Cyd ne semblait pas pouvoir expliquer cet évènement. Soudain Ophe cria :

« Je le vois ! Au sommet de l’antenne ! Une silhouette ! »

Tous les yeux se braquèrent dans la direction indiquée par la dragonne. Sur la pointe de l’imposante structure, se tenait en effet une silhouette noire. Lenz plissa les yeux, et discerna un peu plus nettement la forme. Un homme, grand…portant une chemise noire, un pantalon blanc…arborant des cheveux mi-longs, hérissés sur son crâne et partant dans toutes les directions. L’homme était brun, des reflets indiquaient qu’il possédait des lunettes...et un sourire se dessinait sur son visage. Lenz cligna un instant des yeux, ébahie. Quand elle les rouvrit…l’homme avait disparu.

Mais la musique se poursuivait.
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Albynn le Mer 7 Oct - 13:13

Enfin la reprise, yahou!
Et des combats en duo bien entrainant et super sympa, m'enfin pus j'avançais, plus je me disais que t'as plus du tout de perso hétéro, en fait. Sauf Jolian, mais c'est un bout de glace.
Mystère et boule de gomme sur le type de l'antenne! Tintintiiinnnn!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Shiki Van Shërza le Mer 7 Oct - 13:48

Ah, le retour de NoDR, depuis le temps qu'on l'attendais ! ça fait plaisir à voir, pour le coup. (et à lire ! ^^)

Et bien... Première remarque, mais ça m'a parut asser court. '-'
Pourtant c'est loin d'être le cas, quand on regarde... Je pense surtout que je suis trop impatient de lire la suite, d'où cette impression. x)

Je ne peux que confirmer ce que dit Bybyn au niveau des combats, il y a un bon rythme, et j'aime beaucoup la manière dont toutes ces petites scènes sont reliés entre elle, ça rend le tout très agréable et plaisait à lire je trouve. ^^

J'adore Atamo, sinon... Le pandawa de base, mais toujours aussi drôle à voir. xD

Et je commence à en avoir marre des fins comme ça, on se pose tellement de questions que ça donne encore plus envie de lire la suite, alors... Vivement la suite ! o/

En tout cas, j'aime toujours autant, continue comme ça ! ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Lashet le Mer 7 Oct - 14:52

Aaah, la suite! Content de lire un si beau texte. Les combat son super bien écrit et entraînant, on se plonge bien ans le texte... Et qui est donc la personne de l'antenne?! Hâte de voir la suite et de voir l'apparition des perso pas encore cités! Bravo! Smile
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Bluefox82 le Mer 7 Oct - 15:22

"Ameneeeez vous les tocaaaaaaaaards!" Ca m'a fait rire xD

Une bonne partie, bien qu'un peu courte effectivement.
C'est agréable comme mise en scène, le fait que l'on suit un élément qui nous amène à un autre duo (Pinaso pour Atamo, le chapeau du pandawa pour Müu et Aura).

Vivement la suite, et surtout de savoir qui est ce mystérieux musicien qui trône en haut de l'antenne. ^^
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Opheliana le Jeu 8 Oct - 18:34

Court...court, faut le dire vite ! C'est pas si court que ça si ont s'attarde sur tu les combats que tu nous décris, tout les sentiments que tu fais ressentir à chacune des personnes que tu dévoile, et surtout si ont s'attarde sur...qui est cet homme (Bien que j'ai ma petite idée là dessus, huhuhu)

Après pour rentré un peu plus en détail, Ecly et Kolo toujours flamboyantes, l'une dans son art et l'autre...bah...dans son art ^^'

Après un petit transfert grâce à Pinaso et une action d'Atamo juste royal en mode "Coucou je suis là, mais pas trop !"

Après un chapeau volant qui nous emmène à...un combat juste divinement démoniaque ! :p

Puis...un son qui impose le silence (merci Spec Ops : The Line pour cette OST Wink ) et la surprise général très bien représenter (Y a que ma Ophy qui n'est pas aveugle fufufu ~)

Bref, du bon, avec quelque tranches de bon et saupoudré de très bon !

(Et je profite de ce long commentaire pour dire que mon retour au niveau des écrits est surement proche ~)
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Ihephe le Ven 16 Oct - 16:06

Je suis le dernier a commenter avec pas mal de retard en plus , mais j'ai une excuse ! j'ai pas internet pour le moment chez moi ( changement de FAI, c'est un peu la galère X') )

Bon chapitre comme toujours, mais si je suis un peu déçut qu'il ne soit centré que sur tes perso, mais ils sont attachants et mignons, mon coup de coeur va pour Pinaso, j'etais plier pour le " reviens chapeau, je t'aime !" XD

Bref, j'attend la suite, et vu qu'est t'es repartie a écrire et que tu dois avoir fait ta rentré , ça devrait pas tarder a arriver Very Happy
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Birth le Mar 20 Oct - 14:53

(Et salut à tous ! Voilà enfin l'épisode 14 de NoD R...on va être franc ça a été pour moi le plus dur à finir. Manque de temps, de motivation au milieu...et texte le plus longs de la nouvelle (on rattrape du coup le dernier épisode qui était plus court). Néanmoins j'en suis assez content (du mois c'est pas pire que d'habitude !)

Le point réponse de com' (de retour !)

-Byboune : Merci ! : Bah j'ai encore Jo', Atamo, Tsuni' et d'autres plus secret quand même è_é
-Shiki : Merci ! : Beh c'est plus court oui, il y a dans les 1000 mots de moins donc ça se ressent !
-Lashet : Merci ! : On aura encore des nouveaux persos jusqu'à l'épisode 17...après on sera sur les derniers épisodes donc beaucoup moins ^^
-Hark' : Merci ! : Beh heureux que la mise en scène est plue, je voulais la tester depuis le longtemps !
-Ophe : Merci ! : Toujours content de lire tes com' et très heureux que tous ces petits clins d'oeils à nos persos t'aient plut !
-Ihephe : Merci ! : Bah j'essaye de tourner au max, et au final la nouvelle dans sa globalité finira centrée sur Lenz !


Du coup la suite, et on se retrouve vendredi pour l'épisode 15 !)






Episode 14 : Ode au ciel ravagé




Le son distordu des guitares, le frappement incessant des batteries…mêlés aux vrombissements des moteurs, aux hurlements de rage, de douleur, de joie comme de peine…la Croisée des Armes était devenue une véritable représentation musicale. L’étrange homme à l’origine de tout cela avait eu raison, un requiem se tenait désormais…et il était temps de laisser aux instruments principaux de cette gigantesque fresque mélodique le loisir de venir jouer leur partition.

Point de piano, encore moins de violon…désormais c’était aux canons des zeppelins de composer le mouvement principal.

Le Liberty, toujours entouré de son halo bleuté, restait en vol stationnaire pour le moment. Le premier combat, celui des mots, avait été remporté par Get Free. Leur intervention avait permis de mettre fin à l’abattement général qui s’était emparé des gardes. Désormais le peuple Amaknéen était prêt à se battre jusqu’au bout, unis sous cette bannière improvisée que formait l’étendard de la plume blanche. Mais cette guerre ne se remporterait pas par des paroles, et plus encore…elle ne se remporterait pas au sol.

Le monologue de la Sacrieuse avait permis de rajouter du temps dans cette véritable course d’endurance. Mais l’armée de Mékas était bien trop grande, et minutieusement organisée de surcroit. Tous le savaient, la guerre ne serait gagnée que lorsque l’antenne serait détruite…et à cet instant précis, le Zeppelin des révolutionnaires semblait bien être le seul à pouvoir accomplir un tel exploit.

Lenz fixait toujours l’antenne, ce mystérieux homme omnibulait ses pensées. Qui était-il ? Pourquoi avoir agi de la sorte ? Avaient-ils tous rêvés ? Faute de réponses, le problème devrait être remis à plus tard. Pour l’heure un combat titanesque l’attendait. Neuf Zeppelins la séparait, elle et ses hommes, de l’infrastructure à abattre…le défi s’avérait être de taille. La Sacrieuse se massa les tempes en soupirant :

« L’un d’entre vous aurait-il un plan qui nous permettrait d’éviter un combat à un contre neuf… ?

-J’suis mékano, pilote et ingénieur…maugréa Cyd, mais en aucun cas magicien. Si on veut passer va falloir se les faire.

-On pourrait essayer d’éliminer uniquement ceux qui nous barrent la route, commença un Ihephe peu convaincu, et ensuite on fonce tout droit en priant les douze…

-Non, clama Opheliana d’une voix assurée, nous hâter ne servira à rien. Si le Liberty se fait abattre avant d’avoir pu détruire l’antenne…alors Amakna sera condamnée. On ne doit tenter l’assaut final que lorsque nos chances seront conséquentes.

-Bien d’accord avec toi ma belle, soupira Lenz, donc on change de question. On descend lequel en premier ? Si celui de Heldegast tombe ça pourra perturber leur chaine de commandement.

-Possible ouais, répliqua un Cyd acerbe, mais c’est pas avec l’armement léger du Liberty qu’on va réussir à abattre une telle machine de guerre. Niveau armement on a deux tourelles fonctionnelles, les autres armes faudra pas trop y compter.

-On est cinq…murmura faiblement Harkane, je suis obligé de rester ici pour alimenter le Liberty, et Cyd doit rester derrière le gouvernail. Ca ne laisse que vous trois pour vous occuper de la partie offensive du plan… »

Lenz, Opheliana et Ihephe se regardèrent en silence, définissant la meilleure solution chacun de leur côté. Les choix étaient limités, le résultat capital et l’échec inacceptable. La Sacrieuse ferma les yeux, son éternel optimisme aux abonnés absents. Un zeppelin contre neuf, même avec les meilleures manœuvres imaginables la bataille semblait perdue d’avance. Une solution, voilà tout ce qu’elle demandait…une solution capable de résoudre ce dernier problème.

Opheliana fixait le visage troublé de sa bien-aimée, elle esquissa un petit sourire et se dirigea vers la porte de sortie du poste de pilotage. Lenz, entendant les bruits de pas, rouvrit les yeux. Elle s’exclama :

« Beh…où tu vas ma belle… ?

-Je vais sauver la donne, une nouvelle fois…répondit la dragonne amusée. Cyd, ouvres le sas de gauche…je vais dehors.

-Quoi ?! Mais tu es folle, hurla Lenz visiblement paniquée, tu comptes voler au milieu de toutes ces machines de mort !?

-On n’a pas vraiment le choix tu sais…dans une bataille aérienne aussi importante si on n’abat pas toutes  nos cartes on le regrettera ensuite. Le ciel est mon royaume, il est temps que j’aille le rappeler à ces pilotes.

-Je viens avec toi alors ! A deux on peut…

-Non, tonna une Opheliana grondante ! Tu as entendus Cyd, il y a deux tourelles manuelles dans cet appareil ! Ihephe et toi vous allez les prendre, c’est certainement le mieux à faire.

-Mais…

-Pas de mais, il est hors de question que je te laisse monter sur mon dos dans une telle bataille, tu ne pourras rien faire en plus. Quant à l’idée de te transformer en dragon pour venir avec moi, je te rappelle que tu ne sais rien cracher. Tu feras office d’objet volant non armé, et à part faire diversion tu ne parviendrais qu’à m’inquiéter. »

La Sacrieuse baissa la tête, penaude. Elle savait que sa dragonne avait raison, mais elle se refusait à la laisser seule dans cette bataille…pas encore. Voyant cela, Ophe arbora un sourire plus tendre et se rapprocha. Elle plaça un rapide baisé sur la joue de la chef des Free, et repartit en clamant :

« N’oublies pas ma belle, tu as promis que personne ne mourrait aujourd’hui. Si tu crois en ta propre promesse, alors tu sais que je reviendrais !

-Je t’attendrais ici…reviens dès que le ciel est dégagé…ne tardes pas trop.

-T’en fais pas, dans ce ciel je suis la reine ! »

Opheliana partit dans un éclat de rire et sortit du poste de pilotage. Le silence retomba dans la pièce, tandis que Lenz et Ihephe croisaient leur regard. D’un acquiescement commun ils se dirigèrent vers leur tourelle respective. La bataille allait enfin pouvoir commencer.


***


Le sas s’ouvrit dans un chuintement et l’air s’engouffra à bord de l’appareil. Opheliana agrippât la barre métallique scellée juste à côté de l’ouverture sur le vide, et se pencha en avant. Ses longs cheveux blonds partirent en cascade vers la droite, semblant suivre les caprices du vent. Son regard vint embrasser le paysage autour d’elle, observant toute la bataille se déroulant sous ses yeux. Des colonnes de fumées s’élevaient de la croisée des armes, et le son du fracas des lames parvenait à ses oreilles malgré la distance. Devant elle se tenait les neufs imposants appareils de Clocktown, leur moteur vrombissant calmement. Elle grimaça un instant, elle trouvait le ciel plus laid en cet instant. Soupirant doucement, elle se redressa complètement et ferma les yeux. Ça allait être son moment, son devoir de reine des cieux la poussait à défendre son royaume cout que cout. Elle relâcha la barre et se laissa tomber en avant, écartant en grand ses bras comme pour venir demander les caresses de l’air contre sa peau. Elle chuta à une vitesse folle, ressentant dans toutes les parcelles de son corps la résistance que l’air lui opposait. Peut-être était-ce là le seul élément des cieux qu’elle n’avait pu dompter, un ennemi invincible qu’elle appréciait grandement. Elle se concentra, son corps s’illuminant d’une belle lueur dorée. Telle une étoile, elle fila à travers les cieux bleus…se rapprochant toujours plus du sol. Cette terre elle l’avait foulée, elle l’avait aimée autant qu’elle l’avait meurtrie. Mais ce n’était pas là son royaume, elle la laissait à sa bien-aimée qui semblait la connaître bien mieux qu’elle.

Elle était la reine des cieux, et elle se devait de le prouver une fois de plus.

Un éblouissant flash de lumière déchira le firmament, venant perturber l’espace d’un instant les combats. Quand il se dissipa, tous purent admirer une imposante dragonne blanche filer à travers le ciel. Pour beaucoup c’était la première fois qu’ils devaient voir un dragon, et Opheliana aurait bien préférée que cela reste ainsi. Elle préférait que peu de personnes aient vent de son existence, souhaitant que personne ne viennent s’intéresser de trop près à ses enfants. Néanmoins, l’heure n’était ni aux secrets ni à la retenue. Elle allait mettre toutes ses forces dans la bataille, et comptait bien la remporter. Les dragons dominaient les cieux…et les Zeppelins de Clocktown n’y avaient pas leur place.

Changeant rapidement de cap pour foncer vers l’un des appareils, elle ne put s’empêcher de pousser un rugissement guerrier.


***


Dans le cockpit du Nova Sky, tous gardaient des yeux écarquillés. Un dragon…Get Free venait de relâcher un dragon dans le ciel. Un vent de panique anima les différents opérateurs, il n’avait jamais été question d’affronter un ennemi pareil. Heldegast, remarquant que la situation lui échappait, hurla :

« Ressaisissez-vous ! Oui c’est un dragon…mais n’oubliez pas que nous sommes une véritable flotte ! Notre projet est le seul valable pour cette terre, et nous savions qu’il serait dur de le mettre en œuvre ! Cette créature, nous allons la descendre ! Nous sommes les sauveurs de ce monde, gardez cela en tête ! »

Le petit discours du Féca sembla redonner du courage aux hommes et femmes présents. Ils reprirent leur poste avec plus d’entrain encore, bien décidé à se montrer plus combattifs que cette bête de légende. Heldegast, arborant un petit sourire satisfait, attrapa la radio de liaison entre les appareils et s’exclama :

« Sky un, trois et cinq, vous vous chargerez de maintenir une pression constante sur l’appareil de Get Free ! Faîtes feu immédiatement, et ne vous arrêtez que lorsque leur carlingue fumante chutera ! Sky deux et quatre, visez  le dragon et maintenez le à distance ! Je ne veux pas qu’il s’approche d’avantage ! Sky six et Sky huit vous le prendrez par les flancs ! Décrivez de larges courbes et ne tirez que lorsqu’une ouverture se présente ! Sky sept vous restez avec moi, nous serons l’ultime rempart avant l’antenne ! »

Un « Bien reçu » général parvint aux oreilles du dirigeant de Clocktown. Il reposa la radio, défiant du regard le Liberty. Il avait vécu dans le ciel toute sa vie et avait appris à contrôler un Zeppelin dès son plus jeune âge. Il possédait bien des avantages pour cette bataille, et comptait bien montrer à ces révolutionnaires comment diriger une armée.


***


Loin des préoccupations des hommes du ciel, sur cette terre ravagée par la guerre sans merci, une femme était recroquevillée dans un coin. Située non loin du centre-ville, dans un dédale de ruelles semblant d’avantage épargnées par les combats, elle cherchait à fuir une terreur sourde. Autour d’elle s’étaient amassés débris, poussière et pièces mékaniques…probablement éjectés d’un peu plus loin. Le fracas assourdissant de la bataille se faisait entendre, signe que les conflits n’étaient pas loin.

Sophii détestait les mékas, tous ces êtres métalliques provoquaient en elle une terreur sourde. Au début de l’assaut elle avait essayé de les combattre, de les détruire et d’aider au mieux ses compagnons…mais sa vieille phobie avait rapidement repris le dessus. Elle se terrait désormais dans son coin, priant Osamodas pour que la guerre se termine vite.

Plongées dans ses peurs, elle n’entendit pas le cliquetis de la machine se rapprochant lentement d’elle. Le méka solitaire, probablement récemment séparé de son groupe, apercevait nettement la jeune femme. Ses capteurs s’enclenchaient peu à peu, lui donnant la confirmation qu’il s’agissait d’une cible à abattre. Il s’arrêta et arma son bras mitrailleur dans un cliquetis plus sonore, visant la dresseuse. Il allait l’abattre sans sommation, puis repartir vers une autre cible esseulée. Tandis que ses derniers capteurs s’activaient pour lui permettre de tirer, il fut secoué par un violent soubresaut. Une partie de ses capteurs se désactivèrent, ceux d’urgence venant les remplacer à la hâte. La machine se tourna avec lenteur, ressentant de la difficulté à se manœuvrer. Un rapide compte rendu des dégâts lui indiqua qu’il avait été touché dans ce qui lui servait de buste, centre de sa mécanique de mouvement. Finissant de se retourner, il inspecta rapidement la nouvelle menace. Une femme, plus petite que celle qu’il visait précédemment, le tenait en joue de ses pistoroubs. Elle avait de longs cheveux marron coiffés en queue de cheval, et arborait un masque noir autour de ses yeux d’un vert perçant. Le méka, prenant conscience du danger de la situation, fit sauter toutes les sécurités de ses armes…bien décidé à tout envoyer.

« N’y comptes même pas…saloperie… »

La roublarde lança sa phrase d’un ton cassant, visant désormais la tête de la créature de fer. Un rictus vint déformer ses lèvres en un sourire provocateur, et elle tira. Les deux balles vinrent se ficher dans le méka, et celui-ci se désactiva.

Sophii avait relevé la tête en entendant les coups de feu, dévisageant la roublarde d’un air surpris :

« Im…Imalthée…tu m’as retrouvée ?!

-Héhé ouaip, rétorqua la petite femme dans un sourire amusé, ne part plus seule comme ça c’est dangereux !

-Désolée, soupira l’Osamodas penaude en baissant la tête, je pensais pouvoir surmonter mes peurs…mais j’ai échouée.

-Hey c’est normal d’avoir des phobies ! On en a tous ! Te prends pas la tête avec ça, tant que tu restes en vie tout ira bien ! »

Sophii savait que ces paroles avaient pour vocation de la rassurer, mais en l’état elle se sentait honteuse de ne parvenir à surpasser ses vieilles craintes enfouies. Elle voulait agir ! Aider Get Free et Amakna dans cette guerre…mais elle ne trouvait pas en quoi elle pourrait être utile contre de tels ennemis…

Un nouveau grondement féroce se fit entendre, et les femmes tournèrent la tête dans sa direction. La dragonne blanche semblait rencontrer des difficultés dans le ciel, et exprimait toute sa frustration. Les Zeppelins de Clocktown tentaient de la prendre par les flancs, et le feu nourrit qu’elle essuyait l’empêchait de manœuvrer à sa convenance. En l’appercevant, Sophii se releva et s’écria :

« Ophe a besoin d’aide !

-Calmes toi Soph’Soph’…on peut rien faire depuis le sol, soupira la Roublarde en se plaçant aux côtés de l’Osamodas. Et crois-moi que ça me désole… »

Gardant son regard fixé sur la dragonne, l’Osamodas se concentra. Il fallait qu’elle agisse, il fallait qu’elle fasse quelque chose dans cette guerre. Elle ne pouvait plus rester terrée dans son coin en priant son dieu pour que sa phobie passe. Elle devait aider son amie, d’une façon ou d’une autre. Elle analysa la situation, quatre Zeppelins l’entouraient…et ceux qui la gênaient le plus pour l’heure…c’était ceux qui la pilonnaient par l’avant ! Les yeux de la dresseuse s’écarquillèrent un instant, elle venait de trouver une solution à ses deux problèmes. Elle esquissa un petit sourire et porta son pouce et son index à ses lèvres. Elle provoqua un puissant sifflement sous le regard ahuri de la roublarde. Un petit temps de silence se déroula, puis un petit gobgob apparut au détour d’une ruelle. Sophii s’écria :

« Gobi, la garde est finie ! On passe aux choses sérieuses, on lance la symbiose ! »

Le petit animal poussa une sorte de couinement et se jeta au visage de sa maitresse. Un flash bleu illumina les environs pendant un instant, puis se dissipa pour laisser apparaitre une Sophii plus déterminée que jamais. Elle était désormais recouverte d’écailles bleus, claires sur l’avant de son corps et plus foncées sur le reste de son anatomie. Une longue queue battait l’air derrière elle tandis que de grandes ailes restaient ouvertes dans son dos. Ses cheveux blancs étaient désormais hérissés sur son crâne…le belle étant animée d’une rage de vaincre sans pareille. Elle se tourna vers Imalthée, et sans un mot elle plaqua ses mains sur ses épaules. Elle la fit tourner rapidement et passa ses bras sous ceux de son amie. La plaquant contre elle, elle hurla :

« Accroche toi, on file aider Ophe !

-Que…quoi…euh…attend je suis pas bien sûr lààààààààààààààààààà ! »

Ce fut dans un hurlement de surprise qu’Imalthée sentit ses pieds quitter le sol, tandis que Sophii filait à travers les cieux en direction de l’un des appareils de Clocktown.


***


Sur l’un des Zeppelin tirant sur la majestueuse dragonne, au niveau des barrières du pont extérieur, deux gardes scrutaient l’horizon. Armés de fusils à stasis, les deux bougres semblaient monter une garde qu’il ne comprenait pas. L’un d’eux grommela :

« On a pas idée de nous faire garder une porte impossible d’accès…sérieusement, qui pourrait parvenir jusqu’ici… ?

-Le dragon déjà…je te rappelle qu’il est juste devant nous, lui répondit son compère visiblement plus inquiet.

-Le dragon ? Vu ce qu’on est en train de lui mettre il est pas prêt d’arriver… »

Les deux gardes interrompirent leur échange pour regarder vers le haut, une étrange ombre les ayant désormais recouverts. Un étrange appareil, sorte de gigantesque lampion dérivant au grès des vents, passait au-dessus d’eux à cet instant précis. Le garde blasé soupira :

« C’est que le Lampionaute…il y a pas à s’inquiéter. Les Encapu’ n’ont aucune raison de s’en prendre à nous. »

Un grésillement s’échappa de leur radio, avant qu’une voix crachotante ne s’exclame :

« A toutes les unités on détecte des interférences dans le signal radio…comme si quelqu’un tentait de nous brou…

-Vous me faîtes tous chiiiiiiiiiiier ! »

Les deux gardes écarquillèrent les yeux et se regardèrent un instant,  ne comprenant pas ce qu’il se passait. Un kama atterrit juste entre les deux, dans un petit tintement sonore. Ils n’eurent pas le temps de lever les yeux qu’une ombre se réceptionna à l’emplacement du kama. Ils ne purent pas bien la discerner tant ses mouvements se firent rapide. Des cheveux blancs, une barbe bien taillée, des yeux d’un noir profond et un costume de majordome semblant taillé sur mesure. L’intrus écarta sa jambe droite et effectua un vif balayage en pivotant, infligeant une perte d’équilibre à ses adversaires. Il en saisit un à la gorge en se relevant, projetant au passage son pied droit dans le visage du second qui touchait tout juste le sol. Il assomma le garde et commença à étrangler celui qu’il tenait :

« Pourriez-vous, jeune homme, avoir l’amabilité de m’indiquer le poste de pilotage je vous prie ?

-Je…c’…c’est à droite…a…après la porte, bégaya l’ex-garde blasé.

-Merci bien ! »

L’intrus relâcha la gorge de sa victime avant de l’éjecter vers le vide d’un violent coup de pied dans le ventre.

Désormais seul sur le pont, il réajusta ses gants blancs avant de remettre en place son costume. Une voix retentie dans le commutateur relié à son oreille.

« Ryfus ?! C’est toi, hurla une Lenz visiblement surprise.

-En effet jeune maître, je suis venu contribuer à cette guerre.

-Mais comment t’as fait…le Lampionaute n’aurait jamais dû dévier à ce point !

-Et bien disons qu’après une agréable tasse de thé, suivant un bon rappel de la notion de respect des ainés, avec ce fort sympathique Javého…il a décidé de faire un petit détour…

-Je vois…bah t’es le bienvenu dans la fête !

-Je vous demande la permission, par ailleurs, de cesser ce rôle abject de goujat auquel je me pliais pour que peu de personnes ne puissent voir votre noble condition…

-Euh…bah…ouais fais comme tu le sens…tout le monde est au courant de toute façon…

-Je vois…répondit l’énutrof d’un ton macabre après avoir témoigné un certain silence, et vous n’avez pas tenu bon de m’en informer…

-J’ai comment dire, commença une Lenz moins rassurée, oubliée… ?

-Ce n’est pas grave allons…murmura le vieil homme d’une voix grinçante, nous en reparlerons lors de notre prochain entrainement, je saurais le garder en mémoire… »

Un petit couinement retentit tandis que la communication se coupait. L’Enutrof regarda le Lampionaute un instant, sortant un petit dispositif de sa poche. Il avait une dernière surprise en réserve pour les membres de Clocktown. Esquissant un petit sourire, il actionna la machine et entra dans le Zeppelin.


***



Dans le ciel, les tirs fusaient de toute part. Les Zeppelin crachaient toute leur puissance de feu sur la dragonne en mouvement. Opheliana parvenait à les esquiver, non sans peine. Son champ de manœuvre était limité par le quadrillage au stasis qu’elle subissait. Elle grondait et maintenait ses belles pirouettes pour ne pas se faire abattre, guettant une ouverture pour contre-attaquer. Tout en partant en léger piqué pour éviter une nouvelle salve, elle aperçue du coin de l’œil une forme bleue filer vers un des Zeppelin maintenant à distance.

Sophii maintenait son allure vive, profitant du manque d’intérêt que lui portaient les appareils adverses à son avantage. Personne ne pouvait se douter que quelqu’un tenterait quelque chose d’aussi risqué, la surprise serait totale. Imalthée, peut rassurée quant à elle, cria en désignant un Zeppelin :

« On attaque celui-là par le flanc ! Je m’occupe de neutraliser les gardes prêts des barrières puis on attaque directement le poste de pilotage !

-Reçu ! »

L’osamodas rejoint à grand battements d’ailes le flanc gauche de l’appareil en question, sous le regard médusé des gardes. Toutes deux savaient qu’elles n’auraient pas beaucoup de temps avant qu’ils ne reprennent leurs esprits et ne cherchent à les abattre. Sophii volait moins bien qu’Opheliana, et avec le poids de la Roublarde…toute manœuvre s’avérait compliquée. Elle se positionna au niveau des barrières, le regard animé d’une détermination sans faille, et hurla à sa passagère :  

« Maintenant ! »

Avec un sourire des plus ravis, la petit Imalthée pointa ses deux roublagun devant elle et ouvrit le feu. Dans des gestes parfaitement coordonnés elle abattit les gardes l’un après l’autre, faisant pleuvoir un déluge de balle sur ses opposants. Les derniers gardes ripostèrent néanmoins, tirant sur l’osa à la hâte. La belle dresseuse esquiva certains projectiles, mais ne put empêcher l’un d’eux de lui traverser l’aile. Elle hurla de douleur, baissant légèrement en altitude tandis que la roublarde finissait de dégager le pont :

« On doit se replier Soph’Soph’ ! T’es plus en état là…on s’expose à de gros risques...

-Non, hurla l’osamodas de rage, je veux être utile dans cette guerre ! On poursuit le plan, je tiendrais ! »

Imalthée afficha un air soucieux tandis que Sophii reprenait tant bien que mal son vol en direction du cockpit, une grimace de douleur déformant ses traits. Du sang coulait en abondance du trou creusé dans son aile, et elle semblait souffrir le martyr…mais elle ne s’arrêta pas.

Elle atteignit enfin l’avant de l’appareil, et aperçu les gardes la cibler derrière l’épaisse vitre de verre. Elles allaient devoir faire vite, et n’auraient pas de seconde chance. Puisant dans toute sa rage et sa douleur, l’osamodas poussa un puissant rugissement…amplifié par ses dons naturels. L’onde sonore provoquée vint percuter avec violence les parois de la vitre, et celle-ci vola en éclat. Les gardes plaquèrent leur main contre leur tête, tentant de diminuer ce vacarme terrible. Imalthée profita de ce court laps de temps pour sortir une bombe de sa besace, et alluma la mèche. Elle patienta le temps que celle-ci se consume suffisamment, scrutant les gardes qui semblaient reprendre leurs armes. Puis dans un geste victorieux, elle lança l’explosif dans le cockpit et hurla :

« On décroche ! »

Sophii replia ses ailes dans son dos et se laissa chuter, fixant le Zeppelin avec attention. Une terrible explosion retentit, projetant des hommes par la fenêtre et des débris dans toutes les directions.

« Allez…murmura l’osamodas »

Une colonne de fumée s’échappa de l’appareil, venant noircir quelque peu le ciel. L’appareil se maintenait, semblant inébranlable.

« Allez… »

Puis une deuxième explosion retentie, probablement les machines en surchauffe, et l’arrière de l’appareil prit feu. Dans un grincement métallique, semblable à un cri de souffrance, le Zeppelin s’inclina légèrement vers le sol et amorça sa longue chute…le menant vers le crash.

Sophii hurla de joie tandis que la roublarde éclatait d’un rire narquois. Se laissant lentement planer en direction du sol, l’osamodas fixa le Liberty.

Elle avait joué un rôle capital dans cette guerre, et en était désormais fière.


***


Dans le cockpit du second Zeppelin, un silence de mort régnait. Les hommes présents serraient leurs mains tremblantes sur leurs armes, attendant que l’ennemi soit en visuel pour l’abattre. Tous avaient peur, les hurlements qui se faisaient entendre dans l’appareil depuis l’arrivée de l’intrus étaient terrifiants. Pour les opérateurs de Clocktown, s’était un véritable monstre qui avait débarqué. Les gardes étaient tombés les uns après les autres, laissant les hurlements de terreur se rapprocher. Mais depuis plusieurs minutes, étrangement, le calme était revenu. Le commandant du vaisseau, les mains toujours crispées sur son gouvernail, déclara d’une voix peu rassurée :

« Il…il est peut-être mort…après tout il…il ne peut pas être invincible… »

Le son de quelqu’un frappant à la porte de la cabine de pilotage lui fit perdre le peu d’espoir qui lui restait. Le monstre était arrivé…

Le commandant aurait voulu attraper sa radio et hurler une demande de renfort, mais quelqu’un avait définitivement brouillé leur communication. Plus rien ne pouvait être émis, ou reçu…désormais chaque Zeppelin était seul. On frappa de nouveau, et tous déglutirent. Les fusils de pointèrent en direction de la porte, prêt à tirer, tandis que celle-ci coulissait. Les gardes ouvrirent le feu, hurlant de terreur et priant pour leur vie. Le commandant, quant à lui, écarquilla les yeux et hurla :

« Arrêtez ! C’est un des notre ! »

Les gardes, ébahis, stoppèrent leurs salves et fixèrent la cible. Un garde de Clocktown se tenait debout dans l’encadrement de la porte, les yeux révulsés et le corps désormais criblé de toute part. Une main était visiblement serrée contre sa nuque, le maintenant droit. Les doigts s’écartèrent, et le garde s’écroula au sol…dévoilant un énutrof en costume. L’homme n’avait pas la moindre égratignure, seules ses chaussures dégoulinaient de sang…mais certainement pas le sien.

Le commandant écarquilla les yeux, et hurla d’une voix bien peu virile :

« Reprenez les tirs abattez le !

-Et bien…voilà un accueil bien peu chaleureux, soupira l’Enutrof »

Le vieil homme s’avança d’un pas lent mais précis dans la salle, tandis que les tirs commençaient d’ores et déjà à fuser vers lui. Il se décala d’un pas agile pour esquiver la première salve, se baissa pour éviter la seconde et de jeta dans une roulade sur le côté pour éviter la troisième. Il se redressa en vitesse, arrivé près d’un garde, et envoya son pied dans le genou de ce dernier. Un immonde craquement se fit entendre tandis que l’homme basculait vers le sol, son visage rencontrant la chaussure de l’énutrof qui l’envoya valser sur le côté. Ryfus fonça sur un second garde, plaçant sa main sur un fauteuil boulonné à la carlingue sur sa route. Il força sur son bras et fit décoller ses jambes, envoyant la pointe de sa chaussure dans le nez du garde. Il envoya ensuite ses jambes vers le haut et se laissa lourdement basculer vers un autre garde. Ses talons percutèrent le crâne de son ennemi et l’envoyèrent directement au sol tandis que d’un revers de la main il déviait le canon que l’on pointait sur lui. Il se redressa en vitesse et toisa son opposant. Trois coups de pied remontant le long de la jambe de celui qui l’avait menacé, pivot sur la jambe droite et le talon de son pied gauche vint s’écraser dans le flanc du garde…l’envoyant à travers la vitre du cockpit.

Ryfus se replaça droit, scrutant les deux gardes restant. Ils semblaient terrorisés, leurs fusils tremblant. Le vieil homme sourit et fonça sur celui de droite, se décalant et s’aplatissant au dernier moment pour éviter un tir. Il envoya alors la plante de son pied, dans un geste souple, directement contre la pomme d’adam se sa cible. Le garde décolla tandis que l’énutrof inclinait son buste en arrière. Il replia sa jambe attaquante avant de l’envoyer dans un coup violent directement contre le torse du dernier garde. Ce dernier fut éjecté et alla s’écraser contre le poteau du gouvernail…sous les yeux ahuris du commandant.

Sans un mot, Ryfus se rapprocha de lui. Le commandant, dans un geste paniqué, tenta de frapper le vieil homme…en vain. Le majordome lui agrippa le bras, remontant son genou pour l’écraser contre le coude adverse. L’officier de Clocktown hurla de douleur tandis que Ryfus attrapait sa tête pour l’écraser avec force contre le gouvernail. Un craquement retentis, et le commandant s’effondra au sol. Satisfait, le vieil homme attrapa le gouvernail et le fit tourner d’un geste ample. L’appareil amorça une descente rapide vers le sol, et Ryfus bloqua le gouvernail avec le corps du commandant. Regardant l’horizon, il sortit de sa poche une montre à gousset et regarda l’heure :

« Huuum…dix-sept heures déjà…il va falloir que je me hâte. Il me faut encore préparer le thé du jeune maître et finir la lessive…et nettoyer mes chaussures. Mais avant toute chose…trouvons dons un moyen de s’échapper d’ici !»

Le majordome enjamba les corps inertes, et quitta le poste de pilotage.


***


Opheliana filait désormais librement dans les airs, les deux Zeppelins qui lui tiraient dessus depuis le début de l’affrontement chutant désormais lentement vers leur destination finale. La Dragonne jubilait, avec ces deux gênes en moins elle allait montrer ce dont elle était capable. Les deux appareils arrivant par ses flancs seraient ses proies dans da grande partie de chasse aérienne. Elle prit rapidement de l’altitude, évitant sans problèmes les tirs que ces deux horreurs métalliques tentaient de lui infliger. Elle virevoltait dans tous les sens, heureuse de se sentir de nouveau libre de toute manœuvre. Une fois qu’elle se considéra assez haute dans le ciel, elle fila en piqué vers le premier appareil, esquivant les nouvelles salves en tourbillonnant sur elle-même. Elle ouvrit en grand sa gueule, des flammes naissant au fond de sa gorge, et visa les moteurs de l’appareil. Elle cracha un torrent de flamme en poursuivant son intense descente et mit le feu à la machinerie de l’appareil. Frôlant la carlingue ennemie, elle effectua un rapide retourné acrobatique en fermant sa mâchoire, coupant un instant le flot de flammes. Elle visa le dessous de l’appareil, au niveau des flammes qu’elle avait déjà causées, et cracha une large boule de feu. Les deux fournaises se rencontrèrent, provoquant une violente explosion. Le Zeppelin de Clocktown laissa s’échapper un flot de fumée noire ininterrompu tandis qu’il se dirigeait avec lenteur vers le sol.

Satisfaite, Opheliana repartie vers le second Zeppelin en gagnant à nouveau de l’altitude. Elle effectua de nombreux virages serrés, se rendant moins facilement atteignable par des tirs, et frôla de nouveau l’appareil en partant vers le firmament. En une pirouette vive et magistrale, elle vint se poser contre le cockpit…plantant ses larges griffes dans les bords de la vitre. Elle ouvrit de nouveau sa gueule fumante, sous les cris de terreur des opérateurs de Clocktown, et déversa un torrent de flamme sur le poste de pilotage. Une fois que l’intérieur fut en proie aux plus terribles des flammes, elle relâcha la vitre et se laissa tomber en arrière. L’appareil amorça à son tour une lente descente…dans la fumée noire marquant sa déchéance.

Dans ce ciel ravagé les couleurs s’amassaient. Le noir et le gris venaient se mêler au bleu, tachant les cieux auparavant vierges de conflits. La bataille faisait désormais rage aussi bien sur terre que dans les airs…et quatre Zeppelins étaient déjà tombés.
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Albynn le Mar 20 Oct - 15:18

Pourquoi Ophe attaque les post de pilotage? Si c'est des zeppelins, elle pouvait cracher du feu sur les ballons, et les faire exploser comme ça, nan? Ou même les déchirer à coups de griffes?

CE RYFUS! Dat Ryfus, un personnage qu'on ne connait - hélas - pas beaucoup en rp. Le pauvre, toujours bloqué dans son lampionaute... Un Sebastian-like, ce Ryfus! je-fais-un-massacre-mais-je-m'inquiete-de-l'heure-du-thé.
Heureusement que Birth ressemble pas à Ciel... ca craindrait pour GF!
Plus que 5 zepplins, hey yay yay!
DU SANG DES TRIPPES ET DES BOYAUUUUX!

PS: y reste deux erreurs d'innatention:
Il envoya alors la plante de son pied, dans un geste souple, directement contre la pomme d’adam se sa cible -> "de sa cible"
Pour les opérateurs de Clocktown, s’était un véritable monstre qui avait débarqué -> "c'était"

Bisous, et bon courage pour la suite, t'es fourmidable!

avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Opheliana le Mar 20 Oct - 15:26

Quatre de perdu déjà, et c'est pas fini ! Une Ophe dans le meilleurs de sa forme ainsi qu'un Ryfus toujours autant majordome ("Bon...ça c'est fait plus que le thé et la lessive" en plein milieu d'une bataille...je jure que j'ai exploser de rire ! ^^) et une Soso qui se montre rarement comme cela (Comme quoi mettre en colère un dragosa présente de des risque de mort violente, surtout si elle est accompagné d'une roublarde d'élite :3). En bref une suite de bataille tout à fait remarquable, des combats décrit précisément et rythmés et des descriptions toujours aussi magistrales !

Que dire de plus...hmm...voyons...ah oui ! Suiiiiiiiiiite !!!
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Bluefox82 le Mar 20 Oct - 15:27

Je me dis vraiment qu'il faudrait un affrontement entre Ryfus et Harkane! Ce perso est génial! xD

Un chapitre long et chargé d'action. Prenons dans l'ordre:

-Opheliana tout bonnement sublime: enfin nous voyons ce que la dragonne a dans le ventre! (spoiler: du feu.)
-De jolis paragraphes dédiés à Sophii et Imalthée, qui forment un excellent duo.
-Ryfus a.k.a Chuck Norris a.k.a JCVD a.k.a Bruce Lee: le tatanneur de l'extrême qui fait goûter la semelle de ses godasses à tous ceux qui se montrent hostile! *insère ici la Mention spécial "Meilleur perso du chapitre"*

Attention aux fautes d'orthographe et à quelques répétitions néanmoins. Sinon, c'est du propre, c'est beau, c'est STYYYYYLAAAAY et je demande d'or et déjà la suite, chef!
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Lashet le Mar 20 Oct - 16:57

Wow. Juste wow. Je voit même pas ce que je pourrait dire d'autre. Super bien décrit, passionant, les perso sont juste super... Gg. Hâte de voir qui seront les nouveaux qui vont arriver en plus! Suiite!
avatar
Lashet
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 165
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Shiki Van Shërza le Mer 21 Oct - 16:16

Je ne peux commencer ce commentaire sans faire une mention spéciale pour Ryfus : on avais jamais vraiment vu ce personnage en action avant... Mais mon dieu, qu'il envoi du lourd ! x)

Albynn : parce que c'est plus classe de les abattre comme ça ! '3'

Bref, sinon... Et bien un chapitre toujours aussi bon ! J'ai adorer chacun de ces passages, et l'ambiance donnée par le tout est juste géniale. Niveaux fautes... Heu... Sans doutes quelques répétitions comme l'a dit Hark', mais je suis nul pour repérer ce genre de choses en général, surtout que ton style d'écriture me plait beaucoup, donc... Rien à reprocher de mon côté pour une fois. '-'

Le duo entre Sophii et Imalthée était bien sympa d'ailleurs, et plutôt drôle ! Le genre de choses qui font plaisir à voir de temps à autres. ^^

Très joli passage sur Ophe aussi, y'a pas à dire, la dragonne assure ! :p

Et je sais pas trop quoi dire de plus sans répéter ce qui a déjà été dit dans d'autres commentaires, donc... Ce commentaire sera tout bizarre, désolé. '-'

En attendant... Hâte de lire la suite, et de voir ce que tu nous prépare. ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Ihephe le Mer 21 Oct - 17:37

Bon, je commente en dernier ... again X)
Je sais pas si ça sert vraiment a grand chose dans la mesure où tout à déjà été dit ... 'fin bref , Super chap comme d'habitude ! Mention spécial a Ryfus, le majordome de l'enfer ! J'ai adoré le duo Ima/Soso just epic !

J'attend la suite avec impatience !
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Birth le Ven 23 Oct - 14:33

(Yop, petit passage par ici.

Non pas d'épisode aujourd'hui, ma journée ayant été pleine d'imprévue et ne m'ayant pas permis de finir cet écrit.

Ca me permet également de me rendre à l'évidence, je ne pourrais assurer un rythme aussi soutenu qu'à l'époque des débuts de NoD R. Un choix s'est alors porté à moi...continuer de produire les épisodes tels quels, mais avoir un rythme de production assez lent. Ou accélérer la cadence et perdre en qualité...

Le choix ne fut pas vraiment long, la qualité de la nouvelle me tenant tout particulièrement à coeur.

C'est donc officiel...jusqu'à la fin de NoD R il y aura un épisode par semaine (pas de jour précis de sortie néanmoins). Peut être qu'un deuxième épisode pourra être publié au cours d'une même semaine...mais je n'espère pas trop.

Donc voilà...désolé de l'attente que ça va provoquer, et je vous retrouve la semaine prochaine pour l'épisode 15 promis.)
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Albynn le Ven 23 Oct - 14:35

Haon Sad
Bah bon courage, on attend avec impatience! ^^
Surtout te force pas, hein! Ca serait dommage de bacler alors que tu as un bon plan de saut, là!

Beusous <3 et courage!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Birth le Jeu 29 Oct - 15:52

(Et nous y voilà, l'épisode de la semaine !

Ce nouveau rythme de prod' m'est au final bien bénéfique ! Un nouveau record de longueur également, je me suis fais plaisir sur cet épisode.

On conclut sur Clocktown pour se focaliser de nouveau sur la bataille de la croisée des armes...alors on va encore grimper en intêret ! Un grand merci pour vos retours, ça me fait très plaisir et me motiv' à continuer ce très très long écrit...on se retrouve donc la semaine prochaine pour l'épisode 16 !

Le point :

Albynn : Merci ! : Les zeppelins sont parcticuliers, ils sont beaucoup plus résistant que ceux de notre monde (d'où le fait que crever le ballon semble plus dur)

Ophe : Merci ! : Et oui ta dragonne gère le ciel...comme elle gère Zouzouille ? '3'

Harkane : Merci ! : Ryfus est cool en effet, et un duel sera à faire ! Pour l'heure il n'a en effet pas volé sa médaille !

Lashet : Merci ! : Voilà la suite

Shiki : Merci ! : Oui il reste toujours des fautes dans mes textes, il faudrait plusieurs relectures pour toutes les ôter et ça demande du travail. En plus certaines règles du français restent obscures pour moi, donc ça n'aide pas xD

Ihephe : Merci ! : Ryfus pougne Sénabo ! Hein, heiiiiiiiiin ???

Sur ce, bonne lecture !)






Episode 15 : Celui qui tient le pistolet



Loin de cette bataille aérienne, dans une parcelle de ciel peu explorée, une révolte faisait rage. L’imposant manoir de Clocktown, aux engrenages aussi réguliers qu’apparents, semblait à première vue normal. Pas de colonne de fumée, ni d’explosions venant éventrer les façades…on aurait pu croire qu’un calme absolu régnait dans ces lieux. Mais en s’approchant d’avantage, et en passant outre les cliquetis que produisait l’ingénieuse machinerie, on pouvait entendre les hurlements, les tirs et les fracas des métaux s’entrechoquant. L’homme se battait contre la machine, dans un combat visant une liberté nouvelle dans la contrée des inventions démesurées.

Au rez-de-chaussée, territoire des gueules noirs, la bataille était brutale. Pas de stratégie, encore moins de finesse. Les ouvriers pouvaient bien se targuer d’être les plus forts physiquement au sein du manoir…leur métier se faisant à la sueur de leur front et à la force de leur bras. Depuis le départ de Wyatt et de ses nouveaux compagnons, ils ne cessaient de charger les mékas qu’ils croisaient. Leur objectif était simple : Défendre l’accès aux étages supérieur et prendre le contrôle de leur étage.

C’était donc sans armes, usant de leur lourde clé à molette, qu’ils fracassaient ennemi après ennemi. Des pertes…il y en avait déjà eu. La mort pointait rapidement le bout de son nez sous les salves de tir, mais cela allait-il les arrêter ?

« Pas question d’abandonner, hurla un ouvrier barbu en écrasant la tête d’une unité métallique !

-Plutôt crever au combat plutôt que de fatigue !

- Les gueules noirs vont vous montrer ce qu’ils ont dans le froc ! »

Chaque mort était un martyr à la cause, chaque blessure…une preuve de leur détermination qu’ils arboraient fièrement. Rien ne semblait pouvoir stopper cette masse prête à tout pour en finir avec le système, et sans les renforts venus des étages supérieurs…les mékas seraient tombés depuis longtemps.

Joms, de son côté, avait battu en retraite. Son air suffisant et son éternelle assurance avaient disparus. La rage animait désormais son visage, il allait tous les massacrer. Hurlant à travers les communications du manoir, il ne cessait d’ordonner l’envoie de renfort…mais rien ne semblait pouvoir arrêter les ouvriers. Enfermé dans la salle du moteur principal de la ville, il entendait la fureur des combats dehors. Il jeta un œil à l’imposante machinerie se trouvant à ses côtés.

Si la situation devenait critique…il se gardait une ultime manœuvre en réserve.


***


Au premier étage le combat semblait plus inégal. Les cuisiniers et intendants de Clocktown étaient bien loin de posséder les muscles de leurs homologues d’en dessous, et c’était bien par la ruse qu’ils comptaient s’en sortir. Dispersés en divers petits groupes à travers tout l’étage, ils lançaient des attaques éclairs contre les mékas…avant de se disperser pour se regrouper plus loin dans les couloirs. Dans leurs véritables opérations de guérilla, ils neutralisaient moins de mékas que les ouvriers…mais encaissaient un nombre moins important de pertes. Leur arsenal se composait de couteaux principalement, aussi avaient-ils optés pour ce genre particulier d’approche. Ils sectionnaient avec précision les câbles d’alimentation des unités métalliques, provoquant ainsi de nombreux disfonctionnements.

L’étage était loin d’être sous leur contrôle, mais ils en connaissaient les moindres recoins. Aucun lieu n’était sûr pour les golems de défense de la ville, et la résistance tenait bon. Ils ne parvenaient néanmoins pas à empêcher ces créatures de descendre vers le rez-de-chaussée…mais ils y travaillaient.

Leur plus gros problème était bien loin d’être mékanique en revanche. Derrière le vacarme causé par le mitraillage des mékas…pouvait se discerner les sons plus nets et précis de revolvers faisant feu. Jack, l’étrange tireur dirigeant l’étage et la garde de la ville, semblait bien décidé à garder la main mise sur sa zone de chasse. Il courait à travers les couloirs, tentant de débusquer les poches de résistance. Une fois trouvées…celles-ci ne duraient pas longtemps face à la précision quasi parfaite du tireur. Personne n’avait pu lui infliger la moindre blessure, et le moral des révoltés du premier étage commençait à en pâtir.

Cet homme était-il seulement arrêtable... ?


***


Au deuxième étage, dans le bureau scientifique du manoir, l’heure était aux préparations. La pièce était sécurisée, et les mékas ne pouvaient y entrer. Les divers chercheurs de la ville paramétraient leurs armes, tandis que les membres de Get Free s’équipaient au mieux. Liroka avait d’ores et déjà mis la main sur son fusil mitrailleur, et il arborait désormais un sourire heureux. Chloée avait revêtue une armure aux mécanismes complexes, semblant la rendre plus résistante. Rose, quant à elle, avait été instinctivement attirée par des dagues reliées par des câbles fin à une étrange ceinture. Une simple pression sur un bouton présent à la surface des manches de ces armes permettait d’électrifier les lames…les rendant bien plus dangereuses. Shiki avait préférée ne rien prendre de son côté, se sentant bien plus à l’aise à l’arc. Illiana et Séléna, peu confiante envers la technologie de Clocktown, avaient également préférées garder leurs armes. La cuisinière brandissait une lourde masse, un sourire mauvais sur les lèvres, et Wyatt avait opté pour un étrange fusil à double canon. Le scientifique en charge de la pièce, tenant un large pistolet dans le creux de sa main, tendait un petit revolver à l’Eniripsa albinos :

« Je…je ne sais pas. Le meurtre va à l’encontre des préceptes de mère, soupira ce dernier.

-Vous êtes sur de vous ? Cela pourrait vous être bien utile dans ce bâtiment désormais en guerre…

-Je préfère rester à soigner les blessés…il risque d’y en avoir un certain nombre.

-Une décision des plus sage, répondit le scientifique dans un sourire, vos amis sauront vous couvrir je ne me fais aucun soucis là-dessus. »

Albynn baissa les yeux, il détestait être dans cette situation. Il ne voulait pas provoquer la mort d’autrui, mais voulait encore moins servir de poids mort pour ses amis. Il ferait son possible pour les aider, mais à sa façon.

Wyatt se dirigea vers le centre de la pièce et hurla en tendant le bras :

« Notre objectif est simple : Reprendre cette ville ! Trois tâches doivent être effectuées pour cela ! Nous devons arrêter la chaine de production des mékas, on s’en chargera les scientifiques, la cuisinière et moi ! Nous devons également neutraliser les actuels dirigeants de la ville : Joms, Jack et Russel. Ce sera là l’affaire des combattants de chaque étage ! Enfin nous devons prendre le contrôle de la machinerie centrale de la ville ! Je laisse Get Free se charger de cette mission…vous êtes sans conteste les meilleurs combattants d’entre nous ! »

Un cri d’approbation générale retentis, tandis que Wyatt mêlait sa voix aux autres pour hurler :

« Aujourd’hui nous ferons de cette ville un nouveau lieux de liberté et de paix ! »

Les cris gagnèrent en intensités tandis que le groupe sortait de la pièce, plus déterminés que jamais.


***


Les membres de Get Free dévalaient les marches menant au premier étage à toute vitesse, profitant d’une diversion que leurs alliés d’au-dessus avaient déclenchés. Ils devaient rejoindre le rez-de-chaussée au plus vite afin de prendre possession de la machinerie de la ville. Des mékas leur barraient la route, et le petit groupe d’un commun accord décida de se baisser. Seul restait debout l’imposant Iop et son sourire toujours aussi enjoué…sa large mitrailleuse dans les mains. Il inspira longuement, et beugla tout en appuyant sur la gâchette :

« Quelle belle journée, jour de castagne. On va tous vous pougner, aujourd’hui on a la gagne. Un Iop est heureux, quand il peut bastonner. On reconnait ça chez eux, car ils se mettent à chanteeeeeeeer ! »

Les mékas se retrouvèrent bien vite transpercés de toute part par le flot ininterrompu de balles que crachait l’arme de Liroka…ce dernier continuant de pousser la chansonnette. Quand les escaliers furent enfin dégagés, le groupe s’engouffra sur le palier du premier étage. Ils entendaient les hurlements de rage des personnes présentes, noyés sous le vacarme que provoquaient les différentes armes à feu. Albynn haussa la voix et hurla :

« On doit continuer ! Il faut que l’on se dirige vers le prochain escalier !

-Non, cria Séléna en serrant d’avantage son arc. Si on ne fait rien pour les aider…les révoltés de cet étage ne parviendront pas à vaincre le tireur.

-Tu proposes quoi alors ma belle, murmura Illiana en s’avançant d’un pas vers les couloirs.

-On se sépare ici ! Liroka, Chloée, Bubble et Nacrilys vous vous dirigez en bas immédiatement ! Albynn, Rose et Shiki vous restez avec nous et on se débarrasse du dirigeant de l’étage ! »

Les différents protagonistes se regardèrent un instant, avant de doucement acquiescer. C’était probablement la meilleure chose à faire pour le moment. Liroka partit en direction de l’escalier d’une démarche assurée, rapidement suivit par ceux devant l’accompagner. Les cinq restant préparèrent leurs armes, et s’engouffrèrent dans le dédale de couloir, cherchant leur cible à abattre.


***


Au centre du premier étage se trouvait une large pièce circulaire, remplie d’objets étranges en tout genre. La salle était certainement la plus décorée de tout le manoir, et demandait sans nul doute beaucoup d’efforts pour être entretenue. En ce lieu se trouvaient ainsi peintures, sculptures, plans et prototypes…une véritable vitrine dédiée aux plus grands créateurs que la ville ait connue. Un moyen d’ébahir les visiteurs en leur présentant le prestige se cachant entre ces murs, même si les dit-visiteurs se faisaient rares.

Jack n’avait jamais compris l’intérêt que pouvait avoir un tel endroit. Il n’était sensible ni à l’art, ni aux grandes découvertes technologiques…et cette salle ne trouvait d’attraits à ses yeux que pour le calme qu’elle dégageait. Il venait roupiller ici chaque fois qu’il le pouvait, son poste au sein de l’organisation hiérarchique de la ville l’ayant depuis bien longtemps lassé. Il était censé être une sorte de chef des gardes, mais dans cette bâtisse située à des kamamètres du sol…il n’avait que peu d’ennemis à combattre.

Il avait donc accueilli la révolte des habitants avec une certaine joie, enfin de l’action se disait-il. Il les avait traqués, aidé de nombre de mékas. Il connaissait les moindres recoins de son étage, chaque couloir, chaque coursive venait lui livrer le plus petit secret. Il n’avait eu aucun mal, en bloquant certaines allées et en exerçant une pression constante, à conduire les révoltés dans cette grande salle. Ils étaient désormais amassés au centre de cette dernière, entourés de mékas les tenant en joug. Le roublard, situé juste derrière ses soldats mékaniques, soupira un instant :

« Et bien…moi qui pensait enfin pouvoir m’amuser un peu, voilà que vous êtes d’ores et déjà en échec. Vous n’aurez pas tenus longtemps, et ça m’déçois…

-Va te faire foutre salopard, hurla un intendant en tentant de lui cracher dessus »

Le roublard effectua un petit pas sur le côté tandis que sa main glissait avec une vivacité impressionnante en direction d’un de ses roublagun. Il vint saisir la crosse de son arme, la retira en un éclair de son holster, visa brièvement sa future victime et pressa sur la gâchette. La tête de l’intendant partit en arrière, des gerbes de sangs s’échappant autour de lui, et s’écroula au sol. Les autres révoltés s’agitèrent alors, hurlant leur rage et se rapprochant des mékas. La tension était palpable et les pauvres bougres n’avaient plus grand-chose à perdre. Jack éclata de rire en pointant le canon de son arme en l’air et en tirant trois coups. Il hurla :

« Vous allez vous calmer les nazes ! Vous avez perdus, admettez-le et tâchez de rester digne. Je n’ai pas d’intérêt à vous éliminer, la main d’œuvre n’étant pas une ressource inépuisable. Alors vous allez bien gentiment arrêter vos conneries, ou je m’arrangerais pour que vous ne puissiez plus nous nuire. Il y a des dizaines d’endroits plus marrant que la tête pour loger une balle, gardez ça en mémoire… »

Il afficha un rictus mauvais tandis que les intendants et cuisiniers reprenaient leur calme, s’avouant vaincu. Jack fit tourner son arme entre ses mains et la rengaina en un geste. Il plongea ensuite sa main dans sa poche et en sortit un petit paquet de cigarette. Plaçant l’une d’elle entre ses lèvres, il vint l’allumer en craquant une allumette piochée dans son autre poche. Une petite volute de fumée s’éleva dans les airs, tandis qu’un léger crépitement se faisant entendre. Jack haussa un sourcil et regarda sa cigarette, elle semblait normale à première vue. Mais si ce n’était pas elle qui provoquait ce crépitement…alors…

Le roublard écarquilla les yeux en entendant le son d’un objet percutant le sol, et hurla :

« A terre, on se mange une bombe ! »


***


La détonation fut des plus brutales, arrachant des lattes de parquet pour les propulser au loin dans un souffle violent. Quelques mékas se retrouvèrent prit dans l’explosion, et leur carcasse métallique furent largement endommagées. La bombe avait été lancée depuis deux larges portes entre-ouvertes, et celles-ci s’ouvrirent brutalement. Cinq personnes s’engouffrèrent dans la salle, ouvrant le feu sur les mékas rescapés. Deux cras faisaient pleuvoir des salves de flèches, tandis qu’une Roublarde usait de son pistoroub pour maintenir à distance les créatures métalliques se rapprochant un peu trop près. Une petite Sram aux cheveux roses plongeait quant à elle dans les rangs ennemis, tranchant des câbles avec précision à l’aide de ses dagues à haute tension. Au milieu de toute cette pagaille, un Eniripsa faisait signe aux otages de venir vers lui. Profitant de l’inattention des unités ennemies, ils ne se firent pas priés.

Jack se releva avec lenteur, fulminant sa rage en hurlant. Il devait arrêter ces intrus avant qu’ils ne tentent la moindre retraite. Il activa sa radio et cria ses instructions, ordonnant à tous les mékas de se diriger vers cette salle. Dans un vacarme de de cliquetis mékaniques, une vingtaine de nouveaux golems surgirent au détour d’un couloir…bloquant le chemin qu’avaient emprunté les Free pour arriver. Jack retrouva son sourire, sans possibilité de fuir les révoltés n’auraient d’autres choix que de l’affronter…et il était confiant dans ses chances de remporter ce duel. Malgré le vacarme ambiant qu’avaient amené les tirs des différentes personnes présentes sur place, il entendit nettement les bruits de pas légers se rapprochant de lui. Il fronça les sourcils et prit appuie sur sa jambe gauche. Dans un formidable pivot, il envoya son pied droit dans le flanc de celle qui avait voulu l’attaquer par surprise. Rose émit un couinement de douleur tandis que son corps se retrouvait projeté sur le côté. Ramenant son pied au sol, il se baissa tout en se décalant légèrement de façon fluide. Esquivant la flèche que lui avait tirée la crâ aux cheveux bleus, il dégaina ses pistoroubs et tira dans l’épaule de celle qui avait osé le défier. La balle transperçant son épaule tandis qu’elle criait de douleur.

« Et une tireuse de moins, l’autre maintenant…murmura le roublard en se redressant »

Il scruta la salle et aperçu la deuxième crâ qui le tenait en joug, ne perdant pas son sourire il effectua quelques signes dans les airs. Ses ordres furent visiblement compris, puisque les mékas se lancèrent dans un feu nourrit contre la tireuse, l’obligeant à effectuer une série d’esquives et de rapides contre-attaques pour ne pas se faire déborder. Elle serait occupée pour un moment. Une détonation retentit et le roublard se jeta au sol dans une roulade des plus brusque, évitant la balle destinée à sa tête de très peu. Il se redressa en vitesse et cibla directement la roublarde qui l’avait attaquée. Elle le pointait de son pistoroub, de la haine pouvant se lire dans ses yeux. Elle tira à nouveau, le ciblant lui avant de venir quadriller les différentes zones où il pourrait esquiver de ses tirs suivants. Jack, se sentant pris au piège et admirant la dextérité de la tireuse, relâcha sa prise sur la crosse de l’arme tenue dans sa main gauche. Dans un geste ample et violent, il envoya l’arme rencontrer la première balle tirée. Celle-ci lui arracha son pistoroub de la main et l’envoya valser dans les airs pour atterrir plus loin. L’action parut surprendre la tireuse, et le roublard en profita. Il visa en vitesse et tira sur le pistoroub de son opposante, la désarmant en hurlant :

« Un prêté pour un rendu ma belle ! »

Illiana écarquilla les yeux en comprenant qu’elle était prise au piège, elle tenta une roulade pour se réfugier derrière un groupe de méka…mais Jack fut plus rapide. Il tira dans le ventre de la roublarde à deux reprises, et celle-ci s’effondra au sol dans un gémissement. Jubilant, il s’avança vers elle et pointa le canon de son arme en direction de sa tête. Il s’exclama d’une voix suave :

« Alors beauté…une dernière volonté avant que je ne te défigure à jamais ? ~ »


***


Wyatt, la cuisinière et le scientifique se trouvaient désormais en face d’une imposante porte faîte d’acier. Derrière eux, dans le couloir qu’ils venaient d’emprunter, s’entassaient différentes carcasses de mékas. Ils avaient menés un rude combat pour arriver jusqu’ici, et portaient les marques de leurs différents affrontements. La fatigue et les blessures étaient donc bien visibles, mais leur détermination était toujours présente. Le scientifique s’avança prêt de la porte et pianota sur un petit clavier à côté :

« L’usine de mékas se trouve juste derrière, les unités sont envoyées dans différentes salles adjacentes pour être ensuite relâchées à travers tout l’étage. Si on arrête la production ici, on devrait pouvoir reprendre le contrôle de la ville facilement. »

Les deux autres acquiescèrent, serrant d’avantage leurs armes dans leurs mains. Le scientifique entra les derniers chiffres, et la porte coulissa dans un chuintement. Les trois chefs de révolte se regardèrent un instant, et s’engouffrèrent à l’intérieur.

Un son assourdissant vint les accueillir, toutes les machines étaient en marche…créant des abominations mékaniques à la pelle. La place était envahie de mékas, désactivés pour la plupart. Au fond, debout sur une plateforme surplombant la salle, se tenait le professeur Russel. Il s’agitait devant une imposante machinerie, semblant affairé à la création d’unités à la chaîne. Wyatt le fixa d’un regard mauvais, un rictus de haine déformant ses traits. Il pointa le canon de son fusil dans sa direction et hurla :

« Russel ! Arrêtes-toi maintenant et descends de là ! C’est fini ! »

Le professeur se recula d’un pas, levant ses mains en l’air. Il se retourna lentement et s’exclama :

« Vous êtes en retard ! Je vous croyais plus ponctuel monsieur Wyatt…

-Fermes ta gueule Russel, vociféra un Wyatt visiblement énervé, tu arrêtes la production des mékas et tu descends !

-Si tel est votre souhait…soupira le vieil homme. »

Il se retourna à nouveau et pianota rapidement sur divers instruments. La machinerie émit un grincement strident, et s’arrêta. Le vieil homme se dirigea ensuite d’un pas assuré vers les escaliers métalliques menant au sol, et rejoignit rapidement les trois révoltés.

« La production des mékas a cessée…conformément à vos exigences. »

Wyatt fit un signe de tête au scientifique, maugréant :

« Vérifiez que tout a bien été arrêté, et débrouillez-vous pour saboter les machines. Je veux que plus personne ne puisse jamais produire un seul de ces monstres… »

Le scientifique acquiesça et se dirigea vers le tableau de commande, suivit de près par la cuisinière qui semblait déterminée à le défendre contre d’éventuels dangers. Wyatt tenait toujours le professeur en joug, les deux hommes se toisant au milieu des colonnes de vapeurs qu’évacuaient des machines encore chaudes. Russel esquissa un sourire et susurra :

« Bravo…vous êtes bien partis pour prendre le contrôle de la ville. Mais cela ne servira à rien. Le plan d’Heldegast va marcher…et c’est tout un nouveau monde qui va s’offrir à nous. Cette place est d’ores et déjà obsolète…

-Son plan va échouer, les révolutionnaires à la plume vont l’arrêter à temps…je ne me fais aucun soucis là-dessus vieillard.

-Peut-être…ou peut-être pas. Prévoyez déjà l’avenir monsieur Wyatt, il va falloir un nouveau chef pour ce lieu…un chef comme vous par exemple.

-Je n’en ai pas la moindre envie, je ne libère pas ce manoir pour le dominer ensuite…cracha Wyatt en fermant un œil, visant la tête de son interlocuteur.

-Vous allez donc me tuer, monsieur Wyatt ?

-Je n’en ai pas vraiment le choix, tu as bien profité de ta situation pendant toutes ces années. Il faut que les autres te voient mort pour que notre liberté puisse gagner un nouveau symbole.

-Je vois…murmura le professeur en fermant les yeux, donc vous n’avez pas envie de revoir votre ami. »

Wyatt écarquilla les yeux, serrant les dents et hurlant :

« Où est Eddy ?! Parles vieux shnock…ou ta tête sautera !

-Je peux vous conduire à lui si vous le voulez…mais il va falloir que vous baissiez votre ar… »

Un coup de feu retentit, et une balle vint frôler le visage de Russel. Wyatt ne semblait pas prêt à négocier, il hurla :

« Tu te fiches de moi ?! Tu vas m’y conduire pendant que le canon de mon fusil viendra chatouiller tes omoplates ! Pigé ?

-Bien…bien…bégaya le vieil homme visiblement moins confiant, je vous en prie…c’est par là… »

Russel se dirigea vers la sortie de l’usine, Wyatt lui emboitant le pas en le tenant toujours en joug. Les deux hommes s’engouffrèrent dans le dédale de couloirs de l’étage, Wyatt se montrant un peu plus menaçant à chaque mètre parcourut. Il voulait revoir son ami, le fainéant Eddy qui lui avait tant remonté le moral. A eux deux ils pouvaient amener Clocktown vers un avenir radieux, il en était persuadé.

Ils débouchèrent finalement devant une imposante porte fermée. Russel tendit son bras vers celle-ci en clamant :

« Votre ami se trouve juste derrière, avec tous les autres rebus de la ville. Ils travaillent au cœur de la ville…

-Tu me prends pour un con, hurla Wyatt, c’est toi qui va l’ouvrir cette foutue porte ! Que je m’assure que tu ne me mènes pas dans un piège !

-Comme vous préférez… »

Le vieil homme s’avança vers la porte, suivit de prêt par un Wyatt tendu. Il posa ses mains sur les poignées des deux battants de la porte, sentant le canon de l’arme de l’ouvrier appuyer sur son dos. Esquissant un petit sourire, il ouvrit violement les deux portes et dévoila le ciel. Le vent s’engouffra avec force dans le couloir tandis que Russel se retournait et hurlait :

« Votre ami est quelque part écrasé en bas ! J’espère que vos retrouvailles seront touchantes ! »

Wyatt écarquilla les yeux en baissant légèrement son arme, il était sous le choc. Son ami était donc mort, et cette ville se trouvait être bien pire qu’il ne l’avait imaginé. Russel profita de ce court moment de surprise pour se jeter sur le jeune homme, plaquant ses mains sur le fusil pour tenter de le récupérer. Wyatt hurla de rage et força sur l’arme pour tenter de dégager le professeur, mais celui-ci tenait bon. Dans leur lutte acharnée, le fusil finit par leur échapper des mains pour atterrir un peu plus loin. Le professeur, réagissant avec une étonnante vivacité, serra ses mains autour de la gorge de Wyatt et le poussa lentement en direction du vide. L’ouvrier luttait et se débattait, faisant son possible pour se dégager de la mortelle étreinte :

« Allons monsieur Wyatt…laissez-vous faire, pesta le professeur, je vais vous envoyer rejoindre votre amis !

-Jamais…articula difficilement l’ouvrier, c’est toi que je vais envoyer…voler ! »

Wyatt força sur ses muscles et s’avança légèrement. Il couvrit un peu de distance le séparant de son opposant, et envoya avec violence son front en direction de celui de Russel. Le vieil homme le relâcha en encaissant le coup, portant une main à son front en grognant de douleur. Saisissant sa chance, Wyatt serra son poing et envoya un puissant crochet du droit dans la joue de son ennemi. Le professeur fut projeté sur le côté, titubant et essayant de reprendre le contrôle de ses jambes. Il trébucha finalement, et bascula dans le vide…ne se rattrapant au rebord qu’au dernier moment. Son corps se balançait doucement dans le vide, ses pieds s’agitant pour trouver un appui…sans succès.

« Remontez moi, hurla-t-il, vous ne pouvez pas me laisser mourir de la sorte !

-Non en effet…murmura un Wyatt essoufflé, je ne peux pas… »

Il marcha avec un certain calme vers son fusil et le ramassa. Il retourna ensuite se poster non loin du professeur, et visa sa main droite :

« Vous ne pouvez pas me faire ça, hurla Russel, Get Free est une organisation qui tente au possible de ne pas tuer !

-Ils font ce qu’ils veulent…et j’admire leurs révoltes. Elles sont plus humaines que tout ce que j’ai pu voir jusqu’ici… »

Wyatt appuya sur la gâchette, et un tir transperça la main du professeur…lui faisant lâcher le rebord. Il ne tenait désormais plus qu’avec sa main gauche, et semblait fatiguer rapidement. Il hurla de désespoir :

« Alors remontez-moi ! Par pitié !

-Non…je ne pourrais pas être comme eux…vous nous avez conditionnez à être des machines…pas des humains. Je suis une machine de la révolution, et c’est ainsi que j’agirais. »

Wyatt inspira un instant, et tira sur la main de Russel. Ce dernier hurla de douleur en relâchant le rebord, disparaissant dans le vide. Le cri s’entendit encore quelques instants, puis mourut dans le grand ciel. Wyatt referma les portes, et appuya sa tête contre. Désormais il agirait de la sorte, telle la machine qu’on avait voulu lui faire devenir. Son humanité lui avait été arrachée avec la mort d’Eddy…

Des applaudissements retentirent derrière lui, et le jeune homme se retourna vivement…visant celui qui les provoquait. Un homme assez grand se tenait derrière lui, tout vêtu de noir. Il portait un petit chapeau chic, un costume taillé sur mesure par-dessus une belle chemise blanche, un long pantalon noir et des chaussures de cuir. Ses cheveux étaient blancs, comme ses yeux, et il arborait un sourire ravis. Wyatt hurla :

« Vous êtes qui vous ?! Un autre influent de cette ville ?

-Loin de là mon ami, clama l’homme dans un petit rire, je suis de ton côté. Wyatt c’est cela ? Tu feras de grandes choses Wyatt…tu seras sans nul doute un grand révolutionnaire…

-Vous êtes qui bordel…répondez !

-Qui je suis…oh mais pour le moment cela n’a pas la moindre importance…

-Pourquoi de tels habits !? Seuls les dirigeants de la ville portent des vêtements de la sorte !

-Je ne suis pas de cette ville très chers…quand à ces vêtements… »

L’homme se recula lentement, ses cheveux s’agitant légèrement. Sa silhouette devint plus floue, et son corps commença à se décomposer en une myriade de plumes disparaissant dans les airs. Ses pieds, ses jambes et son bassin eurent vite complétement disparut, tandis qu’il concluait :

« Dans un monde où la liberté se marchande…il est normal de voir celui qui la représente bien habillé… »

Son visage éclata en un flot de plumes, et l’homme disparut complètement…laissant pantois un Wyatt se demandant si il avait rêvé.


***


Les yeux d’Albynn étaient écarquillés d’horreur, une de ses amies était en danger. Jack visait une Illiana blessée et sans défenses désormais, ses yeux étaient mi-clos et elle semblait lutter contre la douleur et la fatigue. Shiki ne pouvait plus tirer, son épaule trop endommagée pour ça…elle ne pourrait arriver à temps. Rose avait été éjectée dans un groupe de méka, et elle tentait désormais de les neutraliser pour sauver sa sœur. Il en allait de même pour Séléna, occupée à éviter les tirs de ses assaillants. Toutes les combattantes de la zone étaient acculées, et Illiana semblait être condamnée.

L’Eniripsa serra les dents de rage, une fois de plus ses amis étaient en danger et lui ne pouvait que les regarder. Il se sentait inutile…oui il sauvait des vies grâce à ses soins, mais il ne pouvait le faire que lorsque la personne quittait le combat. Sous le feu de l’action il ne se cantonnait plus qu’au rôle de simple spectateur, et ça il ne pouvait tout simplement plus le tolérer.

Balayant la salle du regard, il aperçut le pistoroub échappé des mains de Jack. Il était situé non loin de lui, entre sa position et celle du Roublard. Il fixait l’objet avec hésitation, tentant de calculer les chances qu’il avait de s’en saisir. Les révoltés combattant les mékas tout autour le gênait, et au moment même où il se lancerait dans sa course…il serait considéré comme une cible dangereuse. Il aurait aimé avoir plus de temps pour réfléchir, pour trouver d’autres solutions plus sures. Mais il savait qu’il devait avant tout agir vite, la vie d’Illiana était en jeu. Cette roublarde qui s’était toujours montrée étrangement gentille avec lui, faisant son possible pour le rassurer ou lui donner confiance. Il savait qu’elle n’aurait jamais hésitée face à une telle situation, et il comptait bien montrer que lui aussi pouvait agir.

Il se rua en avant, se lançant dans une course effrénée pour saisir l’arme. Les mékas le repérèrent bien vite, et commencèrent à lui tirer dessus. Il zigzagua rapidement, actionnant les ailes dans son dos pour gagner de la vitesse et faire de plus grandes foulées. Il se jeta en avant sur les derniers mètres, apercevant du coin de l’œil les révoltés gênant de nouveau les mékas…il allait pouvoir bénéficier d’un temps précieux. Il ramassa le pistoroub, et effectua une roulade maladroite pour se redresser. Il visa le Roublard et cria !

« Ne bougez plus ! Ou…ou je tire ! »

Jack se retourna lentement, visant toujours la roublarde. Il haussa un sourcil en apercevant l’Eniripsa, avant de s’esclaffer :

« Sérieusement ? Tu penses vraiment pouvoir me menacer pauvre petit soigneur ? Regardes-toi…tes yeux et tes tremblements te trahissent. Tu as autant peur de moi…que de l’arme que tu tiens entre tes mains. Tu n’as rien d’un tueur ! Je doute même que tu es déjà tué quelqu’un au cours d’un combat. »

Albynn tremblait, le canon du pistoroub vacillant dans les airs. Non il n’aimait pas tuer, et ces armes le tenaient en horreur. Son ancienne amie, Méta, avait perdu son contact avec la Déesse des soins à cause de ces ustensiles de mort. Il ne voulait pas suivre le même chemin, il n’avait rien d’un meurtrier. Jack, le remarquant, cria :

« Tu n’oseras pas tirer, reconnais-le ! Lâche moi ça et regardes ton amie dans ses derniers instants…c’est tout ce que tu sais faire ! »

L’Eniripsa tremblait d’avantage, il détestait cette situation. Tant de fois il avait été de l’autre côté de cette arme, le menacé plutôt que le menaçant. Mais en cette journée, il n’était pas la victime. Il n’était ni otage ni cible. Il était celui qui tenait le pistoroub…et réagirait en conséquence.

Il pressa la gâchette, hurlant de rage tandis que son doigt appuyait. La détonation lui parut assourdissante, tandis que le recul de l’arme faillit la lui faire lâcher. Jack écarquilla son œil, surprit. Il se décala vivement pour tenter d’éviter la balle…trop tard. Il avait péché par excès de confiance, et en payait désormais le prix. Un soubresaut secoua son corps quand la balle percuta le bas de son ventre, faisant voler une petite gerbe de sang et teintant lentement sa chemise de rouge. La balle ne sembla pas ressortir, sans doute restée coincée dans son organisme. Le Roublard serra les dents, titubant légèrement en hurlant sa rage. Il leva son bras et visa l’Eniripsa, bien décidé à en finir :

« Tu vas crever pour ça…connard !

-Et toi je te demande de disparaitre ! »

Jack écarquilla son seul œil valide, se retournant dès qu’il entendit la voix de la femme venant de son angle mort. Shiki courait vers lui, le hurlement c’était elle. Elle tenait son arc, de ses deux mains, par l’une des extrémités…le brandissant telle une batte. Le Roublard se tourna vers elle pour l’arrêter à l’aide d’un tir, mais elle fut sur lui avant. Elle donna un puissant coup horizontal, et vint écraser son arc contre la plaie sanguinolente du chef des gardes. Jack hurla de douleur en se reculant maladroitement, il fulminait en braquant son arme vers la tête de la crâ :

« T’aurais jamais dû faire ça…salope ! »

Une nouvelle détonation retentie, et le temps sembla se figer. La main du Roublard s’ouvrit mollement, n’ayant visiblement plus la force de tenir son arme. Le pistoroub s’échappa d’entre ses doigts et vint percuter le sol, tandis que son bras descendait lentement pour venir se coller à son flanc. Un trou s’ouvrait désormais dans son épaule, du sang en coulant. Il se tourna avec lenteur en direction de l’Eniripsa, apercevant la fumée s’échappant du canon de son arme. Albynn lui portait un regard dur, et cracha :

« Tu ne feras plus de mal aux personnes que j’aime ! »

Le Roublard esquissa un nouveau sourire, fatigué et sans défense :

« Je vais tellement prendre mon pied en ôtant la vie de ton petit corps frêle… »

Un grésillement sonore se fit entendre, provenant d’un étrange collier qu’arborait le Roublard. Une voix féminine clama :

« C’est finit Jack.

-Finit, hurla le Roublard en appuyant sur son collier de sa main intact, que dalle !

-Les ordres viennent d’en haut, ils exigent ton rapatriement.

-Je refuse Stella, tu m’entends ?! Je ne partirais que quand les hommes de Get Free seront morts !

-Ta mission d’infiltration est terminée Jack, Clocktown sera perdue sous peu. Replies toi maintenant ! Tu auras d’autres occasions de te refaire vas. »

Le Roublard relâcha son collier et se tourna vers les hommes à la plumes, un à un. Il clama d’une voix rageuse :

« On se reverra vous et moi…et je compte bien me venger…croyez-moi… »

Il plongea sa main dans sa poche, et en sortit un petit dispositif métallique. Il appuya dessus et un halo lumineux l’entoura. Sous les yeux ébahis des personnes présentes, il se volatilisa dans un flash…laissant l’étage sombrer de nouveau dans le calme.


***


Au rez-de-chaussée les combats semblaient également finis. Plus aucun mékas ne venait en renfort, et les ouvriers démembraient les dernières unités encore plus ou moins actives. Les carcasses de ferraille s’entassaient dans tous les couloirs, indiquant que la bataille avait dut être féroce. Les machineries étaient désormais aux mains des révoltés…exception fait de la machinerie centrale.

Liroka, Bubble, Nacri et Chloée étaient amassés devant une épaisse porte blindée. Le vacarme assourdissant des moteurs leur parvenait malgré tout, le dernier bastion de Clocktown se trouvait juste derrière. De nombreux impacts de balles criblaient la porte, indiquant que l’approche brutale avait été tentée…sans succès. Liroka cracha sur la porte en pestant :

« Elle est solide celle-là !

-C’est inutile Liro, soupira la Féca, la porte résistera à toutes nos attaques. »

Elle indiqua le petit boitier situé juste à côté en grommelant :

« Sans le code…on l’ouvrira pas… »

Un petit haut-parleur, situé juste au-dessus de leur tête, cracha :

« Jamais vous ne rentrerez ! Le code provient d’une équation que seul Heldegast a pu résoudre, même moi qui m’évertue à la comprendre depuis des années ni suis pas parvenus ! »

Liroka regarda sous le boitier, l’équation avait été inscrite dans le métal. Elle était composée de nombreux chiffres et symboles bizarres qu’il ne comprenait tout simplement pas. Quelqu’un avait griffonné des lignes et des lignes de calcul en dessous, cherchant une solution. Arborant un sourire radieux, le Iop clama :

« Meuh c’est facile ! Je prends sept Iop, ils ont chacun deux armes et un bouclier…

-Mais qu’est-ce que tu racontes encore, soupira de nouveau Chloée…

-Beh c’est écrit là, tu vois les chiffres ! Il faut leur donner une illustration pour les comprendre ! Je reprends…en face il y six et sept ennemis…

-Soixante-sept m’sieur ! Cria un Bubble toujours aussi joyeux.

-Ouais si tu veux ! Bref ! Si tous les Iops foncent dans le tas, ils y passeront bien deux heures ! Deux heures de coups dans la poire, donc à raison d’un coup par ennemi…plus ce serait un déshonneur…

-Si tu penses pouvoir décoder ça avec un raisonnement aussi primitif, commença un Joms hilare, c’est que tu es encore plus con que je ne le pensais !

-Tututu…on me déconcentre pas ! Je disais donc…un coup par ennemi on en est à deux et trois. Et si je multitruc par mon nombre de Iop…ça fait…euh…quatre et cinq et huit ! »

Le Iop appuya sur les touches correspondantes et la porte s’ouvrit dans un chuintement…sous les yeux médusés de toutes les personnes présentes. Liroka arborait un sourire benêt, visiblement très content, tandis que Joms restait bouche-bée. Il hurla :

« N’approchez pas, au moindre geste je sabote la machine et nous nous écraserons tous au sol ! »

Les hommes à la plume se raidirent, comprenant qu’il valait mieux l’écouter. Un bruit étrange vint s’ajouter aux vacarmes des moteurs, tandis que Joms jubilait :

« Vous entendez ce son ?! Ce sont de nouveaux mékas qui arrivent du deuxième étage ! Vous êtes foutus, jamais vous ne prendrez possession de cette ville ! »

Il se tourna vers une porte située derrière lui, et hurla :

« Préparez-vous à rencontrer votre destin ! »

La porte s’ouvrit avec lenteur, dévoilant un Wyatt braquant déjà son fusil vers Joms. Son visage était impassible, et sa décision était prise. Le machiniste hurla :

« Toi…j’aurais dû te tuer bien avant ! N’avances pas ou je…

-Ta gueule…Joms, soupira l’ouvrier.

Il leva légèrement son fusil et tira sans autre forme de procès. La tête du machiniste partie vers l’arrière, du sang giclant d’un trou s’étant formé au niveau de son front. Il s’écrasa misérablement au sol, tandis que Wyatt s’avançait vers la machine. Il jeta son fusil au sol, actionna un interrupteur activant les haut-parleurs, et hurla :

« A tous ceux qui m’entendent ! Cramponnez-vous ! Ce manoir retourne de là d’où il vient, nous quittons les cieux bien trop élitistes pour le confort de notre mère la terre ! »

Il s’empara de divers leviers et les actionna les uns après les autres. Des sifflements de vapeur s’échappèrent de la tuyauterie, la machine émit un grincement strident…et le manoir commença à lentement perdre de l’altitude.

La bataille était finie…et Clocktown était tombée.
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Albynn le Jeu 29 Oct - 16:17

Juste, bravo! Une chouette baston simultanée, bien qu'il y ai tellement d'action des fois que j'ai un peu de mal à piger!
Ce Liroka est toujours aussi dantesque, c'est à la fois épique, ridicule et drole! Buahaha xD
Le bybynn a bien changé avec les 15 ans passés, visiblement, il est encore moins enclin à se battre qu'avant! Première tentative de meurtre sérieuse du perso, not bad not bad. C'est vrai que sans épée, il est pas fichu de se battre... Ou alors, CN powaaa!
Ouai, m'enfin, contre des mékas, la CN, CAY POURRIT!
Pan dans les dents de Jack. Dans tout les sens du terme.
MEH WHY STELLA
WHYYYYYYYYYY! Vilaine :'(
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Shiki Van Shërza le Jeu 29 Oct - 16:41

*respire un grand coup* Piouf ! Quel chapitre, ma parole ! Et enfin des nouvelles de Clocktown ! ^^

Concernant les fautes, je comprend bien, et c'est pas mieux dans mon cas en fait. xD

Un épisode encore plus long, et toujours aussi bon ! Comme tu le dit, ce nouveau rythme de production était une bonne idée oui !
Et quelle fin pour Clocktown... Je me demande bien où ils vont atterrir, d'ailleurs. '-'

Sinon, dans l'ordre :
-J'adore ce Liroka, que ça soit au début, ou vers la fin ! La chanson est géniale, et la manière dont il résout l'équation m'aura faite sourire ! x)
-Plusieurs passage de combat bien maîtriser, pas grand chose à redire dessus. Les différents points de vue était sympa à suivre. ^^
-Pauvre épaule de Shiki ! Et pauvre Rose ! Et pauvre Illiana, elle est vraiment en mauvaise posture ! D:
-C'est qui cet homme en costard qui laisse des plumes ? Encore un nouveau personnage, et lui aussi m’intrigue beaucoup... Tellement de mystères !
-J'ai bien aimer tout le passage sur Albynn, comme dit plus haut, on voit bien le changement depuis tout ce temps. ^^
-Ok, je l’avoue... J'ai rit en voyant Shiki faire ça. Par contre, c'était pas un peu dangereux pour l'arc ? Mais bon, si c'est pour sauver une personne qu'elle aime, c'est pas ça qui la dérangerais. x)
-Wyatt est... Particulier. Je sais pas vraiment quoi penser de ce personnage, en fait. Il est sympa, mais certaines choses me font froid dans le dos. ^^'
-Bien fait pour ta pomme Jack ! Et je sent qu'on le reverra dans la suite des nouvelles, je sais pas pourquoi... '3'
-Wait... Stella ? C'est Stella qui parle à Jack ? Mon dieu, si je m'attendais à celle là... Joli surprise, pour le coup ! Je pense que personne n'a dût l'entendre d'ailleurs, sinon ils auraient sans doute réagit. En tout cas, Phénix n'est pas loin. x)
-Et... C'est la fin de Clocktown, la cité retourne sur le sol. Encore une fois, je me demande où ils vont atterrir. ^^

ça, c'est pour le fond ! Pour la forme... bah j'ai pas grand chose à dire cette fois en fait ! J'ai juste vu deux trois tournures de phrases auxquelles j'ai pas vraiment accrocher, mais c'est rien au milieu du reste, qui était très bon. ^^

Bref... Je vais arrêter là ce commentaire déjà asser long et pas forcément très expressif pour dire juste une chose ! J'ai hâte de voir la suite ! :3
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Ihephe le Jeu 29 Oct - 17:48

Excellent ! C'est beau , c'est ... je sais même pas comment expliquer a quel point je me suis régaler avec ce chapitre ! Continu de les faire aussi long et aussi bon, c'est le pied !

Sinon depuis le temps, il est où Ihephe ? parce que là de mémoire je saura pas dire où il est x')

Et pour Ryfus plus fort que Senabo, je dirais égalité, Senabo est quand même un anciens membre des force d'élites de Brâkmar Very Happy
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: NoD Remaster

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum