Dans la tête de l'entêté

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Dim 6 Déc - 19:02

Bien le bonsoir à tous. Après près d'une semaine passée à écrire des critiques, je me rends compte de la difficulté de la tache. Ce n'est pas quelque chose de facile et ça prend quand même un peu de temps. Mais je trouve cela intéressant, je m'améliore et une sorte de structure commence à se former, donc j'ai bien l'intention de continuer.

Ceci étant dis, je me suis un peu penché sur les différents média dont j'ai pu traiter, et je me suis rendu compte que je n'avais pas encore traité des oeuvres plus littéraires. Je compte dans cette catégorie les bande-dessinées, les mangas et bien évidement les livres en matière générale...mais je ne me sentais pas encore prêt de parler de tout cela.

Non ce qui me tentait en cette soirée, c'était d'aborder d'un type d'oeuvre graphique que j'affectionne tout particulièrement...alors c'est partis


6 Décembre : Noirceur au pays des Comics




Au commencement il y a la guerre des deux géants

Si vous commencez à parler de comics, il y a de fortes chances que l'on vous pose une question en tout premier lieu, et c'est par celle-ci que je voulais commencer. "Alors, t'es plutôt Marvel ou DC Comics ?". Il est vrais que ces deux géants se partagent la majorité des oeuvres américaines depuis pas mal d'années. très honnêtement je n'ai jamais vraiment pu les départager, pas car je les aime tous deux...mais plutôt l'inverse. Pour chacun il n'y a qu'une seule oeuvre qui m'intéresse. Côté DC c'est la série des Batman (qui depuis Dark Knight est devenu d'une noirceur très appréciable), tandis que chez Marvel je n'ai d'yeux que pour Deadpool.

C'est donc tout naturellement que, lorsque cette question m'est posée, je réponds "Moi ? Je suis plutôt Top Cow".


Les récits de la super vache

Top Cow est un label de comics américains. Leurs séries sont nettement moins connues que celles des deux cités plus haut, mais je ne peux m'empêcher de les préférer largement. Ils ont publiés nombre d’œuvres passionnantes et continuent à soutenir des artistes que j'apprécie beaucoup (à l'image de Shiniez et de sa BD "Sunstone"...je laisserais les curieux découvrir par eux même, c'est plutôt Hot)

J'ai découvert ce Label par le plus grand des hasards dans la patrie qui l'a vu naître, je veux bien sur parler des Etats-Unis. En me promenant dans un magasin de Comics à Boston, je suis tombé sur des albums de leur série "Artifact" et j'ai tout de suite accroché. J'ai acheté les deux premiers volumes et me suis toujours promis de me commander la suite via internet (mais ça coûte un certain prix alors walouh). J'ai hésité à parler d'Artifact en ce lieu, avant de me raviser. Je veux certes vous faire découvrir des choses pas forcément bien connues...mais je veux qu'elle vous soient le plus accessible possible.

C'est donc tout naturellement que je me suis tourné vers leur série "The Darkness" que vous pourrez trouver à la Fnac avec un peu de chance. Elle est pas belle la vie ?

Initiation aux ténèbres

The Darkness est un comics créé par Marc Silvestri, David Wohl & Garth Ennis et qui a commencé sa parution en 1996. Il compte aujourd'hui une chiée de volume (et ouais c’est précis) et à connu un certain succès.

L'histoire s'intéresse à Jackie Estacado, un jeune homme de 21 ans servant de porte-flingue pour la mafia que dirige son oncle Francesco. Jackie est un homme violent, ayant des goûts de luxe et une attirance plus que prononcé pour les femmes. Son père étant mort à sa naissance, il est donc élevé au sein de cette fameuse mafia qui fera de lui l'homme qu'il est aujourd'hui.

Lors de son vingt-et-unième anniversaire il reçoit l'héritage de son père...un étrange pouvoir nommé Darkness, lui permettant de créer ce qu'il veut durant la nuit ou dans l'obscurité. Toutes ces créations et ses pouvoirs disparaissent au contact de la lumière, mais c'est loin d'être son problème le plus préoccupant. En effet le Darkness inflige une malédiction bien particulière...venant tuer son porteur à partir du moment ou celui-ci met une femme enceinte. Les moyens de contraception n'étant jamais fiable à 100 %, notre chers Jackie se retrouve donc dans l'impossibilité de s'adonner à son loisir préféré...ce qui va le mettre excessivement en rogne.

Bien heureusement il va pouvoir décharger cette frustration contre tous les ennemis qui se dressent contre lui parmi lesquels : La confrérie du Darkness et leur délire de domination du monde, l'Angélus s'opposant au tout point aux pouvoirs du Darkness et ne cherchant qu'à le détruire...ainsi que tous ceux ayant des problèmes avec l'oncle Francesco (Spoil : Il y en a un bon gros paquet).


Un humour plus que grinçant

Vous l'aurez donc compris en lisant ce synopsis, The Darkness est une série qui se veut très portée sur l'humour et la violence. Jackie étant un personnage ne connaissant que peu de limite et détestant qu'on vienne l'emmerder, il aura tôt fait de réduire en charpie quiconque viendra le déranger. De nombreux gags récurrents ponctues la série, nous étirant très souvent les lèvres. Outre les tentatives désespérées de notre héros pour essayer de se trouver un moyen de forniquer, le personnage du Boucher (sorte de grand gaillard super gentils dont le métier consiste à nettoyer le bain de sang une fois que Jackie est passé) et les espèces de gnomes de gnomes que créer le Darkness (qui en plus d'être particulièrement hargneux se révèlent aussi être de vrais gros cons)...on peut compter sur un assortiment de répliques toutes plus cultes les unes que les autres (le fameux "Le Darkness c'est la Force qui fume du Crack" m'ayant marqué).

Mais l’ambiance se veut très violente, ici on se moque de ceux qui se font étriper !


Un mélange de genre dantesque

Car oui, The Darknesse mélange deux univers de façon magistrale. On a d'un côté le monde fantastique qu'il nous dépend, avec son Darkness lutant contre l'Angélus au milieu d'un assemblage de prophéties plus que douteuses...et de l'autre l'univers de la Mafia italienne stéréotypée mais diablement efficace. Sur ce dernier point on peut compter sur une galerie de personnage efficace et retranscrivant à merveille l'ambiance de ce genre d'oeuvre.

Les deux se permettent même de se mélanger à de nombreuses reprises, donnant des intrigues complètement hallucinantes et aux dommages collatéraux in-chiffrables. De mémoire...je n'ai pas souvenir d'oeuvres mélangeant aussi bien ces deux genres, et ça donne une très grande force à The Darkness.


Pour parler du dessin

Car nous sommes sur une oeuvre se voulant très graphique, je ne peux pas passer à côté du dessin. Et là bah que dire si ce n'est : C'est beau putain. Les pages son magnifiques, le design des personnages est dingue et les couleurs...bordel...les couleurs.

Qu'on se le dise, je préfère les comics aux mangas. Oui je sais cela fera de moi un véritable hérétiques au milieu d'une horde sauvage d'Otakus...mais bon. Je suis très sensibles aux couleurs dans les dessins, c'est ce qui m'attire le plus...et le noir et blanc des mangas, bah je trouve ça chiant. dans The Darkness on a des jeux de couleurs de dingue entre le noir et le vert des ténèbres, et le orange et le blanc de l'Angélus, ça donne des pages visuellement magnifiques et ça vient contraster à merveille avec le reste des productions de ce milieu.


The Darkness pour qui ? The Darkness pourquoi ?

Alors je conseils cette oeuvre aux amateurs d'histoire Mafieuse ou aux fana de Fantastique (si vous aimez les deux c'est encore mieux). Ceux qui cherchent à passer un moment drôle y trouveront également leur compte et les passionnés d'histoires étranges et de mélange des genres seront aux anges. Pour ma part ça reste une oeuvre que j'adore et je m'en vais la relire avec grande joie.



Voilà, cette case est donc terminée, je vous pose mes questions et je file !

-Et toi, tu en lis des comics ?
-Ton super héros préféré ?
-T'es plutôt DC...ou Marvel ?
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Bluefox82 le Dim 6 Déc - 21:43

Après avoir lu, voici une œuvre qui suscite mon intérêt. J'ai beau être une quiche intersidérale dans le domaine des comics, et n'y affichant que peu d'estime (je suis largement plus axé sur les mangas), ça mérite un coup d'œil. Mais il faudrait que je trouve la volonté de le lire, chose qui est pas gagnée si je ne porte pas de base ce style de bande dessinée dans mon cœur.

Du coup, au niveau des réponses, ça va être simple:
-Non. Cf: ce que je viens de dire au dessus.
-Je trouve la très...très grande majorité des super héros de comics chiants comme la pluie, et je suis encore moins partisan de ceux qui sont rattachés principalement à l'idéologie américaine et au patriotisme américain. Autant dire donc que Wonder Woman, Super-man et Captain America...bah j'les aime pas du tout. Rare sont ceux qui réussissent à me faire dévouer un minimum d'estime envers eux (Batman pour son côté gosse de riche, qui est un des seuls super-héros que je peux blairer, et Deadpool pour son humour dantesque et "très poétique", avec son principe de briser le 4è mur.)
-Marvel ou DC? Aucun des deux. J'aime pas, point à la ligne.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Ihephe le Lun 7 Déc - 8:50

Critique tres interresante sur une oeuvre que tu m'avais deja fait decouvrir et que j'avais kiffé.
L'avantage avec The Darkness c'est l'accessibilité car meme si on peux galerer a trouver les tomes en français, l'univers est tellement moins etendu que ceux de Dc et Marvel que l'on ne peux pas si perdre ( deja rien qu'avec les serie alternative sa peux etre le bordel, alors imagine avec l'age d'or et d'argent ainsi que le multivers et les changements de paradigme , un vrai bordel XD )


-Oui de temps en temps
-Pas de preference
-Marvel ou Comic ? Manga ! Meme si j'adore les comics avec leurs univers incroyablement compliqué et quelque fois prise de tete x)
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Albynn le Lun 7 Déc - 9:51

Keukou, double réponse, sorry. J'ai eu une bousculade de Weekend et j'ai perdu 3h contrairement à ce qu'on m'avait promis. Haaa, la famille...

Déjà, de un: T'AS PO LE DROIT DE DIRE QUE ROSE EST PAS UNE VRAIE CREATION! NAHMEHO!
INTERDIT!
Ensuite, c'est super sympa de voir d'où elle vient, ça me rappel moi avec mon début de bg, et son étoffement par le rp. Pour les questions....

-Ce que je pense de Rose... Je pense que c'est la 4eme super nana: du sucre, des épices, des tas de bonne choses et un truc qui fait boum. XD
-Rose, pour Alb, c'est à mi-chemin entre la petite soeur qu'on veut protéger, et la mère qui prend soin de tous. Ce qu'il aimerait faire, c'est l'entendre dire qu'elle lui en veut plus pour Chailte.
-Rose m'a marqué lors de son sérieux et sa colère quand Saya a disparu. Je m'attendais plus à ce qu'elle s’effondre en pleurant. Mais non, elle a pris le taureau par les cornes, a menacé Alb, et a couru après Sayana. Une grand surprise.


Pour le Darkness... bah, c'est vraiment inhabituel, comme comics. Comme tout ce que tu peux aimer, au final. Ca sort des sentiers battus, et c'est pas plus mal de défricher ailleurs!

-J'ai peu d'occasion de lire des comics, j'aime tellement les BD que je suis même pas certaine de l'avoir fait ou pas, à vrai dire! XD
- Mon super héros préféré, bah, c'est un peu le seul que j'ai jamais vu à la téloche, le matin: Batman et son super générique avec des éclairs. BOOOOOOM. Et le fait qu'il soit plus réaliste que superman & compagnie, vu que ses pouvoirs viennent de la technologie.
-Marvel ou DC? Heuuu... Je sais même pas quels héros va auquel, alors j'en sais fichtre rien du tout! XD *inculte powa*
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1237
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 25
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Lun 7 Déc - 17:05

Et me voilà pour ouvrir cette septième case du calendrier de l'entêté. J'avais depuis longtemps décidé de partir sur un système de roulement, et celui-ci part sur un nouveau cycles (bougez vos bras c'est la fête !)

Je vais donc à nouveau parler de Jeu Vidéo ici, ce média est celui qui m'est le plus contraignant pour ce que je veux présenter. Dans ce topic je cherche à amener à vous des œuvres non connues mais accessible, et pour le Jeu Vidéo et bien...la majorité de mes pépites se trouvent sur d'autres consoles, la tâche se révèle donc ardue.

Mais à coeur vaillant rien n'est impossible ! On va aujourd'hui traiter d'un jeu que j'ai adoré (malgré ses défauts mais nous y reviendront). Nous nous éloignons légèrement de l'indé mais gardons sa brise rafraîchissante...et nous engageons dans une terre de super géants...on va parler de Transistor



7 Décembre : Disparition de la ville idéale...




Une histoire de géant

On va commencer par parler ici du studio "SuperGiant Games", la structure n'est pas très connue et je m'en vais vous la présenter. Son premier jeu "Bastion" est sortis le 20 juillet 2011. Racontant l'aventure d'un gamin nommé "Kid", le jeu nous propose un gameplay typé action intéressant et une réalisation magistrale. Que ce soit dans la direction artistique ou dans l'OST...le jeu marque les esprits. Bastion possède de surcroît un narrateur à la voix incroyable, qui deviendra la véritable figure de cette petite perle indépendante.

Le jeu se vend bien, très bien même, et rapidement les petits gars de SuperGiant vont commencer le développement d'un autre jeu...un projet répondant au doux nom de...Transistor.


Non, nous ne parlons pas d'électronique  

Transistor est sortis le 20 mai 2014, produit par la même équipe que Bastion donc. Le jeu est considéré comme inférieur à son aîné, à cause de certains défauts. Pour ma part je le préfère grandement, mais avant tout il me faut vous résumer son histoire.

Ce jeu nous fait incarner Red, une jeune chanteuse habitante de la ville idéale de Cloudbank. La ville entière est battis autour d'un gigantesque système informatique nommé le "Process". Grâce à de nombreux terminaux, les gens peuvent voter pour décider du fonctionnement de la ville. Ils peuvent ainsi régler la météo, décider de la construction de telle ou telle structure et modifier l'environnement à loisir. Au-dessus de toute cette organisation se trouve un groupe nommé "La Camerata", composé de quatre individus représentant chacun une strate de la société (on y retrouve ainsi une artiste, un juge, un ingénieur...etc).

Un jour Red se retrouve impliquée dans un conflit entre un homme et La Camerata, et se voit déposséder de sa voix. Elle retrouve l'homme mort dans une ruelle, une imposante épée plantée dans le torse. Cette épée a le don de parler, on l'appelle le "Transistor" et elle semble être la clé du Process entier.

Armée de cette bien étrange création, Red se lance dans une véritable vendetta contre la Camerata...tandis qu'au même moment le Process se détraque et commence peu à peu à massacrer les habitants de Cloudbank en vue de la supprimer.


Une histoire envoûtante

Je ne vais pas vous mentir, j'adore l'histoire de Transistor. Je suis entré dans ce jeu avec une certaine idée de ce que serait le scénario...et celui-ci m'a retourné le crâne. La Camerata captive par son envie de ville idéale et les voir évoluer au milieu du chaos du Process est juste incroyable, Red n'est pas en reste...les intentions de la jeune femme n'étant jamais clairement définis. On se retrouve ici avec peu de personnages, mais chacun possède une aura bien particulière qui le rend difficilement discernable.

La ville de Cloudbank, se métamorphosant à mesure que l'histoire avance, devient bien vite un personnage à part entière. Elle se montre toujours plus froide, plus malfaisante et plus viscérale. Quant au Transistor, faisant office de voix principale dans cette oeuvre, il se montre plus humain que quiconque derrière ses façade de simple objet. On en vient à s'attacher au duo qu'il forme avec Red, et les révélations qui seront faîtes sur lui n'en sont que plus incroyable.

La fin se paye même le luxe d'être mélancolique, apportant une véritable ode à l'amour au milieu des ruines...

Qu'on se le dise on a ici affaire à un très bon scénar'...mais qui aurait gagné à être plus détaillé. On reste sur sa faim une fois le jeu finis, captivés par ce que le jeu nous offre mais en demandant bien plus...et ce défaut va revenir souvent.


Un Gameplay des plus intéressant

Transistor est un Action RPG se voulant assez tactique. Les combats se font avec une jauge nous permettant de planifier nos actions avant que celles-ci ne s’exécutent. Il y a un certain coup de main à prendre, mais on s'y fait assez vite.

Le Transistor nous donne accès à un grand nombre de capacités, et nous permet de façonner le Gameplay de notre héroïne à notre façon. Corps à corps ou longue distance. Invocateur ou guerrier...le jeu nous propose bien des façons de se battre et c'est vraiment très appréciable . Les capacités sont en plus très bien amenée, étant tirée de personnes qu'à pu absorber le Transistor.

Pour mieux vous expliquer : Le Transistor à la capacité de réduire les hommes en amas de données afin de les transférer en son sein. Il se sert ensuite de ces données pour créer de nouvelles attaques que son porteur pourra utiliser. Par exemple, tôt dans l'aventure vous absorberez un ancien grand pilote de course. Une fois récupérées, ses données vous permettront de Dasher vivement vers l'ennemi.

Chaque capacité peut ensuite être utilisée soit de façon offensive, soit de façon passive (pour renforcer les capacités offensives). Il y a donc des tas et des tas de possibilités à débloquer, et plus une capacité est utilisée...plus vous pourrez en apprendre sur l'homme ou la femme y étant rattachée via sa biographie qui se débloquera peu à peu.

On a de la poésie dans un système de capacité, et de vrais personnalités à vos attaques...et ça...je ne l'avais encore jamais vu auparavant.


Une ambiance de malade

Le jeu est sublime, il est à ce jour l'un des plus beau jeu que j'ai pu jouer. La ville de Cloudbank est juste incroyable et ses environnements marquent de part leur complexité et leurs détails. On a ici une direction artistique inspirée et celle-ci se marie plus que bien avec tout l'univers qui nous est dépeint.

La bande-son n'est pas en reste, les composition étant tour à tour : Lyrique, théâtrale, dérangeante, mélancoliques, insouciante...elles forment la voix de Red, et c'est pas elles que nous la comprenons. La belle se mettant à venir effectuer des sons en rythmes avec la musique à certain moments, et c'est vraiment beau.

Les voix enfin...et par là je veux bien sur dire LA voix. Celle du Transistor, envoutante, charmeuse, calme et pourtant si mystérieuse...elle viendra accompagner votre périple et vous finirez par tout simplement l'adorer.


Moui mais tu nous a parlé de défauts

C'est vrais, car les défauts sont malheureusement là. Outre des combats parfois un peu brouillons (et encore je n'ai pas eut trop de soucis de mon côté) je reproche au jeu un certain manque de contenu.

C'est beau, c'est bien...et je sais que de telles expériences se veulent courtes...mais bordel...il y avait tellement matière à faire plus. Un univers aussi passionnant aurait mérité bien plus, et aurait pu largement surpasser Bastion dans le cœur de tous les fan du Studio.

Mais ne boudons pas notre plaisir, il serait dommage de passer à côté d'une si belle expérience même si celle-ci est courte. Je reste néanmoins toujours sur ma faim concernant ce titre. De la haute gastronomie...c'est délicieux mais ça nourrit pas assez.


Transistor, pourquoi ? Transistor pour qui ?

Je conseille cette oeuvre à TOUS. Sincèrement elle est incroyable et vous connaissant elle vous plaira à coup sur. Pour ma part elle figure dans mon top 10 des jeux, et est l'origine de tout le processus de création d'Idéal. Je remercie à Shiki de m'avoir offert le jeu (et voui j'ai pas oublié) et vous le recommande plus que chaudement...c'est assez rare d'être transporté dans de tels univers...



C'est donc la fin de cette septième critique de l'avent, le temps passe mais je m'accroche ! J'espère qu'elle vous aura plut et il est l'heure de vous poser mes questions maintenant :

-Et toi, as-tu souvenir d'une OST de jeu qui t'as marqué ?
-Te souviens-tu d'un jeu dont l'univers a su te faire réellement vibrer ?
-Si tu étais assimilé par le Transistor...quelle capacité transmettrais-tu à son porteur ?
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Albynn le Lun 7 Déc - 17:22

J'm'attendais bien à ce que tu finisse par en parler! Maybe, je vois bien le prochain: Fallout 4. Nan?
Ca donne envie - COMME D'HAB. Et les vidéos de présentations sont vraiment belles.

-Ouai, les bande sons de Wkafu béta fermée me faisaient réver bien avant que je commence à jouer.
-Vibrer, c'est à dire? Parce que si c'est émerveiller, mon premier jeu, Starshot (infogramme) m'a fait ouvrir de grands yeux. Si c'est en univers, je dirais FF12 revanant wings, une histoire innatendue qui m'a émue. Si c'est en combats, je dirais FF12 tout court. Des heures de switch et de techniques auto pour tenir les boss avec la FUCKING JOIE DE LUI AVOIR ENFIN POUGNER SA GUEULE A CET ENFOIRER HO OUI.
-Heuuu.... quoi? Jépacompris... Je suppose que ca veut dire "si je pouvais filer un super pouvoir/capacité" à mon porteur. Hm... A priori, je dirais une grande force, ou de l'endurance. J'ai pas envie qu'il me lache en chemin! XD
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1237
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 25
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Bluefox82 le Lun 7 Déc - 18:35

Je connaissais déjà Transistor, vu que tu nous en avait déjà parlé pendant un bon moment. Donc j'ai pas grand chose à dire. ^^

Réponse:
-Starfox Adventures, pour ses musiques d'ambiance particulièrement enchanteresses.
-La série des Zelda je dirai, par défaut. Bien d'autres jeux ont su me faire vibrer, mais pour l'instant je ne m'en souviens d'aucun qui sort réellement du lot.
-En prenant en compte ma condition et ce que je veux devenir...je dirai un pouvoir permettant à la nature de reprendre le dessus sur tout ce qui est artificiel. Comme une sorte d'aura qui défonce n'importe quel système mécanique, et le recouvre de végétation.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Shiki Van Shërza le Mar 8 Déc - 13:01

Ah, Transistor ! Tu en avais beaucoup parler et ça fait parti des jeux que j'ai et que je doit encore faire... Mais je le ferrais un jour, ça c'est sûr ! ^^

Et j'avais complètement oublier que je te l'avais offert, tiens ! xD

Sinon, pour les questions :

-Dur à dire, en fait. J'ai beaucoup aimer les musiques de Final Fantasy Crystal Chronicles à l'époque, mais y'a pas mal d'autres jeux qui m'ont marquer à ce niveau... C'est asser dur à dire. Je dirais que la série des KH est sans doute celle avec les OST m'ayant le plus marquer. Et un point à MH avec les musiques de certains monstres, qui sont juste... Tellement géniales sur le coup.
-Hum... En fait, j'ai tendance à apprécier pas mal d'univers différents. Mais le premier, je dirais l'univers construit par Ankama autour de Dofus et Wakfu... Que je suit depuis pas mal d'années maintenant, et dont j'aime bien découvrir les petites nouveautés de temps à autre. Pour ce qui est de me faire réellement vibrer... Je voit pas, malheureusement. ^^'
-Je dirais... Le pouvoir de s'excuser pour un rien et de se rabaisser tout le temps ! Very Happy *sort*
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Mama Koi le Mar 8 Déc - 13:52

Personnellement j'ai beaucoup de mal à me faire une idée sur un jeu sans y jouer, mais sachant que en général tu as pas des gouts de chiottes, je pense que le jeu doit valoir le coup.

Sinon en ost marquante, c'est celle d'un jeu au quelle je n'ai jamais joué, je parle de l'ost sur la mort de Sniper Wolf dans Metal Gear Solid premier du nom.
( https://www.youtube.com/watch?v=PuMdGI6gNSA )

Pour certain leur meilleurs jeu en terme d'univers c'est la série des Zelda, et bien pour pour moi, grand amateur de la culture japonaise (pop ou traditionnel) remplacez les plaines d'Hirule par celle de Shinshu, les graphismes par des estampes et surtout Link par Amaterasu sous forme canine, et vous obtenez Okami, mon jeu préféré sur toute console confondu.

Et si une radio m'aspirait (la blague moisi c'est fait.) je pense que je lui refilerais ma capacité à sauter du coq à l’âne! Donc devenir aussi imprévisible que le sens du vent.
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Mar 8 Déc - 15:35

Salut à tous ! Me revoilà pour cette huitième case du calendrier, et j'en suis très heureux ! Aujourd'hui on va à nouveau traiter d'un Anime...et de l'un de mes préféré en plus ! Cette oeuvre je la connais depuis bien des années et elle appartient à ma jeunesse, c'est à coup sur la plus vieille que je vous présenterais ici. Accrochez vous bande de Gougnafiers...

On va parler de Saiyuki !


8 Décembre : Une longue route vers l'Inde





Pour parler de l'oeuvre papier

Alors Saiyuki (ou Gensomaden Saiyuki dans sa version originale) est un manga parut en 1997 et créé par Kazuya Minekura. L'oeuvre est une réinterprétation d'un roman chinois assez connu nommé "La pérégrination vers l'ouest". Le manga a été adapté en un anime décomposé en trois parties :

-Saiyuki
-Saiyuki Reload
-Saiyuki Reload : Gunlock

Pour parler un peu du manga en lui même, j'avoue ne pas en être très fan. Le style de dessin n'est clairement pas celui que je préfère, et je lui trouve trop violent par rapport à l'ambiance que dégage l'Anime. Avant d'expliquer un peu plus cette ambiance, attardons nous sur l'histoire en elle même.


Un putain de road trip

L'histoire se déroule dans notre monde, à une période assez peu définie (Mélange de contemporain et de traditionnel). Deux espèces se partagent le monde, les humains et les yokai (sorte de démons aux intentions pacifiques). L'entente entre les deux est plutôt bonne, seuls quelques rares incidents étant recensés.

Seulement voilà...dans le plus grand des secrets une femme tente de briser les taboues imposés par la religion bouddhiste afin de ramener à la vie l'un des plus grand monstre de l'histoire. Le démon Gyumao, être fait uniquement pour la guerre, est en effet en passe de revenir sur le monde...et ses ondes néfastes commencent à se répandre. Les yokais deviennent peu à peu violent, retrouvant une nature qu'ils avaient oubliés.

Devant ce véritable désastre, la déesse Kanzeon ordonne à quatre jeunes gens de partir en direction de l'inde, afin de mettre un terme aux agissements de Gyumao. Seul problème, les quatre qu'elle a choisit semblent ne pas pouvoir se blairer...


Parlons protagoniste

Le synopsis de Saiyuki est des plus basique, j'en conçois. Il ne fait office que de prétexte pour toute une quête initiatique avec nos quatre héros...quatre personnages attachants et diablement bien construit. Laissez moi vous les présenter :

-Genjyo Sanzo : Leader du groupe, Sanzo est un un moine des plus important. Détenteur de l'un des cinq sutra sacré (relique de la religion Bouddhiste) il est une personne importante...et un chieur finit. Sanzo n'a en effet rien d'un moine, il boit...fume...et explose la tête de toute personne venant l'emmerder avec son revolver. S'est un personnage acariâtre, une tête de con des plus caractérielle. La mort de son maitre semble lourdement lui peser sur la conscience, il n'a de cesse de l’encenser mais ne semble en aucun cas décidé à lui ressembler.


-Son Goku : Étrange enfant né de l'énergie d'un rocher, Son Goku est un yokai particulièrement puissant. Il se fit enfermé pendant pret de 500 ans dans une grotte afin de maintenir ses pouvoirs dévastateur sous contrôle. Libéré par Sanzo, il ne cesse de l'admirer et de le suivre partout où il va. Goku possède un terrible appétit, et rien ne semble pouvoir le combler.


-Sha Gojyo : Fils d'un humain et d'une yokai, Gojyo est un bâtard rejeté par le monde. C'est un dragueur invétéré, en plus d'un trop gros fumeur. Ses origines semblent énormément lui peser, et il sort de ses gonds chaque fois qu'on les mentionne. En rivalité constante avec Goku, il se montre au moins aussi immature que lui.


-Cho Hakkai : Hakkai est le membre le plus sympathique du groupe. Souriant, cuisinier et véritable mère poule...il est l'aura de calme dans ce groupe chaotique. Il n'en est pas moins dangereux, maîtrisant son ki et parvenant à créer des sphères d'énergies. Veuf depuis des années, il est devenu un yokai après en avoir tué mille lors de la mort de sa femme. Derrière son sourire se cache donc un homme blessé et torturé par sa violence interne.


Vous l'aurez remarqué, on tient ici une belle bande de vainqueurs. Ces quatre personnages se complètent à merveille et on s'y attache très vite. Ils nous font passés des rires aux larmes, et on sent que les blessures de chacun les rapprochent bien plus qu'ils ne voudraient l'admettre. Ils veillent les uns sur les autres et tentent de faire face aux divers ennemis leur barrant la route...et il y en a un paquet là encore.


Tout, tout, tous vous saurez tout sur les méchants ♪♫♪

Des méchants dans Saikuki...il y en a des tas. Et pourtant, chacun d'eux s'avère logique et attachant. On finit même par se dire qu'ils iraient à merveille dans la bande à Sanzo si le destin ne les avait pas fait prendre une route différente. Là encore je vais vous les présenter, ils ne sont pas tous présent en même temps mais valent le détour .

-La bande à Kogaiji : Dirigée par le fils de Gyumao (qui déteste son père au plus haut point) ce groupe forme les antagonistes récurrents de la série. Ils sont construits de façon à ce que chacun de ses membre soit en rivalité totale avec un membre de la bande à Sanzo. Les combats qu'ils livrent avec Sanzo et ses hommes sont des plus violents, mais ils se montrent tout aussi blessés qu'eux. En certaines occasions ils en viennent à s'allier et on sent que sans Gyumao...jamais ils ne s'opposeraient.


-Homura : Enfant d'un humain et d'une déesse, Homura détient une puissance incommensurable. Nommé prince des dieux guerriers, il se bat à l'aide d'une large épée enflammée. Amoureux d'une déesse qui se retrouva bannie des cieux, il rêve de créer un monde ou leur amour pourra éclater. Le pouvoir des sutras semble être la clé de son plan, mais une étrange maladie se propage en lui.


-Kami : Un étrange personnage vivant dans une tour remplie de jouet. Égoïste autant que monstrueux, c'est un personnage détestable qui n'hésite pas à tuer pour s'amuser. Son apparence proche de celle de Sanzo laisse entendre qu'il détient une importance hiérarchique similaire à la sienne, mais nul ne parvient à comprendre quels sont ses plans.


-Hazel et Gato : Le premier est un prêtre chrétien, détestant les Yokais et possédant le pouvoir de capter l’âme des morts afin de ressusciter les personnes récemment décédées. Le deuxième est un combattant amérindien l'accompagnant et le protégeant. A eux deux ils vont remettre en question la nature même du groupe de Sanzo, et leur opposer une idéologie des plus racistes.


-Ni Jen Hi : Scientifique chargé de la résurrection de Gyumao, il fait office de grand antagoniste de la série. Profondément inhumain et égocentrique, il s'amuse à expérimenter sur ses propres alliés et détails les résultat avec lassitude. Il est d'une puissance impressionnante et semble nourrir bien plus d'ambitions que celle de simple faire valoir...à l'heure actuelle on ne connait toujours pas quels sont ses desseins...mais il reste un antagoniste que j'admire et que j'adore.



Un humour bien présent, pour cacher un lourd passé

Saiyuki est une série se voulant humoristique sur bien des aspects. Nos quatre héros doivent apprendre à vivre ensemble et les conflits éclatent bien trop souvent, pour notre plus grand plaisir. Ils sont grossiers, colériques et ne peuvent pas se sentir...et ça se voit. Je me suis marré pas mal de fois devant l'anime. Les situations les plus banales devenant les plus grandes scènes de guerre (Quand Hakkai se barre car il en a marre de ranger derrière eux...c'est le dawa le plus total).

A côté de ça tous les personnages que j'ai présenté sont touchant à un moment ou un autre. Leur passé est travaillé et on sent le poids qu'il inflige à quelqu'un. Les rapports qu'ils entretiennent entre eux leur permet d'avancer et de mieux se comprendre, mais la folie les guette à chaque instant et tour à tour ils tenteront de renier ce qu'ils sont.


Une réalisation basique pour un univers top

Autant vous le dire tout de suite, l'anime ne vous marquera pas par sa beauté. C'est assez vieux et c'est pas le plus bel anime que j'ai pu voir. Il n'est pas moche néanmoins, juste banal. La musique est sympathique mais là non plus elle ne parviendra pas à s'inscrire dans votre esprit. On est sur du classique, mais ça ne gêne en rien l'histoire.

Côté univers par contre, j'adore ! Il est assez rare de tomber sur des oeuvres parlant de tous les mythes bouddhistes, et Saiyuki le fait à merveille ! On en apprend sur les dieux et les déesses de cette religion, tout en appréciant tout ce que l'auteur nous propose. Le parcours de Sanzo et sa bande dans ce monde est enchanteur, et on a toujours envie d'en apprendre plus.


Saiyuki, pourquoi ? Saiyuki pour qui ?

Je conseils Saiyuki à tous. C'est un anime qui a bercé ma jeunesse et dont j'ai toujours gardé une très bonne appréciation. Ses personnages m'ont inspirés énormément pour Last Dream (a l'image d'Hazel pour les Soulbreaks) et ils sont la véritable puissance de cette oeuvre. En les analysant un minimum je suis convaincu que vous trouverez nombre d'idées et références pour vos propres personnages.

L'anime et le mangas sont néanmoins en pause suite à des soucis de santé de l'auteur, mais j'espère toujours voir la suite arriver...et voir la fin de ce magnifique voyage vers l'ouest.




Et voilà, cette case est maintenant ouverte. Ca aura été ma critique avec le plus d'effort sur la forme depuis le début...et j'avoue que j'en ai chier. Dites moi si ça vous a plut (le fond et la forme) que je sache si les efforts payent et si j'en referais dans ce genre là. J'ai beaucoup parlé perso aujourd'hui, mais j'en vais très envie depuis longtemps (Saory !)

Les questions, et je vous laisse :

-De ce que tu as vu, quel membre de la bande à Sanzo t'intéresse le plus ?
-Niveau méchant, lequel t'intéresse le plus ?
-Y a-t-il un personnage se rapprochant d'un des perso que tu as pu créer ?


Dernière édition par Birth le Mar 8 Déc - 15:55, édité 1 fois
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Albynn le Mar 8 Déc - 15:48

Bwouh, j'ai peur que ça soit fichtrement trop long pour que je commence maintenant!
Dans les animes médiévaux/modernes avec légendes, perso, j'ai Fushigi Yugi, mais c'est beaucoup axé sur le romantisme, l'amitié et la trahison.

-J'hésite entre Son et Sho, mais Sho a l'air plus mon style de perso. L'intello de service calme et tranquile.
-Pareil: Ni Jen Hi, l'intello chercheur et manipulateur.
-Usotsuki ressemble un peu à Kami, à la seule différence que l'un agit en étant clean en toute apparence, et pas l'autre.
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1237
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 25
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Bluefox82 le Mar 8 Déc - 16:08

J'ai regardé un peu de quoi il en retourne, et je pense que je vais prochainement me lancer dans cet anime. ^^

Réponses:
-Sanzo.
-Kogaiji ou Ni Jen Hi.
-Plusieurs même! Sanzo: Sanger/Gojyo: Eevan./Hakkai: Yhlas.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Mama Koi le Mar 8 Déc - 16:35

les deux premier me donnaient fichtrement envie, mais trop d'anime en cours ^^'. mais c'est le prototype d’animé old school simple mais efficace que j'apprécie beaucoup!

perso j'aime bien Sha Gojyo, j'aurais pu dire son goku... mais j'aime pas les gosses chiants.

le seul méchant que j'apprécie a peu près dans ceux là, c'est Homura, car un bon méchant ne fait pas le mal pour le mal! Sinon c'est digne d'un méchant des super nana!

Sinon j'ai pas trop de personnage en commun, à part ptète Samuel et Sha.

avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Mer 9 Déc - 18:30

Salut à tous ! J'espère que votre journée aura été bonne, moi elle aura été sympa. Sans attendre nous allons ouvrir ensemble la neuvième case de ce calendrier et découvrir ce qu'elle recèle. Nous retournons sur une série aujourd'hui, la toute dernière que j'ai finis pour être précis. On part sur une série possédant de nombreux thèmes, réalisés par deux géants du cinéma...

Aujourd'hui on parle de Sense 8


9 Décembre : Je veux pouvoir sentir vos émotions, et agir selon vos actes




Pour commencer, parlons Wachowski

La série est donc réalisée par Lanna et Andy Wachowsky...deux frère (même si l'un d'eux est devenu une femme, vous verrez que ça a son importance) à qui l'on doit l'une des trilogie la plus connue du cinéma. Ces deux malades étant en effet les créateur de...Matrix. Autant vous dire déjà que le fait de les voir s'occuper d'une série entière me filait un large sourire d'avance.

Personnellement j'aime assez leur travail, trouvant qu'ils sont toujours capable d'aborder de grands thèmes de notre société de façon efficace et diablement accessible...et en cela je considère Sense 8 comme l'aboutissement de leur travail.


Huit personnes ne formant qu'un

Sense 8 est disponible depuis le 5 juin 2015 sur Netflix. La série se décompose en 12 épisode, formant une saison, une deuxième saison ayant d'ores et déjà été annoncée.

L'oeuvre nous raconte l'histoire de huit personnes, venant de pays différents et vivant des vies que tout oppose, qui vont un jour découvrir qu'un lien les unis. Ils sont tous nés le même jour et forment ce que des chercheurs appellent un "Cercle" : Ils possèdent ainsi la capacité de ressentir ce que les autres ressentent, et peuvent se servir des talents de chacun pour se sortir des situations les plus compliquées. Ils se font appeler "Sensitifs" et semble être une évolution rare de l'humain. Nous avons donc :

-Will : Un policier américain étant hanté par le meurtre d'une enfant survenue des années plutôt. Il est droit, cherche avant tout la justice et tente de faire de sont mieux pour assurer la survie des sensitifs

-Riley : Une DJ islandaise, ayant visiblement connue un lourd traumatisme l'ayant poussée à quitter son pays natal. Elle semble en permanence perdue, et cherche à redécouvrir le gout de vivre.

-Kala : Une jeune indienne promis à un mariage arrangeant sa famille. Elle est chercheuse dans un laboratoire, grande croyante et toujours souriante. Malgré la gentillesse de son futur mari, elle ne parvient pas à l'aimer et voit donc son mariage d'un mauvais oeil

-Nomi : Jeune transsexuelle, ancienne hackeuse de génie, elle tente de vivre sa vie tout en se faisant accepter des autres. Elle est intelligente et semble essayer de prendre une revanche sur sa vie et sur ce que sa famille lui a fait subir.

-Sun : Fille d'un géant de la finance Coréen, cette jeune femme est une redoutable combattante. Tentant de trouver sa place parmi un monde gouverné par les hommes, elle se montre résignée sur son sort et semble porter sur ses épaules le poids de sa famille entière.

-Capheus : Jeune africain conducteur de bus, il a connu une vie de misère mais reste un éternel optimiste. Philosophe à sa manière, il fait tout son possible pour fournir à sa mère (atteinte du Sida) des médicaments.

-Lito : Acteur mexicain homosexuel, il met tout en oeuvre pour que personne ne découvre sa sexualité. Soucieux de sa carrière, il est lâche et peu sur de lui...se comportant parfois de manière odieuse sans le remarquer.

-Wolfgang : Crocheteur de serrure allemand, il est le plus violent du groupe. Il se montre froid, ne vit que pour la vengeance et cherche à tout prix à se séparer de sa famille. Il laisse un tas de cadavre derrière lui, et va toujours de l'avant.

Bien d'autres personnages viennent se joindre à cette liste déjà assez grande, tous ayant leur intérêt et leur histoire.


Une grande intrigue, de multiples objectifs personnels

L'une des grande force de Sense 8, c'est le fait de pouvoir nous raconter nombre d'histoire. L'intrigue principale nous raconte la lutte entre les sensitifs et ceux essayant à tout prix de les capturer (mené par un homme étrange nommé Whisper, qu'il ne faut jamais regarder dans les yeux).

Mais à côté de ça chaque personnage à sa propre intrigue qu'il ne parvient pas à régler seul. C'est en s'associant aux autres membres de son cercle, et en usant de leur talents, qu'ils parviennent un à un à se sortir de leur problème. Chacune de ces petites intrigue est remarquable, nous donnant toujours envie d'en savoir plus et de voir comment tout cela va se finir. rarement une telle construction scénaristique n'avait été aussi maîtrisée et ça fait plaisir à voir !


Une chiée de thème abordés

Sense 8 aborde un nombre de thème tout juste impressionnant...de mémoire je n'en avais jamais vu autant dans quelconque oeuvre. Le fait que les Wachowski se trouvent au centre de certains de ces thèmes est très certainement l'une des raisons qui les pousse à faire cela. Plutôt que les développer je m'en vais donner ici la liste des thèmes que j'ai vu, elle va piquer *Inspire* :

L'homosexualité et son impact sur certaines carrières aujourd'hui, la transsexualité et sa réception, la place de la femme dans les pays asiatiques, la relation entre policiers et ghettos, la maltraitance infantile, la répercussion du mur Berlinois sur l'enfance de certaines personnes, le traitement du Sida en Afrique, le jugement que peuvent porter les gens sur certains problèmes mentaux, les mariages arrangés dans certains pays, la place de la religion dans certain pays...

Et j'en oublie très certainement, c'est assez renversant de voir tout ce que la série ose et peut apporter et rien que pour cela je pourrai vous la conseiller. Ajoutez à cela sa question servant de fil conducteur "Qu'est-ce qui fait de nous...des humains" et vous obtenez une oeuvre magistrale.


Pour parler de la réalisation en elle même

La réalisation est magnifique, les décors sont beau...le jeu d'acteur est juste époustouflant et la mise en scène vaut le détour. Voir des réunions de sensitifs alors qu'ils se trouvent chacun à des milliers de kilomètres est quelque chose de super bien pensé, et on peut voir que nos chers réalisateur jouent beaucoup avec ça. C'est réellement une série possédant des moyens de dingue, et la première du genre que je qualifierais d'Hollywoodesque (rien que ça).

Petite déception en musique néanmoins, l'ost de la série ne m'ayant malheureusement pas marquée. Elle n'est en aucun cas mauvaise, juste pas assez marquante.


Sense 8, pour qui ? Sense 8 pourquoi ?

Je conseils la série à tout ceux qui veulent voir une oeuvre abordant de multiples thèmes et se permettant de placer en tant que personnages principaux des types de personnes que l'on voit rarement. Il faut néanmoins s'accrocher un peu car le début de la série n'est pas des plus passionnant, mais la suite vaut incontestablement le coup d'être vue !



Voilà qui termine cette neuvième case, merci de l'avoir suivie et merci pour tous vos commentaires précédents. Je les lis avec attention et me prépare de nombreux petits débats à venir (on va s'enjailler). Avant de vous laisser...mes questions !

-Quel thème aimerais-tu voir plus souvent abordé dans les séries ou anime ?
-Aimerais-tu posséder un lien comme celui des sensitifs, et ressentir tout ce que peux ressentir une autre personne ? Pourquoi ?
-As-tu vu Matrix, quel est ton avis dessus ?
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Bluefox82 le Mer 9 Déc - 19:40

Une superbe case et honnêtement une série qui me donne vraiment envie! S'il y a bien quelque chose que j'adore, c'est d'avoir une multitude de personnages différents avec leurs intrigues respectives. Si en plus ça traite de plusieurs sujets sérieux, de manière un minimum philosophique, je suis pour!

Et maintenant, les réponses:
-La déchéance humaine, les relations/divergences/inégalités sociétales, le phases du deuil et la relation qu'a l'homme avec la mort.
-Non: étant quelqu'un qui est de base très sensible et émotif, ça serait le coup à me foutre le cafard très rapidement si jamais je ressent la tristesse d'une personne.
-Oui, j'ai vu Matrix. Mon avis là-dessus? Un bon film d'action, des costumes stylés et...je me souviens plus de l'intrigue. Ca veut dire qu'il ne m'a pas marqué. Donc: bof.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Shiki Van Shërza le Mer 9 Déc - 19:53

Ah Sense8 ! Je ne regrette pas d'avoir suivit ton conseil et d'avoir commencer à regarder cette série, elle vaut vraiment le coup ! Il faudrait d'ailleurs que je regarde la suite, pour le coup. ^^

Mais j'aime beaucoup le concept de la série en tout cas, et j'ai vraiment hâte de voir le développement qui va être apporter sur la suite. ^^

Pour les questions :
-Sans avis. Je regarde assez peu de séries, donc je sais pas vraiment.
-Non merci, sans façon ! De même qu'Harkane, en plus. Donc... Non, juste non. Je pense pas que je pourrais le supporter bien longtemps. ^^'
-Et jamais vu Matrix pour le coup, malheureusement. Il faudrait que je me rattrape un jour, possiblement.
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Mama Koi le Jeu 10 Déc - 12:22

J'ai bien apprécié Matrix, mais personnellement, Sense 8 ne m’intéresse pas vraiment^^. La filmographie des Wachowskis ne se limite pas à Matrix (dommage d'ailleurs) et personnellement leurs autres films me laisse ni chaud ni froid.

Sinon pour les questions:
-J'aime bien la recherche du respect de ses paires comme thème.
-personnellement c'est le genre de pouvoir qui pue, j'aime pas trop la proximité alors avec des inconnus non merci!
- Je me souviens que du première opus, je le trouve sympa, mais je suis pas un fanboy absolu. (Contrairement à Paprika!)
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Jeu 10 Déc - 17:26

Et salut à tous ! Dixième case aujourd'hui ! Déjà dix critiques de fait... fiou...ça prend du temps mais ça vaut le coup. On retourne sur une analyse de l'un de mes persos de RP aujourd'hui, celle sur Rose vous ayant visiblement plut. On va donc se pencher sur un autre personnage, lui aussi haut en couleurs, à travers son histoire et son évolution.

Aujourd'hui on va parler d'une femme aussi décomplexée qu'espiègle, on va décrire une tendre garce...

Aujourd'hui, c'est Illi !


10 Décembre : De flingues et de fleurs




Les origines de la garce

Illianalesca Vaneslas Sherzaïn (Illi' pour les intimes) a été crée en juillet 2013, soit un mois après la création de Rose et de Lenz. Elle fait partie de ma deuxième vague de perso et est arrivée en jeu en même temps que Ryfus Ugarchest. A l'époque je voulais développer d'avantage mes deux persos principaux en les confrontant avec deux figures importantes de leur vie. L'idée de la soeur de Rose m'est venue assez rapidement, son design suivant de très peu.

Illiana était à l'origine une femme menaçante, assez insultante et très soupe au lait. Elle recherchait activement sa soeur, voulant la ramener dans leur famille. Elle usa de nombre de menaces et de coups bas afin de pousser Flamiya et Shiki à bout et enfin retrouver sa soeur...avant de s'effondrer en larmes en la voyant.

Ce qu'allait devenir cette roublarde semblait alors déjà amorcé, une personne sensible se cachant derrière un masque de malice.


Un personnage se dessinant au grès de ses relations

Illiana est mon perso a avoir été le plus en couple (que se soit en RP ou dans son Background) et chacune de ses relations l'a changée et l'a dirigée vers une nouvelle voix. Nous avions à l'origine une femme réservée, se voulant discrète et assez timide aux premiers abords. C'est avec cette personnalité qu'elle rencontra son premier compagnon, laissez moi vous les décrire tous :

Première relation : Lenz : Et oui, mon chers Sacrieur aura été avec les deux soeurs Van Sherza. La relation avec Illiana fut de courte durée, mais il apporta à la roublarde ce qu'il apportera bien plus tard à sa soeur...de la confiance. Illiana sortira de cette relation confiante et plus déterminée que jamais, les deux finissant en bon termes.

Deuxième relation : Jolian : Cette relation dura plus longtemps que la précédente...et fut bien plus heureuse encore. Illi' était heureuse avec l'ancien Jolian, une personne se montrant drôle et attachante. Elle fut aimée, et commença à devenir plus espiègle, plus malicieuse...croquant la vie à pleine dent. Elle eut un enfant avec le roublard...mais aucun des deux ne sentit prêt à assurer la charge parentale. Jo' ne ressentait rien, et avait peur que cela influe sur ses rapports avec sa fille, et Illi' menait une vie d'assassina et ne voulait pas que cela détermine le futur de la petite. Ils confièrent la jeune Nanami à une famille d’accueil, et leur couple ne résista pas à cette épreuve.

Troisième relation : Oriahnel : Plusieurs années passèrent, Illi' s'en voulant d'avoir abandonnée sa fille. Son métier d'assassine devint plus rude, plus cruel encore...et la belle chercha une échappatoire. Elle enchaîna les relations d'un soir, couchant à droite et à gauche dès qu'elle le pouvait. Elle trouvait dans le sexe l'une des dernière chose la faisant se sentir vivante, et cherchait à punir con corps de l'abandon qu'elle avait infligée à sa fille. C'est dans ces conditions qu'elle rencontra Ori', une jeune Eniripsa espiègle dont elle tomba amoureuse. Elle revivait enfin, le bonheur étant revenu à elle. Mais une fois encore il fut de courte durée, Ori' finissant par disparaître sans laisser de mot...laissant notre belle tireuse seule une nouvelle fois.

Quatrième relation : Bridgess : Illiana disparut pendant plusieurs mois après le départ d'Ori'. Elle voulait se purger de toutes ses années de décadence. Elle s'engagea en tant que matelot et partie en mer, dans une envie de se couper du monde. A son retour elle avait changée. Plus calme, plus heureuse...elle se découvrait de nouvelles envies et réalisait enfin ses passions. Elle devint fleuriste, et rencontra Bridgess. La compagnie de l'Eca lui fut agréable, mais elle soufra de voir que la jeune femme ne lui portait pas le même amour qu'elle. S'enfermant dans une relation à sens unique, elle semblait commencer à dépérir de nouveau.

Cinquième relation : Séléna : Elle rencontra Séléna complètement au hasard, alors qu'elle cueillait des fleurs. Les deux s'entendirent immédiatement, et une sorte de complicité naquit entre les deux. Séléna lui avoua bien vite ses sentiments, venant perturber la roublarde qui entendait pour la première fois la phrase "Je t'aime". Elle quitta Bridgess pour s'installer avec cette femme étrange...et lui avoua à son tour son amour. Les deux se marièrent, se complétant à merveille. Illiana s'adoucit, et devint enfin pleinement heureuse...mais augmenta encore son côté espiègle...pour le plus grand bonheur de nombre de personne.


Des soeurs opposées

Illiana est très liée à sa soeur, leur relation est une grande base de ce qu'elles sont en RP. Si les rapport entres elles furent difficiles au début (Rose faisant tout pour se rapprocher de sa soeur, tandis qu'Illi la trouvait trop niaise et trop collante) tout changea lorsque Rose sauva la roublarde. Illiana avait en effet été retenue captive par une de ses cibles, et elle ne fut délivrée que par la petite Sramette.

Dès lors elles firent la promesse de toujours se protéger, de n'avoir aucun secret l'une pour l'autre et d'avancer ensemble dans la vie. Rose adoucie Illi', là ou la roublarde rend la Sramette plus espiègle. Les deux se complètent donc à merveille et forment une famille bien drôle.


Ce que j'aime chez Illiana

Qu'on se le dise, j'adore jouer ma Roublarde en RP. Elle est décompléxé, diablement aguicheuse et ne manque jamais une occasion de faire des blagues. J'aime les relations qu'elle a tissée, elle parait parfois froide ou donne l'impression de se foutre des autres...pourtant elle est toujours là dans des moments de doutes d'autres personnages pour donner son avis et tenter de les aider. Elle est celle qui veille dans l'ombre, un petit sourire aux lèvres et un regard attendris. Elle ne le dira jamais, mais elle apprécie Get Free pour ce qu'ils sont, pour ce qu'ils ont offert à Rose et pour ce qu'ils ont fait pour elle.

Illiana suit sa vie, venant rencontrer aléatoirement certaines personnes le temps de pimenter leur vie tout en leur montrant une voie qu'ils peuvent emprunter. Celle de la rédemption, de l'acceptation de soi et de ses erreurs...pour la tueuse devenue fleuriste, la fan de sexe devenue grande amoureuse, cette voie est celle qui mène au bonheur...elle espère que tous ceux qu'elle aime la suivront tôt ou tard.




Voilà qui met fin à l'ouverture de cette case, en espérant qu'elle vous ait plut ! On se retrouve demain pour une nouvelle oeuvre, je vous laisse avec mes questions :

-Et toi que penses-tu d'Illiana ?
-Tes persos ont quelle relation avec elle, que pensent-ils de la Roublarde ?
-Une scène qui t'as marqué avec la belle fleuriste ? ~
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Shiki Van Shërza le Jeu 10 Déc - 20:08

Ah ! Bien sympa la case du jour, et ça fait plaisir de revenir sur un autre de tes personnages RP... Et pour le coup, de la même famille que le précédent. :p

Je connaissais un peu moins Illiana, et du coup j'ai apprit quelques trucs... Mais j'oublierais jamais ce personnage, oh non. xD
Il y a eu tellement de situations drôles avec... Ce personnage me fait beaucoup rire parfois, dans sa manière d'être espiègle avec les autres. ^^

Pour les question :
-J'aime bien le personnage, et l'évolution qu'il a eu... Même si je doit avouer qu'au début, son aspect aguicheur et espiègle m'a un peu fait peur, et à Shiki aussi, à l'époque... Entre autres. x)
-Pour le coup, c'est plutôt simple ! Illiana est la belle-sœur de Shiki, et c'est une personne qu'elle apprécie, même si parfois elle aimerais qu'elle s'amuse moins à la taquiner comme elle le fait, surtout sur ce que lui raconte Rose. :')
Mais c'est aussi quelqu'un qu'elle respecte et admire un peu, une femme forte qui sait se battre pour défendre ceux qu'elle aime, et qui lui sert aussi de maître pour son entraînement. ^^
-Une scène qui m'a marquée ? Hum... Raah, c'est chiant ces questions avec tes personnages, y'a toujours plusieurs scènes qui nous marquent ! Non mais oh ! xD
Je dirais tout ce qui a tourner autour du mariage entre Rose et Shiki, certains des premiers RP avec elle (Bilbyza...), et les entraînements en général, que j'aime bien. ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Albynn le Ven 11 Déc - 12:50

Ha, Illi, chère Illi! Des fois, je me dis qu'avec mes blagues moisies, je finirais comme elle en vieille fille dis donc!
Atta, elle a été AVEC LENZ? WHUTUTZUFU?
CA c'est du scoop. Pour moi, en tout cas. Il cache son jeu, le Lenz, dis donc!

-On dirait une peu la mégère qui a pas envie de grandir, et le prouve en faisant toujours des conversations salaces!
-Alb l'aime bien sans trop savoir pourquoi, même s'il trouve qu'elle ferait mieux de savoir s'arreter, surtout en présence des enfants!
-La fois où Illi a raconté l'histoire de Lenz et Rose pour calmer et faire dormir Alb. C'était trop touchant et innatendu, et en plus, j'ai vu du BG! xD
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1237
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 25
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Bluefox82 le Ven 11 Déc - 14:42

Encore un fabuleux personnage pour cette nouvelle case! Les réponses qui vont suivre vont faire office d'argumentaire:

-Un personnage complexe: derrière ce côté espiègle, joueur et caractériel se cache une femme relativement sensible, avec un psyché plus profond. En gros, un personnage que j'apprécie beaucoup. :p
-Deux de mes personnages encore une fois y sont rattachés: Harkane, qui la considère comme une sacrée garce femme avec un caractère bien à elle mais aussi une bonne copine de beuverie, et Iriana qui l'aimait pas du tout au début (En mode: "Arrête de me coller t'es chiante") puis qui s'est confiée à elle et qui la considère désormais comme une grande sœur.
-Deux m'ont marqué: le sauvetage d'Illi par Harkane, et l'unique RP qu'elle a eu avec ma roublarde. Tout deux étaient magnifiques.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Ven 11 Déc - 16:23

Et salut à tous ! De retour pour ouvrir cette onzième case...qui est de nouveau sous le signe des larmes et de la tristesse absolue. On va de nouveau parler d'une de mes oeuvre préférée...tout simplement celle qui m'est le plus chers dans un médium bien particulier. Et si je chiale...c'est car je n'ai jamais pu en voir la fin, la série ayant été arrêtée en France et mon niveau de Japonais étant pitoyable.

Oui, on va parler d'un mangas...certainement l'un des seuls que j’aborderais en ces lieux. On va parler de ce chef-d'oeuvre qu'est...Elemental Gerad.


11 Décembre : Deux âmes s'unissant pour former la plus puissante des armes




Mon rapport aux mangas

Je me sens obliger de commencer par là...que représente les mangas pour moi. J'aimerais dire que je n'en suis pas fan et faire mon pauvre hipster...mais se serait cracher sur les plus de 300 putains de mangas peuplant mes diverses étagères. Oui j'ai acheté une chiée de ces livres, oui j'en ai adoré certains...mais cela semble derrière moi désormais.

J'ai lu les grands canons du genre (Naruto/Bleach/Fairy Tail/One Piece...lancez moi sur le sujet et on pourra en parler), j'ai lu les oeuvres plus modestes mais néanmoins cultes (Death Note/Detective Conan...et j'en passe) et j'en lis toujours de façon occasionnelle.

Mes coups de coeur restent les écrits plus sombre (Doubt/Judge/Pluto/Gunm...) mais mes préférés restent assez peu connus (Mär qui eut un certain élan de popularité pendant un temps, Peace Maker pour son ambiance Far West). Comme je l'avais expliqué précédemment néanmoins, je leur préfère les comics. Je trouve que les Mangas commencent en effet à un peu tourner en rond, et n'y trouve plus mon bonheur.


Elemental Gerad, mon amour

Pourtant je pense que si l'on me parle d'oeuvres dessinées en général (BD/Comics/Mangas...) je répondrais que dans ce cas Elemental Gerad est en haut de mes préférences.

Cette oeuvre, créée par Mayumi Azuma, a été publiée de 2002 à 2009 et se compose de 18 volumes...dont seulement 10 sont arrivés en France (Oui c'est mon oeuvre favorite alors que j'en lu que la moitié, c'est dire le level)

L'histoire nous raconte les aventures de Coud Van Giruet, jeune orphelin de 15 ans recueillis par des pirates de l'air. Au cours de l'une de leur attaque sur une sorte de grand manoir ils récupèrent une étrange boite semblant contenir un grand trésor. Coud l'ouvrira, découvrant que Gold Roger avait bien des goûts de merde pour planquer son putain de One Piece et qu'il aurait mieux fait de l'enterrer...on se calme...je plaisante.

En ouvrant la boite il découvre une jeune femme endormie, possédant une étrange pierre précieuse sur son front. La réveillant sans le vouloir, il va se retrouver lié à elle. Elle se prénomme Rêverie Metherlence (et putain j'aime ce nom) et est en réalité une Adilraid...une femme aux pouvoirs fantastique et pouvant se transformer en arme avec la personne liée à elle (baptisé pour le coup "Pledger").

Cou et Ren (leur surnom pour le reste du mangas, et donc de la critique) vont se retrouver embarqués dans les ennuis lorsqu'un étrange trio va attaquer le navire des pirates de l'air. Obligés de fuir, ils devront s'allier avec ces étranges assaillants dans une longue quête visant à ramener Ren de là d'où elle vient...l'Adilgarden.


Des personnages énormes

Le mangas recèle de personnages plus attachants les uns que les autres, et rares sont les oeuvres où les femmes ont connues des places si importantes. Outre l'intrépide Cou et la timide et réservée Ren...on peut compter sur nos trois gus de l'Arc Aile, les fameux assaillants du navire. Ils se composent de Cisqua, la chef d'équipe aux allures de naines et armée jusqu'au dents (caractère de merde et ambitions démesurées étant fournis avec), Kuea...une Adilraid aguicheuse, espiègle et toujours de bonne humeur ainsi que son Pledger : Rowen, un homme calme, réfléchit et certainement le plus sage du groupe.

Ces cinq persos n'auront de cesse d'évoluer au sein de l'oeuvre, à mesure qu'ils se connaîtront d'avantage et se rapprocheront de leur but. Face à eux de nombreux ennemis se dresseront, bien souvent Pledger, ce qui donnera lieu à des batailles dantesques.


L'idée des Adilraid...juste géniale

Le système Adilraid/Pledger qu'a créée l'auteur est juste dingue. Détaillé, intéressant et assez unique...il est de loin l'une des forces principale de cette oeuvre.

Les Adilraid sont toutes uniques et réparties en diverses raretés (correspondant à la qualité de leur pierre précieuse), ce qui ne manque jamais de soulever un débat sur leur humanité (de nombreuses personnes les considérant comme de simples objets). Quand elle se transforment en arme on dit qu'elle passent en "React" avec leur Pledger, la transformation s'effectuant avec un chant que tous deux doivent entonner. Ils peuvent ensuite user de divers autres chants afin de lancer des attaques particulières, correspondant à l'élément leur étant attribuée. Enfin, et c'est le petit détails que je préfère, les Adilraid doivent se recharger après avoir le React...et les méthodes varient pour chacune. Ainsi Ren pionce pour retrouver des forces (et quand je dis qu'elle pionce, c'est que putain elle pionce) tandis que Kuea...bouffe tout ce qui lui passe sous la main (vous la voyez la référence à la Zouzouille ?)


C'est...putain...de beau

Mayumi Azuma a un style de dessin que j'adore ! Ses personnages sont sublimes et putain de détailler, ses environnements sont bons et ses scènes de combat son magnifique. Je n'ai pas revu de si belles pages depuis Elemental Gerad, et je dis clairement (en toute subjectivité bien sûr) qu'elle la meilleure dessinatrice de mangas que j'ai pu voir de ma vie.

Elle se permet même quelques scènes de nu (sans qu'à aucun moment nous ne tombions dans de l'aguicheur et du fan service) qui restent touchantes ou viennent souligner la fragilité de certains personnages.

Je suis juste en admiration devant le taf de cette femme, et me relis ses livres dès que le temps me le permet.


Elemental Gerad, pourquoi ? Elemental Gerad pour qui ?

Lisez Elemental Gerad, essayez de le trouver par quelques moyens que se soit...vous ne serez pas déçus. Moi je vous remercie déjà, la préparation de cette critique m'a permis de découvrir qu'il existait des scans anglais de cette oeuvre, que je vais enfin pouvoir finir. Ce mangas est une oeuvre juste géniale, et ce que j'ai pu lire de mieux dans les oeuvres graphiques depuis des lustres...



Cette case est donc ouverte désormais, je repars lire mes scans en vous laissant avec mes habituelles questions !

-Et toi, les mangas t'en penses quoi ?
-Tes oeuvres préférée de ce médium ?
-L'oeuvre que tu trouves la mieux dessinée ?
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Bluefox82 le Sam 12 Déc - 13:27

L'histoire me semble pas mal du tout, j'aime bien le concept Adiraid/Pledger. Ca me fait aussi un peu penser à Müu, et par extension à une majorité de shushu. (Parlant de Mär aussi, j'ai surkiffé le principe des Ärms ^^)

Réponses:
-Etant par défaut quelqu'un qui lit vraiment pas beaucoup, le manga est ce que je préfère en terme de "littérature" (Parce que bon, c'est surtout des dessins, même s'il y a des bulles de texte).
-Spice & Wolf...et on a fait le tour, vu que c'est le seul manga que j'avais regardé jusqu'au bout (je sais aujourd'hui qu'il me manque quelques tomes, faudrait que je le reprenne. Et que je regarde l'anime en entier aussi).
-Et encore une fois (J'y reviens très souvent dessus, mais c'est parce que ma culture manga n'est pas optimale, et que j'ai été habitué à regarder les anime plutôt que les scans...à tord peut être.): Spice & Wolf.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Shiki Van Shërza le Sam 12 Déc - 13:50

Oh ! Encore un mangas que je ne connait pas, et qui m'a l'air sympa ! *le note dans sa liste* Elle commence à se faire longue elle. '-'
(Tiens, Harkane me fait pensais que je doit finir Mär un jour aussi !)

Mais oui, l'histoire m'a l'air bien sympathique, je verrais pour m'y pencher dessus un jour. ^^

Pour les questions :
-ça reste un médium que j'aime beaucoup, ne serais ce que par la diversité assez énorme d'histoires si ont sait fouiller un peu, ou même de thèmes qu'on peut trouver. Y'a un peu de tout, pour tout les genres et tout les gouts. ^^
-Hum... Bonne question, j'ai pas lut tant de mangas que ça... J'pourrais dire One Pièce, car il fait parti des mangas que j'aime beaucoup, mais... Je vais en retenir un autre, même si c'est loin d'être un des meilleurs. S'il m'a marquer, c'est par rapport à ce qu'il apporte au niveau de l'histoire du jeu original. Oui, c'est un mangas tiré d'un jeu, mais bon dieu, il a sut se démarquer de l'histoire d'origine, et apporter son lot de nouveauté sympa, en se payant le luxe de plus développer les personnages qu'à sut le faire le jeu. Même si c'est un peu court, malheureusement. Je parle de BRS : The Game (Oui, je suis un fan de BRS, nah !). Pas le plus marquant, mais j'avais beaucoup aimer les risques prit par rapport à l'histoire d'origine. Sinon, je retient aussi Mär, Fullmetal Alchemist (Qu'il faudra que je finisse aussi. T-T), et le Monster Hunter Flash qui était sympa à lire, pour un fan de l'univers d'origine.
-Bon... Pour le coup, c'est plus un choix personnel, à propos du fait que j'aime beaucoup une licence, mais... Je dirais MH Flash, pour une seule raison : bon dieu, que j'adore les dessins des monstres. Le reste est pas forcément le mieux, mais les monstres... Damn. On voit bien le soin mit par le dessinateur sur eux, et on est surtout loin de ceux qui avais été fait avant par Mashima, en terme de détails... (MHO... Meh. Plus jamais ça.)

(PS : Quoi, mes choix sont ceux d'un fan ? Bah désolé, mais je fais avec ce que j'ai lut ! Le choix aurais pas été pareil avec les anime, nah ! ><')
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Birth le Sam 12 Déc - 18:33

Salut à tous ! De retour pour l'ouverture de cette douzième case...avec à nouveau un média que je n'ai pas encore traité ici. On va parler cinéma aujourd'hui, pas de grand film néanmoins...je reste dans l'idée de vous faire découvrir des choses moins connues.

Ce n'est un secret pour personne, j'y étais hier au cinéma...et je m'étais promis de faire une critique du film visionné si je le trouvais bien. Me voilà donc...et on va parler de Comment c'est loin.


12 Décembre : Une vie à ne rien faire, une journée pour s'accomplir




Les Casseurs Flowters, de géniaux branl....

Avant de parler du film, je vais aborder le groupe qui en est à l'origine. J'ai déjà évoqué leur nom au cours de ma critique sur le rap Français...je veux bien sur parler des Casseurs Flowters.

Groupe formé en 2004 par des amis d'enfances, Aurélien Cotentin (Orelsan) et Guillaume Tranchant (Gringe), ils produisent assez vite une première Mixtape nommée Fantasy (Je ne l'ai pas écouté pour le coup). On entend plus parler du groupe pendant les années qui suivent, Orelsan commençant une carrière solo qui le mènera loin.

En 2013 néanmoins ils font leur grand retour avec l’album "Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters", le succès critique est immédiat...le groupe s'installant pour de bon. En 2015 ils annoncent que leur deuxième album sortira en même temps que le film qu'ils tournent...et c'est de ce film que l'on va parler.


Ce que je pensais des Casseurs Flowters avant le film

J'aime énormément les deux personnages que jouent Orelsan et Gringe. Si dans la vie se sont des grands travailleurs et des rappeurs hors-pairs...dans les Casseurs Flowters ils incarnent deux paumés flemmards voulant percer dans le rap. Avec leur langage plus que familier ils décrivent leur quotidien morose non sans se montrer pessimiste concernant leur avenir.

Concernant leur album...beh...c'est compliqué. Nombre de leur chansons me laissent de marbre, je trouve certaines trop grossières et sans grand intérêt, d'autre me font vraiment marrer ou ont un flow juste dément...et puis il y a la dernière : "Des histoires à raconter". La chanson est juste magnifique, et laissait à l'époque entrevoir un tout autre visage pour le groupe. Quelque chose de plus mélancolique, une description de la désillusion des jeunes d'aujourd'hui.

J'attendais donc énormément leur film, afin de voir si ils allaient transformer l'essai qu'avait réussi leur dernière chanson...


Autopsie de la flemme

Comment c'est loin suit donc les aventures de nos deux compères, au cour d'une journée qui se révélera capitale pour eux. Cinq ans après avoir été approché par un label, les deux jeunes ayant fait grande impression en rappant un de leur texte à la radio, ils se retrouvent dos au mur. Ils n'ont pas été capables d'écrire une seule chanson valable durant toutes ces années, et leur label délivre un ultimatum.

Ils ont 24 heures pour écrire une chanson parlant à tout le monde, qui prouvera enfin leur talent. Si ils n'y parviennent pas ils se retrouveront à la rue, et leur rêve se brisera avec.

Confiants mais toujours aussi flemmards, Orelsan et Gringe vont devoir se remettre en question si ils veulent enfin avancer dans leur vie.


Une ode à la jeunesse

Tantôt drôle, tantôt plus mélancolique...le film retranscrit une période bien étrange de nos vies. Celle du passage à l'age adulte, ce moment ou des choix importants doivent être fait. Devoir trouver un vrais travail, commencer à sérieusement envisager des relations...et bien sur mettre certains de ses rêves de côté.

Nos deux rappeurs sont terriblement attachants, tant ont les sent perdus. Orelsan fait un travail qu'il déteste et où il doit renier ses principes, tandis que Gringe ne cesse de mentir à sa copine tout en menant une vie relativement minable. Néanmoins leur amitié est magnifiquement représentée, on sent que les deux se comprennent et parviennent à se pardonner les pires choses.

Ils se livrent également à un échange de répliques toutes plus barrées les unes que les autres, se moquant de tout et ne prenant pas grand chose au sérieux. C'est surtout dans leur façon de voir le rap que leur opinion diverge, Orelsan prenant la musique au sérieux là où Gringe semble bien plus pessimiste


Au niveau de la réalisation

C'est très bien filmé, certains plans sont vraiment bien pensés et de nombreuses bonnes idées viennent illuminer l'écran. Orelsan ayant eut la bonne idée de s'associer avec Christophe Offenstein (un assez grand réalisateur) le résultat est au niveau de n'importe quel autre production française.

Les acteurs sont tous très touchants, et jouent relativement bien. Orel' ayant eut l'idée de faire jouer sa famille et ses amis, il y a un côté très authentique dans les relations qui nous sont montrées. On ressent la complicité qui les lie tous, et ça apporte un réel plus au film.

Mais vous vous en doutez...avec un film ayant pour instigateurs un groupe de Rap...j'attendais la bande-son au tournant.


Une claque...et l'album de la maturité

La musique du film, formant leur deuxième album, est juste...incroyable.

On sent que les Casseurs Flowters ont enfin prit leurs aises avec leur style, et l'ensemble sonne comme étant maîtrisé. Finis les chansons trop vulgaires, ici les chansons sont réparties en trois catégories :

-Les musiques sans paroles : Composées par Skread, responsable de toutes les instru' de leur précédent album, elles sont toutes de très bonnes factures. On sent qu'il s'est lâché et a pu dévoiler tout son talent au travers de thèmes se voulant entraînants et collants parfaitement avec les scènes du film

-Les chansons drôles : A l'image de "Wondercash", "Pas n'importe quel toon" ou "C'est toujours deux connards dans un abribus"...ces chansons débordent d'énergie et se veulent hilarantes. Plus vulgaires que les autres, elle ne dépassent néanmoins jamais les limites et se veulent plus parodiques que moqueuses.

-Les chansons mélancoliques : Du même acabit que leur titre "Des histoires à raconter" que j'avais adoré...on a ici des chansons qui marquent. Entre "Quand ton père t'engueule" racontant les pensées d'Orelsan alors que son père l'a surprit complètement saoul, "Le mal est fait" laissant Gringe se remettre en question dans un texte lourd de sens, "J'essaye, j'essaye" qui dévoile un Orelsan perdu se laissant entraîner par une chanson que lui chante sa grand-mère...et "Si Facile", sorte de dialogue entre Orel' et Gringe pouvant montrer les reproches de l'un envers le succès de l'autre...on a ici un véritable répertoire de textes sublimes. Tous m'ayant touché par l'un de leur aspect.

Enfin il reste une dernière chanson, celle que je qualifie de chef-d'oeuvre. le coeur du film et l'aboutissement de l'étrange quête de nos compères...l'incroyable : "Inachevés".


Comment c'est loin...juste pourquoi ?

Qu'on se le dise, ce film n'a rien d'un chez d'oeuvre. Mais c'est un bon film, touchant par moment et au final qui a le mérite de rester en tête. Je ne pense pas que tout le monde l'appréciera...mais je vous demande de vous forger votre propre avis dessus en le regardant. Il décrit certains tourments de la jeunesse d'une bien belle façon, et j'aurais passé un très agréable moment à le regarder. J'écoute depuis l'album en boucle, les chansons venant me rappeler les meilleurs moments du film.



Voilà qui met fin à cette douzième case, toujours un grand merci à vous pour me suivre depuis maintenant prêt de deux semaines. Je vous laisse avec une seule question ce soir...mais elle en vaut bien trois :

-Et toi, quels étaient tes rêves quand tu étais plus jeune ?
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tête de l'entêté

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum