Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Birth le Mer 6 Jan - 18:22

Salut à tous, je lance un petit concours d'écriture comme je voulais le faire depuis longtemps. Je vais poser les quelques règles et vous laisser décider si vous souhaitez le tenter ou non.

Pour commencer on va parler des règles générales :

-Durée du concours : Vous avez jusqu'au 31 janvier à minuit pour poster ici votre écrit.

-Taille du texte : Votre écrit ne doit pas dépasser les 7000 mots. C'est une limite maximum, il n'y a pas de minimum mais un écrit plus long se permet de mieux développer son histoire...gardez ça en tête.


Pour ce qui est des règles spécifiques de ce premier concours, les voici :

-Le sujet est "La naissance d'un tyran". Je vais l'expliquer un peu plus. Vous devez raconter comment un personnage est devenu quelqu'un pouvant être considéré comme un tyran (le mot est assez large et la créativité peut payer). Vous pouvez raconter son histoire de son début à sa mort, choisir de ne présenter que la scène ou le personnage a basculer, proposer un duel entre lui et son antagoniste...bref vous êtes libre de tout tant que votre texte colle plus ou moins au thème.

-Le temps et le narrateur : Votre récit devra être au présent et à la première personne (narrateur interne donc). C'est pas ce qu'il y a de plus simple pour raconter une histoire, car ça limite pas mal, mais ça permet de s’entraîner et de découvrir de nouveaux trucs (j'ai fois en vous !)

-Le défi qui pimente : Vous ne pouvez ni créer un personnage de toute part...ni choisir l'un de vos personnage comme potentiel tyran. Vous l'aurez compris, vous allez devoir raconter le parcours du personnage d'un autre. Ca va vous demander analyse et recherche de cohérence, vous êtes complètement libre concernant le choix du personnage tant qu'il n'est ni inventé sur mesure, ni à vous.


Les critères de jugement :

Vous serez jugez sur trois points qui sont :

-La forme : Le respect des temps, on ne jugera pas comme des gros sales sur les fautes dès lors que l'on voit qu'il y a eut un effort de relecture.

-Le fond : Si votre histoire est bien, tout simplement, mais je vous fais largement confiance là-dessus. Soyez originaux et éclatez-vous !

-La cohérence : Je demanderais au joueur à qui vous avez choisis le personnage de me dire si selon lui vous avez respectés son état d'esprit (Là aussi je demanderais de la souplesse pour pas qu'il y ai de gros taclage.


Vous avez tout en main, ne me reste qu'à vous souhaiter bonne chance. C'est un challenge assez sympa je pense, et je souhaite que tout se passe de façon amicale. Ne nous entre-tuons pas dans les résultats.

Le gagnant verra le tyran qu'il a créé réalisé en dessin et joint à sa nouvelle (je ferais de mon mieux, ça me fera travailler moi aussi !)


Dernière édition par Birth le Sam 30 Jan - 13:45, édité 1 fois
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Albynn le Ven 8 Jan - 3:59

Esclavagisme.

Ma cheri
Ma petite Sophii
Sophii chérie,
Voilà un peu d'argent pour les courses. Ici, tout va pas très bien. A vrai dire, le chef est un monstre. Pire que les commandants de l'armée.
Du matin au soir, il nous crie dessus s'il pense qu'on agit mal. La chaleur des fourneaux est infernale, il faut encore, encore et encore enfourner. Comme les petits pots de bébé.
Une pelletée pour maman, une pelletée pour papa...
Et puis, il faut remonter les chariots depuis les profondeurs. Ca fait beaucoup de grimpette tout ça! Et si on fait tomber de la ressource par terre, comme il dit, il nous fait bouffer sa semelle en hurlant. Comme quoi la matière est gâchée, et que c'est retenu sur notre paye, et tout ça. En double, en plus. Et il note vraiment! Alors du coup, je suis tout les déplacements et je jette discrètement.
Un vrai tortionnaire, je te dis. Et après le transport, il nous surveille encore! Il vérifie si on a pris soin de nos outils, il nous regarde les soulever, traiter les produits. J'en suis réduis à refaire les outils endommagés pour que ce tyran nous lâche un peu la grappe!
J'ai mal aux mains à force de manipuler ces manches toute la journée! Et quand on a pas fais attention à nos outils, il tape sur les doigts! Et ensuite, il faut transporter le liquide, lui donner forme en cognant, frappant, et puis après y'a les chaudrons...
Il patrouille même le soir pour être certain qu'on se couche de bonne heure!
J'ai mal à dos à force de porter tout ces sac remplis de boules.
Mal aux mains avec tout nos manches.
Mal au crâne avec la chaleur.
Bref, travailler dans un grand restau avec Harkane, c'est pire que la mine!
Je t'aime!



Bonjour journal de bord.
Cette tête de iop n’arrête pas de bougonner quand je le croise, ces derniers temps. Pourtant, il exerce son travail à merveille. Il transporte les sacs de pains par cents, il rattrape in-extremis les boulettes des autres... Le pauvre, ça lui donne tellement de choses à faire en plus que j'en arrive à engueuler ses collègues pour qu'ils fassent plus attention.
Par exemple, il nettoie toujours après les autres, sur le chemin de la cave de conservation. C'est vrai que c'est une bonne idée, histoire que personne ne glisse à cause d'une pâte ou d'une sauce renversée, mais les autres manquent tellement de précaution...
Il faut qu'ils soient plus précautionneux. Et gâcher, c'est mauvais!
Et il s'est mis à réparer et reforger les outils de travail cassés, en plus. Refaire les spatules cramées, nettoyer les fond de marmites qui accrochent, nettoyer les rouleaux à pâtisseries, remailler les fouets...
Et pareil, pour qu'il ai moins la pression, je suis obligé de dire aux autres de faire plus attention.
Pire, ceux qui faisaient le mur le soir réveillaient les autres, et j'ai dû sévir aussi...
C'est que je finis par avoir mal à la voix! Je suis un cuisinier, pas un chef de colonie de vacances!
Harkane Nora.


Dernière édition par Albynn le Mer 27 Jan - 11:14, édité 1 fois (Raison : Correction fautes)
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1237
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 25
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Opheliana le Mar 26 Jan - 19:59

La revanche de la garce.



Ce matin il fait encore bon dans notre Havre Sac; ma compagne est assise sur le lit, perdue dans ses pensés. Elle est toujours levée la première, je ne sais pas pourquoi...vu ce qu'ont fait généralement le soir, quand je rentre du boulot. Elle est encore nue, ce qui à la fâcheuse tendance à me faire rougir. Je détourne le regard un instant, préférant contempler une fleur qui pousse au pied de notre lit. Je commence à me perdre moi aussi dans mes pensés quand une caresses à mon flanc me projette à nouveau en pleine réalité. Je ronronne, elle connaît mes points faibles et en profite à chaque instants :

-Ma fleur...arrête ça, il faut que je parte au boulot...j'ai encore des commandes en retard !, je proteste.
-Boh...tu verras ça plus tard, tu as toute la journée pour aller cueillir des fleurs, alors que me cueillir moi...

Elle laisse ça phrase en suspend en me regardant dans les yeux, un air parfaitement coquin sur le visage. Je sens le rouge me monter au joues et un frisson d'envie me parcours le corps. Je ronronne de plus belle, mais parvient à secouer la tête :

-Non...non, j'ai une grosse journée qui m'attend, et je ne peut pas me permettre d'être en retard aujourd'hui...demain peut être que je me laisserais tenté, qui sais ? dis-je à mon tour, d'une voix espiègle je dois le reconnaître.

Je ne peux résister à cette femme installée à côté de moi, assise en tailleur. Elle est ma compagne depuis plus d'un an déjà, et l'amour que j'ai pour elle ne cesse de s’accroître de jour en jour. Elle se lève dans un petit rire et part vers la salle de bain.

-Je vais me laver, interdiction de me rejoindre ! ,le ton qu'elle emplois indique qu'elle souhaite tout le contraire.

Je n'en rougis que plus, mais m’efforce au calme ; je ne dois pas me laisser distraire, surtout pas aujourd'hui...

Finalement j'arrive à réorganiser mes pensés. Je me lève à mon tour et regarde toutes les fleurs qui poussent doucement dans notre chambre, ses pas n'en n'ont effleurées aucune, alors qu'elle n'a même pas regardé au sol...cette femme est vraiment prodigieuse...Je me déplace avec agilité parmi les fleur à mon tour, regardant de temps à autre où je met les pieds, puis m'installe face à la penderie pour choisir ma tenue pour la journée. Le manque de tenue de ma compagne m'a toujours impressionnée, elle a beau est une très bonne couturière, elle n'a qu'une dizaine de tenues, la plupart du temps très sobre, noire ou grise. Je regarde de mon côté, bien plus fourni, et hésite. Le choix est complexe, surtout pour une journée aussi spéciale, mon œil est attiré par la robe que m'a offerte Séléna pour mon anniversaire...non, je détourne le regard avec un peu de mal. Une robe pourrait faire l'affaire, mais je n'en porte pas t'en que ça, et ma compagne risquerait d'avoir quelque soupçons...j'y renonce préférant prendre un pantalon noir mettant en valeur mes formes et une tunique violette décolletée juste comme il faut. Puis j’attends que ma compagne ait fini de se laver pour prendre sa place. Cela fait, non sans que le rouge me remonte aux joues quand elle revient, dans la tenue la plus simple qu'ait fait le monde, je prend sa place. Je me lave, coiffe mes cheveux en queue de cheval et m'habille en vitesse. Quand je ressort de la salle de bain une petite pression mental s'offre à moi. Je l'accepte avec plaisir, c'est ma compagne qui me souhaites une bonne journée, elle est déjà partie. Je sourit à la petite caresse mental qu'elle m’envoie et me concentre sur la suite de ma préparation.

Je dois me dépêcher, même si je me suis lever en avance toute cette préparation m'a prise un certain temps et il faut que je sois à l'heure pour le rendez vous que je me suis fixée. Contemplant un tas de sucrerie sur la table de la salle à manger, je met mes chaussures et prend un manteau noir et rouge avant de sortir dans l'air glacial du dehors. Il a encore gelé, l'herbe est blanchit et le sol glissant. Je tente de repéré les pas de ma compagne ; elle s'est dirigée vers le Zaap, sûrement pour aller faire des courses à Bonta ou à Amakna. Je m'y dirige aussi, pour aller à la Dune Kane, précisément chez ma sœur. Elle et sa compagne se lèvent tôt généralement, je suis juste à l'heure. Une étrange agitation semble régner à l'intérieur, un cri parvient même jusqu'à moi :

« -SUUUCRE !!! »

Je souris en toque doucement à la porte, l'agitation cesse un peu, et une Rose totalement désespéré ouvre brusquement la porte :

« -Ah ! Vous voil- sœurette ? Elle tente de regarder derrière moi en se penchant, semblant chercher quelque chose du regard.
-Oui c'est moi ! Tu as l'air soucieuse, que se passe t-il ? ,dis-je, un air faussement préoccupé sur le visage.
-Figure toi qu'on nous a volé tout notre sucre ! Plus un seul petit morceau dans toute la maison, j'ai fouillé partout, même mes cachettes les plus secrètes ! »

Cachettes secrète ou pas, tout le sucre de Rose avait effectivement disparut, je n'avais même pas besoin de rentré pour le savoir, une partie se trouvait encore sur la table de notre salon ; un entrepôt entier n'avait pas pu tout prendre...

« -Oh...j'ai peut être une solution ! »
-Owh...vraiment ? Et laquelle ? Tu as emmener du sucre ? Il est où ?, dit la furie rose en jetant encore des coups d’œil derrière moi »

Je sourit.

« J'en ai chez moi, et je peux te l'emmener ici dans pas longtemps, mais il faut que tu me fasse une promesse.
-Laquelle ? Ne pas trop en manger ?
-Non, ça je sais que ce ne sera pas possible ! Quelque chose de plus important.
-Plus important que le sucre ? Ça existe ?, la jeune femme continue de jeté des coups d’œil derrière moi, attendant visiblement quelque chose.
-Oui, j'aimerais que tu me donne provisoirement les droits que tu as dans Get Free, que tu me cède tes parts en quelque sorte. Ne t'en fais pas, j'en ai juste besoin pour une petite chose, je te les rends juste après. »

Rose me regarde d'un air surpris, elle ne s'attendait visiblement pas à ça.

« -Mais...mais tu veux en faire quoi... ?
-Quelque chose des très important pour moi, ah oui, et il me faudrait aussi ceux de Shiki.
-Maiiiis...bon...je te fais confiance, tu me donneras du sucre quand ?
-Tu me signe un papier, ta compagne fait la même chose, et ton sucre arrivera juste après mon départ !

Et après une discutions plus ou moins animé avec Shiki, Rose me ramène deux papiers signés stipulant qu'elles me cèdent tout leurs droits pour une duré indéterminée, je souri et les prend en la remerciant, elle hésite un instant, puis me les donnent.

« -Ne t'en fais pas, je ferais pas de bêtises avec, j'en ai juste besoin pour redonner des couleurs à la guilde !
-Des couleurs à la guilde... ? Quelle couleurs ?
-La remettre en forme si tu préfère, elle stagne depuis trop longtemps à mon goût, il faut que je trouve le moyen de la rendre à son état d'origine, vive et utile pour le monde qui nous entoure ! »

Mon enthousiasme semble faire plus ou moins effet, du moins sur Rose, elle me fait un sourire et me souhaites bonne chance dans ce projet. Shiki est resté dans l'ombre de leurs demeure pendant toute la discussion, son regard surpris fixé sur moi. Je repars de mon côté, tout sourire et fait signe à un livreur garé un peu plus loin, dissimulé par un rochet. Celui-ci est assis sur une dragodinde, occupé à compter et recompter les kamas que je lui est donnés. Son attelage est composé d'une petite remorque peinte en rose et bleu pastelle, contenant une grande quantité de sucre. Le marchant fini par capter mon geste et, rangeant la bourse qu'il a dans ses mains, s'avance lentement en direction de l'habitation que je viens de quitter.

Voilà, une bonne chose de faite ! A présent, il va me falloir un cuisinier...

La matinée touche à sa fin quand je trouve enfin Harkane, occupé à acheter quelques provisions à un marché de Bonta. M'approchant de lui d'une démarche assurée et silencieuse, je lui tapote l'épaule une fois à porté. Il sursaute un peu et se retourne vivement :

« -Illi', mais qu'est-ce-que tu as à me surprendre comme ça ?! ,me cri t-il à moitié
-Roh...si on ne peux plus taquiner ses amis maintenant, dis-je d'un ton plutôt suave qui le fait tourné la tête.
-Bon...j'ai pas vraiment le temps là...tu me veux quoi ?
-Que tu prépare un plat pour notre chef, le genre de plat qu'elle adore.
-Et...pourquoi je ferais ça ? De un ça va me coûté très cher, et de deux ça va au moins me prendre la journée pour... »

Il commence à argumenter, et ça, c'est un retard que je ne peux pas permettre je l'interromp de la manière la plus efficace qu'il soit ; en l'embrassant. Je connais sa relation avec Krista' mais il n'y avait aucun amour dans se geste, par contre lui rougis.

« -Mais tu es folle ! Pourquoi t-tu as fais ça, tu sais très bien que je suis av-
-Un mot de plus et je recommence Hark', j'ai fais ça pour que tu arrête d'argumenter et que tu m'écoute. De un, question argent c'est pas un soucis c'est moi qui paye, et de deux niveau temps...tant que c'est prêt pour ce soir c'est parfait, et si tu veux je te paye pour le temps que tu y passeras. Voilà.
-Je maintiens que tu es folles...m'bon, il te faut quoi exactement ?
-Son plat préféré, que tu dois connaître je pense, et en grosse quantité, que ça lui fasse un repas complet et qu'il ne puisse pas bougé ensuite.
-Et...pourquoi faire si je puis me permettre ?
-Pose pas de questions idiote Hark', tu sais très bien que mon but n'est que de faire plaisir à notre chef !
-Mouaif...je suis plutôt d'avis que tu veux profité de ce plat pour lui demander quelque chose...mais tant que ça me touche pas de près...
-Bon...du coup marché conclus, et pas un mot à quiconque hein ?
-Ouai...ouai...pas un mot. »

Mon plan se déroule plutôt bien jusqu'à présent, plus qu'a attendre ce soir...ça sera le final de cette journée pleine d’événements. En attendant je reprend mes activités classiques, sans cesser de penser à ma soirée, mais qu'important les clients ne se bouscule pas aujourd'hui et je n'ai pas la tête à aller chercher de nouvelles espèces de fleurs. La journée se déroule calmement, sans accro, Harkane m’envoie un tofus pour me signalé que je suis la plus grande garce du monde et que le repas sera prêt en temps et en heure. J'adore cette écaflip, surtout quand il est en colère et encore plus quand c'est parce qu'il est gêné ! Un peu plus tard dans la journée je reçois un message de Rose qui se demande pour le sucre à été apporté par le marchant qu'elle avait demander elle, je préfère ne pas répondre...elle aurait vite compris que quelque chose clochait. Et bien sûr, dans toute la journée Séléna s'amuse à m'envoyer quelque taquinerie et phrase plus ou moins aguicheuse, juste pour le plaisir de me faire rougir et perdre un instant mes moyens !

La soirée venues je me dirige vers le Liberty Inn ; j'ai prévenu quelque personne de venir pour finalisé mon plan. Il y aura donc Lenz, Albynn et bien sûr Harkane. Celui-ci est d'ailleurs occupé à préparer les couverts quand j'entre dans le Havre Sac qui nous sert de taverne et de réfectoire de guilde. Je le salut d'un mouvement de tête et d'un petit sourire, il me retourne un regard noir et va dans les cuisine pour ne plus me voir. Je souri d'autant plus, je crois qu'il m'en veut un peu. J’attends patiemment les deux autres invités, l'une doit être entrain de tenté de fuir sa compagne draconnique, tandis que l'autre doit encore être occupé à soigné la moitié d'Astrub, cette ville de fous...

Une petite demi heure plus tard j'entend du bruit dans l'entré et Lenz entre dans la salle principal :

« -Ah...quelle belle soirée ! Salut Illi', comment va tu ?
-Ça va, et toi ?
-Ça va pas mal, surtout que ton message indiquait qu'il y aurait un buffet ce soir, je me trompe ? »

Je lui désigne la table avec quatre couverts et lui fait mon plus beau sourire, ses yeux se mettent à briller tandis qu'elle s'empresse de se mettre à table, impatiente :

« -Et qu'est ce qu'Hakane nous à préparé de bon cette fois ci ? ,reprend t-elle d'une voix suave.
-Ce que tu préfère, et dans une quantité que tu apprécieras grandement, soit en sûr !
-Owh...mais je fais entièrement confiance à notre cuisinier pour ça ! Mais d'ailleurs, pourquoi il y a ce festin déjà ?
-Rien que pour te faire plaisir, je paye le tous, et l'idée m'est venue ce matin en me levant, c'est d'ailleurs pour cela que j'ai dû me dépêcher de tout organisé ! »

Tout est à présent prêt pour la dernière partie de mon plan, Albynn arrive peu après la mine toujours plus ou moins préoccupé, encore une agression à Astrub, il à soigné la personne, mais il ne peut s'empêcher de se faire du soucis pour elle, je le rassure en lui disant que ce repas ne durera pas longtemps vu la vitesse à laquelle sera manger le plat. Après une petite discutions sur tout et rien à la fois, Harkane commence à nous apporter les plats. Lenz se jette dessus et je sens qu'elle perd de plus en plus le fil de la discussion. C'est à ce moment que la clé de voûte de mon plan se dévoile, à se moment que je pose ma dernière carte :

« -Et pour la guilde, tu prévois de faire quelque chose ? ,je demande soudain.
-La guilde ? Elle va bien non ?, me répond Lenz, occupé à se battre avec une cuisse de tofus lui résistant.
-Oui...mais tu es plus avec ta compagne qu'avec elle en ce moment, et je m'inquiète que l'ont ne fasse plus grand chose...
-Ma compagne à besoin de moi, et je t'avoue que j'ai envie de prendre un peu de repos, comme tout le monde ici je pense, non ? »

Je regarde Albynn, il est occupé à pioché quelque morceaux dans son assiette, écoutant d'une oreille assez distraite. Harkane quand à lui mange en évitant soigneusement de croiser mon regard. Je soutiens le regard de Lenz :

« Je souhaiterais m'en occuper en ton absence. »

Cette phrase, sans détours, déroute tout le monde, Lenz lâche sa patte, Albynn me regarde avec de grands yeux et Harkane me jette lui aussi un regard mi-figue mi-raisin. En fait, tout les trois me regardent mais évidement c'est Lenz qui reprend la parole :

« Tu veux diriger la guilde en mon absence ? Et pour quelle raison ?

-Parce que je suis apte à le faire, j'en suis certaine, et que je veux qu'elle continue de briller, qu'elle ne s'arrête jamais ! Qu'elle surpasse toute les autre, qu'on deviennent une guilde reconnue de tous ! Nous sommes trop dans l'ombre en ce moment, et toute les personnes que nous avons chassé jadis refont surface. Tueur en série, fous, violeurs, ils reviennent plus forts, et nous ne somme plus là pour gentiment leurs mettre des baffes et les renvoyer d'où il viennent ! Je comprend que tu souhaites demeuré avec ta compagne. Je comprend que tu doute de mes intentions à une annonce aussi direct et soudaine, mais je ne peux plus attendre. J'ai envie de faire quelque chose de plus valorisant que de cueillir des fleur, même si ça reste ma passion ! »

Après cette tirade, un long silence s'installe, dans lequel tout le monde réfléchit. Moi j’attends simplement le verdict, je suis confiante. Et j'ai encore quelque cartes dans mon jeu...

Deux ou trois minutes après, notre chef reprend la parole :

« -Je ne m'oppose pas au fait que tu reprennes temporairement la guilde, mais...je ne suis pas le seul décisionnaire ici. Tu as demander à Rose et Shiki leurs avis ? , me questionne t-elle.

-Oui, et elle sont d'accord pour me céder leurs droits, je sort les papiers le prouvant avec un léger sourire.

Nouveau silence...il durera longtemps, pas de débat enflammé, pas de cri, pas de larme, tout ces passé comme prévu...je suis sur le chemin de la maison, heureuse, j'ai réussi à prendre le pouvoir...et je sais comment je vais l'utiliser ~

De un je limiterais le sucre que mange Rose, je suis inquiète pour sa santé, même si elle va pas apprécier, tant pis, je suis la chef maintenant. De deux, je demanderais un plat différent à Harkane pour chaque repas, je sais qu'il va moyennement apprécier là blague, mais tant pis, je suis celle qui dirige ! De trois je m'occuperais de mettre à la porte toute les personnes que je n'apprécie guère, à commencer par une certaine Ecaflip qui m'a fait plus de mal que de bien...

M’apprêtant à rentré chez moi, je m'arrête. Une odeur à l'intérieur de sac me fait frissonner. Elle est arrivé avant moi. J'entre sans bruit, jetant des regards un peu partout autours de moi. J'espère qu'elle n'ai pas au courant de ma journée, de ce que j'ai fais. Je prend conscience qu'il me manquait une partis à mon plan. J’entends un léger froissement de tissu derrière moi, elle est là, un sourire sur le visage, ses yeux rouge me détaillant intensément. Je recule d'un pas, elle s'avance du même pas. Je suis coincée, je sourit, tentant par ce geste de me justifié. Je ne sais comment m'expliquer devant cette femme, je n'ai jamais réussi.

Je vois qu'elle me juge du regard, elle perd peu à peu son sourire. Elle à l'air de réfléchir, peut être même de me juger. Je frissonne à nouveau. Que peut elle pensé ? Est elle au courant ? Qui aurait pu lui dire ? L'a t-elle lu dans mes pensés ? Toute ces questions tournent dans ma tête tandis qu'elle continue de me fixé. Je suis mal à l'aise, sa lèvre inférieur tremble, indiquant qu'elle s'apprête à parler. Elle écarquille légèrement les yeux, ses oreilles frissonnent. Puis sa voix perce le silence bien trop long à mon goût :

« Oui je suis au courant...et tout ce que je répondrais c'est : Je t'aime ... »
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Bluefox82 le Mer 27 Jan - 2:26

Demain est un autre jour.

Mon regard sonde en cette nouvelle journée naissante l'horizon, le ciel majoritairement bleu est nuancé par le rose de l'aube. Je n'ai pas dormis, comme d'habitude. Je préfère consacrer mon temps à la réflexion. A chaque nouveau jour qui se lève, quelque part dans ce monde, un conflit se créé, un autre se résout. Mais quoi qu'il advienne, et j'en parle d'expérience, on n'est jamais arrivé à installer une paix globale. La liberté se fait mourante à chaque nouvelle dictature qui se déclenche, comme un coup de poignard placé dans son dos frêle. Elle se vide de son sang, et même si elle est toujours parvenue à se remettre debout, à faire face à l'adversité et à devenir de plus en plus forte, arrivera le jour où au lieu de viser son dos, on lui visera le cœur: la blessure sera mortelle, elle rendra son dernier souffle.
Elle est la conséquence de la déchéance douzienne...du marasme de personnes bienveillantes et généreuses face à d'autres personnes n'ayant d'yeux que pour le pouvoir, dotées d'un égoïsme sans frontières.
Fut une époque, je me vouais corps et âme afin de la défendre. J'ai vite été dépassé, j'ai baissé les bras. D'autres ont voulu reprendre le flambeau. Ils ont voulu s'envoler vers un but qui leur est bien trop difficile, ils ont brûlé leurs ailes en voulant s'approcher trop près du soleil qu'est la révolution.
Son principe est facile à comprendre: se soulever face à une autorité tyrannique, et la faire tomber. La définition est simple. L'application est bien plus ardue.
Depuis, je les observe. Ces révolutionnaires si chétifs. Certains se lancent dans des révoltes afin d'avoir gloire et reconnaissance. D'autres pour payer leurs dettes, rendre service à des personnes qui leur sont chères. Les motivations sont variées, et ils ont tous plus ou moins la volonté de le faire: mais qu'en est-il du résultat? Ca stagne. Pour une tyrannie qui tombe, deux autres se lèvent.
Et aujourd'hui, un autre des problèmes sur le sujet consiste en les divergences qu'il peut y avoir au sein de ces groupes: les membres d'une même unité de révolutionnaires peuvent tendre à un même objectifs, ils n'ont pas tous pour autant la même manière de penser, les mêmes méthodes, les mêmes valeurs. Cela créé des déchirements....déchirements qui entravent leur progression, et donc les éloigne de leur but, malheureusement.
Ca chacun est différent, il est rare de rassembler du monde sous une même bannière et de les faire aller de manière synchrone dans un seul et unique sens.

Tandis que je suis toujours en proie à mes réflexions, des bruits de pas, marqués sans pour autant être lourds, résonnent dans la pièce. Quelqu'un arrive derrière moi, par mon côté droit. Mais je sais déjà qui c'est. Je me retourne, observant ainsi la personne en question...cette Xélor qui est capable de me comprendre, et de m'aider: Ambre. Elle me regarde droit dans les yeux. Le silence se brise au moment où elle parle:

"Toujours aussi pensif? Dit-elle, stoïque.

-Tu as réussi à préparer le "convoi"? Lui répondis-je sur un même ton.

-Il est prêt. Le départ est réglé à 8h00 le lendemain, si on se réfère aux horaires douziennes.

-Bien."

Je décide de m'assoir sur mon siège, dans un soupir d'aise. Je me surprends à éprouver satisfaction et impatience, bien que cela soit léger. Elle fait de même, se disposant sur une chaise en face de moi, le regard toujours attentif. Elle reprend:

"Tu ne m'as toujours pas dit en quoi cela consistait.

-Il s'agit de remettre au goût du jour mes anciennes convictions.

-C'est à dire?

-J'ai longuement réfléchit à comment faire pour supprimer les états totalitaires, et j'en suis venu à la conclusion suivante: pouvoir créer un groupe sans failles, où chaque membre va dans le même sens que le mien, quoi qu'il advienne.

-Et le convoi dans tout ça?"


J'entrecroise mes doigts, et m'éclaircit la voix. Je veux suivre à nouveau mes engagements, en étant mieux préparé. Toutes ces années à observer le monde m'ont été bénéfiques. J'ai pu me forger cette idée, même si la méthode n'est que très peu conventionnelle. Il faut savoir faire des concessions des fois, et accepter de faire pire ceux qui nous débectent pour obtenir un meilleur résultat.

"J'ai besoin de rapatrier certaines personnes dans un premier temps. Des personnes qualifiées pour le projet, avant de pouvoir faire un second recrutement, plus massif.

-Tu penses à qui en particulier?"

Je relève mon regard, l'observant longuement.

"Il est bon de temps à autre de travailler avec ses ennemis. En l'occurrence, je pense à une personne en particulier: Rosaria Vaneslas Sherzaïn..."

La surprise gagne son visage, visiblement Ambre ne s'attendait pas à ce genre de réponse. Je continue, afin de justifier mes dires. Elle arque un sourcil, affichant un air fortement interrogateur.

"Rose?

-Elle est révolutionnaire de Get Free, donc pour le coup il s'agit d'un but commun. Elle peut amplifier le pouvoir de la Bug Zone, et elle est soigneuse spirituelle. Avec elle, ont peut directement changer à la fois les actes et le mental de n'importe qui. Reste à savoir comment la convaincre, bien que j'ai ma petite idée là dessus...

-Il s'agit de Shiki, je suppose? Dit-elle après une brève réflexion.

-Bien évidemment. On doit faire en sorte de les éloigner le plus possible de Get Free. A partir de là, on fait agir Rose sous le coup de la menace, en se servant de Shiki.

-On est vraiment obligé d'en arriver à là?

-C'est un mal pour un bien. Il faut se dire qu'au final, ça dessert les intérêts de tout le monde, autant nous que les hommes à la plume.

-Et pour le reste?

-Ici, Get Free ne nous posera aucun problème. L'utilisation en simultané des pouvoirs de Rose et des miens participera à maintenir notre balance, Xélor aura du mal à faire son choix. On kidnappe les personnes les plus importante de chaque tyrannie, on les manipule afin de leur imposer notre propre idéologie. De la même manière, on parvient à se faire une armée assez conséquente pour marcher sur n'importe quelle dictature. Tout le monde va dans le même sens, aucune faille n'est présente. Et on impose la paix globale. Il faut s'assurer de faire ça le plus vite possible, au cas où Rose ou moi devons être amenés à disparaître.

-Je ne le supporterai pas....

-Ne t'en fais pas, je ferrai en sorte pour que ça n'arrive pas. Et si quelqu'un ose faire acte de rébellion, il ne pourra pas: la Bug Zone changera toute possibilité, les capacités de Rose élimineront toute hostilité.

-C'est radical..."


Je décide de me relever, joignant mes mains dans mon dos, me rapprochant d'une vitre pour revenir observer le soleil levant:

"C'est une solution: détruire la liberté d'action et la liberté d'expression afin de promouvoir LA Liberté avec un grand "L". C'est construire une tyrannie qui surpasse de loin les autres, afin de toutes les renverser..."
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Mama Koi le Sam 30 Jan - 12:16

L'embrassement du coeur



Je descends donc vers les geôles, pourquoi c'est moi qui doit le surveiller? Maintenant que j'y pense, les dernières poches de résistance à la Voie de la Poudre ne sont toujours pas tombé donc la majorité de nos amis combatte encore... je devrais êtres avec eux, ils auraient pu se blesser pendant mon absence. Le monde ne cessera de m'étonner, un archipel éloigné connus sous le nom de l'Unique qui déclare une guerre ouverte à Sufokia, on m'aurait dit ça il y a quelque jour je ne suis pas sur que j'y aurais cru. Heureusement Get Free est venu en renfort faisant tourner la balance en faveur de Sufokia, leur commandant fût arrêté et enfermé chez nous en attendant la fin des combats.

Je me demande à quoi il ressemble.

J'arrive vers la cellule la plus éloigné de l'entrée, éclairé par la lumière tremblotante d'une chandelle.
Une jeune femme vêtu de rouge regardait dans ma direction, un petit rictus retroussait un coin de sa bouche.

« Si vous voulez, je peux éclater d'un rire maléfique, pour coller à votre vision d'un chef ennemi. »

Je comprends que je me suis arrêté devant la cellule, la bouche légèrement entrouverte. Je m’empresse de fermer ma cavité buccale, mais je n'ajoute rien, je refuse d'adresser la parole à une personne si abjecte, attaquer une nation uniquement dans le but de s'étendre ne peu êtres que l’œuvre d'un égoïste doublée d'un monstre. Je prend donc place sur un tabouret et attend en songeant que je serais mille fois plus utile ailleurs.

Les minutes filent sans grand intérêt, je jette un rapide coup d’œil du coté de la prisonnière, elle joue avec des fils tendu entre ses doigts, on dirait une enfant qui s’ennuie. Elle tourne subitement la tête vers moi.

« Dis tu t'appelles comment ? »

Je continue de l'ignorer, mais cette fois ci elle est déterminée à tailler une bavette.

« Tu es sourd muet ? Ou juste impoli ? »

J'essaie donc de lui faire comprendre que la discussion n'est clairement pas amical.

« Dans le contexte actuel, c'est plutôt votre désinvolture qui est malpolie, vous avez fait déferler vos troupes sur la Voie de la Poudre, blessant et tuant de nombreux civiles ! »

« Onze. »

« Pardon ? »

« Onze civiles sont morts. »

Elle a déclaré cette affirmation avec beaucoup plus de gravité dans la voix, elle se sent coupable de ça.

« Comment vous pouvez êtres sur de ça ? »

La demoiselle se leva lentement, en s'approchant je peux enfin voir la couleur rousse de sa longue chevelure. Son visage n'est pas désagréable à voir de plus près, un méchant tic agite sa paupière gauche, j'aurais pu me laisser attendrir mais une intense odeur d'orchidée me mettait inconsciemment sur mes gardes.  Dans un effroyable bruit de chair, la prisonnière écarta une double paire d'aile d'Eniripsa de grande taille. Le bruit provenant des nombreuses plaies qui couvre ses ailes. J’eus un  haut le cœur.

« Pourquoi... qui ? »

« C'est moi qui me suis infligé ça, chaque civile perdu est une conséquence de mes ordres, donc je dois subir le mal que j'engendre, sinon je ne pourrais pas me prétendre mener la Bonne guerre. »

Elle est timbré mais je ne peux pas la laisser dans cette état. J'ouvre alors la cellule et observe avec appréhension ses mouvement, elle chancelle un peu mais ne montre pas de signe d'agressivité.

« Venez, vous ne pouvais pas rester dans cette état ! »

Elle prend appuis de tout son poids sur mon épaule, mais même ainsi je ne sens presque pas de pression.
Je l'a fait s'asseoir sur la chaise de sa geôle,  et observe le carnage. Ses ailes sont déchiqueté et le dos de sa robe est rigide de sang coagulé.

« Vous avez de la chance que ça ne c'est pas infecté ! Mais pourquoi vous avez fomenté une guerre ? Si en plus vous vous torturez ainsi ensuite ? »

Soit elle est stupide, soit elle est folle ou encore manipulé, mais elle est fidèle à ses idées et compatissante, un peu de compassion pour elle germe dans mon cœur.

« C'est pas une guerre, c'est la Bonne guerre... »

« Aucune guerre n'est bonne ! »

« Pourtant si j'avais réussi à annexer tout le monde des douze, plus jamais une autre guerre n'aurait eu de raison d'exister, ça aurait été la Bonne Guerre, la dernière. »

« Vous vous rendez compte que cette idée est stupide, il y aurait toujours eu des révoltes et des personnes mal attentionné pour créer des conflits ! Vous y avez juste songer ? »


« Songer... oui j'ai songé longtemps. Mais il était temps pour moi de me réveiller, songer ne fera pas changer les choses. »

Tandis que la jeune idéaliste expliquait son point de vue, je détache les cordelette du dos de sa robe pour voir l'étendu des dégâts. Je me retiens avec difficulté de ne pas vomir, son dos n'est que cicatrice violacé, quand je passe doucement mes doigts le long de son dos, je sens les muscles de la pauvre tenter de se dérober à mon inspection. Je ne peux m’empêcher de ressentir de la peine en son égard, elle défend ses idéaux en sacrifiant son corps telle une martyre n'aillant plus grand chose à perdre.

Subitement une question me vient esprits.

« Il y a sûrement plus de onze entailles ne me dites pas que... »

« dans une guerre il n'y a pas que des civiles. »


Mes yeux s'humidifient, je me concentre et commence à former des marques de guérison dans son dos. Je m'attendais à une résistance de sa part, mais apparemment elle semble juste soulagée.

« Vous êtes la première personne qui m'est témoigné un semblant de miséricorde, je peux savoir votre prénom ? »

« Albynn... »

« Je ne vous oublierais pas Sire Albynn, via votre prénom et votre bonté d'âme, même du fin fond d'un cachot sufokiens, je reviendrais vers vous lorsque vous en aurez le plus besoin. »

« J'ai déjà des amis intentionné ici, mais je serais prêt à vous accueillir une fois votre peine payé... »


Je ne me fait pas d'idées, elle sera sans doute enfermé à vie pour son coup d'états, Mais je ne veux pas la faire souffrir d'avantage.



------2 ans plus tard------



Ce jour me sers le cœur et change mes entrailles en plomb, rien que le fait de voir son cercueil mes larmes se remettent à rouler sur mes joues...Lenzia Dogail n'est plus...

( https://www.youtube.com/watch?v=3ZzZQELglEw )

Sa bière drapée de vert trône au milieu de l'église, tous nos membres sont têtes baissé devant l'évidence, les pleurent de ses enfant résonnes au loin. Et moi j'étais là, et j'ai rien vu venir...
tout c'est passé si vite... le tir qui l'atteint en pleine tête, la balle qui se fragmente dans son cerveau, et moi qui est dans l’impossibilité de la retirer.
Le prêtre entame son dies irae, recommandant l’âme de Lenzia à Sacrieur. Mes côtes pressent douloureusement sur mes poumons, je ne sais pas... je ne sais plus comment continuer.

J’entends encore ce roublard hurler qu'il était libre de faire ce qui lui chante, y compris tuer... La liberté, les êtres humains sont ils aussi incapable à se poser des limites ?

Pour un héros, mourir d'une balles dans la tête lors d'un discours, c'est un peu ironique, non ? Après toute ses prise de risque idiote, elle finit par se faire avoir comme une bleue...

Oui je lui en veux, de m'avoir laisser seule ici, avec les responsabilités de la guilde. Les autres m'aideront mais je ne sais plus si le chemin que nous avons choisi est le bon. A force de mettre en avant la liberté dans nos actions, nous aurions du parler de devoir règles... interdictions.

Le prêtre viens de finir sa longue mélopée funeste, il est temps pour chacun de passer devant le cercueil et de dire quelque mots, mais je ne m'en sens pas la force, pas maintenant.

Je m'éclipse discrètement par une porte dérobé sur le coté de la salle, je ne peux pas en supporter d'avantage, les larmes embuent ma vue mais j'arrive à comprendre que je me trouve dans les archives de l'église, et surtout que je m'en moque, plus rien ne sera comme avant, je ne me retiens plus et sombre en sanglot. Pourquoi? Pourquoi pourquoi pourquoi ! Si j'avais été plus réactif elle ne serais pas...

Deux long bras pale terminé par des mains aux doigts fin viennent m'enlacer par derrière,  une poitrine chaude se pose contre mon dos, c'est sûrement Rose, je ne dis rien et continue de sangloter, mais se contacte amical me fait un bien fou. Le rythme de mes pleurs se calme, et ma respiration est de plus en plus lente. Mes paupière deviennent lourde.

« Merci... » Je parviens à lâcher avant de sombrer.

« Mais de rien... Sire Albynn, je me dois d'honorer ma dette. »


Je me réveil en sursaut, je suis dans ma chambre, Quelqu'un ma déposé chez moi. C'était pas la voix de Rose ou même de Shiki...

« Vous êtes là n'est ce pas ? »

un bruit dans l'ombre me fait comprendre qu'elle est bien là.

« Vous ne dites rien ? Même pas un petit « Toute mes condoléances ! » d'un ton sarcastique ? »


Mon désespoir laisse place à une haine que je ne réguler plus, comme si toute mes frustration avaient trouvé un exécutoire.

« Vous l'auriez châtié vous le meurtrier, à grand coup de torture, hein ? Vous vous êtes plus courageuse que moi, C'est ce que vous vous dites ? Que les révolutionnaires en vert ne vont pas au bout des choses ! Que j'ai pas les épaules pour succéder à ma grande sœur ! Avec plus de violence tout cela ne serais pas arrivé, avec plus de restriction elle serais encore là.... »

Ma gorge se serre  mais j'arrive encore à parler.

« Non... vous ne pensez pas ça, vous êtes spectatrice de mon désarrois... C'est moi qui pense ça.
La liberté, ils la mérite vraiment ? Ils sont parfaitement inapte à comprendre que leur liberté individuel à des limites, notre liberté s'arrête là où commence celle des autres c'est si dur a comprendre ? »

Je scrute l'obscurité de ma chambre, espérant voir le reflet de ses yeux.

« Je suis perdu, je ne sais pas  si nous avons fait le bon choix.... j'ai besoin d'aide. »


Un bruit de talon contre le planché résonne, et elle apparaît  à mon regard, l'Eniripsa  au ailes déchiqueté et à la chevelure de feu. Dans la lumière de la lune sa peau claire semble aussi livide que la mienne.

« Autrefois quand mes espoirs on disparu, quelqu'un est venu me parler du  fin fond de mon cachot, et elle m'a dit : Avez juste songé à se que vous avez fait ? Et je lui est répondu que le songe ne mène à rien. Sire Albynn il est tant de se réveiller. »

Il est temps de cesser de songer, c'est un fait indéniable.

« j'ai tué l'assassin de votre chef, pourquoi je l'ai fait ? Parce que sinon il allait recommencer, parfois il vaut mieux tuer un homme que condamner des innocents. »

« Vous auriez pus le livrer à la justice aussi. »


« C'est pour ça que j'ai besoin de vous, vous êtes mon opposé, je suis la violence, vous êtes le calme et on aura besoin des deux pour rendre ce monde meilleurs. »

« Vous voulez encore prendre le contrôle mondiale n'est ce pas ? »

« Non, je veux que vous preniez le contrôle de ce monde car votre cœur est assez pur pour que le pouvoir ne vous monte pas à la tête. »


Je reste bouche bée, et puis je réfléchi, je n'ai jamais voulu êtres un meneur... mais si je peux éviter le malheur au peuple... C'est stupide, Mais je pourrais garder un œil sur la reine de l'Unique.

« Si j'accepte votre offre je pense que vous avez des conditions. »

« Une seule, pour que vous aillez autorité sur les troupes de l'Unique, vous devez... vous marier une personne royal. »

« V... vous ? »

« C'est purement politique, si votre cœur bat pour une autre je ne … vous obligerais pas … »

Son hésitation, son regard fuyant et le fait qu'elle joue nerveusement avec ses cheveux, elle ment, pour elle c'est loin d'êtres un mariage sans sentiment. Je ne sais quoi penser d'elle d'un coté ses idéaux son vraiment différent, mais de l'autre elle semble si seule..

« J'ai une requête aussi de mon coté. »

Elle semble anxieuse, comme quelqu'un qui a ouvert son cœur et qui à peur d'un refus.

« Je peux savoir votre prénom ? »

Un sourire fend son visage et elle s'approche de moi, elle grimpe sur le lit, et me le murmure à l'oreille.

« Mamastra... »

Elle dépose ensuite un chaste baiser sur ma joue. Tous ses gestes semble me rassurer, je crois que pour moi aussi ce n'est pas qu'une histoire de politique, peut êtres qu'avec le temps j'apprendrais à l'apprécier.



------25 ans plus tard------



Je les entends, les murs de la forteresse résonne de leur coups, les corps des gardes tombes dans la poussière et les révolutionnaires avance toujours plus loin dans mon château.
Il fallait bien que ça arrive, je suis assis sur mon trône et je fulmine, comment  osent ils se rebeller contre le système.

Les lourdes portes de la salle du trône s'espacèrent pour laisser passer un révolutionnaire, un seul mais pas n'importe lequel, c'est mon fils.

« Alors tu te présente devant moi jeune traître... »

Il n'a pas changé , toujours la même tignasse rousse, légèrement plus claire que ceux de sa mère,  ses yeux vert et ça peau qui tolère très mal le soleil. Enfin... le fusil braqué dans ma direction était pas là la dernière fois...

Mon cœur se sert, pourquoi il fallait que ça finisse comme ça.

« Gabriel... tu peux encore arrêter ça, reviens vers moi... »


« Désolé père... cela m'est impossible, je ne peux faire l'impasse sur votre cruauté. »

« Après se qu'il on fait à ta mère, tu penses qu'il mérite encore une bride de bonté ? »

« La vengeance obscurci votre esprit ! »


« Ah oui ? Il aurait fallu que je reste altruiste quand je tenait le corps ensanglanté de ma femme ? Il aurait fallut que je sois compatissant quand j'ai compris que c'est des personnes que j'avais jugé trop légèrement qui avaient fait le coup ? Il aurait fallut... que je reste de marbre quand ils l'ont insulté de catin rouge quand elle venait de rendre l’âme ?! »


« Mère à toujours était un monstre avec le peuple, si tu n'avais pas été là elle aurait condamné à mort la majorité des gens du peuple ! »

Je me lève subitement, j'ai très envie de le frapper. Mais mes soucis de santé me font déjà chanceler.  

« A ton avis pourquoi elle a tenu à ne pas êtres l'ultime décisionnaire ? Pourquoi  elle m'a laissé la place d'Empereur ? Car vu ce que lui à fait le monde, elle ne pouvait pas l'aimer, mais elle ne le haïssait pas pour autant, elle voulais simplement le rendre juste, quitte à êtres sans pitié ! »

Je commence à sentir le goût du fer dans ma bouche, mon cœur à était beaucoup trop malmené ces dernier temps.

« Et pourtant quand vous êtes né, j'avais peur qu'elle vous considère comme le reste, mais elle vous adorez toi et ta sœur, pour la première fois de sa putain de vie elle avez une famille ! Et alors qu'elle arrivait enfin  à oublier sa rancœur, une bande d'opposant à son jugement l'on tué, et ils ont fêté ça... quand je suis arrivais sur place la bière coulait à flot, j'ai donné l'ordre à mes hommes de brûler tout le quartier... ces monstre m'ont supplié, mais dans ma tête je n'entendais que ma propre fureur ! »

« Je le sais père... vous ne comprenez pas, la haine entraîne la haine, ils vous ont haïs et vous jouais le même jeu qu'eux. » me dit-il de sa voix larmoyante, lui aussi en à beaucoup souffert, mais je dois lui faire comprendre.

« Mon fils tu es idéaliste, et les idéalistes finisse toujours par faire des choix trop souple, j'en sais quelque chose, mais de toute façon mon temps et révolu ça sera à toi mon fils de faire de ton mieux pour modeler ce monde. »

Mes jambes se défilent sous moi, et me voilà contre le carrelage, je crache du sang désormais mon cœur s'est emballé pour la dernière fois. Je sens qu'on me couche sur le dos, je vois mon fils inquiet me tenir.

« Père ! »

« A une époque tu m'appelais papa et ta mère mama, je trouvais ça drôle vu que c'était aussi son prénom, comme si une force supérieur voulait à tout pris qu'elle soit mère... »

« Papa tu divagues, ne va pas vers la lumière ! »

« Ta sœur est en sécurité ? »


« Oui Tasiel est en sûreté avec des personnes de confiance. »

« C'est parfait alors... Gabriel promet moi que tu la protégeras, promet moi que tu essayera de rendre ce monde meilleurs pour elle... »

« Oui papa...je le jure. »


Les larmes de mon fils tombe sur mon visage, comme une pluie tiède, une pensée m'illumine soudain.

« Dans ma chambre sous le lit, tu trouvera une bannière verte... je serais très fière que tu en hérite... et sache qu'en qualité de leader parfois tu devras êtres... sans pitié ne l'oubli pas. »


Dans une dernière quinte de toux, je ferme définitivement les yeux. La voix lointaine de mon fils résonne mais je ne la comprend déjà plus.


L'obscurité... toujours l'obscurité...

Si il fait si noir je peux enfin me remettre à songer, après tout je n'es plus que ça à faire. Rêver d'un monde ou j'aurais fait les bon choix...
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 102
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 23
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Birth le Sam 30 Jan - 13:43

C'est après un véritable casse-tête que nous venons vous livrer les résultats avec une particularité. On a pas été foutus de se mettre d'accord entre la deuxième et la troisième place...donc on les a mit à égalité (J'expliquerais quel écrit était le choix de qui).

Un grand merci déjà pour votre participation, tous les écrit étaient de bien belle qualité et on en a chiés pour se décider.C'est un classement, certes, mais n'allez pas croire que la dernière nouvelle est mauvaise ou autre. C'est juste qu'il a fallut se décider et on les a toutes aimées de toute façon (donc ne nous cramez pas la tronche s'il-vous plait).

Vous avez quoi qu'il arrive remplit les conditions avec brio et vous me motivez à refaire d'autres concours de ce genre. Mais je vous connais bande de gougnafiers, se sont les résultats qui vous intéressent !

Alors :

En troisième position : Esclagisme, d'Albynn.

L'idée est super originale, vraiment, et toute la lettre est assez marrante. Mais une si bonne idée aurait pu mériter un peu plus de développement. C'est un peu court mam'zelle. La deuxième partie avec le point de vue d'Harkane désamorce un peu la lettre et c'est dommage.

En deuxième position, et là on va mettre les nouvelles par choix.

Choix de Ihephe : Demain est un autre jour.

Mon chers Harkane, tu as collé des frissons au grand tout mou. Il a adoré ta nouvelle et trouve que tu as parfaitement retranscris un moment clé...le passage de la passivité aux actes tyranniques. Pour ma part, et malgré le fait que j'ai adoré ta nouvelle, j'ai été un peu déçu de ne pas voir le plan d'Emitrevo mis en application, ou du moins en partis. Le raisonnement est top, la façon de penser est juste oufissime...et j'aurais adoré en voir plus.

Choix de Birth : L'embrassement d'un coeur.

Mama, très chers Mama. Bah ta nouvelle j'l'ai beaucoup aimé. Le personnage d'Albynn est super bien retranscris, et j'aime l'évolution qu'il a. Sa fin est top, pleine de messages et de sens et j'étais super heureux de la voir la mort d'un tyran. Tu avais tout pour être premier...mais (oui le sale MAIS)...comme Ihephe me le fit remarqué...beh il manque un truc. Il manque la scène ou Albynn bascule vraiment, ou il échafaude un plan pour prendre le pouvoir ou une action montrant qu'il est déterminé à s'enfoncer dans cette voie. Il manque l'engagement d'Albynn dans ces actes (par exemple le mariage ou les deux se seraient promis de mener à bien leur plan). Sinon c'ets super bien écris, tu véhicules pas mal d'émotions et honnêtement j'étais très heureux de voir tes progrès.

Bilan de la deuxième place : C'est une égalité mais plus encore, vous aviez chacun ce qu'il manquait à l'autre...en gros ce à quoi j'étais attaché...Mama l'avait...et ce à quoi Ihephe était attaché...c'était Hark' qui l'avait. Et croyez-moi, on a beaucoup galérés à essayer de vous départager.

Et donc sans surprise, à la première place : La revanche d'une garce.

La nouvelle sur laquelle on était d'accord avec Ihephe (après avoir relus la définition de "Tyran" on l'avoue, parce qu'on fait pas les choses à moitié). Le personnage d'Illi est drôle tout en faisant preuve d'une effroyable ruse. C'est une prise de pouvoir pacifique au cours d'une journée mûrement préparée. De plus tu as clairement su analyser le personnage et en tirer tous ces aspects faisant de ta nouvelle un écrit si particulier, tout en payant le luxe de faire plein de bons guests. On accroche, la forme est bonne et le fond se tient. Bravo à toi Ophe, tu as géré le patté.

Merci de tout coeur à vous tous ! Encore une fois tous les écris étaient bon, mais il a fallut choisir. On refera très prochainement un nouveau concours et on vous attend au tournant.

P.S. Le mot de la fin, et l'indication pour le prochain concours : Plus c'est long plus c'est bon !
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1366
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Opheliana le Sam 30 Jan - 16:36

Alors tout d'abord je tiens en remercié le jury pour le casse-tête neuronale qu'ils ont du avoir pendant le classement (paix à vos cerveaux messieurs ^^) puis tout les autres participants sans qui ils n'aurait pas pu avoir de concours. Pour ma part je trouve que tout les écrits qui ont été postés ici sont magnifique et donnent envie de les lire et de les aimés. Encore une fois merci et en attente du prochain concours ! Wink

(Le petit indice fait très (trop ?) double sens ~)
avatar
Opheliana
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 93
Date d'inscription : 05/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Bluefox82 le Sam 30 Jan - 19:19

Merci beaucoup pour les retours, et bien joué à tous les participants. Toutes les nouvelles étaient excellentes, et Ophe tu mérites largement ta 1ère place.

Pour ma part, je suis 2è, ce qui est déjà très honorable. J'aurais effectivement du développer un peu plus et mettre à l'application le plan d'Emitrevo, mais sur le moment je n'avais ni l'idée, ni le but, ni l'envie.

Il me tarde de commencer le prochain concours, le concept est génial et ça nous permet de nous entraîner. ^^
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Albynn le Dim 31 Jan - 12:31

Pareil que Nico: j'aurais du alonger plus, mais j'étais en panne sèche. Pas de bol.
Tant pis, j'ai été contente que ça ai bien plus à Liro, lui qui parle jamais du fofo, je prend ça pour une victoire perso! \o/

Un spécial GG à Mama qui n'a fait que s'amméliorer!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1237
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 25
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concours n°1 : [La Revanche d'une Garce]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum