Ghost Gunfighters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ghost Gunfighters

Message par Birth le Mer 25 Jan - 18:36

[Alors me revoilà, après des lustres sans écrire. Je me décide enfin à reprendre doucement, je ne sais pas si ça durera. Je veux terminer un texte commencé cet été à l'occasion du concours sur les chansons. C'est donc une chanson qui m'inspire, Ghost Gunfighters d'As Animals. J'espère que ça vous plaira, j'ai divisé le textes en plusieurs parties car c'est là que je suis le plus à l'aise. Si le texte plait et trouve des commentaires voulant voir la suite alors je me dégagerais un peu de temps pour la compléter. Sinon beh ça restera une chouette intro.]




INTRODUCTION

Le vent s’engouffrait dans mes cheveux, les faisant voler dans de multiples directions. Il venait également engager un petit balai aérien avec les pans de ma veste, l’ondulant derrière moi. Dans ce tournoiement de sensations, s’ajoutaient les odeurs que portait la brise marine, le doux son du clapotis des vagues ainsi que le tangage permanent du bateau. Les marins me regardaient, détaillant les filaments dorés que formaient mes cheveux blonds en mouvement.

Je me tenais debout, droite et fière, à l’avant du navire, fixant de mon regard perçant l’horizon. Je la cherchais, cette terre mystérieuse, objet de ma quête presque insensée. Mais mes yeux ne rencontraient que la mer et le vent, aucune île en vue. Je soupirais longuement et fermais un instant mes paupières, amplifiant les sensations autour de moi et me plongeant dans mes souvenirs. J’y cherchais le courage et le réconfort nécessaire pour ne pas me laisser abattre, mais n’y trouvais au final que ses paroles, ses quelques mots que j’espérais ne pas être les derniers.

« Les dieux sont morts Lenz, les trois ne sont plus que cadavres… »

Je rouvrais mes yeux, et fronçais instantanément mes sourcils. Non, il n’était pas question d’abandonner, je me l’étais promis. Je devais le ramener, ou au moins découvrir ce qui lui était arrivé. Il aurait fait la même chose pour moi, aussi je ne craignais pas vraiment ses réprimandes pour ne pas l’avoir écouté. Il savait que je n’en faisais qu’à ma tête, et il aurait dû se douter que je me lancerais à sa poursuite au moment même où il me contacterait. J’étais ainsi faîte, et rien ne pourrait me changer.

Je plongeai mes mains dans mes poches et me retournai. Le vent devenait de plus en plus violent et il me gênait plus qu’autre chose désormais. J’entamai alors une marche rapide en direction des cabines, apercevant le capitaine derrière sa barre. Il semblait agité, et ses hommes couraient autour de moi. Je me doutais bien qu’une tempête se préparait, et je l’attendais de pied ferme. Même le courroux des cieux ne parviendrait à m’arrêter.

Cela faisait déjà plusieurs jours que nous étions en mers, partis à la hâte vers une destination inconnue. Notre rafiot n’avait rien de bien vaillant, mais son équipage avait été le seul à bien vouloir m’emmener. Loin d’être un acte de pure bonté, ils l’avaient fait pour l’argent. Ils devaient être plus cupides que les précédents, ou bien jugeaient-ils que leur vie avait moins de valeur. Le lieu où j’avais décidée de me rendre était au centre de nombreuses superstitions, et les marins faisaient toujours tout pour l’éviter. Il fallait être fou pour vouloir s’y rendre, disait-on, et bien soit…je serais la folle de cette expédition insensée. Je le devais, pour lui, pour Jolian.

Cela faisait plus d’un an qu’il était parti désormais, une longue année à attendre son retour entre espoir et dure réalité. Je me souvenais encore de notre dernière entrevue, sur les quais Sufokien. Il souriait, confiant comme à son habitude. Il partait pour une mission de routine, une intervention assez simple que n’importe qui de la guilde aurait pu accomplir. Mais il avait tenu à le faire lui-même, justifiant que ça lui donnerait le pied marin comme ça. J’avais ris à cette remarque, et l’avais regardé partir. Je revois encore son navire disparaitre peu à peu dans la brume matinale, pour ne plus jamais en revenir.

Il devait se rendre sur une petite île afin d’y escorter une princesse en vue d’un mariage arrangé. Cet acte devait sceller l’union de deux royaumes en guerre depuis des années, et enfin ramener une paix que beaucoup considérait comme chimérique. Nous avions déterminé que la mission prendrait trois semaines, un mois tout au plus. Je n’avais commencée à m’inquiéter qu’au bout de deux mois, persuadée alors que quelque chose clochait. Même avec tous les imprévus que je pouvais m’imaginer, rien ne justifiait un tel retard. J’avais alors décidée de me rendre sur la fameuse île de la princesse, pour y trouver son roi anéanti.

Le navire transportant Jolian et la princesse avait fait naufrage, et tout l’équipage était porté disparu. J’avais aussitôt mobilisée le plus de navire possible, me lançant dans une expédition afin de retrouver des traces de leur traversée. Rien, pas un débris, pas un seul corps…juste les profondeurs abyssales des océans. Les marins avaient alors conclus que la bateau avait dû rencontrer l’Indicible Profondeur, une tempête légendaire qui faisait toujours disparaitre les navires. Un mythe qui les effrayaient tous, et dont ils se méfiaient plus que tout au monde.

Ça ne m’avait pas empêchée de poursuivre mes recherches, en vain. Jolian et son navire étaient introuvables, et au bout de plus d’un mois de recherche…je décidais de baisser les bras. Je ne me résignais pas pour autant, espérant chaque jour le voir revenir à bord d’une embarcation de fortune pour plaisanter sur sa résistance légendaire. Mais le temps passa, et chaque jour qui se terminait venait entacher mes espoirs un peu plus. Au bout d’une année entière, j’abandonnais finalement, acceptant la mort de Jolian et me préparant à faire mon deuil. Ce fut à ce moment précis qu’il me contacta.

Les crépitements de mon commutateur m’avaient réveillés en pleine nuit, tandis que l’appareil peinait à crachoter des bribes de voix :

« Lenz…Lenz tu me reçois ? »

Je m’étais jetée sur le dispositif, hurlant le nom de mon ami à plein poumons. Les crépitements m’avaient répondus, et je m’étais alors persuadée avoir rêvée. Puis sa voix s’était de nouveau faîte entendre, fatiguée, affaiblie et hachurée :

« Lenz…c’est finis…je suis au bout du voyage. Je ne sais par quel miracle…mais je parviens enfin à recevoir ce signal. Alors j’en profite…je sais qu’une lettre ne te parviendra jamais. L’Indicible Profondeur existe, et elle mène les égarés jusqu’à l’Ile. J’ai essayé de m’en échapper, j’ai essayé de revenir dans notre monde…je n’y suis pas parvenu. J’étais même persuadé être mort, être dans un purgatoire construit sur mesure pour moi…mais si tel avait été le cas…je ne pense pas que je pourrais te parler en ce moment.

Les dieux sont morts Lenz, les trois ne sont que des cadavres. Je suis fini, je vais mourir ce soir…Les restes du Palais seront mon tombeau, le Dieu sans nom sera mon bourreau…Je voulais juste te dire adieu, et te déconseiller de chercher à me rejoindre. L’Ile aura ta peau Lenz…comme elle a eu la mienne. Vit…survit sans moi…pour moi…et empêche quiconque de finir sur l’Ile…

Jolian…terminé. »

Le crépitement avait alors reprit, et mes cris n’y avaient rien changés. Je n’étais pas parvenue à me rendormir cette nuit-là, troublée par les paroles de mon frère d’arme. Il était vivant, au moment où il m’avait contacté…il était vivant. Peut-être avais-je une chance de le revoir.

Le lendemain, dès l’aube, je m’engageais sur les quais de Sufokia, à la recherche d’un équipage prêt à arpenter la mer, et braver l’Indicible Profondeur. Et je me tenais désormais sur ce navire, bien décidée à retrouver Jolian.

Devant nous, le ciel s’assombrissait. Des nuages plus noirs que tous ceux que j’avais pu voir avant se formaient peu à peu, rendant la foudre qu’ils contenaient plus étincelante encore. La pluie s’abatis alors, une pluie aussi cinglante qu’acharnée, venant tremper tout ce qui pouvait l’être. Les marins hurlaient autour de moi, plongés en pleine panique. Le capitaine tournait le gouvernail comme un possédé, cherchant à tout prix à faire demi-tour, à s’échapper de la tempête.

Mais il était déjà trop tard, elle nous englobait complètement et malmenait le navire de façon ininterrompue. Je me protégeai les yeux en plaquant mon avant-bras contre mon front, et m’avançai de nouveau vers l’avant du navire. Je cherchais l’Ile, persuadée que désormais je pourrais la voir. Cette tempête était la porte, l’entrée menant à cette foutue terre. Maintenant que nous étions piégés en son sein, il nous suffisait d’avancer.

Je plissai mes yeux, st tentais de voir à travers l’averse. L’obscurité semblait insondable, et je ne parvenais pas à distinguer quelque chose à plus de dix mètres…et pourtant…

Deux lueurs verdâtres illuminaient la pénombre, semblant nous fixer le navire et moi. Les lueurs se rapprochèrent tandis que les vagues se faisaient plus violentes, et enfin…je le vis. Il perçait les flots de sa carrure imposante, sa peau noire ruisselait de gouttes de pluies et ses yeux demeuraient braqués sur moi. L’Indicible Profondeur n’était pas une tempête, c’était un monstre. On aurait dit un kralamour géant si la bête n’avait pas paru aussi malfaisante.

La créature me fixa un instant, et leva haut dans le ciel ce qui semblait être son bras. Les marins hurlèrent de terreur, tandis que je me mettais inutilement en garde. Le temps parut comme suspendu un instant, puis la bête abattit sa sentence dans un cri déchirant. Le craquement de la coque se brisant se fit entendre, mon corps chuta un instant et percuta finalement l’eau. Tandis que je coulais lentement, je décidai de fermer mes yeux. Un léger sourire étira mes lèvres alors que l’air commençait à me manquer, et une ultime pensée traversa mon esprit :

« Attends-moi Jolian…j’arrive… »


avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Nael le Mer 25 Jan - 19:01

*Défonce la table* HEEEEEEELL YES ÇA SENT L'EPIQUE TOUT ÇA. MOI JE VEUX BIEN LA SUITE. °v° (En même temps tu t'attendais à quoi. Tu peux pas teaser un truc badass à souhait sans que je morde à l'hameçon, ho. °3°)
avatar
Nael
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 45
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part, probablement.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Lala le Mer 25 Jan - 21:54

°w° *hype* Vuihihi ça m'a l'air bien intéressant. En même temps, je suis comme ma sœur: tu agites un morceau d'épique sur un endroit sombre et paumé saupoudré de danger constant et garnis de belles phrases, je saute dessus et je le bouffe.
avatar
Lala
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 2
Date d'inscription : 01/11/2016
Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Bluefox82 le Jeu 26 Jan - 14:10

J'avais déjà eu l'occasion de lire ton texte, du coup je vais réécrire ici ce que j'en ai pensé.

C'est une atmosphère bien différente des autres textes que tu as écrit, voir des autres textes que l'on a pu voir sur notre forum. C'est bien formulé, c'est agréable à lire, et tu dépeints un contexte à la fois plutôt sombre, et mystique. Je me souviens encore des références sur lesquelles tu t'étais basé (que je ne dirai pas ici pour éviter de perturber l'expérience de lecture des autres), et comme j'avais dit auparavant: ça promet. Du coup j'attends la suite, j'attends que tu postes la suite de ton récit, et je souhaite le voir en entier cette fois-ci.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Silk Le Train le Jeu 26 Jan - 20:23

Alors. Comment dire.

Il y a beaucoup de tournures que j'aime beaucoup, et pour quelqu'un qui galère sur les fautes selon lui, beeh, bravo, parce que j'en vois pas tant que ça.

Honnêtement, je trouve ce texte vraiment cool, et je pense que je ne me l'imagine pas, mais le nombre de références calées dedans est assez élevé. Je suis sûr de pas en avoir compris la moitié, et d'un côté je trouve ça assez cool.

Au niveau de l'histoire, pour l'instant ça reste flou, c'est une intro', tu me diras, donc j'attends la suite pour parler.

Je t'engage donc à continuer. Maintenant, je me pose des questions sur le titre. "Ghost gunfighters", je sais que c'est le nom d'une chanson, mais eh, d'un côté je me dis que peut-être que Lenz a pas survécu à la tempête puisque c'est au pluriel. Me goure probablement, mais wala, mon esprit tourne.
J'attends la suite avec impatience. Surprends-moi.
avatar
Silk Le Train
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 20
Date d'inscription : 28/05/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Birth le Ven 27 Jan - 18:33

[Et salut à tous. Je vous remercie déjà pour vos retours, qui me motivent à corriger la suite et à écrire la fin. Ce texte diffère pas mal de ce que j'ai pu faire précédemment et je suis heureux de voir que ça plait, que ça intrigue et que ça donne envie d'en voir plus. Vous avez quelques théories intéressantes, on verra les réactions lorsque l'aventure sera plus avancée. Aujourd'hui on rentre dans le vif du sujet avec la partie donnant son titre à cette oeuvre. Les paroles de la chanson originale ponctueront le récit puisqu'elle m'a servit de base pour l'écriture, et que je voulais que chaque ligne face référence à une scène précise. Je vous laisse avec la musique d'ailleurs, qui donnera le ton de cette nouvelle, et on se retrouve bientôt pour la suite.]





J’émergeais lentement, m’échappant de l’obscurité qui avait décidée d’entourer mon esprit. Le doux son des vagues glissant sur le sable fut la première chose qui m’atteignit, juste avant de sentir le remous de l’eau autour de moi. J’étais allongée, face contre terre. Mon corps entier me faisait souffrir, et un désagréable gout de sel me restait sur les lèvres. Une épave, voilà ce que je devais être en cet instant.

Je rassemblais force et courage, ignorant la douleur persistante et le froid mordant de l’eau, et ouvrais finalement les yeux. Je me trouvais sur une plage, le sable était d’un blanc relativement sale et une fine brume semblait entourer les lieux. Mes souvenirs revenaient peu à peu, la traversée, la tempête, le monstre…Jolian. Cette dernière pensée me fit l’effet d’un électrochoc, je n’avais pas de temps à perdre, je devais retrouver mon ami. Je grimaçai donc, et entrepris la pénible action consistant à me lever. L’exercice parut longtemps incertain, avant que finalement je me retrouve à nouveau sur mes pieds.

Je profitai de cette posture, bien plus utile que la précédente, pour regarder autour de moi. Dans mon dos se trouvait la mer s’étirant à perte de vue, mon champ de vision étant réduit par la présence de la brume. Devant moi, je distinguais le début de ce qui semblait être une petite colline. Des escaliers de pierre avaient été construits pour faciliter la montée, et une petite bâtisse se tenait à son sommet. Derrière, au plus loin que je pouvais distinguer, j’entre-apercevais les silhouettes de ruines de ce qui avait dut être un fort en des temps reculés. La brume barrant une nouvelle fois ma ligne de vue à partir de ce point, il me faudrait avancer à tâtons. De ce premier regard posé sur mon lieu de naufrage, une chose était sure : je me trouvais sur une île qui m’était complètement inconnue. Rien ne me l’indiquait bien sûr, mais de par l’ambiance sinistre qui régnait sur la plage, je savais que je me trouvais sur la terre décrite par Jolian. Il ne me restait plus qu’à le trouver.

Alors que je m’apprêtais à commencer ma route, quelque chose attira mon attention. Une faible lueur brillait à quelques mètres de moi, éclairant le sable humide sur lequel elle semblait posée. Je m’approchais avec prudence, avant que mon sang ne se glace. Un gostof, aux teintes plus blanches qu’à l’accoutumé, gisait sur le sol. J’en avais toujours eut la phobie, et en trouver un aussi tôt dans mon aventure ne m’enchantait guère. Je soupirais, et m’approchais le plus lentement possible. Le spectre se tenait dans une posture similaire à celle que j’arborais quelques minutes auparavant. Il devait s’agir de l’un des  marins qui m’avait accompagné, le pauvre bougre ayant certainement succombé en mer. Tandis que je me rapprochais, ses formes se détaillaient. Je discernais plus nettement ses cheveux, coupés à mi longueur et mal peignés, sa barbe, hirsute et fournie ainsi que ses vêtements. Il portait ce qui semblait être une chemise et un gilet de cuir, un long pantalon venant compléter l’ensemble.  Je me tenais désormais juste à côté de lui, et le gostof roula sur le côté…me laissant pleinement voir son visage.

Le doute ne m’était plus permis, et je tombais à genoux dans le sable. Même sous cette apparence fantomatique, je parvenais sans mal à reconnaître les traits de mon ami. Jolian était donc bel et bien mort, mon voyage et les risques encourus n’avaient servis à rien. Je frappais rageusement le sol, enfonçant mon poing dans le sable humide. Des larmes coulaient le long de mes joues, se mélangeant aux gouttes d’eau recouvrant encore la zone. Ce roublard que je croyais increvable avait finalement trouvé sa fin, perdu sur cette île désolée.

Tandis que je me laissais aller à la tristesse, le gostof commença à lentement se relever. Il eut toutes les peines du monde à se tenir droit, mais sembla y parvenir au terme d’innombrables efforts. Je grimaçais en le voyant faire, son geste ne m’amenant que plus de tristesse. Je baissais le regard et tendais mollement ma main vers lui, dans un geste se voulant réconfortant. De faibles mots, portés par ma voix éraillée, sortirent entre mes lèvres :

« C’est…c’est finis…Jo’…tu peux te reposer maintenant…tu n’as plus besoin de te battre… »

Il ne sembla pas réagir, ne me répondant pas le moins du monde. Je relevai mes yeux vers lui, et l’aperçu en train de bidouiller son commutateur amoché. Il l’amena prêt de sa bouche et commença à parler, ses paroles me parvenant sous forme d’échos distordus :

« Jolian…à Get Free. Jolian à Get Free…vous me recevez ? »

J’haussai un sourcil devant son attitude, il ne semblait toujours pas m’avoir remarqué. Il soupira un instant, et reprit sa tentative de contact :

« Ici Jolian…mon navire à subit une tempête…et…une attaque de monstre géant. Je suis échoué sur une île qui m’est inconnue…vous m’entendez ? Je suis paumé les gars ! Quelqu’un me reçoit ?! »

Je compris alors, il ne me voyait pas. Jolian était mort, et ce spectre semblait marquer le souvenir persistant de son aventure funèbre. Je revoyais en cet instant son réveil sur cette île, juste après son naufrage. Je fronçai mes sourcils et me relevais lentement. J’observai avec attention la scène, y cherchant des indices sur la façon dont était mort mon ami. Il regardait dans tous les sens, la colère et la peur semblant le gagner peu à peu. Les traits de son visage se déformaient sous l’inquiétude l’envahissant. Les échos revinrent, plus forts, plus distordus tandis qu’il hurlait :

« Lenz ! Tu m’entends ! Putain Lenz ! Est-ce que quelqu’un m’entend ?! Ici Jolian ! Venez me chercher ! Ne me laissez pas ! QUE QUELQU'UN ME REPONDE BORDEL DE MERDE ! »

I never see your crazy face ♪
Smiling, laughing, screaming my name (like that) ♫

Je le fixais, impuissante. Mon être entier voulait l’aider, mais c’était désormais impossible. Je le voyais s’énerver et perdre peu à peu l’espoir d’un contact, avant de finalement se laisser tomber dans le sable. Il y resta un certain temps, sans prononcer un mot, sans esquisser un geste. Puis il se releva enfin. Il rassembla ses affaires, une dague et son pistoroub, et regarda en direction de la colline. Il inspira longuement, murmurant d’une voix lasse :

« Je vais m’en sortir…allez Jolian perd pas espoir…tu vas t’en sortir. Tu t’en sors toujours. Si ça se trouve t’es à Sufokia…dans un coin paumé. T’es juste en train d’avoir une crise de panique, ça va aller. C’est normal, l’endroit est pas des plus accueillant. T’es fatigué, t’es dans un sale état mais tu sais quoi…t’es en vie mon vieux…alors bouges toi et sors toi de ce merdier. »

Il ferma un instant ses yeux, rassemblant son courage. Je l’observais, un sourire triste sur les lèvres. Au moins il s’était battu, il avait tout fait pour rentrer. Il rouvrit les yeux, et s’élança vers la bâtisse en courant. Son fantôme disparu dans la brume, tandis qu’il s’éloignait.

Suddenly your eyes disappear in the night ♪

Je m’accordai un court instant pour réfléchir. Le spectre de Jolian était parti, recommençant son voyage s’étant terminé par sa mort. J’hésitais sur la marche à suivre désormais. Devais-je rester ici, tenter de contacter Get Free et attendre qu’ils viennent me chercher ? Non, Jolian n’y était pas parvenu, inutile de perdre du temps là-dessus. Me fabriquer une embarcation de fortune pour fuir ? Possible, mais la brume cachait certainement bien des dangers en mer. Au final une seule route me semblait tracée, celle qu’avait suivie mon frère d’arme. J’étais décidée, j’allais suivre son fantôme, retrouver son corps pour l’enterrer, vaincre celui qui lui avait ôté sa vie et m’enfuir de cette île de malheur.

J’inspirai profondément à mon tour, rassemblant tout le courage qui me restait, et je m’élançais à la suite de mon ami spectral.

I run as fast as i can ♫
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Nael le Sam 28 Jan - 13:22

DONC JE DISAIS JE SUIS TRES LE WTF. Parce Jolian c'est censé être un cafard, tu lui tapes dessus, il reste en vie. Alors gostof ? Wait what ? Le truc qui lui est tombé dessus devait foutrement avoir la rage. Ou alooooors il est pas mort et c'est un genre d'écho ?
Puis surtout, devoir revoir tout ça, sans pouvoir l'aider, sans qu'il puisse se rendre compte que Lenz est venue pour le chercher, c'est... Wah. Right in da kokoro.
avatar
Nael
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 45
Date d'inscription : 30/05/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part, probablement.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Bluefox82 le Sam 28 Jan - 16:40

C'est une partie très intéressante, avec cette mise en scène où Lenz se retrouve impuissante face au spectre de Jolian. C'est un moyen propre et fortement sympathique de retracer les évènements de cette manière. Le reste du texte participe à l'ambiance qui règne sur cette plage et renforce ce sentiment d'impuissance qu'a Lenz. En bref, c'est du tout bon et c'est appréciable de voir ce genre de tournures de phrase, je sais plus s'il y en a par la suite mais elles restent toujours les bienvenues.
Keep going, c'est cool à lire, j'attends la suite.
avatar
Bluefox82
L’Utopiste
L’Utopiste

Messages : 291
Date d'inscription : 04/09/2014
Age : 21
Localisation : Dans mon humble demeure, ou dans une auberge quelconque, tant que je peux boire et écouter les bardes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Shiki Van Shërza le Sam 28 Jan - 21:23

Pouip, ça fait plaisir de voir ce texte qui m'avais pas mal intrigué à l'époque, et auquel j'ai repenser il n'y a pas si longtemps que ça en plus, en me demandant ce qu'il était devenu... Et bien j'ai eu ma réponse ! Toujours aussi agréable à lire et sympa à parcourir, mon ressenti ne change pas beaucoup par rapport à l'époque sur ça. Du mieux j'ai l'impression sur certains point, tu a fait des corrections il me semble, exact ?

Pour le moment ce que j'avais vu le plus comme un soucis à l'époque (la rapidité des évènements, et le fait d'avoir l'impression que c'est expédié parfois), je ne le ressent pas encore à ce niveau là, donc rien de particulier à dire qui pourrais être négatif. Oh, et encore une fois c'était juste mon ressenti, en soit le texte était très bon et plaisant à lire, et cet impression de rapidité est voulut par le contexte d'écriture avec la chanson, je pense. ^^

Donc rien à redire sur ce texte, toujours aussi bon... Et il me tarde d'enfin en apprendre le dénouement, depuis le temps. ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Albynn le Dim 5 Fév - 15:17

Youp, pardon pour le temps d'arrivée!

Alors, j'avais déjà vu aussi.
Donc, pour encore en dire: ça fait vraiment bizarre de voir Jo' comme ça, mais ça prouve le lien fort qu'il y a encore les deux. Du coup, ça me fait encore plus mal quand je pense à NODR. Pauv' potes...

Un excelent suspens, les descri sont faciles à visualiser. J'aime beaucoup le Jo-echo, permettant à Lenz de se fondre dans la peau de son pote perdu.

Après, de manière personnel, je trouve que l'insertion des paroles de la chanson fait un peu trop.
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1236
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 24
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ghost Gunfighters

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum