Memory : Four Season For One Amnesia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Ven 6 Déc - 15:01

Note de l'auteur : Salut a tous, j'entame ici les nouvelles racontant le passé des fondateurs de la guilde, on commence ici avec l'un d'eux dont je tairais le noms pour vous laisser la surprise. J'espère que ca vous plaira...la nouvelle est en 4 partie il y a actuellement une partie sur 4 d'écrite.

Birth




Automne…

J’ouvre lentement les yeux. La lumière du soleil filtrant à travers les feuilles des arbres projette sur moi des mosaïques d’ombres. Je suis allongée sur le dos dans une sorte de petite clairière, la tête posée dans un parterre de fleurs. Autour de moi je vois des feuilles marron tourbillonner légèrement volant au gré d’un vent hasardeux. Aucuns bruits, seul le silence règne en ces lieux.

Mon corps n’est que douleur, et mon esprit est en charpie. La moindre parcelle de mon corps me fait souffrir, et je ne me souviens de rien. Mon nom ? Quel était-il déjà ? Je tente de me concentrer pour m’en souvenir mais ma tête n’est pleine que d’obscurité.  Qui suis-je ? Ou suis-je ? Quel jour sommes-nous ? Qu’est-ce que je fais ici ? Tant de questions et aucunes réponses. Je relève péniblement ma tête et tente de regarder mon corps d’un peu plus prés. Ma poitrine est gonflée par deux bosses…je suis donc une fille. Je porte des vêtements étranges. Mon corps est recouvert de bandelettes blanches, tandis que quelques plaques de taules bleues claires viennent protéger mes jambes mes bras et une partie de mon torse. Des bandelettes déchiquetées entourent mon visage, et un masque métallique bleu clair est posé à côté de moi. Une large estafilade me barre le torse et du sang s’en échappe. Ma tête me fait horriblement souffrir, comme si mon cerveau était pressé dans un étau. En tournant la tête je vois une épée en forme d’aiguille d’horloge plantée à côté de moi. La lame est abîmer en de nombreux points et je doute que l’arme puisse encaisser de des coups encore très longtemps. J’ai dû me battre et perdre…je ne vois que ça. Mais contre qui, et pour quelles raisons ? Encore et toujours des questions ça devient une habitude…

Je tente de me souvenir d’un maximum de choses mais c’est le noir total.  Suis-je morte ? C’est une possibilité, tant cet endroit est calme. Ce serait donc ça Excarnam ? Non, la douleur me rappelle que je ne suis pas désincarnée. Je suis donc belle et bien vivante, juste amnésique. Amnésique…ce mot qui avant devait me sembler bien banal et sans intérêt est devenu ici ma plus grande terreur. Ne se souvenir de rien, quelle châtiment atroce…Des gens attendent peut être mon retour quelque part, des gens qui m’aime et que je devais aimer en retour. Mais ne pouvant me souvenir d’eux je vais certainement les laissés dans un désespoir permanent. C’est injuste…pourquoi moi ? Qu’est-je fais pour mériter pareille torture. Je me laisse allée et me mets  à pleurer doucement. Ca à au moins le mérite de me faire un peu de bien. Je ne sais pas vraiment quoi pleurer, je n’ai pas de proches dont je me souvienne, pas d’évènement douloureux qui me revienne en mémoire. Au fond je n’ai rien, ni passé, ni présent et probablement pas de futur.  Je ne suis qu’un être sans défense. Je n’ai pas de noms, pas de personnalité, je ne suis qu’une coquille vide. Les larmes ne s’arrêtent pas de couler, et je me recroqueville sur moi-même. Le fait de bouger me fait mal, mais je m’en fiche, cette position me réconforte légèrement.

Le sang continue de couler de ma blessure, tachant de rouge l’herbe de la clairière. Je sens ma vie s’échapper à travers cette plaie et je songe à ne rien faire pour la retenir. A quoi bon lutter pour des choses que l’on ignore…

Je ferme les yeux espérant ne jamais les rouvrir, laissant mon esprit filer hors de mon corps. J’espère vraiment pouvoir trouver le repos maintenant. Je tente de trouver des personnes ou des choses à qui accorder mes dernières pensées, mais ne me souvenant toujours de rien j’abandonne cette idée. Je me laisse partir ne sachant pas ce que je perds à ne pas vouloir rester en ce monde. Au fond rien ne me retient vraiment ici…

« Non ! »

Une voix…on dirait…on dirait qu’elle est en moi…

« Non ! »

Non ? Mais je ne veux pas continuer, je ne peux pas continuer ! Je ne me rappelle de rien, je ne suis personne…

« Non ! »

Laisse-moi partir…si c’est ce que je veux vraiment tu n’as pas le droit de me retenir…

« Non ! »

Non…cette voix a raison…je dois…je dois lutter. C’est une sorte d’héritage…le dernier legs de ce que j’ai été. Ma vie ne veut pas s’arrêter là, mon ancien moi est là pour lui rappeler que je peux encore faire quelque chose. Je pourrais me laisser mourir, mais se serait renoncer à tout ce que j’ai pu être, à tout ce que j’aurais pu devenir. Je ne pense pas qu’ « elle » serait d’accord avec ce choix. « Elle » a vécu, « elle » a probablement appris de nombreuses choses, « elle » a sans doute aimée. Je ne peux me résoudre à arrêter l’histoire de cette fille, cette fille que j’ai été. Certes je ne me souviens de rien…mais elle est encore là, quelque part en moi. Si j’ignore quel était son but, alors je vais créer le miens. Je veux la faire revenir…cette fille que j’étais auparavant. Cette fille dont j’ignore jusqu’au nom, je vais la ramener et lui faire regagner ce corps. Je ne suis personne…et elle…elle est tout. Si je dois me battre ça doit être pour elle. Pour cette personne que je ne connais pas et qui pourtant m’est si familière. Je dois me battre pour moi, pour que ce vrai moi refasse surface et puisse enfin me guider. Pour qu’enfin je puisse comprendre qui je suis et ou je vais. Je vais vivre pour elle et ainsi je vivrais pour moi…

Remotivée par mes réflexions, et voyant mon avenir d’un œil nouveau, je me décide enfin à tenter de bouger. Je commence en douceur, en déplaçant légèrement chaque partie de mon corps afin de voir si je souffre d’autre blessure que je n’aurais pas vue. A part la plaie béante de mon ventre, tout semble aller. J’ai certes de nombreuses entailles un peu partout sur mon corps, mais rien de très grave il semblerait. Il est temps pour moi de commencer la partie difficile…me relever. Je pose avec précaution mes mains sur le sol, et commence à forcer légèrement dessus. Je parviens ainsi à légèrement décalé la position de mon corps, me donnant un meilleur appui pour me relever. Je me mets alors à pousser plus fort sur mes bras pour me mettre à genoux. Mon souffle est rauque et la douleur de ma plaie est insoutenable. Je vis une véritable torture et l’idée d’abandonner m’effleure l’esprit…mais je la chasse rapidement et me reconcentre sur mon objectif. Prenant appuis sur l’un de mes genoux je commence à me relever doucement. Là encore la douleur est atroce et je lutte pour ne pas relâcher mes efforts. Après ce qui me semble durer une éternité je parviens à me tenir debout. J’ai le dos courbé, je suis en nage et la douleur menace à tout moment de me faire perdre conscience…mais je suis debout. Je sens néanmoins mes forces m’abandonner et commence à tituber. Je ne tiendrais pas longtemps. Je cherche l’arbre le plus proche de moi et aperçois un chêne à un mètre derrière moi. Je me retourne et avance lentement vers lui. Ma vue se trouble et chaque pas m’arrache une grimace de douleur. Je franchis le peu de distance me séparant de cet arbre en me laissant tomber dessus. Je m’adosse a lui, et bloque mes jambes pour ne pas retomber. Je pose instinctivement ma main sur mon ventre, et sang un liquide chaud et poisseux couler entre mes doigts. Je suis en train de me vider de mon sang. Je soupir longuement. J’ai beau vouloir lutter…mon sort ne semble guère réjouissant. J’arrache les bandelettes recouvrant mes bras et me fais un pansement de fortune pour ralentir l’hémorragie. Je regarde a nouveaux le soleil, il est plus bas que tout à l’heure…je ne sais pas combien de temps a passé depuis mon réveil. Le soleil commence à prendre une lueur orangée, la nuit ne va pas tarder à tomber. Il faut que je bouge…que je trouve un endroit ou passer la nuit…des médicaments…ou bien tout simplement quelqu’un pour m’aider…
Je me décide enfin à quitter mon arbre, reconnaissante pour le soutient qu’il m’a apporté. Je me retrouve à nouveau debout, et sans support. J’ai la tête qui tourne, mais la douleur est moins présente. Je mets un pied devant l’autre doucement, ma main toujours posée sur mon pansement.

Ma progression est lente, mais  la douleur semble se calmer un peu. J’avance petit à petit. Je n’ai pas de destination, mais au moins je me déplace. Dans mon état l’immobilité  équivaudrait à une mort certaine. J’ai atteint le centre de la clairière, la ou est plantée ce qui semble être mon épée. Je m’en rapproche doucement. L’arme est plantée dans le sol, on dirait un autel à la mémoire de mes souvenirs disparus. La lame est émoussée et différentes fêlures zèbre le fer en de nombreux points. Cette épée devait être sublime auparavant, désormais elle ressemble plus a un morceau de ferraille abimé. J’arrive juste devant elle et saisis sa garde. Des traces de sang entour les bandelettes décorant le manche, certainement mon sang…Je force sur mon bras pour retirer l’épée du sol. Elle vient petit à petit à moi. Après quelques minutes je donne un dernier coup sec et je l’extirpe du sol. L’épée parait légère dans mes mains, signe que j’ai du beaucoup m’entrainé avec a une certaine époque. Pourtant je ne me rappelle rien quand à son maniement. Si je dois m’en servir je me contenterais de frapper au hasard avec, en espérant que mon adversaire sera aussi doué que moi…

Je trouve très vite une nouvelle utilité à ma fidèle épée, elle me sert de canne et de support quand j’en viens à me reposer. Je quitte la clairière sans jeter de regard derrière moi. Cette clairière est l’endroit de ma naissance, moi l’être sans noms dirigeant le corps d’une autre. Je garde mes yeux fixés devant moi, vers l’avenir…qui est au final mon passé. Je pénètre rapidement dans la forêt entourant ma clairière. La lumière du soleil parvient de plus en plus difficilement à moi alors que je m’engouffre dans cet enfer végétal. Je ne pense à rien, préférant garder toute ma conscience sur le fait d’avancer. Après quelques temps j’entends le bruit d’une rivière. Je me rends alors compte à quel point ma gorge est sèche, cela doit faire une éternité que je n’ai pas bu. Je me dirige alors vers ce que j’espère être de l’eau potable. Je finis par déboucher devant un petit ruisseau. Une eau transparente y coule et je me décide à la boire. Dans mon état je ne pourrais continuer à marcher bien longtemps sans eau. Je m’agenouille lentement devant ce ruisseau, ravivant la douleur de ma plaie. Je me nettoie rapidement les mains, puis recueil un peu d’eau pour la porter à mes lèvres. Je bois doucement, remerciant un quelconque dieu de me permettre d’enfin pouvoir étancher ma soif. Je bois de nombreuses autres gorgées, puis prenant mon courage à deux mains je me décide enfin à me regarder dans le reflet de l’eau. J’admire enfin ce visage qui est le mien. Des cheveux bleus clair m’arrivant à la nuque et des yeux de la même couleur. Jeune…je suis très jeune…a première vue je dois avoir moins de quinze ans. Je touche toutes les parties de mon visage en me regardant à travers ce reflet. C’est donc à ça qu’ « elle » ressemblait. Je me trouve plutôt…mignonne…enfin disons que ca aurait pu être nettement pire. J’ai du mal à me faire à l’idée que c’elle que je vois dans ce reflet…c’est moi…J’imagine qu’avec le temps je finirais par m’habituer. Je bois encore quelques petites gorgées et reprends la route.

La forêt entière prend peu à peu une teinte rougeâtre, signe que le soleil est presque complétement descendu. La nuit ne devrait pas tarder à tomber, et avec elle c’est le froid et de nombreux dangers qui arrivent.  Si mes chances de survie sont faibles de jour, elle devienne quasi nulle de nuit. Je me mets en quête d’un abri pour passer la nuit. Je marche encore une heure, ne parcourant évidemment que quelques dizaines de mètres, avant de tomber sur une sorte de grotte creusée dans une paroi rocheuse longeant la forêt. La grotte n’est pas très profonde mais elle offre un abri acceptable. Je m’avance lentement vers elle, bien contente de pouvoir enfin m’arrêter. Une fois à l’intérieur je m’allonge sur le sol rocailleux, le confort est un luxe que je ne peux me permettre d’avoir vue mon état. Je me laisse gagné par le sommeil  tentant d’oublié la douleur de ma plaie, la fatigue de mes jambes, et les questions se bousculant toujours dans ma tête. Parmi elles il y en a une qui revient souvent : « Vais-je tenir encore longtemps ». Mon état ayant peu de chance de s’améliorer subitement, mes chances de survies s’amenuisent à mesure que le temps passe. Le froid ne tarde pas à se faire sentir, mais ne sachant pas comment faire du feu je m’en accommode. La faim me tiraille également le ventre, en effet je n’ai rien mangé depuis mon réveil et je n’ai plus la force d’essayer de trouver quelque chose de comestible. Heureusement je sens le sommeil enfin prendre le dessus et je m’endors, gagnant enfin un monde ou mon amnésie n’est pas un fardeau.

Mon sommeil est plus qu’agité. Je me réveille plusieurs fois couverte de sueur durant la nuit. La frontière entre le monde réel et les rêves s’amincit à mesure que la nuit passe. J’enchaine période de rêve et hallucination s’en jamais savoir dans quel camps je me situe. Lorsqu’enfin quelques rayons de lumières viennent percés l’obscurité de mon refuge, m’annonçant la fin de cette longue nuit, je me décide à me lever. La douleur est toujours intense au niveau de la plaie, et sens mon crâne bouillir. Je n’ai pas besoin de toucher mon front, je sais déjà que je suis terrassée par une forte fièvre. Regardant mon pansement de fortune couvert de sang je me décide à vérifier mon intuition. Je défais lentement mes bandages et regarde l’état de ma plaie. Une substance blanchâtre s’en échappe, et les contours de la plaie sont blanchis. Elle s’est infectée…

Il ne manquait plus que ça, comme si mes chances de survie n’étaient pas assez basses déjà. La vue de l’infection fait fondre en moi les derniers espoirs que j’avais. Mais je ne veux pas mourir ici…dans cette caverne. Je regarde vers l’extérieure et me décide a au moins atteindre la lumière. Je ne me confectionne pas de nouveau bandage…tout cela est bien inutile désormais. Je ne cherche plus un endroit pour survivre, mais bien un endroit pour mourir. Je me relève lentement, m’appuyant sur une paroi pour me soutenir. Je finis debout, haletante et tremblante. Me collant a la paroi je me dirige vers l’extérieure, récupérant mon épée au passage. Ça peut paraître stupide, mais je considère désormais cette arme comme mon compagnon de voyage…et je veux mourir en la tenant. Je finis par atteindre l’entrée de ma grotte, et passe un moment à regarder l’aube se lever. Je ne verrais sans doute plus jamais le soleil se coucher, mais au fond quelle importance. Je quitte le soutien de ma paroi et m’enfonce à nouveau dans la forêt. Je trébuche plusieurs fois, me relevant à chaque fois avec un peu plus de difficulté. Cela doit faire deux heures que je marche, et je sens que mes limites sont enfin atteintes. Ma vue se trouble et ma progression se ralentie, je trébuche à nouveau et m’effondre au sol.

Cette fois je ne me relèverais pas, je ne le sais que trop bien. La faim, la soif et l’infection auront finalement eu raison de moi. Mes paupières commencent à lentement se fermer, et enfin je me trouve sereine. Plus de questions, plus de douleur et plus besoin de se battre. Je peux enfin me laisser partir, moi qui ne suis rien. Je n’aurais vécu que le temps d’une journée et c’était bien assez. Mes dernières pensées vont à cette fille que j’ai été, je l’abandonne en ces lieus. Je sais qu’elle m’en veut mais je ne pouvais faire plus. Si elle avait été à ma place elle aurait sans doute survécu la ou moins je n’ai fait que dépérir.

Mes yeux se ferment enfin et je laisse mon esprit s’en aller. La douleur et la fièvre s’éloignent à mesure ou je sombre dans l’inconscience. Je pars pour un sommeil duquel je souhaite ne jamais me réveiller.


Le néant, le silence l’absence de sensations…si la mort est un cumul de symptômes, je pense que ce serait ceux la. Il n’y a que le vide autour de moi. Le vide…et les ombres. Des silhouettes noires, sans visages, me courant après. Et moi, seule et perdue, tentant de leur échapper. Qui sont ces opposants, je n’en ai aucune idée. Des anciens ennemis, des connaissances…peut-être même des amis. Mais sans souvenirs il ne peut y avoir de visages. Ce ne sont donc que des brides inconnues de mon passé me courant après, et elles finiront par me rattraper. Je cesserais alors d’exister, moi l’être sans noms, et je redeviendrais une dernière fois celle que je fus. « Elle » ne réapparaitra que pour admirer ses derniers instants de conscience, avant de sombrer dans l’oubli éternel.

Les ombres se rapprochent toujours plus, symbolisant ma fin approchante. Elles se jettent sur moi, désireuses d’en finir. Mais alors qu’elles s’apprêtent à me toucher une forte lumière blanche les éclaires. Elles se volatilisent en particules noires, et je me sens lentement aspirée par cette lumière. Il faut croire que l’heure de ma mort n’est pas encore venue, et c’est avec regret que je reprends la route des vivants. Je ne désire que le repos, et c’est précisément ce que l’on me refuse…


J’ouvre doucement mes paupières, réhabituant peu à peu mes yeux à la lumière du monde. Ma vue est légèrement troublée, et une migraine me vrille le crâne. Je sens néanmoins que j’ai moins de fièvre, signe que je dois aller un peu mieux.
Je suis dans un lit…un lit aux draps rouge. La couette chaude est remontée jusqu’à mon menton, et deux coussins sont posés sous ma tête. Au moins je suis au chaud, c’est déjà ça. Je me trouve dans une petite pièce, une sorte de chambre. A côté de mon lit est posée une petite table de chevet, où une bougie éteinte attend la nuit pour être utilisée. Une grande armoire se dresse devant le mur à ma droite. A ma gauche une vieille porte en bois indique la sortie de ce petit monde. Une fenêtre m’apporte la lumière dé l’extérieur. Elle est encastrée dans le mur en face de moi. La pièce dégage une atmosphère calme et reposante, j’en ai bien besoin en ce moment.

Evidemment l’une de mes éternelles questions revient à la charge, et je me demande à nouveau où je suis. Au dernières nouvelles je m’étais évanouis dans une forêt, quelqu’un avait dû me trouver…
Mais qui ? Vu la densité de la forêt peu de gens devaient oser si aventurer. Un bucheron m’avait probablement récupéré, je m’imagine déjà un grand gaillard barbu ouvrir la porte et m’accueillir avec un grand sourire.

Justement je vois la poignée se tourner…je vais donc enfin découvrir qui est mon sauveur. La porte s’ouvre, et quelqu’un entre dans la chambre. Pour ce qui est du sourire, je suis servie. Pour ce qui est du grand gaillard barbu, je repasserais…

Une jeune fille se tient à l’encadrement de la porte. Elle a de longs cheveux blancs, et des yeux noirs. Elle porte une petite robe rouge, dont les extrémités sont recouvertes d’une jolie dentelle. Elle me regarde souriant :

« -Tu es enfin réveillée. Je commençais à me dire que tu étais une grosse faignante ! »

Elle me tire la langue à la fin de sa phrase et commence à s’avancer vers moi. Je remarque alors qu’elle des petites ailes dans le dos, étrange…Elle s’arrête devant mon lit, se penche vers moi et me regarde fixement :

« -Tu te sens mieux ?

Je remarque alors que je ne ressens plus la douleur liée à ma blessure. Je soulève lentement ma couette et regarde mon ventre. De nombreux bandages  parcourent mon corps, ils sont propres et le sang semble s’être arrêté de couler. La jeune fille déclare :

« -J’ai soignée l’infection, recousu la plaie et bander tes blessures. Tu devrais aller mieux maintenant, mais je t’avoue que tu n’étais pas loin de passer l’arme à gauche. Je t’ai trouvé à moitié morte, tu as de la chance que je m’y connaisse un peu en médecine. »

Elle…elle m’a sauvée. Je devrais lui en être reconnaissante, la remercier pour tout ce qu’elle à fait…mais je ne parviens qu’a répliquer :

« Tu aurais dû me laisser mourir…ça aurait été mieux pour tout le monde… »

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase qu’elle me colle une gifle. Elle me regarde avec des yeux pleins de colère et hurle :

« -Personne ne peut dire ça ! La vie est la chose la plus précieuse qu’on ai ! »

Elle se retourne, sort de la chambre et claque la porte. Je soupire, encore une fois j’ai fautée. A croire que ma vie est vouée à être une succession d’échecs et de fautes. Je remonte la couverture jusqu’à ma tête, et m’enfouis en dessous cherchant à retourner dans le sommeil. Si seulement je pouvais passer ma vie à dormir…


Je me réveille à nouveau. Remontant légèrement la couette je tente de savoir l’heure qu’il est. La bougie de ma table de chevet diffuse une faible lumière…c’est la nuit. Je sors ma tête des draps, et tente de me redresser un peu.

« Désolé pour tout à l’heure.»

Je sursaute et me retourne vivement. La jeune fille est assise sur une chaise, posée juste à côté de mon lit. Elle m’observe, contrariée. Je m’adosse lentement au mur, et réponds :

« Non c’est moi qui m’excuse, je n’aurais pas dû te dire une chose pareille. Je te remercie de m’avoir soignée… »

Elle m’affiche son plus beau sourire et répond :

« -De rien ! Au fait…moi c’est Lyna. Lyna Heart. Et toi, c’est quoi ton noms ? Que je sache enfin qui j’ai eu l’honneur de soigner ! »

Je baisse la tête, la mine sombre. Je n’aime pas cette question, elle me rappelle mon amnésie et mon ignorance.

« Je…je ne sais pas. Je ne me souviens de rien. Pas de noms, pas de personnes dont je ne me souvienne…bref pas de souvenir. »

Elle ne lâche pas son sourire et me rétorque :

«- Hum…Tu ne te souviens de rien du tout ?

-Absolument rien…le néant total. Je me suis réveillée dans une forêt blessée, je ne sais même pas comment je suis arrivée là-bas. »

Elle me regarde l’air pensive :

« -Va falloir te trouver un nouveau noms…même provisoire. Je vais pas continuer à t’appeler « toi » quand même.  Commence à y réfléchir cette nuit, on en reparle demain. »

Elle se lève et se dirige vers la porte, alors qu’elle s’apprête à refermer la porte, je ne peux m’empêcher de la remercier une nouvelle fois, ce à quoi elle répond par un sourire. Elle ferme la porte et je retourne à mon sommeil.

Les jours passent, et Lyna continue de s’occuper de moi. Elle me fait à manger et change mes pansements. Je parle peu, alors c’est souvent elle qui entame la conversation. Elle me parle d’elle, de sa vie, de ce qu’elle fait. Elle a quinze ans, et étudie la médecine. Elle suit les enseignements d’une doctoresse du nom de Naëllia. Elle ne manque jamais une occasion de faire des éloges sur cette personne, disant que c’est l’un  des plus grands médecins de ce monde.

Elle m’explique également où nous nous trouvons. D’après elle, nous sommes dans une région appelée Emelka située dans la nation d’Amakna. J’apprends chaque jour un peu plus de choses, commençant à assimiler les connaissances que j’ai perdues.

Je ne trouve toujours pas de nom qui pourrait m’aller. Et les propositions de Lyna ne sont pas très…convaincantes. Elle voulait m’appeler « Bleue », « Lyna II » ou encore « Pilou ». Nous avons finalement décidés d’attendre que je me trouve moi-même un nom…quitte à attendre plus longtemps.

Je retrouve peu à peu mes forces, et Lyna me dis chaque jour que je devrais bientôt pouvoir de nouveau marcher.

Je me réveille en sursaut, alertée par le bruit d’une explosion. Il fait nuit dehors, pourtant une lumière rougeoyante éclaire la pièce. J’aperçois la lueur d’un feu dehors, et des gens hurlent. Lyna entre en trombe dans ma chambre et me crie :

« Une révolte à éclatée, il faut que tu vois ça ! »

Elle s’approche de moi et m’aide à me lever. Je pose mes pieds sur le sol, tandis qu’elle me soutient toujours. Le contact froid du sol sous mes pieds à quelque chose de bienfaisant. Je remarche enfin…enfin je peux recommencer à avancer. Elle m’aide à sortir de la chambre, et m’amène devant la porte d’entrée. Nous ouvrons la porte et regardons l’extérieur.

Des gens courent un peu partout. Au loin j’aperçois des maisons en train de bruler. Des hommes armés d’outils courent vers l’origine du feu en hurlant. C’est une vrai révolte…les hommes se soulève contre un oppresseur et se battent pour leurs idéaux. J’admire un peu ces hommes qui savent ce qu’ils veulent et font tout pour l’obtenir…contrairement à moi.

Un petit groupe de jeunes gens passent devant notre maison. L’un d’eux s’arrête et nous observe. Il a des cheveux blonds et de nombreuses cicatrices recouvrent son corps. On entend alors une voix un peu plus loin hurlant :

« Birth ramène toi ! »

Le jeune homme nous salut et retourne auprès de ses hommes. Je le regarde partir, en ayant le sentiment que je le reverrais.

Nous retournons à l’intérieur avec Lyna. Elle se dirige vers la cuisine et m’aide à m’assoir sur une chaise. Elle nous prépare un petit quelque chose à manger, et nous mangeons dans le silence. Le bruit des batailles faisant rage à l’extérieur nous parvient, et Lyna décide de briser le silence :

« -J’ai une nouvelle idée pour ton noms. On a qu’à t’appeler Chikon ! C’est pas mal non ? »

J’éclate de rire, je n’avais pas encore rit depuis mon amnésie et ca me fait du bien. Lyna me regarde l’air un peu vexée. Je finis par me calmer et par répondre :
« -Désolé…mais Chikon je ne suis pas très fan… »

Je m’arrête au milieu de ma phrase, ce nom m’ayant donné une idée…

« Shiki…je pense que j’aimerais bien m’appeler Shiki »

Lyna m’adresse un sourire tendre :

« -Shiki c’est un joli nom, il te va bien. »

Un nom, j’ai désormais un nom. Je ne suis plus « rien », je suis enfin quelqu’un. Ce n’est peut être pas mon vrai nom, mais au moins j’en ai un. J’utiliserais ce nom jusqu’à ce qu’ « elle » revienne…


Je m’appelle Shiki, et ceci est mon histoire. Un automne m’avait apporté un nom, un nom que je suis fière de porté car il symbolise ma nouvelle vie.
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Ven 6 Déc - 15:28

Y'as pas à dire, tu sais t'y faire concernant les nouvelles ! ^^
J'avais hâte de voir la fin de cette première partie, et je doit dire que je suis pas déçu !

Juste deux trois remarque :
-Lyna as les yeux gris à la base. Mais bon, noir c'est pas mal aussi ^^
-Et je me rend compte que j'ai oublier de préciser que Lyna n'a pas les cheveux longs à cette époque... Enfin, du moins, pas si long. Elle est censée avoir les cheveux plus courts quand Shiki la rencontre. Mais bon, c'est un oubli de ma part, et c'est très bien comme ça aussi ^^'
-"Pilou" ? Tu as réussi à inclure une référence à Rose en même temps ? x)
-Chikon... Belle référence au nouveau pseudo qu'Ankama a donner à mon compte !

J'ai hâte de lire la suite en tout cas !


Dernière édition par Shiki Misaki le Ven 6 Déc - 15:36, édité 1 fois (Raison : Cheveux '-')
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Ihephe le Ven 6 Déc - 15:58

pilou! pilou! pilou!
désormais ce sera ton nom X)
mais sinon ouais il sait y faire avec les nouvelles, j'ai hâtes de voir la mienne ^^
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Ven 6 Déc - 16:04

Merci de ces 2 messages, écrire prend du temps et voir que son travail est apprécié pousse à continuer. Je me mets donc sur la suite ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Drakstorm le Mar 10 Déc - 16:43

Shiki a raison, en terme de nouvelles , y a pas mieux que toi ^^
avatar
Drakstorm
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 60
Date d'inscription : 24/11/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Mar 10 Déc - 16:48

Houlà croyez moi que si ^^. Je fais bien pâle figure face à certains posteurs de Fanfic (cherchez Nagash...vous comprendrez...Ihephe si tu te souviens).

Mais pour en arriver là ou j'en suis j'ai beaucoup lu...et surtout beaucoup écris ^^

On ressortira bientôt avec Ihephe des récits datant de il y a 3 ans vous comprendrez la différence :p
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Tyra Hawke le Mar 10 Déc - 16:52

Nice job Smile
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 23
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Mar 10 Déc - 16:52

Merci :3

Ca me fait toujours plaisir de voir mes écris lu ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Ihephe le Mar 10 Déc - 17:47

D'ailleurs pour ceux que les écrit de Birth intéresse, voila le lien ^^
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Imalthée le Mar 10 Déc - 22:05

Tes nouvelles sont toujours aussi bonne :3 ! Continue, c'est bon Very Happy
avatar
Imalthée
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 170
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 17
Localisation : En train de glander quelque part... Sûrement ici!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Mar 24 Déc - 17:45

En ce soir de noël je poste sur le forum deux cadeaux. Voici le premier...la suite de la nouvelle de Shiki. Voici le cadeau que je voulais faire a Shiki pour ce noël ^^. Voilà maintenant prêt de 5 mois que nous nous connaissons vieux et je dois bien avouer que ces 5 mois furent vraiment superbe pour moi. Tu faisais partis des 4 premiers de Get Free et tu étais le seul que je ne connaissais pas IRL. On est devenu amis sur cette période et c'est toujours un honneur de pouvoir écrire sur ton personnage. En espérant continuer à te compter parmi nous le plus longtemps possible (je m'arrête la avant que Ihephe se ramène en hurlant GAYYYYYYY :3). Trêve de paroles...voici la suite de l'histoire de Shiki:






Hiver

Le vent glacial s’insinue sous mes vêtements. Malgré mon long manteau en fourrure je ressens la morsure du froid contre ma peau. Quelques rares flocons de neige tombent de façon aléatoire. La plaine est recouverte d’une couche de neige immaculée. Ce décor est magnifique, et si je pouvais je l’aurais longuement contemplé  depuis une fenêtre, bien au chaud auprès d’un bon feu. Mais l’argent venant à manquer il nous faut remplir quelques missions de chasse, justifiant ainsi ma sortie à l’extérieur par un temps pareil. Je suis dissimulée derrière des buissons gelés, attendant que notre proie daigne se montrer.

C’est Lyna qui a trouvé cette quête là. Des Gliglis sauvages s’étaient immiscés dans la plaine de Cania, et on offrait une belle récompense à quiconque les tuerait. Je commence à m’habituer aux noms des régions de Bonta. Je suis bien obligée vu que c’est désormais ma nation…
Lyna est de nationalité Bontarienne, et voulant passer l’hiver dans sa nation je l’ai suivie. J’en ai profité pour rejoindre cette nation, ce sera plus simple de rester avec elle ainsi.  
J’ai toujours un peu de mal à me dire que ça fait plus de deux ans que je la connais maintenant. Le temps passe effectivement bien vite.  Elle m’a soignée, m’a aider à réapprendre ce que j’avais oubliée…elle a tant fait pour moi.

Nous sommes restées près d’un an à Emelka, elle a exercé la médecine pendant ce laps de temps pour s’entraîner, suivant toujours les enseignements de son maître. Nous avons ensuite voyagées dans tout Amakna, recherchant les plantes médicinales qui ne poussent que dans cette nation. Je l’aidais du mieux que je pouvais, même si je ne servais pas à grand-chose.
A l’approche de l’hiver nous avons migrées vers Bonta pour qu’elle puisse passer les fêtes chez elle.

Durant ces deux ans j’en ai appris chaque jour un peu plus sur elle. Lyna n’avait pas de famille, elle avait grandie dans un orphelinat. Dès qu’elle le put elle s’enfuit, désireuse de liberté. Elle rencontra rapidement la Doctoresse Noëllia et devint son disciple. Elle apprit les rudiments de la médecine et quand son maître la jugea prête, elle l’envoya en voyage pour s’exercer.

Lyna aime beaucoup parler d’elle, je pense que c’est pour que je m’habitue à faire de même. Je suis moins réservée qu’avant, mais j’ai toujours du mal à parler de moi. Je m’habitue peu à peu à mon nouveau nom…mais je sais qu’il ne sera que provisoire. J’attends toujours qu’ « elle » revienne.

J’entends au loin des bruits d’animaux, nos cibles se rapprochent…Je serre fermement la garde de mon épée. Elle ne m’a jamais quittée elle non plus. Elle est toujours aussi abimée, et je ne sais toujours pas bien m’en servir, mais elle est là. Lyna est dissimulée un peu plus loin, sa baguette dans la main. Elle n’est pas très forte quand il s’agit de se battre, préférant servir de guérisseuse lors des batailles. Elle compte donc sur moi pour m’occuper de ces monstres, je vais faire du mieux que je pourrais…mais je sens déjà que cela ne risque de ne pas de suffire…

Un Gligli surgit finalement devant nous, courant à toute vitesse sans nous remarquer. Lyna sort de son buisson et agite sa baguette dans les airs. De grandes gerbes de lumières apparaissent autour de l’animal, le forçant à se diriger vers moi. Il fonce désormais vers le buisson ou je me dissimule. Je sens que je vais avoir mal…mais il faut au moins que je tente quelque chose. Je sors soudainement de la végétation et me jette sur le pauvre animal en hurlant. Je brandis mon épée au dessus de ma tête et porte un violent coup vertical pour tenter de l’achever. Alors que la lame de mon épée s’apprête à percuter sa tête, il donne un violent coup de corne dedans. Je sens une vibration dans mon arme, et un craquement sec retentit. La moitié de la lame part dans les airs avant de se ficher dans la neige. Elle aura tenue deux ans, mais a finalement rendue l’âme. Mon épée est devenue complètement inoffensive et le monstre me regarde désormais dans les yeux. Il a l’air fou de rage et bien décidé à se venger. Lyna tente de trouver une solution pour l’arrêter, mais elle ne semble rien avoir. On dirait bien que c’est la fin…mourir à cause d’un Gligli, il faut croire que niveau chance ma vie n’aura pas atteint des sommets. L’animal tape du pied et commence à gratter le sol avec ses sabots arrière. Il s’apprête  à me charger, je me prépare à l’impact et attends ma sentence. Soudain un petit trait rougeoyant le transperce sur le côté et il s’effondre. Je regarde dans la direction d’où venait la flèche et aperçois une jeune femme tenant un arc, debout sur une petite butte de neige. Elle a des cheveux turquoise assez longs qu’elle a attachés vers l’arrière. Ses yeux sont de la même couleur et projettent un regard perçant dans notre direction. Elle a un visage assez fin et ses lèvres nous affichent un sourire amical. Sa peau est légèrement halée, créant un contraste avec ma peau si claire. Elle porte une sorte de petit débardeur beige et une mini-jupe de la même couleur. De longs collants blancs protègent ses jambes contre le froid, tandis que deux bandes de tissus beiges lui couvrent ses bras. Elle est folle de se promener dans une tenue pareille par ce froid…

Elle descend de son promontoire et atterrit dans la neige. Elle se dirige alors vers nous en nous adressant un petit salut de la main. Lyna se reproche de moi et nous la regardons avancer. Elle est plus grande que nous, elle doit avoir environ dix-huit  ans. Arrivé à notre niveau elle déclare :

« -Vous devriez faire attention quand vous chassez des monstres, sans bon équipement une simple quête de chasse peut se révéler fatale »

Elle nous adresse un sourire pour nous rassurer tandis que je bégaye quelques excuses. Lyna la regarde en souriant, la remerciant pour son aide. Une voix s’élève un peu plus loin :

« -Flam ? Où est ce que t’es encore passée ? »

La jeune femme se met à sautiller faisant de grands mouvements de bras en destination de la voix. Elle crie :

« -Par ici ! Je suis juste là Blaze ! »

Un grand homme à la peau foncée apparait derrière l’ancien promontoire de notre tireuse. Il se dirige vers nous le pas assuré. Il a des cheveux blancs rasés très court et ses yeux sont blancs sans iris ni pupilles. J’ai déjà vu des personnes avec ce type d’œil, Lyna me dit toujours que c’est le signe qu’ils sont de grands guerriers.  L’homme arrive à côté de la tireuse et lui tend un long manteau blanc.

« -Evite de te promener dans cette tenue Flam…tu vas encore tomber malade

-Je sais. Mais les longs manteaux rendent ma visée moins précise… »

Elle grimace et enfile à contre cœur le vêtement. Elle nous regarde ensuite et déclare :

-« Je vous laisse le Gligli, vous l’avez trouvé avant moi je n’ai fais que vous donner un coup de main. Faîtes plus attention la prochaine fois »

Elle nous adresse un dernier sourire et repart avec l’homme.  Nous les regardons s’éloigner, la tireuse taquinant gentiment le guerrier sur le chemin. Cette femme m’a laissé une sensation bizarre…une sorte d’admiration.

Nous nous retrouvons donc à nouveau toute les deux avec Lyna. Nous nous regardons quelques secondes, puis Lyna sort un couteau et commence à découper les cornes de l’animal. Je me rapproche du fragment de lame planté non loin de moi. Vu l’état de celui-ci je comprends que mon épée n’est pas réparable. Je laisse la garde de mon arme au pied de sa lame, disant ainsi adieu à mon plus vieux compagnon de voyage. Lyna finit de récupérer les cornes et nous repartons vers le faubourg de la Sainte Eau Dorée. Nous marchons une heure environ, Lyna me rassure en me disant que le coup que j’avais placé était bon et que si mon arme avait été plus solide j’aurais sans doute gagné. Je lui adresse un sourire tout en sachant qu’encore une fois j’aurais été un fardeau plus qu’autre chose.

Nous arrivons finalement à la ville et nous nous rendons à la guilde des chasseurs. Nous leur donnons nos cornes et ils nous remettent une petite bourse remplie de Kamas. Lyna la récupère en souriant et en me disant :

« -Voilà de quoi nous payer à manger pour quelques jours. »

Nous partons ensuite à l’hôtel des ventes dépenser le fruit de notre labeur. Je n’aime pas vraiment cet endroit, je trouve qu’il y a trop de monde. Ces deux ans m’ont permis de visiter de nombreux lieux et j’ai pu voir que les endroits trop fréquentés m’effrayaient un peu. Lyna, à l’inverse, aime ce genre de lieu. Elle trouve toujours des personnes avec qui parler, échanger et même s’amuser. Mon amie se dirige instinctivement vers un petit stand ou toutes sortes de viandes sont vendues. Un petit écriteau indique « Chez Agiwan, nourriture des îles ». Lyna commence déjà à marchander avec la vendeuse, une jeune femme à la peau rose claire. Je me tiens légèrement à l’écart préférant la laisser faire. Depuis qu’elle m’a vu acheter une casquette Piou bleu, que je trouvais mignonne, à près de mille Kamas elle m’a ordonnée de ne plus m’approcher des magasins. Elle m’a dit qu’elle m’apprendrait un jour tout ce qu’il y a à savoir sur l’économie étrange de ce monde. Encore une chose qu’elle va m’apporter…je ne saurais jamais vraiment comment la remercier pour tout ce qu’elle fait pour moi.

Lyna finit par acheter deux steaks de mulous et quelques topinambours et nous repartons chez nous. Mon amie a une petite maison dans le faubourg, elle se l’était achetée pendant son apprentissage en travaillant dans un dispensaire. La maison est plus petite que celle que l’on avait à Emelka, mais je la trouve plus chaleureuse. Elle se trouve dans une petite parcelle d’herbe, dans un coin isolé de la ville. Lyna arrive devant la porte et sort la clé de sa poche. Elle ouvre la porte d’entrée et nous retrouvons la chaleur de notre domicile. Elle pose les courses dans la cuisine et part dans sa chambre pour travailler. Chaque soir elle se plonge dans ses livres de médecine pour en apprendre d’avantage encore. La maison n’ayant qu’une chambre je dors sur le canapé dans le salon. C’est certes moins confortable que le bon lit que j’avais à Emelka, mais je m’en contente très bien.
Je me pose dans le vieux fauteuil du salon et m’accorde enfin un vrai moment de repos. Lorsque Lyna travaille je n’ai pas grand-chose à faire. J’en profite généralement pour penser à diverses choses. Je tente de comprendre et apprendre de nouvelles informations. Je me relève et marche vers la bibliothèque. Lyna a une collection impressionnante de livre en tout genre. Ecologie, Géographie, Romans divers et variés…j’ai l’embarra du choix. Un livre m’interpelle : « L’art d’être riche de cœur, par Oxo-Leganon ». Je le prends et retourne sur mon fauteuil pour me plonger dans la lecture.

La nuit finie par tomber tandis que je tourne toujours les pages de mon livre. J’entends des bruits de pas et comprends que Lyna a fini de travailler. Elle passe dans le salon, m’adresse un sourire et part dans la cuisine. J’entends les crépitements de la viande dans la poêle. Je termine mon châpitre et repose le livre dans la bibliothèque. Je me dirige ensuite vers la cuisine pour rejoindre mon amie. Elle est en train de cuire les steaks de mulous . Elle me demande de m’occuper des topinambours et j’acquiesce en silence. Je les épluche et les découpe du mieux que je peux, puis les donne à Lyna. Pendant qu’elle les fait revenir avec les steaks je pose les couverts et les assiettes sur la petite table ronde de la cuisine. Au bout de quelques minutes le plat est prêt et nous nous mettons à table. Lyna est une excellente cuisinière…quand je pense à tout ce qu’elle sait faire je me sens vraiment inutile. Au milieu du repas elle me demande :

« -Dit moi Shiki…tu t’es complètement remise de ta blessure ? »

Un peu surprise par la question je réponds :

« -Oui, je ne ressens plus aucune gêne. Pourquoi ? »

Elle affiche un petit sourire sadique, le genre de sourire qui me fais comprendre que quelque chose d’affreux va me tomber dessus. Elle réplique :

« -Demain c’est entraînement ! Tu n’as plus ton épée et je pense qu’il est temps de voir quel type de combat te va le mieux… »

Je déglutis, je sens que la journée de demain va être longue…très longue. J’acquiesce de nouveau et nous terminons notre repas. Nous débarrassons la table, faisons la vaisselle et partons nous coucher. Lyna me fait un petit bisou sur la joue et me dit « A demain » avant de monter les marches. Je m’allonge dans le canapé et commence à sombrer dans le sommeil…demain sera une rude journée.

***

« -Bien pour commencer un peu de théorie ! »

Nous sommes de nouveaux dans les plaines de Cania. Lyna m’a réveillé tôt ce matin et je dois avouer que sa tenue m’a très vite fait comprendre que cette journée allait être fatigante.  Ses cheveux sont attachés en catogan, et un bandana entoure son front. Elle a délaissé sa robe habituelle pour un gilet blanc en fourrure et un pantalon noir. Elle a dans la main une épée en bambou, et je me doute que je vais vite apprendre à haïr cet objet. Je porte, quand à moi, mon éternel manteau. Lyna m’a amenée dans une petite forêt et nous nous tenons assis sur une souche. Lyna commence alors ses explications :

« -Dans notre monde il existe plusieurs types de combattants. Il faut en général prêter allégeance à l’un des dieux pour obtenir une partie de ses pouvoirs. Ça c’est la méthode que j’aurais normalement dû  appliquer pour toi. Le problème, c’est que étant devenue amnésique, tu ne sais pas qui est ton dieu et tu ne sais plus utiliser ses pouvoirs. Par tes habits et par ton ancienne épée, je dirais que tu devais être une Xélor mais je n’en suis pas sûre. On va te faire passer des tests pour voir si tu as des affinités particulières avec un autre dieu. »

Je ne comprends pas vraiment ce que Lyna essaye de m’expliquer. D’après ce que j’ai compris « elle » avait choisi un dieu, et maintenant qu’ « elle » a disparu et que je l’ai remplacée je ne peux plus utiliser les pouvoirs de ce dieu…Lyna reprend :

« -On va commencer avec Xélor, qui sait peut être que tu peux toujours utiliser ses pouvoirs… »

Elle sort une balle de son sac et m’explique :

« -Je vais la lancer en l’air et tu devra essayer de la ralentir. Le dieu Xélor est le maître du temps, donc si tu ne parviens pas à le contrôler c’est que tu ne peux pas en être une. »

J’acquiesce et Lyna lance la balle dans les airs. Je me concentre et tends instinctivement ma main vers la balle. Je tente de maîtriser le temps autour de l’objet…mais n’y parviens pas. La balle tombe au sol sans avoir subit la moindre modification de vitesse. J’affiche une grimace penaude. Lyna me rassure de nouveau en me disant qu’il reste encore beaucoup de dieux à tester. Elle déclare :

« -Bon on va tester Sacrieur ! Les disciples de Sacrieur encaissent les coups et deviennent plus forts à mesure que leurs blessures s’accumulent. L’homme rasé aux cheveux blancs qu’on a vu hier en était un.

-Euh le test consiste en quoi ? »

A peine ai-je fini ma phrase que Lyna m’assène un violent coup de sabre dans la tête. Je m’écroule par terre et elle se penche vers moi :

« -Alors ?

-J’ai mal »…dis-je en retenant un sanglot

« -Ok…mais sinon tu te sens plus forte ?

-Non j’ai juste mal… »

Lyna affiche un air contrarié et m’aide à me relever. J’ai mal au crâne et je commence à vraiment détester cette journée. Lyna continue ses tests :

« Bon ! Sacrieur ça ne te va pas non plus…on va tenter Iop. Les Iops sont les plus grands guerriers de ce monde, ils ont une force incommensurable ! Frappe l’arbre derrière toi pour tester ta force. »

Vu l’air peu convaincu de Lyna, je connais déjà le résultat de ce test…la souffrance. Je m’approche de l’arbre, serre mon poing tremblant et frappe violemment le tronc. L’arbre ne bouge pas d’un iota et mon poing me fait un mal de chien. Je hurle une nouvelle fois de douleur commençant à haïr ces tests. Je hurle :

« -Et toi c’est quoi ton dieu ?

-Eniripsa…le dieu soigneur.

-Fait moi passer le test pour voir si je peux être ça, au moins je n’aurais pas mal ce coup-ci !

-Non !

-Non ? Pourquoi ?

-On ne copie pas ses amis ! »

Abasourdie par cette réponse je tente de contester, mais en voyant l’air vexé de Lyna je comprends que je ne la ferai pas changer d’avis. Je soupire et demande :

« Très bien…c’est quoi le prochain test ?

-Les trois prochains sont juste des questions. »

Des questions…ça je sans que je vais préférer. Au moins je ne me ferais pas mal…quoiqu’avec les idées de Lyna…Elle pose sa première question :

« -As-tu des personnalités multiples ?

-Quoi ? Mais non ! Je suis juste amnésique !

-Amnésique ou schizophrène ?

-Amnésique !

-Bon…ok. Tu ne peux pas être Zobal. »

A sa mine déçue je comprends qu’elle aurait bien aimé que j’en sois une…je me demande bien pourquoi. Elle reprends :
« -As-tu des dispositif qui te permettent de tirer des lasers cachés dans ton corps ?

-…

-On va dire non…tu n’es donc ne sera donc pas Steameur. »

Je trouvais la question précédente étrange…mais celle là atteint des sommets. Au point que je redoute déjà la troisième question. Lyna revient justement à la charge :

« -Dernière question, quand tu as frappé l’arbre tu as ressenti quelque chose ?

-Oui…de la douleur…

-Nan ça je sais…mais est-ce que tu as ressenti une émotion chez l’arbre ?

-Une émotion chez l’arbre ?

-Oui savoir si tu as un lien avec la nature.

- Je ne sais pas s’il a eu mal…moi si…

-…

-…

-Tu n’es donc pas Sadida… »

Mon amie à l’air contrarié…visiblement elle ne s’attendait pas à devoir autant chercher pour me trouver mon dieu. Je commence à perdre espoir…au fond peut être suis-je vraiment inutile…Lyna frappe dans ses mains:

« -Je sais ! On va tester voir si tu es Sram. Cours jusqu’à l’arbre là-bas, si tu es assez rapide c’est que tu as des dispositions pour être Sram. »

Un autre test qui risque de me faire mal…je ne sais pas pourquoi mais je le sens moyen. Je me mets à courir vers l’arbre. Je cours aussi vite que je peux…c’est-à-dire aussi vite que quelqu’un tombant tout les deux mètres…me relevant de ma troisième chute consécutive j’atteins enfin l’arbre et pose la paume de ma main dessus. Vu la tête que fait Lyna le test est peu concluant…Elle me fait signe de revenir et je commence à marcher vers elle. Un bruissement dans un buisson me fait dire que la chance n’est toujours pas avec moi. Un Gligli sauvage sort en trombe du buisson et me fonce dessus, voulant certainement venger son ancien congénère. Je me remets donc à courir, trébuchant toujours tout les deux/trois mètres, tentant d’échapper à l’animal. Je demande de l’aide à Lyna, ce à quoi elle répond :

« -Essaye de le dresser ! Si tu y parviens c’est que tu esune Osamodas ! »
C’est définitif…je hais cette journée. Je commence donc à parler au Gligli, lui ordonnant de s’arrêter. Sa seule réponse est de me percuter, de me piétiner et de poursuivre sa route…Mon corps entier me fait souffrir, et je clopine vers Lyna. Elle m’aide à m’assoir sur la souche et commence à me soigner. J’ai quelques blessures ouvertes mais rien de bien grave. Elle me dit :

« -Tu sais il reste encore plein d’autre dieux…on finira bien par trouver… »

J’affiche un piètre sourire et réponds :

« -Non c’est bon, j’abandonne…je ne suis pas fait pour le combat. « Elle » devait être forte, moi je ne le suis pas. Je ne suis pas grand-chose au fond,  juste une personne empruntant le corps d’une autre pour une durée indéterminée. »

Je regarde le ciel et, apercevant  un oiseau, déclare :

« -Je ne serais jamais comme cet oiseau par exemple. Lui est libre et va où il veut tandis que je suis prisonnière de mes souvenirs et ne veut aller nulle part. »

Lyna lève la tête et regarde le même endroit que moi. Elle déclare perplexe :

« -Shiki, de quel oiseau tu parle…je ne vois rien. »

Je lui indique l’animal et elle plisse les yeux. L’oiseau surgit au bout de quelques secondes derrière un arbre. Elle l’aperçoit enfin et demande :

« -Tu as vu cet oiseau à une distance pareille ?

-Bah ! J’ai une bonne vue…la belle affaire… »

Lyna se lève d’un coup et se frappe la tête :

« -Qu’elle idiote ! J’aurais dû y penser avant ! »

Elle ouvre à nouveau son sac et me tend un petit arc. Je le prends l’interrogeant du regard. Elle déclare :

« Tu vois le sommet de l’arbre là-bas, essaye de l’atteindre avec une flèche ! »

J’encoche une flèche et vise lentement le sommet. Je bloque instinctivement ma respiration et relâche la flèche. Elle se plante au sommet de l’arbre, à l’endroit que Lyna m’avait indiqué. Elle me regarde et déclare avec un grand sourire :

« -Crâ ! Tu as des dispositions pour devenir disciple de Crâ ! Ces hommes sont les meilleurs archers de ce monde. La femme qu’on a vue hier en était une. Au début tu devras tirer des flèches normales, mais en t’entraînant  tu devrais être capable de faire apparaitre des flèches élémentaires. »

Elle m’affiche son plus beau sourire et me prend dans ses bras. Me félicitant pour mon tir. Une Crâ…voici donc ce que je serais. Quel dieu vénérait « elle » ? Probablement le Xélor. Je deviendrai donc archère en attendant qu’elle reprenne sa place…et son dieu.

Lyna ayant fini ses tests nous rentrons chez nous. A peine arrivée, je m’écroule dans le canapé exténuée. J’entends la voix lointaine de Lyna me féliciter encore et je m’endors à nouveau.

Les jours se suivent les uns après les autres. Je m’entraîne à l’arc quand Lyna travaille et je commence à acquérir un bon niveau. Nous effectuons quelques  quêtes de chasse que nous réussissons. Mes nouveaux talents étant étonnement utiles. Pour la première fois j’ai l’impression de servir à quelque chose, et cette sensation me fait beaucoup de bien. Qui sait…peut être que je commence à enfin m’accepter. Nowel se rapproche de jour en jour, et Lyna se prépare pour cette fête. Je l’aide autant que possible durant les derniers jours avant le réveillon. Elle me dit toujours que la fête de cette année sera magique…

Le 24 finit enfin par arriver. Lyna  est dans la cuisine, préparant un véritable festin, pendant que je finis de décorer le sapin. J’enroule une dernière guirlande rouge autour des branches et recule pour contempler mon œuvre. Pour une fois je suis fière de moi, le résultat rend très bien. Les cadeaux sont déjà au pied du sapin. Comme l’année dernière nous passons le réveillon toutes les deux, mon amie voyageant beaucoup elle n’a pas beaucoup de contacts a Bonta. Elle m’appelle et me demande de mettre une nouvelle fois les couverts. Je sors les plus belles assiettes et les pose sur la petite table de notre cuisine. Je m’assois ensuite et Lyna commence à servir les plats. De la pioupette pannée, des filets d’Estragon, et un Tofu fourré aux noisettes…Lyna est décidément une incroyable cuisinière. Durant le repas nous nous  remémorons tous nos souvenirs de cette année. Les lieux que nous avons visités, les personnes que nous avons rencontrées, les choses que nous avons faîtes. Tous les bons moments que nous avons passés. Lyna n’arrête pas de me fixer, je me demande bien ce qu’elle a…

Elle amène ensuite le dessert, une énorme buche glacée. Nous mangeons tous ce que nous pouvons avant de nous avouer vaincues. Nous nous enfonçons dans nos chaises et digérons un peu. Lyna m’observe toujours. Elle finit par déclarer :

« -Je… »

Elle marque une courte pause et se ressaisit :

« -Et si nous allions ouvrir nos cadeaux »

Elle m’affiche l’un de ses plus beaux sourires et nous nous levons. Nous nous asseyons au pied du sapin et Lyna prend le paquet que je lui ai fait. Elle me fait un nouveau sourire et le déballe soigneusement. Elle sort alors la robe blanche que j’avais achetée pour elle et des étoiles apparaissent dans ses yeux. Elle se jette à mon cou et me prends dans ses bras :

« -Merci Shiki ! »

Elle dépose un baiser sur ma joue et part enfiler sa robe. Elle revient quelques minutes plus tard ,la portant fièrement :

« -Alors ça me va ?

-Oui, très bien même, dis-je en lui souriant.

Elle rougit gênée puis revient se placer à côté de moi. Elle me tend son cadeau fièrement :

« -A toi ! »

Je récupère le cadeau en la remerciant et l’ouvre. Un magnifique arc en bois se trouve à l’intérieur. Je le prends entre mes mains et commence à le soupeser. Il est incroyablement léger. Je bande la corde et la relâche d’un coup sec. La corde claque et retrouve sa position normale. Lyna explique :

« -Il a été taillé sur mesure. C’est ton arc et il est unique. »

Je bégaye des remerciements. Cette arme est la plus belle chose que j’ai jamais vue. Je prends Lyna dans mes bras la remerciant pour l’arc et pour tout ce qu’elle a fait jusqu’ici pour moi. Elle se laisse faire, souriante. Je retourne à ma place et nous recommençons à parler de tout et de rien. Je passe l’un des meilleurs moments depuis ces deux ans.

La nuit s’avance et Lyna finit par se lever :

« -Il est peut être temps d’aller se coucher, me dit-elle en tirant la langue.

Je me lève également et lui souhaite une bonne nuit. Je commence à me diriger vers le canapé, quand soudain elle me prend la main. Je me retourne et la voit tête baissée hésitante. Elle bégaye :

« -Shi…Shiki…je…j’ai…j’ai quelque chose à te dire… »

Je la regarde, étonnée, je ne l’avais jamais vue dans cet état. Elle qui est habituellement si sûre d’elle. Elle tremble légèrement et murmure des paroles inaudibles. Elle finit par redresser soudainement la tête et déclare d’une voix à demi-assurée :

« Voilà ! Ca…ça va maintenant faire deux ans que l’on se connait, et…et je n’ai jamais été aussi sûre de moi que ce soir… »

Je la regarde, ne comprenant toujours rien à ce qu’il est en train de se passer. Elle reprends :
« -Shiki…je…je t’aime ! »

Ces quelques mots m’assomment, Lyna…cette fille qui a tant fait pour moi, et que j’admire tant…est amoureuse de moi. Je m’assois lentement par terre et elle fait de même. Je tente d’organiser mes pensées dans cet ouragan qu’est devenu mon cerveau. Je ne sais que faire…que dire. Lyna tient toujours ma main, et me regarde inquiète. Elle ne dit rien, mais ses yeux me supplient de lui donner une réponse. J’inspire profondément et rassemble le peu de pensées cohérentes qu’il me reste. Les mots sortent d’eux-mêmes, et je réponds machinalement :

« -Je…je ne peux pas Lyna. Tu aimes une personne  qui ne devrait même pas exister…je ne suis qu’une coquille vide attendant de voir ce mon ancien moi revenir… »

Des larmes coulent le long de ses joues, et elle déclare :

« -Tu es tellement plus Shiki…arrête de courir après la personne que tu étais. Tu ne me parles que d’ « elle »… « «Elle devait être quelqu’un de bien »… « Elle devait être forte ». Mais Shiki… « Elle » ne m’intéresse pas. C’est de toi que je suis amoureuse…de la Shiki que je connais. »

Je sais qu’elle a raison, pourtant la seule réponse que je parviens à formuler est :

« Elle finira par revenir et je disparaitrai…c’est comme cela que ça doit se passer. Ce corps est le sien et je n’ai pas ma place dans ce monde… »

Lyna pleure toujours, elle est sous le choc. Elle ne dit plus rien et baisse la tête. Un silence de mort règne dans la maison pendant plusieurs minutes. Elle finit par relever la tête et me dit en affichant un sourire triste :

« Très bien…si c’est ce que tu souhaites je respecte ton choix. Je continuerai à t’aider  dans ta quête pour la retrouver… »

Elle se relève, pose un baiser sur ma joue et commence à monter les marches en essuyant ses larmes. Je la regarde rejoindre sa chambre avec un pincement au cœur. Je sais que je viens de la blesser et il faudra que je lui présente mes excuses demain. Je m’allonge dans le canapé tente de m’endormir. La tempête qui fait rage dans ma tête ne semble pas vouloir se calmer et j’ai du mal à trouver le sommeil. Je regrette tellement ce que j’ai dit à Lyna, elle avait l’air si triste…Je finis par m’endormir, en ayant toujours mauvaise conscience.


Je me réveille tard le lendemain. Il est midi passé quand j’ouvre enfin les yeux. Je me lève lentement et me dirige instinctivement vers la cuisine. Lyna doit être en train de préparer le repas et je tiens à m’excuser pour mon attitude de la veille. Je regarde par l’encadrement de la porte et remarque que Lyna n’est pas là. Etrange…mon amie est toujours levée à cette heure-ci. Peut-être pleure-t-elle encore…il faut que j’aille m’excuser. Je monte lentement les marches, écoutant attentivement le moindre bruit. Seul le silence règne dans ces lieux. J’arrive devant la chambre de mon amie et toque à la porte. J’attends quelques secondes une réponse ne venant pas,  je pousse délicatement la porte. La chambre est vide. Plus de livres, plus de sacs ni de vêtements…et surtout…plus de Lyna. Je me précipite en bas en hurlant son nom. J’ouvre chaque porte de la maison criant toujours son nom, mais elles ne s’ouvrent que sur des pièces vides.

Je finis par ouvrir violemment la porte d’entrée et hurle à m’en briser la voix :

« -Lyna !!! »

Les gens me regardent surpris…mais je m’en moque. Je m’effondre à genoux et commence doucement à pleurer.  Elle est partie et tout ça par ma faute. Elle a tout fait pour m’aider à devenir quelqu’un et je n’ai fait que lui dire que j’attendais le retour de mon ancien moi. Elle m’a avouée ses sentiments…et je les ai envoyés balader. Je me dégoute moi-même...
Je continue à hurler son nom de nombreuses fois mais elle ne revient pas. Me revoilà seule à nouveau…peut être est ce mieux au fond. Je ne m’attacherai à personne tant qu’ « elle » ne sera pas revenue. Le départ de Lyna ne fait que confirmer ce dont je me doutais déjà…c’est à « elle » de diriger ce corps, car au fond je ne sers à rien et je ne fais que blesser ceux que j’aime.


Je m’appelle Shiki et ceci est mon histoire.
Un automne m’avait apporté un nom, un nom que je suis fière de porter car il symbolise ma nouvelle vie.
Un hiver m’avait apporté un dieu, un dieu que je sers honorablement et qui me permet en retour de me battre pour ceux que j’aime.



Voila pour cette deuxième partie ^^ la troisième arrivera bientôt je l'espère.

Je t'avais également promis un cadeau et le voici ! Flami tiens à te souhaiter un joyeux noël également et voici sa façons de te l'exprimer ^^




Joyeux Noël Shiki voilà tout ce qu'il me reste à te dire ^^ (t'en ai gâté dis moi :3)
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Mar 24 Déc - 18:16

Je sais même pas quoi dire devant tout ça si ce n'est : un grand MERCI à vous deux !! ^^

Merci Birth pour cette magnifique nouvelle, j'ai jamais autant aimer suivre une histoire que celle là !

Merci aussi à Flami pour son magnifique dessin, c'est vraiment une agréable surprise ! ^^

Un grand merci donc, à vous deux, mais aussi à tous les autres, et JOYEUX NOEL a vous tous mes amis ! ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Tyra Hawke le Mar 24 Déc - 23:17

Merci pour ce beau cadeau à vous deux Smile
Joyexu Noël :p
avatar
Tyra Hawke
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 262
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 23
Localisation : Si je suis pas au comptoir à papoter une bière à la main, c'est que je suis malade

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Ihephe le Mer 25 Déc - 0:27

Ouais Joyeux Noël tous le monde !
avatar
Ihephe
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 359
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 22
Localisation : Problament ici dans la taverne, sinon dans une aventure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Choupps le Mer 25 Déc - 16:21

Franchement , superbe , j'ai adoré , bon souvent , le nouveau sourire revient mais qu'est-ce que c'est excellent de te lire , j'ai adoré , un grand bravo à toi et à Flami pour le dessin et je sais que là mon côté gamin de 15 piges revient et dit : "Mais...mais attends Shiki c'est une fille ... lesbienne ? XD" et bref sinon super , j'ai hâte de la partie 3 ! Very Happy , et le dernier mot de la fin :







AGIWAN LE CHARCUTIER !!!
avatar
Choupps
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 17
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : C'est Alrak XD

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Mer 25 Déc - 18:25

Choupps a écrit:Franchement , superbe , j'ai adoré , bon souvent , le nouveau sourire revient mais qu'est-ce que c'est excellent de te lire , j'ai adoré , un grand bravo à toi et à Flami pour le dessin et je sais que là mon côté gamin de 15 piges revient et dit : "Mais...mais attends Shiki c'est une fille ... lesbienne ? XD" et bref sinon super , j'ai hâte de la partie 3 ! Very Happy, et le dernier mot de la fin :







AGIWAN LE CHARCUTIER !!!
Et oui, Shiki est Lesbienne ! :p
Lyna non par contre, elle est techniquement Bi.
J'avais par contre préciser à Birth que seul Lyna était amoureuse de Shiki, que Shiki considérait juste Lyna comme sa meilleure amie.
D'ailleurs, concernant le RP, et l'histoire actuelle de Shiki, elle est actuellement en couple avec Tyra, et pour un long moment encore ! x)

Et j'ai bien aimer le petit passage avec Agi aussi, oui ! ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Choupps le Mer 25 Déc - 21:16

D'accord tout s'éclaire dans mon esprit obscurcit
avatar
Choupps
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 17
Date d'inscription : 01/12/2013
Localisation : C'est Alrak XD

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Mer 25 Déc - 21:27

Choupps a écrit:D'accord tout s'éclaire dans mon esprit obscurcit
Bah, au moins ça fait une mise au point pour un peu tout le monde ! ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Imalthée le Mer 25 Déc - 23:12

C'est bon... Et triste Sad J'ai hâte de voir la suite, et magnifique dessin !
avatar
Imalthée
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 170
Date d'inscription : 04/11/2013
Age : 17
Localisation : En train de glander quelque part... Sûrement ici!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Jeu 16 Jan - 16:54

Ma progra étant finie je remets avec joie aux joies de l'écriture. Je commence tous juste à travailler sur la suite de la nouvelle à Shiki ^^. Je n'en suis qu'au début mais j'ai envie de montrer mon retour :p. Shiki voilà le début de la suite de ta nouvelle ^^ (le reste arrivera en un bloc quand tous sera écrit ^^).



Printemps

« Terre en vue ! »

Ces quelques mots me sortent de mes pensées dans lesquelles j’étais plongée depuis quelques heures. Je suis allongée dans ma couchette, je regarde le plafond de ma cabine depuis quelques heures déjà. Une nouvelle fois le sommeil ne sera pas parvenu à me gagner, depuis combien de temps déjà ai-je du mal à dormir ? Depuis son départ, probablement. On en revient toujours à elle…ma plus grande joie et ma plus grande erreur. Je parcours ma petite cabine du regard. Quatre murs faits de planches de vieilles planches de bois, un sol de la même matière recouvert d’un tapis en tissu, une petite table posée contre un mur et un petit tabouret se déplaçant légèrement. C’est loin d’être le luxe mais pour mes moyens c’est parfais. Le navire tangue légèrement, subissant l’assaut des vagues tandis que nous nous rapprochons de l’île. J’espère vraiment que cette fois ci mes informations seront bonnes…j’ai déjà essuyée trop de déception. Je veux juste la revoir, pouvoir m’excuser et tenter de la faire revenir…

Au dessus de moi, sur le pont, j’entends les marins s’activer. Il se prépare à accoster, rabattant la grand voile et préparant les cordages. Ce sont, pour la plupart, d’anciens pirates repentis. Je suis heureuse d’enfin pouvoir quitter ce navire. Ces hommes n’étaient pas désagréables, ils étaient même plutôt gentils, mais les regards lubriques qu’ils me lançaient commencer à réellement me mettre mal à l’aise. Plus le temps passe et plus les hommes s’intéressent à moi, et ce malgré le fait que je ne ressente rien pour eux. Ma personnalité commence à s’affiner…je commence à réellement devenir quelqu’un, et ça me terrifie. Ma vie entière est basée sur la recherche de mon ancien moi, sur cette quête visant à rendre ce corps à sa vrai propriétaire. Je ne peux me permettre de faire des choses qu’elle n’accepterait pas. Je n’ai aucune idée du type de personne qu’elle aimait, et je ne veux pas imposer à son corps  des relations qu’elle ne voudrait pas avoir.

Je me lève lentement, j’ai envie de voir à quoi ressemble l’île. Je réunis rapidement le peu d’affaire que je possède : un petit sac contenant quelques vêtements, un sac contenant quelques provisions et mon arc. Ce dernier est posé sous la couchette à l’abri des convoitises. Cette arme est mon bien le plus précieux…et est également le dernier souvenir que j’ai d’elle. Je le récupère et soupire légèrement. Elle me manque. Son sourire, sa joie de vivre…tous chez elle me manque. Cela fait déjà un an qu’elle est partie. Une année entière depuis que je me suis réveillée ce matin-là dans une maison vide. C’est à cause de moi qu’elle est partie, à cause de mon comportement. Si ça avait été « elle » qui avait été aux commandes de ce corps « elle » aurait mieux réagit…et Lyna serait encore là.

Je sors de ma cabine et me dirige vers le pont. A part la mienne peu de cabines sont occupés. Notre destination n’étant pas très touristique et vu la situation actuelle ce n’est pas très étonnant…Je monte les quelques marches menant au pont du bateau et sort enfin à l’air libre. L’air frais me caresse le visage et l’odeur du sel s’insinue dans mes narines. Autour de moi les marins sont occupés à préparer notre arrivé. J’aperçois la capitaine à la proue du navire. Je me dirige vers elle évitant les hommes pressés passant prés de moi. Elle est accoudée à la petite rambarde de sécurité, une main maintenant son tricorne sur sa tête pour ne pas qu’il s’envole. Ses longs cheveux noirs s’agitent au gré du vent, tandis que ses habits flottent légèrement. Je m’arrête à ses côtés et regarde dans la même direction qu’elle. Une grande île se rapproche de nous petit à petit. J’aperçois déjà les grandes plaines vertes la composant. La capitaine se tourne vers moi et, pour pallier au bruit du vent, me hurle :

« -Préparez vous M’dame, on atteindra bientôt votre destination ! On vous dépose en vitesse et on repart, on a aucune envie de se mêler au conflit !

-Ce sera très bien, dis-je d’une voix forte, encore merci de m’avoir emmené jusque-là !

-Tout le plaisir est pour nous ! On refuse jamais un travail bien payé ! »

Sous ses airs durs, la capitaine était quelqu’un de très gentille. Elle avait accepté de m’emmener contre une somme dérisoire et m’avait protégé contre les avances de certains matelots. Elle m’adresse un sourire et se dirige vers le gouvernail pour commencer sa manœuvre d’accostage. Je continue à regardez l’île, tentant d’apprendre son relief. J’espère que mes informations sont bonnes et que Lyna sera là-bas. J’entends la capitaine hurler :

« -Aller les gars on largue notre passagère sur l’île et ensuite on retourne sur notre Poup bien aimée ! »

Les membres de l’équipage hurlent de joie et s’activent encore plus. Je repose une dernière fois mes yeux sur l’île. Le Royaume Chuchoku se rapproche, j’espère que Lyna aussi…
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Jeu 16 Jan - 20:36

Hey ! Je m'attendais pas à voir la suite, et je doit dire que c'est une agréable surprise! ^^
Par contre, avec tout ces saut dans le temps à chaque fois, fait gaffe à ce que ça reste logique niveau âge quand même ! x)
Enfin bref, hâte de voir la suite ! ^^
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Mer 12 Fév - 12:37

(Anecdote : j'ai trouver ça en fouillant un peu : "The kanji Shi-ki Mi-saki translate literally to: four, seasons, beautiful, blossom." Sur le coup, ça m'a fait penser à la nouvelle de Birth Very Happy)
Sinon, marrant que je soit encore le seul à avoir répondu pour cette partie là '-'
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Birth le Mer 12 Fév - 13:00

C'est qu'une ébauche de travail ;3, le tout début de ce que je compte faire ^^. Pas mal de taf en ce moment mais une fois finis je me remets dessus ^^
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1367
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 23
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Shiki Van Shërza le Mer 12 Fév - 13:08

Yep, je sais ^^
Hâte de voir la suite en tout cas ! Very Happy
avatar
Shiki Van Shërza
Les Fondateurs
Les Fondateurs

Messages : 472
Date d'inscription : 13/10/2013
Age : 23
Localisation : Sufokia

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memory : Four Season For One Amnesia

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum