[Concours n°5] Ambition

Aller en bas

[Concours n°5] Ambition

Message par Heaven le Dim 30 Sep - 21:13

[Hello à tous ! Me voilà à mon tour avec mon écrit de ce mois de Septembre ! Il s'agit donc ici de l'introduction d'un récit inspiré par l'image donnée par Oz que vous pouvez retrouver avec les autres à cette adresse http://getfree-wakfu.forumactif.org/t439-concours-n5-une-image-une-histoire !
En tout cas, cette initiative est une réelle plaisir qui apporte un petit coup de motivation auquel on ne dit jamais non !
Sur ce, bonne lecture "^"]

La face de notre monde changea à tout jamais lorsqu'en -100 s'écrasa Oblivio.
Ce monstre qui cachait même le soleil et qui pourtant était resté invisible aux yeux de nos ancêtres à frappé ! Le 14 avril du fa-ti-dique an -100, le choc qu'il créa en pénétrant le grand océan était si puissant que tout sol trembla. Des failles, terribles griffures, se dessinèrent partout sous nos pieds. Déchirant les empires, engloutissant les villes et leurs habitants dans des entrailles hideuses et sombres !
Puis vinrent les vagues ! Elles arrachaient des cieux les nuages et les transformaient en une houle opaque ! Elles heurtèrent nos côtes le 16 avril de l'an -100, et finirent elles aussi de défigurer la belle terre qu'avait bâti les hommes du passé.
Tant de vies ont étés perdues durant ce cataclysme au point que notre espèce, malgré sa toute puissance manqua de disparaître. Oui, cette espèce ayant quittée sa forme bactérienne, puis la mer pour conquérir le monde, pour dominer l'écosystème en bâtissant des environnements toujours plus perfectionnés, plus parfait, plus grands pour son développement ! Pour enfin se lever vers les cieux, pour pointer vers ceux-ci des lames d'aciers brillants ! Elle affronta le vide et le froid du monde mort. Oui, cette espèce parfaite, seule espèce intelligente, faillit disparaître...
Mais, après cent années de troubles, de souffrances durant lesquels la terre était devenu un fléau et la vie une épreuve la Vertu apparut. Pleine de pitié, c'est elle qui nous releva de l'abysse de honte et de violence dans lequel était tombé notre espèce.
Car oui, la Vertu, fruit des espoirs et de la sagesse de l'humanité se dressa contre le chaos qui approchait. La Vertu, de ses bras puissants attrapa la carcasse qu'était devenue notre espèce et lui permit de se relever ! De redevenir forte, plus forte et grande que jamais. Grâce à la Vertu bienfaitrice, aujourd'hui, vous, nerves, en cette 899 pouvez être fier de l'attention que la Vertu vous a porté ! De son soutiens qui a fait de vous ce que vous êtes !
Car aujourd'hui, vous vous élevez, quittez votre peau passée de nerve pour adopter celle d'un accompli. Vous allez maintenant rejoindre ce corps qui vous a vu grandir et vous accueil comme un être nouveau. Vous allez être assimilés à lui et, suivant votre devoir et profitant de l'honneur que l'on vous fait, vous allez participer à la grandeur de Gallia.


Tel fut le discours du directeur Rougier aux quelques deux cents élèves de dernière année de l'institut scolaire de formation. Il inclina ensuite la tête alors qu'était projeté au même moment derrière lui, sur le gigantesque mur blanc et lisse du gymnase, les couleurs de Gallia.
Les applaudissement des élèves commencèrent à s'élever, suivis bien vite de la musique saturée de l'hymne du pays que les quatre haut-parleurs vissés au centre du plafond de la pièce crachaient de toute leur force.
Tout avait été organisé avec le sérieux qu'on reconnaissait au directeur et qui avait fait la réputation de l'institut. Cet homme au front dégarnit semblait pourtant, en ce moment de gloire qu'apportait la cérémonie, plus petit que jamais.
Il se tenait au centre de la large et haute estrade qui avait été montée pour l'occasion. Caché derrière un pupitre qui ne laissait voir que le haut de son buste et sa petite tête ronde, il semblait comme écrasé par l’immensité du haut mur vide qui se dressait derrière lui et sur lequel était maintenant projeté les trois bandes de couleurs représentant le pouvoir de Gallia.
Pourtant, cette petite anomalie en costume noir avait été le tuteur d'une éducation ferme de centaines de nerves. Il était le symbole terrifiant d'une autorité crue et forte. Devenu directeur il y a quatre ans après avoir cumulé les possibilités et chances d'obtenir ce rôle. Ayant toujours refusé de s'intéresser à un autre objectif, son entêtement et son application à toujours être au courant de tout lui avaient permis d'atteindre son but.
C'était donc lui qui avait, il y a trois ans, permis à l'institut de devenir la première école munit de caméras de sécurités. L'une de ces petites orbes noires s'était bien vite fixée dans chaque couloir, trônant fièrement au dessus de chaque entrée. Bien que dans un premier temps, peu leur portait une réelle attention, le directeur Rougier fit bien vite savoir à tous que toutes actions faites dans l'enceinte de son établissement lui serait transmisse en image. Son exemple devient bien vite un modèle à suivre pour les autres écoles.
C'était aussi lui qui avait, l'année suivante, permis aux professeurs d'obtenir un salaire bien plus élevées que ceux des autres écoles. Cela après s'être constitué un corps enseignant d'experts en leur domaine ou tout simplement de quatrième et cinquième fils de haut placés. Les professeurs eux mêmes étaient classés selon leurs diplômes, domaines d'expertise ou tout simplement ce que leur parent pouvait apporter à l'école pour la dernière catégorie.
Des rumeurs sur un ou une professeure qui aurait pu avoir une certaine attirance pour les jeune nerves avaient bien émergées, mais elles avaient vite disparu avec la réforme suivante. Le directeur Rougier obtint qu'un centre soit crée pour ses élèves particuliers. Son centre pour ''créer des perles'', comme il le présentait, était l'endroit où tous les élèves qui se montraient insolent ou contestataire des méthodes ou de l'enseignement étaient envoyés.
Là-bas, il suivait un programme sportif intense sous la tutelle de professeurs sportifs qui étaient pour la plupart d'anciens militaires.
L'élève particulier pouvait y rester autant de temps qu'il en était jugé nécessaire par les évaluateurs. Et, quand le grain de sable était devenu perle, on le libérait de la coquille et il pouvait retourner à ses études. Le mental de l'élève se montrais parfois affecté par le séjour mais le directeur s'assurait toujours que les notes de ce dernier continues de suivre la moyenne.

Enfin, l'année passée, il avait offert aux élèves de dernière année la possibilité de jouer un rôle dans l'organisation de leur académie. Il était alors possible, au titre de deux par classe et avec l'approbation d'au moins deux professeurs de classe A ou un de classe S, de devenir surveillant de conduite.
Couramment appelés les SC, ces derniers, reconnaissables à un maillot de couleur blanche et rouge, avaient pour instruction de participer au bon déroulement de la vie scolaire. Ils pouvaient donner des sanctions diverses aux autres élèves, avaient des privilèges quant à l'utilisation des réfectoires et cantines ou encore pour les accès aux salles et à l'utilisation du matériel de l'institut. Mais leur droit le plus craint était celui de proposer aux professeur de considérer le passage d'un élève à celui d'élève particulier.

Lucien Baum avait été l'un d'eux durant cette année. Ce jeune homme ne s'était jamais imaginé que ce grade aurait lui être donné. Même quand son père lui avait annoncé avant le début de sa dernière année qu'il allait tout faire pour qu'il devienne un SC, il ne l'avait pas cru. Au point où, lorsque qu'il lui annonça finalement qu'il avait réussi à convaincre la direction et à obtenir son aval, il se montrait toujours dubitatif. Pensant à une blague ou un autre délire de son paternel sur le soit disant avenir radieux que lui promettait son futur depuis toujours selon lui.

Frank Baum, père de Lucien Baum, était celui qui avait permis à sa famille de quitter la pauvreté pour lui offrir une condition modeste puis confortable.
Cet homme avait commencé à travailler comme son père avant lui dans une usine de traitement d'ordures. Cage de béton au murs épais dont la température atteignait facilement les quarante degrés et où on travaillait de six à dix neuf-heure sur le papier mais parfois jusqu'à vingt-deux heure.
Il y fallait trier les différents déchets qui arrivaient en ligne sur un tapis roulant. Le tapis zigzaguait entre plusieurs rangés d'hommes et de femmes qui, à l'aide de simples gants, récupéraient un type de déchet désigné par leur rangée.

Chacun avait deux objectifs. Celui de consolation était de devenir un chef de rangé, chargés de sa surveillance, ils s'assuraient que personne ne récupère un déchet pour son compte ou ne laisse trop passer ceux qui leurs étaient désignés. Si cela arrivait, ils notaient sur un petit carnet des sanctions qui influençaient la somme donnée à la fin du mois.
Comme il l'était si bien écrit sur une petite affiche présente dans chaque vestiaires et qui présentait une main ganté attrapant une pépite d'or : ''Si vous vous payez vous même, c'est que vous n'avez pas besoin d'un salaire.''.

L'autre objectif, le ''premier prix'', était d'atteindre les premières rangées. Au nombre d'une trentaine, les rangées était chargée de récupérer les déchets selon un certain classement, tout d'abord basé sur le danger, puis ensuite sur la valeur.
Ainsi, les deux dernières rangées s'occupaient de récupérer des objets composés de certains métaux précieux ou avec une certaine valeur utilitaire. Et comme on le savait dans l'usine, l'image des affiches n'avait pas été inspiré des derniers rangs lors de sa conception.
Frank Baum avait ainsi rejoint la rangée trente deux lorsqu'il avait dix-sept ans. Il réussit à atteindre la seconde rangées vingt et un ans plus tard et deux ans après la mort de son père. Ce dernier avait succombé à l’hôpital près un accident à la rangée numéro cinq.
Le bras de ce dernier s'était prit dans un bac de rangement qui avait été emporté par une machine sans lui laisser le temps de se libérer. Le traînant alors sur plusieurs mètres avant de l'emporter dans les machineries. On permit à Frank de prendre sa place en guise de consolation, une promotion en l'honneur de son père mort si près du but.
Deux ans plus tard, il avait donc réussi à remonter de trois rangées et, avec cette nouvelle place, il réussit à s'enrichir. Chaque soir, il ramenait divers divers matériaux volés dont, un jour d’extrême chance, du nuratod, un métal nouveau découvert lors des expéditions maritimes lancées en 787.
Ce métal aux propriété énergétiques incroyables pour qui savait l'exploiter qui se revendait à prix d'or sur tous les marchés.
Après une année de collecte acharnée et la composition d'un réseaux de divers acheteurs, il quitta son travail pour devenir lui-même le patron d'une entreprise de traitement de déchets.
Son séjours parmi les employés lui avait permis de connaître tous leurs tours une fois patron et grâce à son habileté, il réussi bien vite à s'imposer comme la société principale de traitement de déchets de la région.
Lucien ne l'entendit que très peu parler de la période durant laquelle il était employé, mais il appris beaucoup sur celle-ci grâce à sa grand-mère qui lui racontait, depuis sa chaise automatisée, des histoires avec bienveillance. Par le comportement de certains de ses professeurs à son égards ou les paroles de camarades de classes, il entendit ou s'imagina d'autres histoires mais aucune d'entre-elles ne subsistât longtemps dans son esprit. L'admiration que lui inspirait son père et son travail acharnée prenant le pas sur les moqueries.
En entrant en dernière année et obtenant un poste de SC Lucien compris que le parcours acharné de son père lui avait une fois de plus offert le meilleur.  En effet, similaire en certains point à celui du directeur Rougier, que ce dernier avait, disait-on, appuyé sa canditadure.
Il exprima sa reconnaissance à son père avec des paroles mais ce dernier lui répondit que seul les actes avait une signification.
Lucia proposa dès la seconde semaine de la rentrée la considération du passage de trois autres élèves à un statut d'élèves particuliers. Chacun d'entre eux l'avait rabaissé en certaines occasions les années précédentes.
''Le pardon et la passivité n'apporte que plus d'ennuis Lucien, retient-le car la vie n'aura pas de pitié alors prépare toi à l'imiter.'' lui avait-il dit un soir alors qu'il lui racontait ses malheurs. Cette phrase, il ne l'avait oubliée.
Suite à sa proposition l'un d'entre eux avait été envoyé au centre et que les deux autres ne lui parlaient plus qu'avec respect. Son père l'apprenant avait simplement sourit.
Il était devenu le dirigeant de l'usine et son fils était maintenant chef de rangée.
Pour lui, c'était une nouvelle preuve qu'il avait réussi à s'arracher du bas de l'échelle sociale. Il savait qu'il était en train de caresser des doigts les hautes sphère dorées de Gallia. Et il était prêt à tout pour y propulser son fils unique.

avatar
Heaven
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 14
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Concours n°5] Ambition

Message par Lasi/Léo le Dim 30 Sep - 22:51

[ Voila une bien belle exposition.
On a d'abord une exposition du monde, très joliment interprété par le directeur, mais qui laisse curieux. Et derrière, on a la présentation de la vie de base. On sent qu'on a beaucoup de détails. La fluidité est un peu poussive avec quelques éléments dont on ne comprends pas vraiment l'intérêt, mais c'est aussi ce qui fait le charme de l'écrit. C'est très intéressant. J'attends de voir la suite avec impatience ! Tu as gardé une liberté quasiment totale pour la suite, la balle est dans ton camp !
Bon boulot ! ]
avatar
Lasi/Léo
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Concours n°5] Ambition

Message par Birth le Lun 1 Oct - 9:19

Et bien c'est une intro des plus sympa, ça pose les bases d'un univers vraiment particulier. Tu prends ton temps, qualité rare pour un écrivain amateur. On discerne bien le personnage de Lucien et comme dit Psaro ça laisse pour l'heure toutes les portes ouvertes. J'attends d'en voir plus pour me prononcer.

C'est très bien écrit, j'ai pas vu de fautes et le texte a été super agréable à lire. L'image venait de moi et c'est très cool de voir tout ce qu'elle a réussi à t'inspirer. Ce premier com' est pas des plus long mais le texte est de qualité et introduit bien les choses, j'attendrais la suite pour vraiment pouvoir analyser le tout !

Bon boulot en tout cas !
avatar
Birth
Le Free Man
Le Free Man

Messages : 1374
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 24
Localisation : La ou le peuple se soulève, ou les révoltes grondent...ou la révolution est en marche

Voir le profil de l'utilisateur http://getfree-wakfu.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Concours n°5] Ambition

Message par Théo le Fragile le Lun 1 Oct - 12:27

Alors , je viens de finir, et j'ai trouvé ça globalement plutôt sympatoche ! (oui j'ai utilisé ce mot en 2018 et je ne regrette rien)

J'ai pas grand-chose à dire de plus que les autres. L'univers vraiment particulier et sombre est très bien dépeint. L'intro est très précise, et ça pose bien les bases de l'univers, c'est cool. Les personnages sont bien présentés, rien à dire.

Je rejoindrais pas mal Psaro sur le fait que les descriptions sont parfois lourdes et poussives. Je le vois parce que j'ai eu le même souci x) avec un univers particulier, il faut tout détailler, du coup c'est compliqué de rendre le tout fluide. Mais en tout cas, maintenant c'est fait, et tu peux bien tout nous raconter comme il faut !

Bon courage, j'ai hâte de la suite !
avatar
Théo le Fragile
L’Idéaliste
L’Idéaliste

Messages : 10
Date d'inscription : 03/11/2016
Age : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Concours n°5] Ambition

Message par Albynn le Lun 1 Oct - 13:14

J'aime bien l'histoire, on y sent de l'inspiration des campus anglais et de la volonté de s'élever qui est humaine. Toujours plus haut, toujours plus fort!
Dommage que tu n'ai pas mis l'image du concours, parce que je vois pas du tout ce qui t'as inspiré!
Mais mais mais, QUE VA-T-IL ARRIVER A NOTRE HÉROS MAINTENANT?
Tant de suspens avec un contexte qui donne une infinité de possibilité! Une guerre interne? Une révolte des élèves? L'apparition surnaturelle de la "Vertue" qui s'avèrera exister? Une histoire d'amour? De trahison? De monter très haut pour redescendre tout en bas?
TANT DE POSSIBILITÉS!


Y'a aussi trois phrases qui m'ont gênés pendant la lecture:

"Mais, après cent années de troubles, de souffrances durant lesquels la terre était devenu un fléau et la vie, une épreuve, la Vertu apparut"
L'absence des virgules m'a obligée à relire la phrase trois fois avant de comprendre que tu faisais une ellipse!

"Ce jeune homme ne s'était jamais imaginé que ce grade aurait lui être donné."
Mauvaise choix de conjugaison: soit tu choisit de garder "être", et c'est "que ce grade puisse lui être donné" (On met l'accent sur le grade, comme s'il était rarement donné), soit tu garde "aurait", et ça donnait "que ce grade lui aurait été donné" (on met l'accent sur "lui", comme s'il y avait peu de chance qu'il obtienne le grade) (UI C COMPLIKAY LE FRANÇAIS, JE SAIS).

"Et comme on le savait dans l'usine, l'image des affiches n'avait pas été inspiré des derniers rangs lors de sa conception."
Là, la phrase me semblait contradiction avec l'histoire: en effet, il semble plutôt que, justement, les gars de la chaine arrière gagnent leur sous grâce à ce qu'ils ramassent, donc l'affiche est forcément lié à ça!
avatar
Albynn
Le Respectable
Le Respectable

Messages : 1246
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 26
Localisation : Devant mon ordi! T'as cru quoi?

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Concours n°5] Ambition

Message par Mama Koi le Lun 1 Oct - 13:33

Et béh, ça c'est une exposition bien fat, j'ai sentit un brin d'Evangelion dans la partie causant de l'école (après j'ai peut être la berlue!)

Rien n'est laissé au hasard et tout est décris dans les moindre détails et c'est une excellente chose pour pouvoir avancer fluidement dans la suite du récit, perso je préfère diluer l'exposition au file du récit, mais ça marche très bien de cette manière aussi, hâte de lire la suite! Vu comment c'est partit c'est pas une nouvelle mais un livre!
avatar
Mama Koi
L’Activiste
L’Activiste

Messages : 112
Date d'inscription : 07/09/2014
Age : 24
Localisation : Je sais pas ... ya de la lumière là bas...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Concours n°5] Ambition

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum